• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 7 novembre 2009

Archive pour le 7 novembre, 2009

El Mouhtarem à Algerie-Focus: »Après avoir verrouillé les champs politique et médiatique, le pouvoir veut maintenant verrouiller la Toile »

censure1.jpgAlgerie-Focus.com: Vous animez depuis quelques années un blog politique. Pouvez-vous nous présenter votre travail et les résultats obtenus en matière d’audience notamment ? http://www.algerie-focus.com/2009/11/07/cybercriminalite-ou-verouillage-de-linternet-algerien-entretien/ 

El Mouhtarem: Le blog «Algérie Politique» a été crée en mai 2007. Il se veut un espace de libre débat et d’échange d’opinions entre les internautes algériens. Actuellement, il enregistre entre 4000 et 5000 visites/jour. A ce jour, «Algérie Politique» est visité par plus de 1,5 millions de personnes. J’avoue que je ne connais pas les visiteurs ni ceux qui m’envoient leurs contributions. Je pense que c’est cela qui fait le charme de mon blog. En matière d’articles publiés, mon blog est classé 2ème, sur les 2362 blogs politiques qu’héberge la plate-forme UNBLOG.FR et le second en terme de commentaires publiés. Sur le plan de médiatisation, deux articles ont été consacrés à mon blog par le journal espagnol El Mundo et le journal américain New York Times ainsi qu’un article d’El Watan week-end.

L’avantage pour un blogueur, c’est que contrairement au journaliste professionnel qui est soumis à une ligne éditoriale «imposée» par son patron, lui n’est soumis qu’aux règles de l’éthique et de la déontologie. En sa qualité de journaliste citoyen, il peut commenter un événement en toute liberté et diffuser des informations que la presse ne peut ou ne veut pas publier pour des raisons d’autocensure ou des raisons commerciales.

(Lire la suite)

Et maintenant la «la bleuite»

medienemohamed.jpgSaid Radjef pour « Algérie politique »                                               
 
Ce qui devait arriver est arrivé fatalement. Plus de vingt ans après les événements douloureux des trois glorieuses d’octobre 1988 et de la loi du 23 février autorisant le multipartisme en Algérie, l’opposition est presque totalement décimée, anéantie. Pourtant, au début, lorsque les partis sont sortis de leur clandestinité pour entrer dans la légalité, personne ne pouvait imaginer une telle issue désastreuse. Bien rapidement après l’ouverture du champ politique, l’opposition est vidée de sa substance grise. Amoindrie, affaiblie par des rivalités internes et poussée  jusqu’à ses derniers retranchements, celle-ci s’est montrée incapable de capter l’intérêt  de la foule ou de canaliser les mouvements de protestation qui ont secoué violemment le pays au cours de ces vingt dernières années.  Désormais, l’Algérie est sur un volcan, l’opposition assiste en témoin désabusé. Que s’est-il donc passé pour que l’opposition atteigne ainsi le creux de la vague ?
 
Avec l’arrêt du processus électoral en 1991 et le coup d’état qui l’a suivi, les généraux algériens entendent ne rien céder du pouvoir qu’ils détiennent totalement et qu’ils exercent sans partage depuis prés d’un demi siècle. Les islamistes qui remportent une large victoire au premier tour des élections générales et locales en 1990, s’exaltent. Les généraux du DRS se frottent les mains. Le plan a marché comme convenu, à merveille. Il ne reste qu’a passer à la seconde étape du complot : l’arrêt du processus électoral. Ces zouaves qui ont été scrupuleusement triés sur le volet en 1958 par de Gaulle à Baden-Baden pour remplacer la colonisation en Algérie, ont de la suite dans les idées. En tous les cas, ils ne manquent ni d’imagination ni de culot politique. Pour le moment, ils n’ont rien à craindre.

(Lire la suite)

Algérie: Un centre national d’échange de données pour contrôler le réseau Internet

censure.jpgLe ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication a annoncé l’entrée en service, dès 2010, du Centre national d’échange des données Internet. Cette structure, devrait servir de «filtre» à certains sites Internet sensibles. Selon Bessalah, il ne sera pas question de «restreindre les libertés individuelles» mais d’offrir aux abonnés un système de contrôle parental pour éviter aux enfants de se connecter à des sites Internet sensibles. Il s’avère que ce système de filtre est déjà installé sur les modems fournis par Algérie Télécom. A propos du Centre national d’échange des données Internet, Bessalah a indiqué qu’il servira de portail national à travers lequel transiteront toutes les informations allant de et vers l’Algérie, rapporte Le Soir.

Algérie: 180 000 policiers d’ici à fin 2009

Selon le Jour d’Algérie, le nombre de policiers en Algérie va atteindre les 180 000 agents d’ici à la fin 2009, alors qu’en fin 2004, ils étaient 140 000.  La police algérienne compte atteindre le nombre de 200 000 policiers d’ici à la fin 2010, ajoute le journal.

Algérie: Vers la création de la Confédération générale des travailleurs d’Algérie

Le coordinateur national du Conseil national des professeurs et enseignants du secondaire et technique (CNAPEST), Nourar Larbi, a annoncé hier la création d’une Confédération générale des travailleurs d’Algérie (CGTA). Selon le Jour,  cette nouvelle entité touchera tous les secteurs d’activité et ambitionne à devenir «une Centrale syndicale» à part entière. Nouar El Arbi a précisé que pour l’instant «on ambitionne de la créer et le projet est inscrit à long terme».

Malika Benarab, une Algérienne pas comme les autres !

benar.jpgWahid FARES pour « Algérie Politique » 

C’est par un heureux hasard que j’ai découvert sur Youtube une émission de télévision diffusée sur Al Hiwar TV, consacrée à une Algérienne vraiment pas comme les autres ! Il s’agit de Malika BenArab qui siège au Parlement européen en qualité de députée fraîchement élue pour le groupe des verts. Elle dit les choses avec justesse et sans détour. Elle croit dur comme fer qu’aussi longtemps que les Européens nient la dimension et l’apport civilisationel arabe et maghrébin à l’Europe d’aujourd’hui, toute tentative de dialogue sera vouée à l’échec.

Sa fierté de ses origines amazighes, la députée européenne la laisse transparaître avec pudeur. Et si cet heureux hasard m’a permis aujourd’hui de découvrir une femme algérienne d’une humilité sans pareil, c’est grâce à une autre grande professionnelle des médias, il s’agit de Lila HADDAD, journaliste et présentatrice de l’émission «Liqa fi Europa», sur la chaîne Al Hiwar TV. Faut–il rappeler que nombreuses et nombreux sont les Algériens qui un jour ou l’autre contribueront à l’instauration de la deuxième République !

(Lire la suite)

LES «COSMOCRATES»

livre.jpgAmokrane Nourdine, Boghni, pour « Algérie Politique » 

Plus on avance, plus la famine produit de la dette assassine des innocents. D’année en année le nombre de victimes augmente et la vie devient plus difficile si pesante à la majorité de la population mondiale et dans surtout les 122 pays du tiers-monde les produits disponibles et inaccessibles par leur cherté. En Algérie il y a quelques décennies l’eau du robinet n’était pas facturée aux usagers. Aujourd’hui tout va à la hausse et même les cadres se plaignent de la cherté de la vie et un salaire suffit juste à vivoter. Le prix de l’électricité augmente.

Pourtant, au milieu du XXème siècle on pensait en avoir fini avec l’équation chère à KARL MARX à savoir que les biens disponibles sut terre sont définitivement insuffisants pour satisfaire les besoins des hommes. Et, une formidable succession de révolutions industrielles, technologiques et scientifiques a dynamisé les forces productives. La terre croulait sous les richesses. Il suffit juste pour les hommes de bon sens d’une distribution équitable en réduisant le prix des produits, en effaçant les dettes des pays du tiers-monde puisque c’est d’une facilité triviale, en annihilant l’industrie de l’armement. Qui ne rechigne pas aux guerres et aux destructions si ce n’est  ceux que le sociologue genevois ex rapporteur de l’ONU au droit à l’alimentation nomme les cosmocrates et les cosmocrates ce sont les nouveaux seigneurs féodaux de la planète, les dirigeants des sociétés transcontinentales privées de l’industrie, de la banque, des services et du commerce, les maîtres de l’empire de la honte(1). « L’abondance et la gratuité sont les cauchemars des cosmocrates qui consacrent des efforts surhumains à en conjurer la perspective. Jean Ziegler est au tiers-mondisme ce que Hocine Ait Ahmed est à la révolution algérienne : deux vies entières consacrées à la libération de l’homme.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER