Un mineur harrag ne jure que par la récidive

 

haraga.jpg«Certes, je n’ai pas réussi mon coup cette fois-ci, mais cela ne me dissuadera nullement à retenter ma chance!» Cette phrase, résumant on ne peut plus tragiquement le ras-le-bol de la jeunesse, est d’un harrag, Nabil, sauvé hier d’une mort certaine, alors que son âge ne dépasse pas la quinzaine. Il ne jure que par la récidive, lui qui a préféré abandonner ses études au lycée Ibn Badis d’Oran pour la plus hasardeuse des aventures…

 

Nabil, âgé de 15 ans, dira: «Je pensais avoir plus de chance que les autres dans cette aventure. Je me disais que les autorités espagnoles accorderaient un traitement spécial aux mineurs. Ceux-là, m’a-t-on dit, sont pris en charge jusqu’à ce qu’ils atteignent leur majorité. Je dois dire aussi que cela fait plus d’une année que j’ai commencé à planifier ce départ. Dommage que ça ait foiré. Certes, je n’ai pas réussi mon coup cette fois-ci, mais cela ne me dissuadera nullement de retenter ma chance.» Synthèse d’El Mouhtarem. Article complet dans La Voix de l’Oranie

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER