• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 21 octobre 2009

Archive pour le 21 octobre, 2009

Émeutes, débrayages et misère sociale: Le front social entre en ébullition

emeutes1.jpgYoucef Aouchiche pour « Algérie Politique »

Le front social est en pleine effervescence. Il est loin de connaître la stabilité. L’accumulation de la misère sociale caractérise toutes les régions du pays. D’Alger à Tamanrasset en passant par Tizi-Ouzou, Ouargla et d’autres localités du pays, le marasme est le même. La situation risque de s’aggraver au fil des jours.

Les grèves et les émeutes sont le  lot quotidien des citoyens. Ainsi, les populations confrontées, seules, à leur destin se référent à l’émeute et à l’expression violente comme seule voie, pour crier leurs ras-le bol de l’ordre établi. La série d’émeutes qui s’est répandue à travers le territoire national ces derniers jours, est la meilleure preuve de cette ébullition perpétuelle.

A Tizi Ouzou où des émeutes de quartiers ont bouleversé  toute la wilaya; à El Madania, Bordj El Kiffane, où les émeutiers ont saccagé et emporté tout sur leur passage; à Ouargla où des jeunes, des vieux, des enfants  et même des femmes ont manifesté dans la rue, il est clairement établi que la violence est le seul moyen d’expression. pour les Algériens. Le chômage, la misère sociale, la marginalisation socio-économique, sont les vecteurs principaux de ces émeutes. Les émeutiers, à travers leur révolte, réclament des meilleures conditions de vie. Cette ébullition est la même pour les syndicats autonomes.

(Lire la suite)

J’ai assisté au procès de Cherif Ouchene

kerchapoub.gifAmazigh pour « Algérie Politique » 

J’ais  assisté au procès de Cherif Ouchene hier à Ain M’lila. Je connais Cherif très bien, c’est même un ami que je respecte beaucoup. Il est très estimé et très respecté par tous les habitants de son village: Ain Kercha. Cherif a insulte le président Bouteflika; c’était la seule manière d’attirer l’attention d’une administration sourde et muette; après des dizaines de correspondances adressées à toutes les autorités du pays, y compris la présidence de la République. Dans ses correspondances, il exposait ses problèmes et son malaise, en demandant de l’aide afin de recouvrir tous ses droits. Mais aucune administration n’a daigné lui répondre malgré la gravite de sa situation. Marre d’être Algérien dans une Algerie détournée et confisquée par une mafia, il se mit à demander « son droit » à la nationalité française (étant né avant l’indépendance du pays)… « Les experts” ont jugé Cherif : il est atteint de troubles psychiques !!! Il sera admis dans un asile pour malades menteaux !!! Ce n’est que le début de l’histoire …

Accusé de schizophrénie aiguë, Cherif Ouchen acquitté !

injustice.jpgCherif Ouchen a bénificié d’un acquittement du tribunal de Aïn M’lila sur la base d’une expertise psychologique. Le juge pose la question de savoir pourquoi il avait écrit une lettre aussi injurieuse au chef de l’Etat. «Je suis spolié de mes droits», réplique-t-il. «Le président est responsable de ce qui se passe», ajoute cherif, à quoi le juge s’oppose en soulignant qu’il est seulement responsable des choses les plus importantes. «Non, il est responsable, y compris des détails», lui répond-il.

Au bout de cet échange qui démontre la lucidité de l’accusé, le juge revient aux résultats de l’expertise selon laquelle Cherif souffre d’une schizophrénie aiguë. Un diagnostic qui rend l’accusé non responsable du point de vue pénal, d’où le verdict prononcé par un juge clairvoyant, qui n’hésite pas à écorcher au passage le ministère public ayant fait, selon lui, une erreur en inculpant Cherif Ouchen, étant pourtant en possession d’une expertise similaire, traitant du même cas et datant de 2006. Synthèse d’El Mouhtarem/ Source El Watan.

Diar-Echems sur une poudrière

chems.jpgLes échauffourées entre jeunes manifestants et forces de l’ordre ont repris, hier, en fin d’après-midi à Diar-Echems, à Alger. Les forces de l’ordre, présentes en nombre impressionnant, ont été repoussées par des centaines de manifestants. Des téléviseurs, des matelas, des parpaings s’abattaient sans répit sur les forces de l’ordre dont l’équipement anti-émeutes semblait inefficace. Plusieurs policiers ont été blessés, certains ont été évacués en urgence vers l’hôpital compte tenu de la gravité de leurs blessures. Vers 19h, les forces anti-émeutes ont tenté, encore une fois, d’entrer dans la cité barricadée. Mais devant la détermination de centaines de jeunes en colère, les policiers ont dû rebrousser chemin, reportant à plus tard des heurts qui s’annonçaient sanglants. Le Soir

1000 élus locaux poursuivis en justice en 17 ans pour corruption !

elkhabar.jpgPlus de 1000 élus locaux sont poursuivis en justice pour dilapidation des terres agricoles, versement de pots-de-vin, trafics et falsification des documents, détournements de deniers publics, corruption et enfin mauvaise gestion. (…) Ces centaines d’élus locaux qui sont traduits en justice depuis l’année 1992 et jusqu’à aujourd’hui, certains ont écopé de lourdes peines de prison, allant même jusqu’à 7 ans. C’est le cas des P/APC de Birkhadem, Kouba, Bordj El Kiffan, Badjarrah. (…) Le ministre délégué chargé des Collectivités locales, Dajou Ould Kablia, avait annoncé en juin 2007 que le nombre d’élus locaux qui sont poursuivis en justice dépasse les 450. Depuis cette annonce, certes, qui a frôlé en 2007 la réalité, vu les affaires qui ont été traitées par les tribunaux du pays, aujourd’hui, malheureusement, ce nombre est passé à 1 000 personnes, toutes traduites devant la justice. Selon un avocat qui a requis l’anonymat, le nombre exact des élus locaux qui sont poursuivis par les tribunaux du pays s’élève à 1081 élus.  Source Le Jour

Cinq ans de prison ferme contre l’ancien P-DG d’Algérie Télécom

simanekheireddine.jpgL’ancien P-DG d’Algérie Télécom, Slimane Kheireddine, a été condamné hier à cinq ans de prison ferme par le tribunal de Sétif. Trois autres prévenus, dont un autre ancien P-DG du groupe, Mouloud Djazaïri, et le directeur des finances et de la comptabilité (DFC), Afedjane Mouloud, ont été condamnés à des peines allant de un à trois ans de prison ferme dans la même affaire. Ils étaient poursuivis dans une affaire de malversations et de corruption liée à des passations de marchés publics. Le montant du préjudice subi par Algérie Télécom dans cette affaire s’élève à 2,38 milliards de dinars.

Le procès de Yacine Zaid reporté

Le procès de Yacine Zaid est reporté au 17 octobre 2009.  Les responsable de la mutinationale ne se sont pas présentés au tribunal de Ouargla. El Mouhtarem

Liste des journaliste signataires de la pétition de soutien à Hadjer Guennafa

libert.jpgAu nom de la dignité 

Nous, journalistes, signataires de la présente pétition, tenons à exprimer, à travers le rassemblement du 19 octobre 2009 à la maison de la presse Tahar Djaout, notre indignation face au licenciement abusif de notre collègue Hadjer Guennafa.
La direction et la rédaction du journal la Tribune des lecteurs n’ont pas le droit d’humilier notre collègue et la menacer de poursuites judicaires pour de simples déclarations dans les colonnes d’un confrère.
Par ce geste ignoble et infâme, c’est toute la corporation qui a été déshonorée.

Battons-nous pour que plus jamais un journaliste ne soit victime de ce genre de dépassements
et dérives.

NB : La présente pétition sera transmisse au secrétariat d’Etat auprès du Premier ministre chargé de la Communication et aux diverses instances internationales dédiées à la défense des droits des journalistes.

Premiers signataires : Par ordre alphabétique
Adjadj Nassima
Anceur Faycal
Aït-Ahmed Jugurtha
Amirouche Yazid
Abed Charef

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER