• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 6 janvier 2010

Archive pour le 6 janvier, 2010

Algérie: L’Equipe nationale de football pourrie par le mercenariat !

raouraoua.jpgPar Saad Lounes

Le quotidien LIBERTE rapporte que les joueurs algériens recevraient 1 million d’euros en cas de victoire à la CAN, soit près de 110 millions de DA ?? On sait que la seule compétence du président de la Fédération algérienne de football (FAF) , Mohamed Raouraoua est de distributer des rentes, comme il l’a toujours fait dans sa carrière (ANEP, OREF, Année de l’Algérie en France, etc…), mais là ça dépasse les limites de la décence.

 

L’équipe nationale reste le seul dérivatif d’évasion de jeunes et d’adolescents qui n’ont même pas les moyens de se payer une cigarette, et de smicars qui vivotent. Il n’est pas permis de marcher ainsi sur leur dignité et de s’enrichir sur leur dos.

 

Le patriotisme de joueurs comme Ziani, Yahia, Belhadj ou Saifi n’est pas à démontrer et n’a pas besoin de se monnayer. D’autres joueurs et un environnement malsain sont en train de leur pourrir le coeur et l’esprit. Ils gagnent très bien leur vie, par rapport à des milliers de joueurs du bled.

 


 

On se rappelle que dans un passé récent, des joueurs africains professionnels ne demandaient pas d’argent à leur  fédération. Au contraire, c’est eux qui donnaient de l’argent aux joueurs locaux et investissaient dans des écoles de football, comme Salif Keita au Mali ou Georges Weah au Liberia.

 

 

 

Si des sponsors se manifestent pour payer des primes aux joueurs, tant mieux pour eux, mais la FAF n’a aucun droit de payer des primes sur le budget de l’Etat, ni de gaspiller ses recettes de victoires au détriment de clubs de football en détresse.

(Lire la suite)

Mehdi Meryem: 28ème jour de grève de la faim

meriem.jpgLe 06 janvier 2010, Mehdi Meryem est à son 28ème jour de grève de la faim illimitée, à la maison des syndicats sis la glacière Alger pour protester contre son licenciement abusif daté du 08 novembre 2009. Son système immunitaire est déficient et ceci suite aux bilans biologiques fait à l’hôpital; son état clinique est très critique qui nécessite une prise en charge dans un milieu aseptique total. Elle n’arrive pas à ouvrir la bouche suite à son herpes péribuccale très étendu jusqu’au menton, une aphtose buccale une pâleur cutanée.

Meriem Mehdi, sujet de préoccupation pour Louh

travail.jpgLe ministère du Travail a été amené à se pencher sur le cas de Meriem Mehdi, en grève de la faim depuis 27 jours. Une délégation du Comite national de soutien aux travailleurs algériens (CNSTA) qui a organisé un sit-in de protestation devant le siège du département de Tayeb Louh a été reçue hier  par M. Rabah Benbouzid, directeur des relations professionnelles au ministère. La délégation comprenait notamment le député du RCD Tahar Besbas et le syndicaliste Yacine Zaïd, lui aussi victime d’un licenciement abusif de la part d’une autre multinationale, Compass. «Il n’y a rien eu de concret. M. Benbouzid n’avait pas mandat à négocier. Le ministre a voulu avoir davantage d’informations sur le cas de Meriem Mehdi et sur son état de santé plus spécialement. Mais nous disons que cela dépasse l’état de santé de Mme Mehdi, car son cas a mis à nu beaucoup de pratiques irrégulières en cours chez les multinationales exerçant dans notre pays», a déclaré en substance M. Besbas à sa sortie de l’entrevue. Synthèse/ Source Le Jeune indépendant

La seule voie salvatrice pour le FFS, reste le retour à ses fondements, la persistance dans sa démarche

hocineaitahmed.jpgAmdan n’Soummam pour « Algérie Politique »

Compte tenu des réflexions des uns et des autres (militants, sympathisants, observateurs neutres), il me semble que la seule voie salvatrice pour un parti de gauche, populaire et d’opposition comme le FFS, reste le retour à ses fondements, la persistance dans sa démarche juste et reconnue. Les seules interventions du président du parti, Hocine Aït-Ahmed ne permettent pas de mobiliser partout et tout le temps le citoyen pour ne pas dire même le militant. Cela passe plutôt par de nombreux relais crédibles dans un environnement difficile et en permanente évolution.

Par sa ligne et sa fidélité, le FFS constitue une référence en Algérie. Paradoxalement au lieu de le renforcer d’année en année, nous assistons à son effritement. Si le gouvernail de cette ligne politique est bien tenu, sa gestion parait très approximative et parfois paralysante. Ce n’est sûrement pas avec le nombre de sections ou de fédérations mises en place qu’on peut “décider” de la bonne santé d’un parti. Cela risque même de pervertir le combat combien passionnant et noble.

En effet, on tombe dans le piège de l’organisation monopolisante. Passer son temps dans l’organisation au détriment des idéaux du parti, c’est finir par avoir l’effet contraire de l’objectif escompté. Plus encore, on crée des enjeux inutiles qui absorbent les énergies des militants et des responsables qui finissent dans beaucoup de cas d’être usés, déçus et démobilisés, des facteurs évidement d’indiscipline et de désertion des rangs. L’organisation est très importante mais elle ne constitue pas un objectif. Elle consiste plutôt à mettre en place des structures et mécanismes complémentaires concourant tous à la réalisation des objectifs politiques, la raison d’être d’un parti.

 

(Lire la suite)

Le MSP réclame la réintégration de Meriem Mehdi

meriem.jpgLe Mouvement de la société pour la paix (MSP) a dénoncé hier dans un communiqué le licenciement de Mme Mehdi Meriem par la société British Gas. Dénonçant les pratiques discriminatoires des sociétés étrangères à l’égard des travailleurs algériens, le secrétariat national chargé de la femme et de la famille du MSP a appelé British Gas à réintégrer Mme Mehdi Meriem dans son poste de directrice des ressources humaines. «La société British Gas assumera toutes les conséquences de l’état de dégradation de la santé de Mme Mehdi», a indiqué le communiqué en dénonçant le silence des autorités concernées. Le MSP a appelé le ministère de tutelle et les syndicats à se mobiliser en guise de solidarité avec la gréviste de la faim en dénonçant son licenciement abusif.

Algérie: Un ingénieur de SNC-Lavalin enlevé par un groupe armé

snclavalin.jpgUn ingénieur algérien travaillant pour la firme d’ingénieurie canadienne SNC-Lavalin a été enlevé par un groupe armé près de Bouira, au sud-est d’Alger. L’enlèvement, qui n’a pas été revendiqué, a eu lieu dimanche matin à   Djebahia, près de Bouira (120 km d’Alger), selon El Watan.  L’ingénieur, dont l’identité n’a pas été révélée, se rendait à son travail quand ce groupe composé d’éléments armés l’a intercepté avant de l’emmener à bord d’un véhicule vers une   « destination inconnue ». La société SNC-Lavalin est chargée de la réalisation d’un projet de distribution d’eau et d’usine de traitement dans la région de Bouira.    

Les députés algériens et la grippe porcine

deputesgrippeporcine.jpg

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER