• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 18 septembre 2009

Archive pour le 18 septembre, 2009

A quand la fin des violences ?

berrian3np4.jpgSaid Radjef pour  »Algérie Politique » 

Comment juger l’action du 1er Novembre 1954 à la lumière des événements que vit aujourd’hui le pays ? A l’expérience des événements vécus, peut-on dire que le Conseil de la révolution pour l’unité et l’action (CRUA) fut  poussé à son insu à la révolution ? La démocratie est-elle possible sans alternance et sans paix ? Notre pays est-il souverain ou bien est-il à la merci  des lobbies militaro-industriels et autres gangsters qui dictent dans une mondialisation défavorable aux pays pauvres, leurs lois ? Quel seront l’avenir et le destin des futures générations ? Nos enfants seront-ils des bouches inutiles à nourrir et des bras sans emplois ? Dans ce cas quel sens donner aux incommensurables sacrifices consentis pas plusieurs générations ?…Telles sont les questions  que je me pose chaque jour et que je propose à la réflexion de nos amis internautes ?
 
Depuis plus d’un siècle le pays vit sans discontinuer dans une atmosphère de guerre et de violences inouïes. Aux événements génocidaires du 08 mai 1945 dont on dit qu’une partie de responsabilité incombe aux cadres opportunistes des AML, succéda  l’insurrection du 1 novembre 1954 dans un climat de négation et de règlements de compte entre les différentes composantes du mouvement nationaliste. Aux lendemains des Accords d’Evian, la situation ne s’est guère  apaisée .Et  c’est par la sagesse, toujours cette sagesse légendaire de Hocine Aït-Ahmed, Krim Belkacem, Ferhat Abbas et Ben Youcef Benkhedda que le sang des algériennes et des algériens ne coula pas encore à flots, lorsque au Congrès de Tripoli, durant l’été 1962, l’armée des frontières composée essentiellement de mercenaires, décida  de confisquer par la force la souveraineté du peuple. Et ce fut un miracle que les Accords d’Evian ne fussent pas remis en cause par la colonisation encore présente sur le sol algérien.

(Lire la suite)

Le colonel Fewzi n’est plus en service ?

pressealgerieok.jpg

Par El Mouhtarem « Algérie Politique » 

Nous apprenons d’une source informée que le colonel du DRS chargé des « relations » avec la presse, Fewzi, n’est plus en service. Par ailleurs, nous apprenons que le dossier réalisé par le quotidien Le Jeune indépendant sur la presse algérienne a été commandé par un certain Farouk (!). Pour rappel, le Jeune indépendant dont le directeur est un ancien machiniste au niveau d’une imprimerie, a consacré un dossier à la presse algérienne en réaction à un article d’El Watan rapportant une déclaration de Abdelaali Rezagui qui a remis en cause l’indépendance des journaux algériens. En effet, lors d’une soirée organisée par le quotidien Algérie News, M. Rezagui a affirmé que la presse en Algérie est dirigée par un seul rédacteur en chef « Benaknoun » en référence au colonel Fewzi. Dans son éditorial, le DP du Jeune indépendant a rendu hommage à « Benaknoun » et remercié au passage « Djezzy » et « Nedjma » pour le soutien qu’ils apportent à son journal. 

Hamraoui Habib Chawki, Ambassadeur ou imposteur?

hamraouihabibchawki.jpgceausescunikolae.jpgSami Smati pour « Algérie Politique » 

Quand le pouvoir a fait passer par un simple claquement des doigts, Hamraoui Habib Chawki (HHC) de simple journaliste effacé au poste de directeur général visible de l’Unique avant de le propulser deux fois ministre, ce fut presque demi-mal car l’orpheline était et est faite par eux et pour eux. Mais le nommer par un autre simple claquement des doigts ambassadeur de la RADP, République Algérienne Démontable et Portable, combien même en Roumanie, le plus pauvre pays d’Europe, et dernier pays à avoir rejoint l’Union Européenne, il reste que c’est un pays européen qui a adhéré aux valeurs et principes universels notamment le respect des droits de l’homme, la liberté d’opinion et de presse !

Mais la question qui monte aux lèvres c’est celle de se demander si le Monarque-Président de la RADP, souffrant de plusieurs maux, est atteint d’amnésie, si bien qu’il a oublié que le temps de Nicolae Ceauşescua est révolu. Les HHC se multiplient à la vitesse de la lumière pendant que le peuple anesthésié sommeille dans un coma obscur. Mais comme dirait un général forcé à la retraite, «Il y a des gens qu’il faut fusiller tous les matins pendant quinze jours».  

En fait, dans quelle langue HHC va-t-il présenter ses lettres de créances ? car hormis l’arabe algérien, les  langues étrangères ne sont pas sa tasse de thé. Si le Roumain, Leonard Orban, l’actuel Commissaire européen en charge du multilinguisme, apprend la nouvelle de la nomination de HHC dans son pays, il s’arrachera les cheveux, se griffera les joues et s’enroulera par terre ! 

Il faut dire que l’équipe gouvernante en Algérie ne se soucie guère de l’image de la République algérienne, ne se soucie pas non plus du rôle ô combien délicat de l’ambassadeur dont les taches sont d’abord de renforcer les relations bilatérales, de promouvoir les échanges économiques, commerciaux et culturels. Malheureusement, ce qui compte pour l’équipe gouvernante, c’est de distribuer au hasard, des postes à des petites gens, fourbes, hypocrites, imposteurs, renégats et perfides.

Vive la République algérienne démontable et portable !

Amizour: Le FFS demande à l’administration de procéder à un contrôle de la gestion locale

ffs1.jpgL’APC d’Amizour vient d’être secouée par une imposante action de protestation pacifique de la population de Taddart Tamokrants qui fait face à de multiples problèmes de tous genres. En fait, l’état des lieux dans cette localité est à l’image du reste de toute la commune, livrée à elle-même et prise en otage par des élus à l’exécutif irresponsables, complètement déconnectés du quotidien de leurs concitoyens et  qui préfèrent se livrer en spectacle et à se chamailler au sujet des véhicules de la collectivité. 

 

En effet, après deux ans de  gestion ou plutôt de «non-gestion» qui ne peut que susciter indignation et colère de la population, à l’exemple de celle, légitime, exprimée par les citoyens qui en viennent à fermer le siège de leur APC. 

Faut-t-il s’étonner d’une telle réaction ? La réponse est évidemment non. Non eu égard à l’état de déliquescence avancée dans lequel végète la commune où tous les indicateurs sont au rouge:

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER