Algérie: La grève de l’Education suivie à 90%

grevealgerie.jpgLe mot d’ordre de la grève d’une semaine reconductible lancé par les syndicats autonomes activant dans le secteur de l’éducation nationale a été largement suivi. Au premier jour, le taux de suivi était de 90%, voire même de 100%, dans certaines wilayas. La paralysie est totale au niveau des établissements scolaires, notamment au niveau de l’enseignement secondaire, palier où le mouvement de protestation est fortement ressenti. Pour rappel, la dernière circulaire du Premier ministre portant sur le régime indemnitaire est la goutte qui a fait déborder le vase. L’application du régime indemnitaire sans effet rétroactif, comme le stipule la note, est qualifié d’«inacceptable» par les syndicats. Une telle procédure ne générera que des pertes financières pour les enseignants qui oscillent entre 12 à 19 millions de centimes. Synthèse d’El Mouhtarem

Commentaires

  1. amghar azzamni dit :

    Face à une sourde oreille récurrente observée par les pouvoirs publics en matiere des revendications du corps enseignant relatives au régime indemnitaire,une gréve généralisée a paralysé totalement les établissements scolaires des trois paliers mettant ainsi en péril permanent l’avenir de nos enfants.Cette attitude persistante affichée par les responsables du secteur de l’éducation pénalise avant tout les éléves fréquentant l’école publique.Seuls ceux scolarisés en privé et certains d’entre eux,mieux nantis scolarisés à l’étranger,continuent de bénéficier de leurs cours quotidiens au grand dam des moins lotis!
    L’entetement du gouvernement à rejeter ces revendications plus que légitimes enfonce davantage le clou dans la précarité scolaire offerte jusque là à nos enfants.Des bouleversements de programmes scolaires presque annuels au manque d’enseignants dans certains établissements,la politique de l’éducation nationale demeure à chaque instant compromise pour la majorité des petites et petits algériens!
    Il faut retenir,que les parents d’éléves sont trés contraints de dépenser de lourdes sommes en cours de soutien à leurs enfants pour palier à l’insuffisance de l’enseignement prodigué en milieu scolaire.
    Alors messieurs les responsables de générations,pourquoi ne pas régler normalement nos enseignants qui,il faut le souligner,essayent de donner le maximum d’eux-memes avec de faibles revenus.Surtout ne nous dites pas que le trésor public manque de moyens financiers pour mettre fin à cette crise grave qui secoue le secteur de l’éducation et qui risque de drainer d’autres repercussions plus pernicieuses.
    Il faut que le gouvernement réagisse avec célérité et beaucoup de discernement si l’on ne veut pas que cela dégénére.L’éducation nationale est secteur stratégique,il engage l’avenir meme du pays!

  2. yidir dit :

    en d’autre terme tout le secteur de l’education est paralyse,des centaines de milliers de nos enfants seront prives de cours au minimum une semaine,benbouzid le premier responsable du secteur au lieu de faire son travail,il enfonce le clou en disant que la greve n’a pas ete du tout suivie!
    on comprendra sans trop de commentaires que la scolarite de leurs enfants marche à merveille.ca continuera comme ca malheuresement tant que la societe (avec toute ses composantes:parents d’eleve,partis,presse…)civile ne bouge pas!

  3. amghar azzamni dit :

    La gréve comme moyen de revendications de droits est légitime,c’est vrai et reconnu!
    Mais dans un secteur aussi stratégique qu’est l’éducation nationale,la prévoir en illimitée serait une bavure incontestable car elle pénalise par ricochet,les éléves qui ont un examen de fin d’année à préparer!
    A mon avis,ce genre d’action pourrait etre plutot utilisé de maniére cyclique!Les éléves seraient moins contraints!

  4. Prof' dit :

    il font le bonheur des élèves
    http://itis-just-my-life.skyrock.com/

  5. ali dit :

    pas de leskro de ben bouzid

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER