Taddart Tamokrant (Amizour): Imposant rassemblement des habitants devant le siège de l’APC

blank.jpgPar R.Z pour « Algérie Politique » 

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image. Les protestataires ferment le siège de l’APC et celui de l’état civil

C’est en force et déterminés que les habitants de Taddart Tamokrant, à une vingtaine de km d »Amizour (Béjaia),  se sont déplacés au chef- lieu de  la commune pour exprimer leur colère vis-à vis des élus locaux «qui n’ont pas tenu à leurs engagements et tourné le dos à leurs doléances.»  

Côté  élus, aucun signe de vie

Tôt ce matin, une longue caravane de véhicules (voitures, bus camions) transportant les citoyens protestataires ont envahi  tout le centre-ville, rendant  toute circulation impossible dans tout le secteur. Une fois sur place, les encadreurs de cette démonstration ont mis sous scellées le portail du siège de l’APC ainsi que celui de l’État civil, empêchant, de ce fait, les personnels d’y accéder.

Parfaitement  organisés, les quelques 500 manifestants se sont agglutinés devant le siège de l’APC en brandissant des banderoles sur lesquelles on peut lire: «Halte aux mépris !», «Halte à la politique de l’exode rurale ! » , «Rendez-nous notre CEM !», «Messieurs les élus, respectez vos engagements !». Justement, côté élus, aucun signe de vie,  certainement «surpris» par l’ampleur de la démonstration.

Dans une déclaration rendue publique sur les lieux du sit-in, les protestataires rappellent les raisons de leur mécontentement liées principalement au problème du CEM dont le dénouement tarde à venir, à l’état de la route, à l’alimentation en eau potable. Concernant ce dernier point, selon des habitants de cette localité, «Bizarrement, et comme par magie, la veille de cette action de protestation, l’eau s’est remise à couler dans les robinets alors que des ouvriers communaux se sont mis à réparer l’éclairage public.» Comment est-ce possible ? Selon un animateur et membre d’une association partie prenante de cette action, « le P/APC a été aperçu la veille à Taddart Tamokrant et a eu vent de ce qui allait se passer le lendemain. »  

Les protestataires inflexibles

Vers 10 h.00 le chef de Daïra et le chef de sureté de daïra arrivent sur les lieux. L’échange entre les deux responsables et les contestataires a tourné  court puisque ces derniers ont expliqué que le seul responsable avec qu’ils engageraient des discussions serait bien le Chef de l’Exécutif de wilaya.

Il aura fallu attendre  jusqu’à 15 h, pour voir une délégation de la wilaya rappliquer et tenter de nouer le dialogue avec les représentants des habitants en colère. Ces derniers ont gentiment décliné l’offre en exigeant soit la venue du wali ou encore une invitation à une entrevue dans son bureau. Toutes les tentatives des émissaires de la wilaya pour fléchir la position des mécontents, sont restées vaines. Vers 16 h. 30,  c’est le Chef de sûreté de wilaya qui s’est déplacé sur les lieux. Celui-ci aurait donné des assurances  aux protestataires que leurs doléances seraient transmises au wali. Tentative avortée. Ceux-ci restent inflexibles.

N’ayant  obtenu aucune réponse sérieuse, et malgré le jeûne et la grande averse qui s’est abattue vers 17 h, les protestataires ne sont pas près de lever le siège puisque jusqu’à maintenant (18.30) le sit-in se poursuit. D’après un responsable associatif, les manifestants ne comptent pas débarrasser le plancher aussi facilement. « Il faut qu’on nous prenne au sérieux ! » s’exclame-t-il.

Pour l’heure, c’est toujours le statut quo. Les contestataires ont rompu le jeûne sur les lieux. Ils comptent même y passer la nuit. Une chose est sûre : l’évènement a rompu le silence et la léthargie dans lesquels est plongée l’APC d’Amizour…

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER