• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Archive pour novembre, 2009

Algérie: N’y a-t-il plus des gens intègres parmi ces milliers d’hommes de loi ?

corruption3cf171.jpgOrganisation de bénévoles antimafia en Algérie (OBAMA) 

Nous réagissons sur ce dossier après une absence de quelques jours. En fait nous voulions attendre pour voir comment les hommes de la République, les incorruptibles de l’IGF et de la gendarmerie ainsi que la police, sans oublier les services investigations économiques de la fameuse Direction du Renseignement.

Nous avons fourni des éléments qui permettraient à l’Algérie de faire l’économie de plusieurs dizaines de millions d’EURO. Nonobstant la leçon a dispensé à la mafia qui se croyait tout permis et au étrangers escrocs et voleurs , qui ont trahi le pays qui les a fait s’engraisser à coups de millions. Cependant ce dossier de Said Bouteflika qui tacle les voleurs égyptiens nous pousse à intervenir et à donner notre avis. Puisque beaucoup d’Algériens, il suffit de mentionner Bouteflika dans une critique quelconque, pour qu’ils évitent d’en parler et de donner leur avis.

En fait les raisons profondes de la guerre Moubarak-Bouteflika c’est un dossier de gros sous de 100 millions de $. Si l’on se base sur le montant du marché de 1 milliard de $, cela veut dire que la firme américaine consent à son agent une commission commerciale de 10 % , même dans le trafic d’armes ce taux est inhabituel. Moubarak peut en effet se fâcher de son ami Said, qui lui a coupé l’herbe sous les pieds. Quant au fond de l’affaire, ce qui est dit est plausible d’autant que le petit Said a besoin de plusieurs centaines de millions pour organiser et faire vivre son parti en formation. Les dizaines de millions que les sociétés qui ont obtenu des marchés d’équipements ne suffisent pas. Nous y reviendrons.

(Lire la suite)

Les raisons d’une guerre entre Said Bouteflika et Alaa Moubarek

alla.jpgsaid.jpegTraduction sommaire pour nos compatriotes francophones (rédaction):

Notre correspondant au Caire vient d’apprendre de sources présidentielles que le litige entre les deux familles dirigeantes en Egypte et en Algérie a éclaté à cause d’un contrat d’achat d’avions dont le montant s’élevait à un milliard de dollars qu’était supposé conclure il y a trois mois le représentant de Lockheed Martin au Caire, Alaa Moubarak, fils aîné du président égyptien avec les cercles Algériens en contrepartie d’une commission d’un million de dollars.

A l’approche de la conclusion du contrat entre Aala, représentant de la société dans la région et les Algériens, est intervenu Saïd Bouteflika, frère du président Algérien (et qui rêve de le remplacer), pour conclure avec un concessionnaire français cette importante transaction pour s’accaparer de la commission que devait empocher Aala Moubarak.

Il en résultera une grave détérioration des relations entre les deux pays, provoquant l’intervention de Kadhafi afin de calmer les esprits en tentant d’organiser une rencontre à Tripoli entre Moubarak et Bouteflika mais sans succès. Les feux de la haine embrasèrent Moubarak et sa famille jusqu’à l’avènement du match. Ce dernier fut l’occasion aux deux parties de régler leurs comptes en instrumentalisant leurs peuples.

C’est ainsi que Alaa et Djamal ont veillé à allumer les feux de la discorde. Pour la première fois, nous avons vu Aala Moubarak se mettre sous les feux de la rampe, contactant les chaînes satellitaires et les organes d’information et appelant ses compatriotes à botter les Algériens, trouvant comme prétexte le match de football. Tout comme son père, Hosni Moubarak réunissait son Etat-major faisant retentir les tambours de la guerre et menaçant de rompre les relations avec l’Algérie. Il se faisait ainsi le défenseur de l’honneur des Egyptiens, alors qu’il ne s’agissait que de troubles et d’une discorde dont les deux parties sont responsables, n’ayant aucune relation avec la dignité de l’Egypte et des Egyptiens, car il ne s’agit pas d’ennemis. C’est sur cette base qu’il mena ces vastes campagnes médiatiques pour monter notre jeunesse et nos enfants d’Egypte et d’Algérie, les uns contre les autres, hypertrophiant la fitna entre les deux peuples frères, à l’histoire et au destin communs, n’en déplaise aux dynasties Moubarak et Bouteflika.

L’Algérie doit quitter la Ligue arabe

liguearabe1.jpgTayeb de BOUGAA

Je viens de lire dans le journal Liberté en un titre pertinent: L’Algérie doit-elle quitter  la Ligue Arabe ? Le dernier  match de football entre l’équipe nationale algérienne et l’équipe égyptienne a montré des aspects cachés  et je suis persuadé que cela existe avec tous les pays arabes.
Pour ma part je suis un fervent partisan du retrait de l’Algérie de cette institution. Je propose un débat au sein de votre site entre les Algériens, car le problème est assez grave et je signale que notre salut se trouve au sein du Maghreb  (Algérie, Maroc et Tunisie).
J’ai lu aussi que le Colonel Mouamar Kadhafi  (40 années de pouvoir absolu) a été désigné par  Amr Moussa pour jouer le rôle de médiateur entre l’Algérie et l’Egypte pour régler le différend entre les deux pays. Quel différend ? C’est tout de même l’Egypte qui doit nous présenter des excuses officielles et je suggère que l’Algérie refuse le rôle du bouffon Libyen..
Que les Algériens débattent de ce sujet qui porte sur leur avenir. Merci.

Les raisons d’une guerre entre Said Bouteflika et Alaa Moubarek

alla.jpgsaid.jpegUn différent oppose depuis quelques mois Said Bouteflika, le frère du président algérien,  au fils aîné du président égyptien, Alaa Moubarak au sujet d’un contrat de vente d’avions d’une société américaine à l’armée algérienne qui n’a pas abouti. 

Alaa Moubarak, un des associés de Sawaris, patron d’Orascom, et représentant de la société américaine, devait empoché 100 millions de dollars dans la transaction  que le frère de Bouteflika aurait fait échoué et aurait fait conclure le contrat auprès d’une société française et empoché les 100 millions de dollars. Appuyez sur le lien http://www.saveegyptfront.org/news/?c=170&a=25519  . El Mouhtarem

Sarkozy: « Il n’y aura jamais de régularisation massive des sans papiers »

sarkozy.jpgLe président français Nicolas Sarkozy a rejeté mardi toute régularisation massive d’immigrés sans-papiers, alors que le débat est relancé par une grève de travailleurs employés par des entreprises françaises mais dépourvus de titres de séjour. Depuis le 12 octobre, plus de 5.000 travailleurs sans-papiers à travers toute la France et principalement en région parisienne, se sont mis en grève pour réclamer la régularisation de leur situation. Ils sont principalement employés dans la restauration, le bâtiment, le nettoyage ou la sécurité.    

Nicolas Sarkozy a affirmé qu’il ne procéderait « jamais » à une régularisation massive des sans-papiers, estimant que ce serait « contraire » aux « valeurs de la   République ».   »Tant que je serai président de la République, je n’accepterai pas une  régularisation globale de ceux qui n’ont pas de papiers, je ne l’accepterai   jamais parce que c’est contraire à l’idée que je me fais des valeurs de la   République », a-t-il assuré.   »La France a expérimenté cette régularisation à trois reprises (…) ça a  conduit à ce que les réseaux de trafiquants criminels sur la pauvreté des gens et le malheur des gens, se disent +envoyons les malheureux en France, ils   régularisent, et donc un jour ils seront amenés à régulariser+ », a-t-il   ajouté. AFP

Maroc: Confirmation de la condamnation d’un militant associatif à 3 ans de prison

La cour d’appel de Casablanca a confirmé mardi la condamnation à trois ans de prison ferme prononcée en juin contre un militant associatif, Chakib Khayari, pour, notamment, « atteinte à corps constitués ».  Chakib Khayari, président de l’Association du Rif pour les droits de l’Homme (ARDH), a été arrêté le 17 février pour « atteinte à corps constitués »,   « infraction au code des changes » et « dépôt de fonds dans une banque étrangère sans l’autorisation » de l’Office des changes.  Le 24 juin, le tribunal de première instance l’a condamné à trois ans de   prison ferme et à verser aux douanes marocaines des amendes de quelque 750.000  dirhams (environ 68.000 euros). Ces amendes ont également été confirmées mardi   par la cour d’appel de Casablanca. Chakib Khayari est accusé d’avoir, dans des interviews à la presse, déclaré  que certaines des personnes impliquées dans un réseau de trafiquants de drogue présumés à Nador (nord du Maroc) avaient pu « accéder à des postes importants au sein d’institutions de l’Etat ».  Le ministère de l’Intérieur a affirmé que les déclarations de M. Khayari   étaient « dénuées de tout fondement ». AFP   

Algérie: Les entreprises françaises investiront 5 milliards de dollars

parisotmedefsaluant33af0f1.jpgLes entreprises françaises vont investir 5 milliards de dollars en Algérie dans les années à venir, a annoncé lundi à Alger le vice-président directeur général du Medef (patronat français) Thierry Courtaigne.   »Les entreprises françaises viennent en Algérie avec de nouveaux investissements de l’ordre de 5 milliards de dollars dans les années à venir, dont la moitié pour des projets énergétiques », a déclaré M. Courtaigne.  De son côté, François Périgot, ancien patron des patrons français a indiqué que les entreprises françaises « s’inscrivent dans le long terme sur le marché algérien ».  

Algérie:Plus de 27.000 dossiers de transfert de pension après le décès de la veuve de chahid examinés

cherifabbas.jpgLe ministre des moudjahidine, Mohamed Cherif Abbas a affirmé, hier, que son secteur a examiné, jusqu’à présent, plus de  27.000 dossiers relatifs au transfert de pension après le décès de la veuve  de chahid. Le ministre a indiqué que son département « a examiné, jusqu’à présent, plus de 27.000 dossiers relatifs au transfert de pension après le décès de la veuve de chahid et tranché  dans 90% des cas, par l’approbation ou le rejet ».  Tous les fils de chahid bénéficiaires de droit de cette pension « la toucheront avec effet rétroactif à compter de janvier 2008  et il n’y a pas lieu de s’inquiéter ».

Algérie: La démocratie avant qu’il ne soit trop tard

boutef.jpgMohand Tahar Mohammedi pour « Algérie Politique »

Au delà de l’enjeu sportif, le pouvoir algérien doit décoder d’une manière responsable et politique le message qu’a envoyé cette jeunesse à travers cette mobilisation spontanée et essayer de comprendre les méthodes dictatoriales qui empêchent les citoyens de s’exprimer et de poser de véritables questions sur l’avenir du pays, afin d’opérer en urgence une réforme démocratique seule capable de nous éviter un embrasement social généralisé.

Tout comme toute chose porte en soi sa propre destruction, et l’article 35 le prévoit dans la Déclaration française des Droits de l’Homme et des Citoyens de 1793, principes qui affirment que “quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs.” Prenez donc conscience et assumez vos responsabilités, avant qu’il ne soit trop tard, que votre régime inqualifiable, qui s’est tant nourri de nos peurs et de nos craintes, n’a que trop duré. Le message est plus que clair, la population algérienne en l’occurrence sa jeunesse qui manque de tous sauf de courage, ne demande rien d’autre que la liberté, la démocratie pour réussir leur vie dignement.
Seule la démocratie autorise l’espoir d’organiser le pouvoir sur la base d’un modèle non exclusif et qui permet d’éviter l’affrontement fatal.

Bouteflika surveille tout !

bouteflikainside.jpgPar Nassim Ayadi pour « Algérie Politique »
Après avoir atomisé la classe politique pour la discréditer totalement, le régime a fait de même dans le champ médiatique. Après  l’unique chaîne de télévision étatique, l’unique radio étatique, l’unique agence de presse, Bouteflika a su comment transformer en un laps de temps la presse indépendante en presse commerciale soumise au doigt et l’œil du grand boss. Et si la presse électronique  devient un instrument de communication et d’information privilégiée, Bouteflila et le cabinet noir restent très vigilants quant à son développement, entravant la circulation de l’information sur le réseau notamment sous couvert de lutte contre le terrorisme. Comme en témoigne le rapport 2004 de Reporters sans frontières, journalistes et « cyberdissidents » sont sous la menace de sanctions judiciaires ou traqués par la « cyberpolice ».
 
Pour contourner l’hégémonie bouteflikiste, je soumets aux visiteurs de ce site, une petite idée que vous jugerez peut-être naïve et qui serait de faire se rencontrer autour d’un projet de création d’une chaîne de télévision algérienne privée, des hommes et des femmes libres, détenteurs de moyens financiers, des journalistes professionnels, des techniciens audiovisuels, et toute personne de bonne volonté pour permettre enfin à une chaîne de télévision libre d’éclore dans une capitale européenne, Paris, Londres, Luxembourg, Bruxelles ou Genève… pour qu’à l’instar d’autres pays, l’Algérie pourra dire au monde entier la volonté d’un peuple courageux, généreux et digne, de promouvoir les droits de l’homme et la liberté d’expression, un peuple qui peut montrer et démontrer combien ce bout d’Afrique du nord est éperdument beau, combien cette terre est fertile, fertile de ses braves Hommes, fertile d’idées plus juste pour l’exploitation de son or noir, de son potentiel touristique, de sa situation stratégique, et de sa capacité à réaliser à ceux qui l’aime, leurs rêves les plus fous.
 
Rêveur ou pragmatique, je laisse mon email  oxygene.oxygene.tv@gmail.com  sur ce respectable site libre comme une bouteille jeté dans la mer, pour celles et ceux qui adhèrent à ce projet et pensent un apporter quelconque appui pour faire aboutir ce projet de création d’une télévision qui sache nous arracher des griffes de la suffocation et nous apporter un peu d’oxygène indispensable à notre survie.
 

12345...14

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER