• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Archive pour octobre, 2009

Quand les calomnies remplacent le débat, il faut stopper les calomniateurs

zehouane.jpgDans une déclaration publique datée du 24 août 2009, M. Hocine Zehouane président de la LADDH – ZEHOUANE (depuis 2005 la LADDH est représentée par deux exécutifs, l’un présidé par M. Zehouane et l’autre par M. Bouchachi) a proféré de graves calomnies à l’encontre d’associations et de militants membres de la Coordination Maghrébine des Organisations des Droits Humains.
En préalable, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT) considère cette déclaration et celles similaires qui l’ont précédées comme fallacieuses et n’ont aucun rapport avec des questions de principe qui régissent ou doivent régir l’action d’organisations de défense des droits humains. Le CRLDHT, organisation autonome et indépendante de tout pouvoir politique, rappelle que toutes ses activités sont basées sur l’applications des principes et chartes internationales des droits humains. Le CRLDHT rappelle aussi s’il en était besoin, en tant que membre fondateur de la CMODH qu’il est attaché à la lutte pour l’édification d’un Maghreb démocratique, fraternel, pacifique et respectueux des droits humains et des peuples qu’y vivent.

Les graves propos attentatoires à l’honneur des associations et  de ses membres et dirigeants de cette déclaration s’est prolongée lors d’une conférence et par une campagne de presse d’une rare violence, complètements étrangers aux pratiques en vigueurs dans le mouvement des droits humains.
Qualifiant les droits de l’homme de « catégorie idéologique bourgeoise des temps modernes », M. Zehouane, dans le cadre de sa polémique contre
la LADDH présidée par M. BOUCHACHI, parle de « intérêts clanique sur le plan interne et de puissances occultes et ramifiées à l’extérieur ». et « d’ordre donné de l’extérieur aux agents infiltrés ».

(Lire la suite)

Caricature de notre ami R.Z

cole.jpg

Algérie: « Nous sommes au regret de constater que la gangrène de la corruption fait du chemin parmi les jeunes »

corruption.jpgMohand pour « Algérie Politique » 

Si nous étions adultes pendant la guerre de libération nous aurions été  dans les maquis pour combattre le colonialisme et ses valets. Aujourd’hui nous pensons qu’il est tout aussi de notre obligation de combattre le mal qui ronge le pays, de participer à la mise hors d’état de nuire des ennemis de l’Algérie de l’intérieur du système et leurs complices extérieurs.

Les Algériens, anciens, sont généreux, ils croyaient à la bonne volonté de tous pour construire l’Algérie, mais certains lâches ont sévi de l’intérieur du système. Aussitôt dévoilés ils rejoignent la France pour continuer leur œuvre maléfique.

Quand on fouille un tout petit peu  dans le passé, on constate qu’en fait leur parent a servi la France coloniale. Le nom de quelqu’un dont on a parlé rendu célèbre dans ce chapitre notamment  j’ai eu la désagréable surprise de voir que son père était en fait au service de la France coloniale en tant que député des Oasis.  J’ai alors fait le lien en rapport avec ses agissements passés et actuels. Pourtant l’Etat algérien lui a tout donné, un poste honorable, un bien immobilier grandiose du domaine public, ces collègues l’appelaient l’homme au cigare de 1000 DA… Qu’a fait cet homme pour l’Algérie si ce n’est de fomenter des magouilles à son profit et ses amis  tout en discréditant les collègues et ses Chefs.

Un observateur et défenseur des droits des peuples disait ceci: « Pour faire cesser les actions négatives, il faut trouver le moyen d’en parler, il ajoute, il faut toucher les concernés dans leur portefeuille ». Chez nous on dit un voleur est madhloul, il baisse la tête, on les laisse partir, on les protège ou on les utilise,  c’est pourquoi c’est devenu un sport national malheureusement.

La vigilance fait partie des obligations  citoyennes, c’est ainsi dans tous les pays; aussi nous ne servons pas des armes du pouvoir ni les armes de nos propres parcours, mais nous faisons appel à la vérité, ce mot qui résonne plus que tous les autres.  Des Algériens excédés parlent de leurs cas, de ceux de leurs collègues, de ce qu’ils voient, ils veulent que cela cessent, ils refusent d’être mis dans le même panier pourri. Nous le faisons car c’est notre droit  qui découle de notre  devoir.

(Lire la suite)

1...1314151617

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER