Algérie: 4 000 médecins payés à 12000 DA/mois (100 euros)

grevesyndicatssantealgerie.jpgPlus de 4000 médecins recrutés dans le cadre du dispositif d’insertion professionnelle qui perçoivent une indemnité mensuelle de 12 000 DA, affirme le secrétaire général du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP). Rémunérés sur deux années à 12 000 DA, les inscrits au pré-emploi ont droit à une année renouvelable et se retrouvent par la suite au chômage. Synthèse d’El Mouhtarem

Commentaires

  1. Mohand Saïd Amniche dit :

    Il serait intéressant, Mr Mouhtarem, d’ouvrir un dossier sur l’état de la santé en Algérie. Parler des hôpitaux mouroirs mais aussi de certaines cliniques où le malade est un véritable poulet qu’on déplume. Les honoraires sont à la tête du client. Certains véreux s’amusent même à opérer des maladies imaginaires (faux calculs de la visicule, fausses appendicites….) dans la banlieue d’Alger, ma nièce a été opérée pour un kyste fonctionnel de l’ovaire !!
    Pourquoi tant de silence et de complicités. Malades arnaqués, réveillez-vous !
    Signé : un fils de malade arnaqué.

  2. justice&verite dit :

    Tous les salaires des algeriens ne repondent pas á la realité 2m9.
    - SAUF-
    la braize -i- dence et sa famille,
    le gouverne-MENTEUR,
    le senat-ORIUM,
    les de-PUTEs
    et les partis et organisations BNI-oui-ouite de ce regime sanguinaire ILLEGITIME.

    C pourkoi il y’a la fuite des cadres mal considerés dans leur propre pays et aussi sans oublier de le dire nous avons des cadres boat-people á cote des pensionnaires, des femmes enceintes et autres categories sociales, …

    Il faut voir les comptes bancaires des millionnairtes et non des milliardaires algeriens voleurs de la nation.

    Au bon entendeur.

  3. Taous dit :

    Oui, Mohand, vous avez entièrement raison. Que nos médecins se plaignent de salaires pas compatibles avec la durée des études consenties pour exercer ce noble métier est légitimé. Il faut donc appuyer leur combat. mais dans le même temps, nous avons tous des histoires sur l’irresponsabilité et l’absence de conscience professionnelle de certains médecins et la vénalité de certains qui ont oublié le serment fait et se sont transformés en vulgaires commerçants.

    Souvent, en voyant le degré de vétusté, la saleté, la manque d’hygiène de façon générale dans nos hôpitaux, je me suis demandée comment de grands patrons pouvaient accepter d’exercer dans ces conditions. je regrette mais pour moi leur responsabilité est pleinement engagée.

    Dire que nos hôpitaux sont de vrais mouroirs c’est la vérité, n’en déplaise au Professeur Merad qui dans un article d’El Watan soutenait le contraire.

    Qu’il s’agisse des soins, de la façon dont ils sont dispensés, des demandes incroyables faites aux malades de ramener, qui du sang, qui du fil pour suturer,qui, qui, qui… de l’obligation dans laquelle se retrouvent les familles de ramener leur propre literie, de ramener les repas pour leurs malades…

    Alors, compte-tenu de ce bref et peu reluisant état des lieux, je dirai que notre médecine est malade et pas seulement par la faute des pouvoirs publics. les médecins ont également une large part de responsabilité. Ah que j’eusse aimé les voir défiler dans les rues pour exiger d’autres conditions de travail, pas uniquement pour eux mais avant tout pour ces malades auxquels les lient le serment d’Hippocrate!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER