• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Archive pour octobre, 2009

Le Top10 des dictateurs les mieux élus au monde: Bouteflika 3ème !

boutef.jpgLe président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a été réélu sans surprise dimanche 28 octobre pour un cinquième mandat sur un score triomphal de 89,62%. Ils sont vieux, sont au pouvoir depuis des dizaines d’années et peuvent tous se targuer d’avoir été plébiscités à la tête de leur pays: voici le classement des 10 dictateurs encore en activité les mieux élus au monde. http://www.slate.fr/story/12269/ben-ali-mugabe-karimov-le-top10-des-dictateurs-les-mieux-elus-au-monde

10e – Alexandre Loukachenko, Biélorussie: 82,6%, 9e – Robert Mugabe, Zimbabwe: 85,5%, 8e – Omar Hassan el-Béchir, Soudan: 86,5%, 7e – Islom Karimov, Ouzbékistan: 88,1%, 6e – Hosni Moubarak, Egypte: 88,6%, 5e – Gurbanguly Berdimuhamedow, Turkménistan: 89,23%, 4e – Zine el-Abidine Ben Ali, Tunisie: 89,62%, 3e – Abdelaziz Bouteflika, Algérie: 90,24% , 2e – Noursoultan Nazarbaïev, Kazakhstan: 91%, 1er – Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, Guinée Equatoriale: 97,1 %.

Lu dans Facebook

facebook.jpg« Pourquoi la presse algérienne ne révèle-t-elle pas la vraie identité de Mehdi El Djazaïri sachant que la police a perquisitionné son domicile ? Avons-nous peur de susciter des interrogations lorsque les gens sauront qu’il s’agit de Mohamed Abassa, patron d’un institut de sondage qui a travaillé longtemps pour la télé de HHC ? », a écrit un journaliste algérien. »

Un autre journaliste a écrit: « Je veux compléter la liste des livres censurés que Mustapha Benfodil a dû oublier de citer dans son article sur El Watan d’aujourd’hui:  

- « Chronique des années de Sang Algérie: comment les services secrets ont manipulé les groupes islamistes », Mohamed Samraoui, Ed. Denoel, 2003.

- « Qui a tué à Bentalha ? Chronique d’un massacre annoncé, Nesroulah Yous, avec la collaboration de Salima Mellah, La Découverte, 1999.

- « La sale guerre », Habib Souaïdia, Ed. La Découverte, 2001.

- « La mafia des généraux », Hichem Aboud, Ed. JC Lattès, 2002.

- « Au refuge des balles perdues. Chronique des deux Algérie », Sid Ahmed Semiane, La Découverte, 2005.

- « An Inquiry into the Algerian Massacres », Youcef Bedjaoui, Abbas Aroua et Méziane Aït-Larbi, Hoggar, Genève 1999. (un livre de 1504 pages). 

- « L’envol du faucon vert », Amid Lartane, Editions Metailié, 2007.

Message à ceux qui commentent les articles sur Atailia

J’informe tous les internautes qui commentent les articles sur le général Ataïlia que dorénavant les commentaires qui évoquent la vie privée des personnes ne seront pas publiés. El Mouhtarem 

Angolagate: Charles Pasqua condamné à un an de prison ferme

pasqua2.jpgL’ancien ministre et sénateur français Charles Pasqua a été condamné mardi à Paris à trois ans de prison, dont deux avec  sursis, et 100.000 euros d’amende pour « trafic d’influence » au procès de l’Angolagate, une affaire de vente d’armes de guerre à l’Angola dans les années 90. Le fils de l’ancien président François Mitterrand, dont il était le conseiller pour l’Afrique, a pour sa part été condamné à deux ans de prison avec sursis et 375.000 euros d’amende. L’ex-préfet Jean-Charles Marchiani est condamné à trois ans de prison, dont 21 mois avec sursis pour complicité de trafic d’influence et recel d’abus de   biens sociaux. Le consultant Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, et le magistrat Georges Fenech ont de leur côté été relaxés par le tribunal. 

(Lire la suite)

Lettre à un «ami» Lausannois

faucons.bmpAmokrane Nouredine, Boghni, pour « Algérie Politique » 

Cher ami cher «humain»

Le souvenir de plus de 1300 ans d’incompréhensions, de rivalités théologiques et de guerres a été ravivé dans la conscience collective occidentale ainsi que dans les autres aires de civilisations. Armes idéologiques, cultures et religions ont servi pour l’asservissement d’une grande majorité par une infime minorité occidentale toujours hégémonique depuis bien des siècles. Ainsi donc les logiques de domination se succèdent. Longtemps on avait cultivé la peur du communisme soviétique et des la chute du mur de Berlin en 1989 et la «fin de l’histoire»  chère au politologue américain Fukuyama, des faucons créèrent un nouvel ennemi et désignèrent la religion musulmane mise en concurrence avec «les démocraties occidentales» pour conditionner leurs populations et justifier les nouvelles croisades. Le résultat ce sont de milliers de morts en IRAK en Palestine en Algérie et des pays du tiers-monde renvoyés au moyen âge. La crise économique mondiale dés la fin de l’année 2008 avait désigné le véritable coupable de tous ces dérèglements du monde à l’aube du troisième millénaire. Les chiens de garde «vocifèrent» moins et les maîtres conscients de leurs turpitudes nous épargnent momentanément le temps de se refaire une santé et chercher un autre bouc émissaire. Et cela dure depuis si longtemps, cinq cents ans disent certains économistes révoltés.

(Lire la suite)

Nouar Abdelmalek dépose plainte pour savoir qui a informé Soltani

boudjerrasoltani.jpgL’Algérien, Nouar Abdelmalek, qui accuse l’ancien ministre Bouguerra Soltani de l’avoir torturé, va porter plainte pour savoir qui a informé son tortionnaire présumé qu’il était recherché par la justice suisse, lui  permettant de prendre la fuite. M. Bouguerra Soltani, actuellement président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), a échappé le 17 octobre à la justice suisse qui souhaitait l’interroger sur les accusations dont il est l’objet. « Mon client va porter plainte pour violation du secret de fonction contre le Département fédéral des Affaires étrangères et contre le Département fédéral de la défense », a annoncé à l’AFP Me François Membrez. « Je ne comprends pas comment une telle fuite a pu avoir lieu », s’est indigné l’avocat. Pour Me Membrez, l’information n’a pu sortir que du ministère des Affaires étrangères–consulté par le juge saisi de l’affaire pour savoir si l’ancien ministre bénéficiait d’une immunité– ou du ministère de la défense, dont un service a fait une note au juge pour « le mettre en garde contre une éventuelle manipulation ». 

(Lire la suite)

Mouhib Khatir au secours de Ataïlia

khati.bmpSuite à un redressement fiscal dont a fait objet le général Mohamed Ataïlia en France, dans les années 1997-1998, son fils C. lui présente Mouhib Khatir, actuel P/APC de Zeralda, qui lui prend un conseiller. Par la suite surgit l’histoire de la boucherie qui s’est soldée parait-il par une liquidation.

Khatir n’ayant rien obtenu comme bakchich,  suggère au général de l’employer dans une de ses SARL comme CLAMART DECO OU NOUVELLES CONSTRUCTIONS afin qu’il bénéficie des avantages de
la Caisse de sécurité sociale et pouvoir faire des déclarations de revenus aux impôts à condition qu’il s’acquitte lui-même des charges de l’URSSAF estimées à plus de 5000FF par mois et ce pendant 24 mois, pour qu’au bout du compte, il bénéficiera de l’allocation chômage.

L’arrivée de Abdelaziz Bouteflika au pouvoir en avril 1999 a tout chamboulé. En effet, Khatir a dissuadé le général Ataïlia de s’inscrire aux Assedic, car cela risque de nuire à sa notoriété surtout qu’il soit revenu au devant de la scène politique. Khatir s’est proposé d’employer l’épouse du général pour 3 trimestres. A 60  ans depuis le 1 septembre, elle perçoit 189 euros par mois de retraite. Son ex-épouse est entrain de se battre pour obtenir une aide vu que
la France a supprimé le RMI et instauré le RSA pour ceux qui travaillent avec un faible salaire.

Elle a bénéficié de 2 ans d’allocations d’adules handicapés la somme de 657 euros par mois qu’ils lui ont supprimée le 1 septembre. Elle a reformulé une nouvelle demande aux services des handicapés, car atteinte d’une maladie d’une longue durée que son organisme a développé (la maladie de Horton) sous une forte dose de corticoïde quotidienne. Khatir a bénéficié de plusieurs marchés pour équiper des hôtels, des entreprises, des terrains, des appartements en moquettes.

Après 45 mois dans une église, un Algérien est autorisé à rester au Canada

canada.jpgUn Algérien qui s’était réfugié dans une   église de Montréal le 1er janvier 2006 afin d’échapper à un ordre d’expulsion,   Abdelkader Belaouni, a annoncé lundi avoir finalement obtenu l’autorisation de résider au Canada.   »Je suis très content, mais malgré tout, je suis encore choqué », a déclaré   M. Belaouni à l’AFP. 

M. Belaouni, qui est aveugle, s’était réfugié dans l’église Saint-Gabriel, dans un quartier populaire de Montréal, après avoir reçu l’ordre de quitter le Canada où il résidait sans avoir de papiers. Après 1.390 jours passés au deuxième étage du presbytère montréalais, il a obtenu jeudi dernier la « résidence permanente », document d’immigration permettant de vivre et de travailler au Canada, qu’il considère comme « son   pays ».   »Ça fait longtemps que je me sentais Canadien, je suis vraiment intégré »,   a-t-il dit.  Las de « vivre dans le sang », selon son expression, M. Belaouni quitte son Algérie natale en 1996 pour les Etats-Unis avec seulement un visa de touriste en main. Etabli dans le quartier new-yorkais de Brooklyn, il devient vendeur de cartes téléphoniques. 

(Lire la suite)

La police saisi les exemplaires de Poutakhine

pouta.jpgPlusieurs libraires d’Alger ont été convoqués hier, par la brigade de recherche et d’investigation (BRI) du commissariat central, où ils ont été sommés de restituer le reste du quota du livre Poutakhine, sorti il y a quelques jours et dont l’auteur, Mehdi El Djezaïri, fait l’objet d’une grave persécution par les services de police. «Nous sommes vraiment pris en otage. Quel est le tort d’un libraire qui accepte de vendre un livre autorisé, frappé d’un ISBN, dont l’auteur a organisé une conférence de presse et procédé à une vente-dédicace au moins deux semaines avant qu’il ne le reçoive ? Il y a un an, nous avons fait l’objet du même déni avec le livre de Mohamed Benchicou, que les services de police ont saisi des librairies alors qu’il avait obtenu son ISBN. Jusqu’à quand allons-nous subir ces décisions répressives ? Comment se fait-il qu’un livre autorisé à paraître puisse être saisi sans décision d’interdiction du juge ? », s’exclame un libraire.  Source El Watan/ Synthèse d’El Mouhtarem

2 ans de prison ferme pour le PDG de l’OAIC

oaic.jpgLe tribunal correctionnel d’El-Affroun (Blida) a condamné lundi les PDG de l’OAIC et du Groupe SIM à respectivement deux années de prison ferme et un an de prison avec sursis dans une affaire de passation de contrats non conformes à la reglementation et dilapidation de deniers publics. Ces deux responsables ont été condamnés également à verser respectivement 100.000 DA et 50.000 DA d’amende.
Au total, 32 personnes dont les deux PDG ont été poursuivies en justice dans le cadre de cette affaire pour plusieurs chefs d’inculpation dont la passation de contrats non conformes à la réglementation, dilapidation de deniers publics, faux et usage de faux et négligence ayant entraîné un manque à gagner. Quatre cadres de l’OAIC ont été condamnés également dans cette même affaire à une année de prison ferme et 50.000 DA d’amende alors que 26  autres personnes impliquées dans cette affaire ont été acquittées.

12345...17

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER