• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 17 octobre 2009

Archive pour le 17 octobre, 2009

« L’Algérie est devenue la jungle »

khelifi.jpg«L’Algérie est devenue la jungle, la chasse après l’argent. Certains ont dix milliards et d’autres ne peuvent pas acheter une baguette. Cela me fait mal au coeur», a déclaré Karim Khelefi, pâtissier, au quotidien français 20 minutes. L’aventure remonte à 1990. Tombé amoureux du métier à 15 ans, aux côtés de son oncle, chef de la plus grande pâtisserie d’Alger, Karim Khelefi quitte à 21 ans les ruelles animées de son Bab el-Oued natal pour un autre quartier populaire, le 19e arrondissement de Paris. Il devient pâtissier dans une boutique qui s’ouvre, rue d’Aubervilliers. S’ensuivent dix-neuf ans de gâteaux, dont quatre à son compte depuis qu’il a racheté le commerce. (…)

Pas facile, les affaires en Algérie

bureaucratie2.bmpÀ Nantes, des patrons qui travaillent avec ce pays s’épaulent au sein d’un club.

«Près de deux ans pour être payé d’un marché public ? J’ai vécu cela en Algérie !» Le Nantais Pascal Mounier dirige la société d’ingénierie Ceris, à Saint-Herblain. En 2005, il a installé, en Algérie, où il participe à la construction d’hôpitaux, sa première filiale à l’étranger.

«Une population jeune, un pays vaste et en développement, le potentiel est immense, reconnaît-il, mais nous nous demandons tous les jours pourquoi nous y sommes venus, tant les affaires prennent des tournures inattendues !»

Des paiements en liquide

En 1994, le FMI a échelonné la dette du pays en échange de l’ouverture du marché. Sur le terrain, cela ne suit pas. La jungle administrative et financière favorise les dérapages. «Tout et n’importe quoi ¯ dont beaucoup de contrefaçons ¯ s’importe et se vend», constate Ahmed Tibaoui, directeur du World Trade Center d’Alger.

Un autre Nantais, Georges Amiand, a franchi la Méditerranée, en 2000, avec Idena, sa société de Sautron, pour vendre son savoir-faire dans la nutrition animale. Une entreprise 100 % de droit algérien et vingt personnes, à Blida, au sud d’Alger. «Il faut se battre sur tout. Notamment avec l’administration.» Et puis «dans l’élevage, tout est payé en liquide !» C’est pour tout cela que Pascal Mounier a lancé un club Algérie à la CCI de Nantes, avec une vingtaine de PME.

D’autant que, depuis quelques mois, le pays s’emploie à limiter ses importations. Plus possible, par exemple, d’y faire entrer du matériel d’occasion. « Comment expédier une nouvelle mélangeuse dans notre usine de Blida ? s’interroge Georges Amiand. En France, nous achetons ce matériel d’occasion, mais révisé.»

Élisabeth BUREAU.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Pas-facile-les-affaires-en-Algerie-_3637-1114822_actu.Htm 

Le FFS qualifie le nouveau code communal de « constitution locale clandestine »

ffs.jpgLe FFS, qui s’est procuré « les bonnes feuilles » de la nouvelle mouture du code communal, soutient que « c’est une nouvelle constitution locale clandestine ». « C’est une reprise intégrale des prérogatives de la représentation populaire par l’administration. Après avoir fermé le jeu politique par la révision de la Constitution, on veut étouffer l’exercice politique au niveau local », affirme Karim Tabbou non sans rappeler que les élus, les partis, les associations et autres élites locales n’ont pas été consultés, comme cela se fait sous d’autres latitudes, pour l’élaboration du nouveau texte.

Selon lui, dans le nouveau code des prérogatives sont même données au secrétaire général de la commune, une attribution qui verra la consécration de la mainmise de l’administration, outre d’autres dispositions qui ligotent les élus. Une administration coupable aussi, à ses yeux, de « traitement différencié » puisque dans certaines communes, les élus sont malmenés. Mais que fera le parti une fois le nouveau texte promulgué et adopté par l’Exécutif et les deux Chambres parlementaires, comme il est loisible de le prévoir ? « On fera des propositions pour tenir à témoin l’opinion (…) Nous, on plaide pour l’autonomie financière de la commune ».

Pour le FFS, qui « mène un combat politique contre un pouvoir qui nous livre un combat mafieux », soutient Tabbou, les autorités sont en train de multiplier les facteurs d’une grande explosion sociale. « Le pouvoir mène des politiques d’indigénat contre les Algériens ». Synthèse d’El Mouhtarem/ Source Liberté

ISRAEL: LA DUPLICITE PERMANENTE

palestine.jpgPar Mohamed BOUGUERRA, Ancien moudjahed, Alger, pour « Algérie Politique »

APPEL AUX CHEFS D’ETAT AFRICAINS, ASIATIQUES ET SUD AMERICAINS
APPEL A TOUS LES CHEFS D’ETAT EPRIS DE JUSTICE

Durant plusieurs décennies, la stratégie de l’Etat sioniste d’Israël a consisté à se faire passer pour un gentil agneau encerclé par de méchants loups arabes, pour une victime continuellement agressée par ses voisins, alors même que l’agression initiale est le fait de l’Etat sioniste qui s’est installé par la force sur un territoire déjà peuplé appartenant à ses occupants. Avec le temps, il s’est avéré être un ogre sous une peau de mouton, devenu une puissance nucléaire redoutable, responsable de plusieurs guerres, poussant toujours plus loin ses frontières, causant l’exil de centaines de milliers de civils condamnés à vivre dans des camps insalubres, assiégeant ceux qui sont restés, leur rendant la vie impossible et les poussant à commettre des actes désespérés, un ogre qui est une source d’instabilité dans la région du Proche et du Moyen Orient et qui pourrait être l’élément déclencheur d’une troisième déflagration mondiale.

Malgré tous les torrents de sang d’innocents versé à Gaza (2008), à Beyrouth (2006) et bien avant, l’Etat sioniste continue d’exiger que tous les Etats arabes le reconnaissent sans contrepartie tangible. Depuis la signature des Accords de Camp David en 1978, deux Etats arabes, l’Egypte et la Jordanie , ont reconnu Israël, soit depuis trente années. Qu’a-t-elle apporté cette reconnaissance au peuple palestinien ? Cette reconnaissance n’a-t-elle pas été en vérité un encouragement à Israël pour perpétrer ses crimes et à étendre ses colonisations en Cisjordanie ? Au même titre d’ailleurs que la reconnaissance des autres Etats de la communauté internationale ?

(Lire la suite)

Les effets néfastes de la mondialisation néolibérale: L’expérience portugaise…

portugal.gifPar  Amokrane Nourdine, Boghni pour « Algérie Politique » 

En ce «DEREGLEMENT DU MONDE (1)», au fil des lectures, on déniche un article relatant des souvenirs réjouissant tant les cœurs de tant d’âmes éprises de justice sociale de par le monde. L’article signé d’un capitaine devenu général de réserve FRANCO CHARAIS s’adonnant à la peinture rappelle les moments heureux quand les bruits des bottes s’assourdirent enthousiasmant les jeunesses  du monde entier, militants de gauche entres autres, affluants des quatre coins du monde saluer les militaires portugais instaurant la démocratie.

QUE RESTE-IL DE LA « REVOLUTION DES ŒILLETS »(2)

Trente cinq ans après le renversement de la dictature par les militaires, le Portugal est devenu un pays néolibéral comme les autres déplore à l’express de Lisbonne en cette année 2009 FRANCO CHARAIS l’un des acteurs du mouvement de 1974. A cette époque le programme des forces armées (MAF : groupe de militaires à l’origine de la «révolution des oeillets) enjoignait à l’exécutif de développer une politique en faveur des classes défavorisées. Le MFA prônait un développement économique croissant qui permettrait au Portugal d’en finir avec la pauvreté. Selon nombre d’historiens, la constitution adoptée par l’assemblée constituante élue le 25 04 1975—avec la participation de ces 35 dernières années–fut l’une des plus avancées du monde.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER