Yuker hedregh, yegul umnegh !*

benbouzid.jpgAmmi Said pour « Algérie Politique »

Boubakeur Benbouzid confond l’École du peuple et de la misère, des vauriens, des riens, des sans rien avec l’école du club des pins et du pain; celles des sans faims, des malins, des catins, des sereins.

Un coup de trop, un Ramadhan dur qui fait délirer, qui offre des mirages, qui fait rêver…ou un mensonge doux qui rend fou les sages qui plient leurs genoux. L’école algérienne est sinistrée Mr le Ministre. Elle est rentrée dans les ténèbres du néant. Elle ne fait plus rêver, elle offre le jour de l’ennui et des cauchemars la nuit. Elle endort Mr Le ministre, elle fait peur, elle anesthésie les neurones, elle rend sourd, muet et aveugle, elle bloque l’intelligence, empêche de réfléchir, de chercher, d’expérimenter, de comparer, d’émettre des hypothèses, de se confronter aux autres écoles…

L’école algérienne souffre, Mr le Ministre ! Elle souffre du manque de livres, d’instituteurs tranquilles et pleins d’enthousiasme et de désir, elle manque de curiosité, de liberté de création, de penser, de dire, d’aimer, de choisir et elle souffre d’être dirigée par des ministres détruits par le côté obscur de leurs idéologies et par leur profond désintérêt en ce qui concerne le savoir et les sciences de leurs globalités.

L’école algérienne, Mr le ministre, n’offre plus de perspectives, elle est sclérosée, elle agonise, elle n’est plus respectée, elle est abandonnée, infiltrée, manipulée et utilisée par des despotes dont le but de se venger, d’humilier, de castrer, de dominer…et les enseignants, et les élèves et les parents. Elle était belle (avec très peu de moyens), vous l’avez enlaidi, Mr le ministre. Vous l’avez démoralisé, violé, volé, délaissé…Mr le ministre. Elle ne vous a rien fait, elle est, comme tu le sais, indispensable à la prospérité, à l’indépendance et l’autonomie de ton pays, qui s’appelle, si tu l’as oublié: l’Algérie.

Après quinze ans de règne absolu, tu dois savoir, Mr le ministre, que l’école dont tu étais et, est toujours responsable,  est dans état lamentable. Elle est loin des villages, elle est froide en hiver, elle est sale, délabrée, surpeuplée, manquant cruellement de tout ce qui est nécessaire pour offrir un savoir qui armera les générations futures, qui fournira des cadres compétents pour porter l’économie, l’administration, la justice…à un niveau correcte et capable d’assurer les taches de l’Etat que toi et tes amis avez monopolisé depuis plus d’un demi siècle, Mr le Ministre.

Tu dois être au courant que ton école produit des terroristes haineux et sans pitié, des harraga diplômés et des exilés compétents par centaines de milliers. Des journalistes qui dissimulent la vérité et qui écrivent les fausses promesses et les mensonges que vous leur dictez.
Des intellectuels qui aiment vous flatter et qui aiment partager vos festins, vos voyages somptueux et vos soirées bien arrosées tout en mettant, discrètement, dans leurs poches, les petits ou grands chèques que vous leur auriez glissé dans leurs poches.

Votre école produit des juges qui condamnent les innocents, ceux qui vous gênent, ceux qui s’opposent à votre force, les plus fragiles de notre société: vos “ennemis” et qui protègent, rémunèrent et amnistient vos amis: vos courtisans, vos serviteurs, vos tueurs, vos tortionnaires, vos prêtes noms…
Des cadres que vous jetez dans des prisons ou que vous maintenez dans l’oisiveté pour qu’ils vous laissent dans vos trafics et vos magouilles qui assurent votre sécurité et votre prospérité. Et, pour ne pas tout dire (sinon tasardunt atsarew mmi-s !) des jeunes par millions, Mr Ministre, que vous avez transformé en tueurs, en criminels, en bandits, en drogués, en chômeurs, en trafiquants, en voleurs, en mendiants, en fou, en kamikazes, en proxénètes, en barmans, en terroristes, en peureux, en célibataires endurcis…Voilà, le beau tableau, que tu as dessiné, Mr le Ministre, sur toutes les entrées de nos écoles, de nos collèges, de nos lycées, de nos instituts et de nos universités, Mr l’artiste, qui admire son oeuvre et qui la loue encore et encore.
Fraternellement
Saha ftourkoum

* Proverbe kabyle: Il a volé j’étais présent, il a juré, je l’ai cru !

Commentaires

  1. guyo dit :

    yek’ chem arzaz thaghrast ! esperez-vous du miel?

  2. smail dit :

    Une école algerienne sinistrée,sans ame et sans ouverture vers le monde moderne!
    Une école qui produit des futurs chomeurs à cause d’itinéraire scolaire irréfléchi et mal construit,avec des fondations précaires vouées à un effritement continu!
    Des établissements scolaires trés insuffisants,des enseignats trés mal payés,des éléves malheureux dont les parents sont des eternels chomeurs inmpuissants financiérement face aux besoins de la vie scolaire!
    Peu importe le nom du Ministre ou de sa compétence si le systéme reste figé dans sa conception d’offrir le savoir aux enfants algériens.
    Tant que la corruption fera loi dans notre pays,inutile de rever d’un enseignement adéquat au pays.Les parents d’éléves sont totalement désemparés au moment des inscriptions de leurs enfants à cause de certains chefs d’établissements vereux.
    Il faut espérer que le systéme aux pratiques éculées disparaisse le plutot possible afin que notre école puisse retrouver sérénité et redevienne une véritable arene où le savoir serait dispensé sans discrimination aucune!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER