France: Le ministère de la Défense a retrouvé 20 documents secrets sur l’assassinat des moines

moines.jpgMathieu Delahousse, Le Figaro, 25 septembre 2009

Les demandes de levée de secret-défense envoyées à la fin de l’été par le juge d’instruction Marc Trévidic à trois ministères ont finalement porté leurs fruits. Après avoir annoncé au début de l’été qu’aucune note du général Buchwalter ne se trouvait dans ses archives, le ministère de
la Défense a finalement répondu. Selon nos informations, une vingtaine de documents portant sur l’affaire des sept moines de Tibéhirine ont été retrouvés au sein de ses services. Il s’agit de rapports, notamment établis par
la DGSE, sur le cas des sept religieux enlevés en mars 1996
dans leur monastère proche de Médéa avant que leurs seules têtes, mutilées, ne soient retrouvées par les autorités algériennes.

La tuerie était jusque-là imputée au GIA (Groupe islamique armé), qui l’avait revendiquée, mais l’audition par le juge en juin dernier du général Buchwalter, ancien attaché de défense à l’ambassade de France d’Alger, a relancé le dossier, car la piste d’une « bavure » algérienne y a été évoquée: des hélicoptères de l’armée régulière auraient ouvert le feu sur un campement où étaient détenus les religieux. Selon le général Buchwalter, le secret aurait été maintenu sur ces faits par la volonté de l’ambassadeur de France sur place. Et les rapports qu’il aurait alors adressés à sa hiérarchie pour signaler ces événements en contradiction avec la version officielle n’auraient eu aucune suite.

Au sein du ministère de
la Défense, les documents que les services détenaient sur l’affaire ont en fait été retrouvés cet été. Ceux qui étaient classés secret-défense – une vingtaine – ont été transmis la semaine dernière à la commission consultative du secret de la défense nationale, qui se prononcera sur l’opportunité de les déclassifier d’ici à deux mois. Le ministre de
la Défense, qui s’est engagé à suivre l’avis de la commission, transmettra ensuite au juge antiterroriste les documents concernés. On ignore encore si le Quai d’Orsay et
la Place Beauvau ont fait preuve d’une diligence similaire.

Si, pour l’heure, le contenu même des documents retrouvés est encore confidentiel, leur communication suscite d’ores et déjà un espoir sérieux pour l’enquête. Le juge antiterroriste Marc Trévidic a en effet, dans ses demandes de levée de secret-défense, révélé les pistes qu’il entend suivre. Dans ces trois notes, que Le Figaro a pu consulter, il souligne les aspects matériels : les rapports du médecin militaire qui a vu les têtes des moines auraient-ils noté des traces de balles ? Ou encore les rapports de
la DGSE feraient-ils mention de missions de l’armée algérienne et des zones d’action des hélicoptères ?

Dans ses demandes, le juge insiste sur la portée considérable que pourrait avoir, si elle venait à être confirmée, la thèse de la «bavure». Dans sa note adressée aux ministères, le magistrat explique : «Si la mort des moines est due à une méprise, cela signifie inévitablement soit que le communiqué du GIA du 21 mai 1996 annonçant la mort des moines n’émane pas de Djamel Zitouni (jusque-là présenté comme un émir du GIA mais soupçonné d’avoir appartenu aux services algériens, NDLR ). Dans ce cas, l’on peut se demander pour quelle raison ­Djamel Zitouni n’aurait fait aucun démenti et aurait accepté d’endosser la responsabilité de la mort des moines, ce qui confirmerait alors des liens étroits avec les services algériens»… Le magistrat écrit encore que l’éventualité d’un crime commis par les services algériens étant désormais dans le dossier judiciaire, «(sa) fonction (lui) impose de ne négliger aucune piste sérieuse ni de privilégier une thèse sur une autre».

Enfin, le juge dispose d’un nouvel indice pouvant accréditer la thèse d’une bavure. Il s’agit d’une phrase figurant dans un communiqué du GIA en avril 1996 : sans qu’on y prête attention jusque-là, les islamistes avaient alors glissé dans leur texte cette phrase : «Après leur échec flagrant, les impies (les forces de l’ordre) sont enclins à utiliser actuellement (…) des hélicoptères avec l’intention, pour le moins, de tuer les moines après avoir perdu tout espoir de les retrouver vivants.»

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER