Chakib Khellil:  » Les relations entre l’Egypte et l’Algérie s’améliorent »

chakibkhalil.jpgLes relations entre l’Egypte et l’Algérie, qui avaient tourné à la crise diplomatique après les violences survenues en marge de deux rencontres de qualification au Mondial-2010 de football,   »s’améliorent », a dit vendredi le ministre de l’énergie Chakib Khelil. Les relations entre les deux pays « s’améliorent, je suis là », a affirmé le ministre à son arrivée dans la capitale égyptienne, où il assistera à une réunion de l’Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (Opaep). Il a d’ailleurs signalé que les deux pays allaient lancer une compagnie pétrolière commune. 

Commentaires

  1. Anonyme dit :

    A ma connaissance les relations ne sont pas rompues avec les fils de Suzanne.

  2. Dai El Kheir dit :

    Je confirme que les égyptiens ont tenu à leurs promesse,ils s’obstinent pour présenter les excuses à nos valeureux martyrs et le peuple algérien en réalité cette personne là devra être juger pour Haute trahison,complot contre l’autorité de l’état,passation des marchés en vue de nuire à l’économie de l’état sans consultation les représentants du peuple,exploitation de fonds de l’état à des fins personnelles,constitution de groupuscules mafieux internationales en vue d’appauvrir le peuple algérien. et enfin ou sont les partis politiques ?????? Ou est le rôle de la fameuse DRS et l’AN(POLPULAIRE????)issu du peuple qui a été insulté,faites quelque chose de bien pour le pays une fois de votre vie rendez nous notre dignité je ne demande pas de faire coup d’état mais faire cesser ses agissements de ces ministres tarés.

  3. Dr. amina&amin dit :

    Etrangement etrange!
    le sang des algeriens avait coulé, le drapeau brulé, les mensonges et insultes contre le peuple algerien … cet illegitime mini…stre le balaye facilement et simplement.

    Certainement les pharaons de l’assassin moubarak detient des atouts incroyables contre ce minable mini et autres dans le pouvoir algerien.

    Nous attendions une replique adequate, DELOCALISATION
    1. de la CAF vers un pays plus sportif et performant, Ghana, Cameroun, Cote d’ivoire, Nigeria, SAF,

    2. la ligue arabe doit etre dissoute est en dephasage totale de notre temps …
    UNE COQUILLE VIDE DE SENS!

    une ligue NAF est largement suffisante
    3. mauretanie, maroc, algerie, tunisie, libye, … forment « NAF » l’afrique du nord et basta.

    Tendrement votre.

  4. Hmida dit :

    Les loups de se mangent pas entre eux.

  5. arezki dit :

    azul.et les gendarmes snipers,on les envoit seulement en kabylie.parceque les relations regime d’alger-kabylie,sont rempues il y a de cela tres longtemps.(depuis l’assassinat de abbane ramdane).au diable bande de criminels.thanmirth.

  6. hasheickoum dit :

    je suis fier d’êtres algérien !
    maintenant quand un étranger me cracheras a la gueule et bruleras ma maison je lui dirais merci !

  7. Harraga dit :

    Ce que Chakib Khalil présente comme étant une initiative algérienne, ou du moins algéro-égyptienne, ne semble pas du tout être perçue comme telle du côté égyptien qui ne cite d’ailleurs même pas l’Algérie ! C’est à se demander qui dit vrai et à quoi on joue au juste dans cette histoire de plus en plus louche de création de société mixte algéro-égyptienne. Voici, pour info, comment cette «initiative» est présentée par les médias égyptiens, notamment par la voix du très officiel quotidien «El-Ahram» dans son édition du 06 décembre 2009 :

    «Les ministres du pétrole arabe d’accord sur la création de sociétés mixtes pour les industries du pétrole».
    «Les ministres de l’Arab Petroleum participants à la Conférence ministérielle de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole OPAEP, présidée par l’ingénieur Sameh Fahmi, ministre du Pétrole et chef de la délégation de l’Égypte, a exprimé le soutien égyptien pour l’initiative de créer une nouvelle société mixte spécialisée dans l’industrie pétrolière, appartenant à l’OPAEP pour la fabrication de fournitures et l’équipement des industries pétrolières.
    Les ministres se sont également mis d’accord sur les propositions égyptiennes avancés par Fahmi dans son discours d’ouverture de la réunion d’hier pour développer le travail de l’organisation afin de stabiliser les marchés du pétrole et du gaz naturel et de sécuriser l’approvisionnement énergétique mondial et continuer à suivre les effets de la crise mondiale sur les États arabes membres de l’organisation».

  8. Dahmane dit :

    Je suis outré et scandalisé par ces ministres, je dirai ce gouvernement, qui se fait insulter même pas par son peuple mais par un pays de chiens et qui ne réagit pas. Sincérement, j’ai des amis libanais et tunisiens, et j’ai honte de mon algérianité même si j’avais cru un moment que je l’étais vraiment (vive l’EN foot: Vous êtes des hommes et des guerriers).
    Je pense comme pas mal de personnes que ce gouvernement (Ministres de l’energie, des AE, de l’éducation et Hadjar en personne)et complice dans beaucoups d’affaires avec ces e..chiens et pour une question d’intérêts , on sacrifie le peuple comme d’habitude.
    Vivement dans 25 ans. Je vous assure que tout changera.
    Vive l’Algérie

  9. anonyme dit :

    On marche pas avec les egypchiens avant des excuses officielles de leurs part. c’est honteux de se taire aux insultes à l’égart des Algeriens et le pire c’est que notre honorable état se lie à ces chiens en exploitat les richesse de notre pays et les offre aux « faraons » quelles punition pour ce qu’ils ont fait.

  10. Anonyme dit :

    Non monsieur le ministre pour nous le peuple pauvre qui avons été insulté, les relations entre l’égypte et l’Algérie se sont justement intérrompues !!!!!!!!!!!! c »est facile de dire le contraire. on a été touché dans notre amour propre. il faut leur donner une leçon.je suis très déçue et très en colaire envers nos « résponsables »!!!!!!!!!!!

  11. Dai El Kheir dit :

    Vous vous manquez de culot pour nous montrer ce qu’il y a dans la marmite, alors je prends votre défense et je lève le couvercle .
    En vérité vous devrez vous rendre au caire pour conclure un contrat de partenariat avec l’egypte en hydrocarbure car l’état sioniste devra faire quelque chose a son allié(gouvernement moubarek) dans les moments difficiles qu’encours le régime devant la colére du peuple egyptien .
    Cette visite Mr « Chekkil » ce n’était que ordre de mission délivré par les vrais BOSS de Haliburton et anadarko Ex:sonatrach (allah yarhamha) que le peuple algerien l’ignore,vous avez fait seulement votre travail autant que le chargé des affaires du PDG George Bush,Dick cheney,donald rumsfeld , condoleeza reis,Paul wolfwositch,et vous n’allez pas dire le contraire car ces eux qui vous ont imposé comme ministre de l’énergie au gouvernement algerien lors de l’investiture de Mr Bouteflika kasr el mouradia en 1999 , c’est l’erreur de ce dernier qui pensait avoir eut la protection des cow boys du Texas , hélas l’alliance a aussi des principes de priorités et quand il s’agit de rendre service aux Beni Sahioune c’est une autre musique,un contrat de 15 milliards de dollars rendront l’autorité au pouvoir égyptiens devant son peuple,cette Quatrième Pyramide d’autorité qui risquait de se détruire par le bulldozer des verts aux yeux du monde arabe un transfert de Fond comme aide financier dépêché de la part des BOSS d’ Haliburton + anadarko « Ex:sonatrach » afin de reconstruire la pyramide partiellement détruite du Quatrième Pharaon du siècle Moubarak et nous les algériens nous avons reçu une très grande humiliation et insulte du siècle celle le rôle qui l’a jouer notre ministre allié des cow boys du siècle dans dans ce film western réalise et produit par israel ce rôle ce n’est ni plus ni moins « l’âne QUI SERVAIT AU TRANSPORT DES LINGOTS D’ORS VOLES A DES BANQUES DE GHACHINAS LES MEXICAINS » YEHSSENE AOUNEK YA SI ABDELKADER vous ne pouvez rien faire a cette employé americain je vous comprend

  12. louba dit :

    OU EST LA POLIQUE de reciprocité algerienne ils ont exigé des excuses et ils les ont eu ou est passe notre « THIROUGZA’et notre fiereté MOUTE WAKEF il vaut mieu continuer votre silence il nous fait moins de mal

  13. sala dit :

    De prime abord l’Algérie n’est plus un Etat arabe et ne sera jamais, on est berbère et non « barbares » comme nous tentent de le faire ces égypcheins! non déplaise à ce américain en poste, Chékib Khalil qui veut faire du buessnis sur le dos des algériens!
    Pas d’excuse, et pour l’affaiblissement des relations économiques avec cet Etat « de Moubarek » et ses feraoun!
    Au fait n’oublions pas que nos ancertes, dont Shrshog I, sont allé jusqu’au en Egypte et on même pris le trône des phéraouns est r qui veut nuire c’est Les Hommes libres avec un grand H, nous sommes fiers de notre berbérité et notre amazighité, et on est pas « barbares » espèce de chiens, vallet des sraéliens sur le dos des pauvres palestiniens! Ils font que s’abaisser encore et encore! peuple de danseurs et danseuses de ventre, de bakhchich!

  14. chaouis dit :

    salut, mes oncles sont morts pour le drapeau, et eux nous le salisse en s agenouillant devant moubarak.

    le gouvernement algerien actuel n’ ont pas de nif, je suis originaire de guelma et je vous dit les vrais moujhidines sont moRts,ceux qui nous gouvernent sont des harkis
    ils bradent l algerie à la france enreversant plus de la moitiée des revenus du pays.
    LA PLUPART DES MINISTRES VIVENT EN FRANCE VIVE LA REVOLUTION A MORT LE POUVOIR A QUAND LA GUILLOTINE POUR EUX CHMEITA EN PLUS NOTRE PRESIDENT EST MAROCAIN NE A OUJDA
    VIVE LES AURES LIBRE ET INDEPENDANT VIVE TOUTE L ALGERE BERBERES DEHORS L ISLAM ET VOTRE LANGUE ARABE
    NOUS SOMMES DES KABYLES CHAOUIAS MOZABITESET AUTRES

  15. khalil dit :

    il est né a oujda c pour ca il a pas le song algerien

  16. djilali dit :

    nous sommes tellement sage pour qui nous prennes pour des idiots ils nous ont insulter ils ont agresser nos joueurs ils ont brulè notre embléme.moi je pense a la ruptures des relations avec eux. il n’ya pas que l’egypte il ya beaucoup d’autres investisseurs etrangers europein beaucoup plus serieu et ils nous respectes

  17. alligator dit :

    ya , mr el-mouhtaram, pourquoi vous avez efface mon commentaire, je croyais que ce forum etait un forum libre et democratique et qu’on peut poster un commentaire et emettre son opinion sans insultes ni racisme ???

  18. Guevara dit :

    Oui bien évidament Mr chakib khalil, entre vous les gouvernements pas de problémes mais ils faut que les relations s’améliorent entre nous peuple avec notre gouvernement et ça ne vous souci jamais peut importe, dés qu’on veux organiser une protestation digne de démocratie et c’est la repression, Alors assez avec vous les cons, sortez vos CRS pour les égyptiens mais eux ils sortirons vos dossiers vos affaires de vols etc…etc…

  19. nacer dit :

    ce vendu a la double nationalité américaine et algerien , donc c’est un vendu comme les egyptiens de la meme famille ce pourrie, vzenduuuuuuuuuuuuuu

  20. justice&verite dit :

    Djamila Bouhired à Bouteflika : Je vous demande de ne plus nous humiler

    Aujourd’hui, Djamila Bouhired est amoindrie, et, devant la négligence frisant le mépris dont elle fait l’objet de la part de l’Algérie d’en haut, elle a résolu de sortir de sa réserve pour dire basta à l’humiliation des moudjahidine, les vrais.

    Dans un contexte où les martyrs et les glorieux résistants de la Guerre de Libération nationale sont traînés dans la boue dans la foulée de la guerre des mots entre Alger et Le Caire et la campagne médiatique acharnée lancée par certains médias et politicards égyptiens contre la nation algérienne, le coup de gueule de Djamila Bouhired résonne comme une mise au point lourde de sens.

    Mais là où le bât blesse, c’est que la légendaire moudjahida ne s’adresse pas à l’Egypte officielle ni aux Egyptiens fanatiques (qui ont été jusqu’à accabler ceux qui ont salué son combat dans un film éternel), mais son message s’adresse avant tout à l’Etat algérien, le président Bouteflika en tête, et au peuple algérien de façon générale, ce même peuple pour lequel elle était prête à donner sa vie, elle, la miraculée de la Bataille d’Alger et des griffes de Massu et Bigeard.

    Dans deux lettres manuscrites datées du 9 décembre dernier, Djamila Bouhired interpelle donc vigoureusement le locataire d’El Mouradia et l’opinion publique algérienne.

    Les déboires d’une grande dame

    Dans sa lettre ouverte au chef de l’Etat, elle use d’une formule aussi cinglante qu’émouvante :

    « A Monsieur le Président d’une Algérie que j’ai voulue indépendante. »

    Et d’évoquer sa situation sociale avec franchise et dignité, en déplorant sans ménagement le sort réservé à des personnalités historiques d’un tel rang :

    « Mon épicier, mon boucher, ma supérette, pourront témoigner des crédits qu’ils m’accordent »,

    écrit-elle, avant de souligner :

    « Il ne m’est jamais venu à l’esprit de compléter mes revenus par des apports frauduleux qui, malheureusement, sont très fréquents dans mon pays. »

    Une allusion on ne peut plus claire à la corruption à grande échelle qui gangrène le système.

    La lettre bouleversante de Djamila Bouhired vient ainsi battre en brèche un préjugé fort tenace selon lequel « la famille révolutionnaire se sucre sans vergogne » et que les militants indépendantistes n’hésitent pas à monnayer au prix fort leurs sacrifices d’hier.

    « Je sais que certains moudjahidine et moudjahidate sont dans la même situation », voire, ajoute-t-elle, « dans une situation plus critique », s’indigne la grande moudjahida.

    Des « frères et sœurs » insiste-t-elle, dont l’intégrité est au dessus de tout soupçon. Et de conclure sa lettre en martelant :

    « Je vous demanderais de ne plus nous humilier et de revaloriser notre dérisoire pension de guerre afin de vivre dans un minimum de dignité le peu de temps qui nous reste à vivre. »

    « Je suis Djamila Bouhired, condamnée à mort en 1957 »

    Dans le second document, Djamila Bouhired prend à témoin le peuple algérien.

    « Aujourd’hui, je me vois dans l’obligation de faire appel à vous », écrit-elle à l’attention de ceux qu’elle désigne affectueusement par ses « chers frères et sœurs algériens ».

    Faisant preuve d’une humilité qui n’a d’égale que sa colère, elle se présente comme l’aurait fait Madame Tout-le-monde :

    « Permettez-moi tout d’abord de me présenter. Je suis Djamila Bouhired, condamnée à mort en 1957 par le tribunal militaire d’Alger. » Et vlan !

    Mais la vaillante moudjahida ne s’étalera pas davantage sur ses hauts faits de guerre. Elle évoquera plutôt son état de santé critique qui nécessite des interventions chirurgicales lourdes, dit-elle, et une prise en charge fort onéreuse.

    Mme Bouhired nous apprend au passage que c’est de l’étranger, et précisément de certains émirats du Golfe, qu’elle a reçu une offre de prise en charge, offre qu’elle a dignement déclinée pour d’évidentes considérations de « nif ».

    A l’Etat algérien maintenant de jouer…

    Nous le disions, Djamila Bouhired s’est fait très laconique et très discrète sur son fulgurant parcours militant. Il faut dire qu’elle n’avait guère besoin de se présenter. Djamila Bouhired rejoint le FLN alors qu’elle est étudiante. Elle intègre vite la Zone autonome d’Alger où elle devient officier de liaison aux côtés de Yacef Saâdi dont elle est l’assistante en pleine Bataille d’Alger.

    En avril 1957, elle est blessée et arrêtée. Incarcérée à la prison de Maison Carrée (El Harrach), elle sera torturée et condamnée à mort pour attentats à la bombe. S’ensuit une vaste campagne d’indignation menée par son futur mari, un certain… Jacques Vergès, ainsi que George Arnaud qui publient aux éditions de Minuit un manifeste tonitruant : Pour Djamila Bouhired.

    La jeune combattante acquiert dès lors un statut particulier et devient le symbole de toutes les femmes résistantes de l’Algérie insurgée. Si bien qu’en 1958, elle se verra immortalisée dans un film éponyme : Djamilah, signé Youcef Chahine, avec Magda Sabbahi dans le rôle-titre.

    Djamila Bouhired ne sera libérée qu’en 1962.

    Après l’indépendance, elle se distinguera par sa discrétion, loin des cercles officiels et de tous les lieux de pouvoir. Aujourd’hui, cette héroïne hors pair mène une autre lutte, cette fois contre la maladie.

    L’Algérie tout entière doit s’élever pour lui témoigner sa reconnaissance et son amour…

    Par Mustapha Benfodil

    A Monsieur le Président d’une Algérie que j’ai voulue indépendante

    Monsieur,

    Je me permets d’attirer votre attention sur ma situation critique. Ma retraite et la petite pension de guerre que je perçois ne me permettent pas de vivre convenablement. D’ailleurs, mon épicier, mon boucher, ma supérette pourront témoigner des crédits qu’ils m’accordent. Il ne m’est jamais venu à l’esprit de compléter mes revenus par des apports frauduleux qui, malheureusement, sont très fréquents dans mon pays. Je sais que certains authentiques moudjahidine et moudjahidate sont dans la même situation, probablement plus critique. Je n’ai pas la prétention de les représenter ici, mais au poste où vous êtes, vous ne pouvez ni ne voulez connaître leur dénuement. Ces frères et soeurs, dont l’intégrité est connue, n’ont bénéficié d’aucun avantage. La somme qui leur serait allouée ne pourrait dépasser les honoraires généreux attribués aux députés et sénateurs, ainsi qu’à vous-même et à tous les alimentaires qui vous entourent. Ainsi, je vous demanderais de ne plus nous humilier et de revaloriser notre dérisoire pension de guerre afin de vivre dans un minimum de dignité le peu de temps qui nous reste à vivre. Avec mes sentiment patriotiques.

    Djamila Bouhired

    Le 9 décembre 2009

    http://www.lematindz.net/news/2888-aujourdrsquohui-djamila-bouhired-est-amoindrie-et-devant-la-neacutegligence.html

    Au bon entendeur

  21. ali dit :

    Ce Ministre est un agent de la CIA
    cest eux qui ont tout fait pour qu’il soit au gouverment et au ministere le plus sensible et le plus frectueux

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER