Pas facile, les affaires en Algérie

bureaucratie2.bmpÀ Nantes, des patrons qui travaillent avec ce pays s’épaulent au sein d’un club.

«Près de deux ans pour être payé d’un marché public ? J’ai vécu cela en Algérie !» Le Nantais Pascal Mounier dirige la société d’ingénierie Ceris, à Saint-Herblain. En 2005, il a installé, en Algérie, où il participe à la construction d’hôpitaux, sa première filiale à l’étranger.

«Une population jeune, un pays vaste et en développement, le potentiel est immense, reconnaît-il, mais nous nous demandons tous les jours pourquoi nous y sommes venus, tant les affaires prennent des tournures inattendues !»

Des paiements en liquide

En 1994, le FMI a échelonné la dette du pays en échange de l’ouverture du marché. Sur le terrain, cela ne suit pas. La jungle administrative et financière favorise les dérapages. «Tout et n’importe quoi ¯ dont beaucoup de contrefaçons ¯ s’importe et se vend», constate Ahmed Tibaoui, directeur du World Trade Center d’Alger.

Un autre Nantais, Georges Amiand, a franchi la Méditerranée, en 2000, avec Idena, sa société de Sautron, pour vendre son savoir-faire dans la nutrition animale. Une entreprise 100 % de droit algérien et vingt personnes, à Blida, au sud d’Alger. «Il faut se battre sur tout. Notamment avec l’administration.» Et puis «dans l’élevage, tout est payé en liquide !» C’est pour tout cela que Pascal Mounier a lancé un club Algérie à la CCI de Nantes, avec une vingtaine de PME.

D’autant que, depuis quelques mois, le pays s’emploie à limiter ses importations. Plus possible, par exemple, d’y faire entrer du matériel d’occasion. « Comment expédier une nouvelle mélangeuse dans notre usine de Blida ? s’interroge Georges Amiand. En France, nous achetons ce matériel d’occasion, mais révisé.»

Élisabeth BUREAU.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Pas-facile-les-affaires-en-Algerie-_3637-1114822_actu.Htm 

Commentaires

  1. Obama dit :

    Il y a actuellement plus de 50 internautes en LIGNE , suffisant donc pour lancer cette autre pavée dans la marre.
    Pour répondre à l’affirmation contenue dans le texte ci avant disons helas, si, pour certains rien de plus facile de décrocher des opérations et des marchés qu’on ose pas imaginer possible, même en rêve.
    Pourtant en Algérie les étrangers réalisent leurs rêves avec l’assentiment des notres pris dans l’engrenage des désirs inassouvis et des envies en gestation.
    Il suffit de connaitre le vademecum , la méthode bien rodée, connue de ceux qui vous diront: nous aimons l’Algérie, et qui ne la lache pas. Ils vont jusqu’à s’installer en Algérie le temps de tromper tout leur monde. Ils procédent de bien curieuse manière. Celui qui nous interesse aujourd’hui est un bien singulier personnage. Voici comment il a procédé. Il a dans son entourage une belle femme prête pour faire baver les interlocuteurs Algériens. (C’est un fruit sur le gateau offert de bonne grace car beaucoup d’européens s’imaginent que les Algériens sont des obsédés sexuels). Elle est aussi beau parleur que lui comme le sont la majorité des escros. Il a organisé autour de son idée quelques appuis glanés ça et là dans le milieu choisi. En effet il y a toujours des individus qui rôdent tout autour des fonctionnaires qui ont un quelconque pouvoir ou qui prétendent l’avoir et ou des consultants et hommes d’affaires (nouvelle génération qui ne sont en fait rien de moins que des trabendistes instruits). Il a commencé par les intéresser à son projet en leur faisant miroiter des avantages et des contrats de prestations par exemple en Algérie,il aurait même signer des marchés qui restent bien sur en dehors des comptes de la société Algérienne. Comme on sait comment fonctionent ce genre d’individus , son premier cercle lui a procuré un tas d’autres appuis et si les interlocuteurs ont quelques difficultés il sait être seigneur en leur réglant leurs problèmes (car tout tourne autour de l’argent dans ce genre de milieu). Il a même acheté un appartement à l’un deux avec l’argent rentré frauduleusement en Algérie (l’appartement a couté 10.000.000 DA ) un bel investissement humain … puis il a continué la démarche machiavélique de dénigrement tout azimut de tous ceux qui pourraient remettre en question son projet en parlant de sa vraie nature et de ses attributs cachés de mafiosi de la pure tradition sicilienne. Ne dit on pas que la meilleure défense c’est l’attaque.
    Pour renforcer sa démarche il s’est arrangé pour rencontrer des hauts fonctionnaires algériens, après un raccolage systématique de ceux qui osent et qui disent être des hommes sur qui il faut compter donc incontournables si l’ont veut travailler en Algérie.
    Promettre également à ces gens des commissions moribolantes, discretes c’est ce que ces gens la attendent et enfin répondre la rumeur qu’on est proche de tel et tel hommes influents .
    Il n’a pas omis d’organiser des repas ou la belle est en bonne place ,il a poussé le culot de le faire chez l’un d’eux fonctionnaire (Responsable technique de son Etat) , ce dernier acquis à la cause s’est arrangé pour ameuter un autre pour garantir des facilités pour les aspects financiers. Toute cette démarche avait pour but d’amadouer les gens et de les amener à défendre sa cause. Après quoi , l’escro prépare des dossiers d’offres , il en a l’habitude puisqu’il a participé plusieurs fois quand bien même il a échoué, il ne dit mot sur son échec il prépare au contraire la meilleure manière de faire oublier ses echecs , de rebondir pour faire bonne figure devant tous ceux qu’il a pu approcher.

    la deuxième étape est aussi simple car il a l’habitude de faire de fausses déclarations, il a coutume à faire valoir des choses qui n’existent que dans son imagination. Inventer des marques de produits inconnus en europe etc…ou dire qu’ils fabriquent des produits alors qu’ils sont importés d’extrême Orient et maladaroitement typés pour la cause,il sait aussi tronquer les chiffres et construire des bilans positifs et si par inadvertance les organisations professionnelles du pays d’origine lui font un quelconque reproche, il met sur le dos des fonctionnaires Algériens et il affirme, à tort avoir obtenu l’accord des Algériens.
    Les organisations professionnelles européennes ne font pas dans l’approximation elles surveillent notamment quand elles ont des indices négatifs.
    Sentant venir la réprimande et ou des sanctions sévéres , il organise alors une fuite en avant qui lui permet d’une pierre deux coups et de finir son projet.
    I) il trouve une société en situation de quasi faillite, il promet des marchés et on lui offre de rentrer dans le capital, il accapare une bonne part des parts sociales de l’entité. Il prend pris soin de prendre plus du tiers des parts afin de se prémunir éventuellement des problèmes ultérieurs. Il n’a pas pris en son nom propre les parts qu’il a payé pour rentrer dans le capital mais il a utilisé la raison sociale d’une société qui lui appartient à plus de 98% et le reste à sa propre femme.
    Il est donc rentré dans une société en prenant plus de 40% des parts, pour pouvoir soumissionner en Algérie et decrocher des marchés , mais comme il a prévu de longue date le coup cela s’est en effet produit comme nous le verrons ci après.
    La société dans laquelle il a pris des parts est une entitée de production d’instruments de mesure, son chiffre d’affaire de production (pas de vente)a avoisiné 500 mille Euro. Cette société de production (de montage pour être plus précis) travaille sur commande pour plusieurs entités du pays.
    Nous avons été choqué de constater qu’au terme de l’exercice antérieur , elle n’avait qu’un peu plus de 200 € de diponibilité.C’est dire l’aubaine pour les proprritaires de cette boite , de voir venir quelqu’un leur proposer des opérations de plusieurs millions moyennant son intégration dans la société qu’il ne gère pas mais qu’il dirige en sous mains.
    Il y a donc for à parier que les données et les documents fournis aux Algériens dans le cadre des opérations dont on parle ci après contiendraient des faux , il a du maquiller la situation de la société, ses réalisations, ses statuts mais également la nature des produits proposés.
    2) Comme il a su manoeuvrer au niveau local en Algérie , il a donc eux des marchés de plus de 2.000.000 €.
    Cette société est Italienne, la personne qui l’a gère en sous main s’appelle Vincenzo, il passe pour être un ami intime de deux directeurs et d’un responsable central ainsi qu’une pléthore de personnes attirées par les élucubrations et les gestes calculés et intéressés de cette personne.
    Comme il laisse rien au hasard, il passe la majorité de son temps en Algérie pour le moment , le temps de voir les marchés aboutir. Il est comme cul et chemise avec un gerant d’une société Algérienne dont on parlera très bientot.
    Bien évidemment pour donner des gages de véracités de ce qui est dit ici, voici les projets concernés , ils sont d’un domaine tout à fait spécial , c’est l’informatique mais aussi l’électromécanique. Les 4 sont repris dans l’avis d’attribution publié dans la presse nationale ,plus précisément ils concernent : Informatique assistant multimédia, la maintenance des équipements informatiques, et la maintenance des systèmes informatiques et enfin l’ électromécanique.
    Rappelons que cette société Italienne s’appelle …. (on donnera son nom une autre fois) n’a jamais réalisé ce genre d’opération ,son objet social est la fabrication (montage), vente et assistance technique (service après vente) d’instruments de mesure. Lors des dernières modifications de ses statuts,publiées, on a noté que ses missions n’ont pas été changées.

    Un dernier coup de gueule si les lecteurs le permettent au sujet de l’ambiance générale en Algérie, malgré des cas soulevés , on note une certaine léthargie et une grande faiblesse pour les cadres de pouvoir parler de ce qu’ils vivent contre leur volonté. Si la vérité fait peur alors il ne nous reste plus qu’à fermer le livre et laissons la décomposition opérer jusqu’à une mort certaine de toute les bonnes ames et les bonnes volontés. Par notre silence nous renforçons la position des malfaisants et nous passons outre notre droit de savoir et notre devoir de défendre le pays même contre certains des notres qui se laissent embrigader dans des actes désastreux pour la morale publique. Nous disons également que les pauvres Algériens ne nous effraient pas, nous savons qu’ils sont sensibles , ce que nous faisons c’est une aide qu’on apporte aux justes et ils sont nombreux pour chasser les tourteaux étrangers, ceux parmi eux qui sont des diables qui montrent un visage emprunté d’ange inoffensif.

    Obama.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER