• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 10 janvier 2010

Archive pour le 10 janvier, 2010

Hocine Aït-Ahmed: « Ferhat Abbas était un humain vrai et véritable, intelligent, franc et sincère »

hocineaitahmed.jpgChers compatriotes,

Evoquer le rôle patriotique de Ferhat Abbas c’est démythifier la guerre de libération menée par le peuple mais confisquée et détournée à des fins de pouvoir politique par les dictateurs qui se sont succédé au pouvoir depuis l’indépendance.

Ne craignons pas les mots: Décoloniser l’histoire c’est la libérer des manipulations continuelles des groupes militaro-policiers, c’est restituer à la nation sa mémoire, sa fierté et sa dignité. C’est redonner aux Algériennes et Algériens confiance en eux-mêmes pour reprendre en mains pacifiquement leur destin.

Ce retour à la légitimité populaire et la volonté de construction d’un Etat et des institutions démocratiques à tous les niveaux furent le fondement même de la plate-forme de la Soummam. Le  20 août 1956 est dialectiquement complémentaire du 1er Novembre 1954, et indispensable à la mobilisation révolutionnaire. Ce fut le premier pacte politique contractuel, fondé sur le respect du pluralisme, des libertés d’expression et d’organisation et non pas sur le bricolage populiste exploité par des « Historiques libérateurs » devenus  des « tyrans ». Il ne portait donc, ni sur la forme ni sur la militarisation des dirigeants mais sur le fond, sur la garantie aux Algériennes et Algériens des droits fondamentaux et de toutes les libertés démocratiques, conditions sine qua non pour que soit concrétisée la République démocratique et sociale. Une promesse solennelle et historique que personne ne peut contester ouvertement sans se mettre à porte à faux  par rapport aux engagements imprescriptibles sacralisés par la proclamation du 1er novembre1954. 

(Lire la suite)

Bouteflika brade les intérêts gaziers pour contrarier le Maroc

bouteflikazapatero.jpgPar Saad Lounès

Après plusieurs semaines de léthargie, Abdelaziz Bouteflika est parti en Espagne mettre encore plus à mal le statut géopolitique et les intérêts de l’Algérie pour satisfaire son ego personnel. Vestige encore vivant de la politique de guerre froide, Bouteflika continue de ligoter la diplomatie algérienne à sa phobie de la monarchie marocaine.

 

Dans la déclaration commune des travaux de Madrid du 7 janvier, on ne retient dans le verbiage diplomatique qu’un seul marchandage. Le bradage du gaz algérien contre une simple promesse de soutenir «le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui».

 

Pour arracher cette déclaration de principe qui ne coûte rien à Zapatero, Bouteflika a posé sur la table des négociations le gazoduc sous-marin Medgaz classé par l’Espagne comme projet prioritaire. Alors que les travaux sont pratiquement achevés, la mise en service du projet reste tributaire de deux dossiers lourds: le prix du gaz et la part qui revient à Sonatrach dans la commercialisation en Espagne et en Europe des 8 à 16 milliards de m3/an qui transiteront à terme par ce gazoduc. (1)

 

Même le lourd contentieux de Gassi Touil, qui coûte à l’Algérie un retard considérable, a été pardonné et balayé d’un revers de main. On rappelle que ce mégaprojet gazier intégré GNL, initialement confié aux firmes espagnoles Repsol et Gaz Natural, avait été saboté. Les espagnols voulaient retarder sa réalisation tant que le gazoduc Medgaz ne serait pas opérationnel et les contrats de livraison sécurisés.

(Lire la suite)

Zahra et la monarchie de droit divin

mohamedvi.jpgAhmed BENANI  Politologue  Lausanne, le 9 janvier 2010

 

Que l’on ne se méprenne pas sur ma petite chronique au sujet de Zahra, la  plus jeune  prisonnière marocaine. J’entends déjà les sarcasmes de mes détracteurs, revoilà Ahmed BENANI qui  nous remet son antienne sur l’absolutisme de la monarchie marocaine ! Je passe outre, mais dois cependant deux ou trois explications sur cette monarchie de doit divin et son chant du cygne ! 

M6, Monarque de droit divin, qu’est-ce que cela veut encore dire en 2010 !  Pas grand-chose en vérité. La notion de doit divin se délite après avoir servi.  Elle a habillé  l’inversion de signe entre religion et politique au lieu du pouvoir. Cette  monarchie a très  longtemps été ou feint d’être au-dessous de la religion, à son service;  aujourd’hui elle  passe au-dessus, elle instrumentalise le religieux et d’abord à son propre  profit, comme  source de légitimation quasi éternelle.

M6 est commandeur des croyants (amir al  mou’minine) cf. articles 19 et 23 de la constitution. Et comme on est un peuple de 35  millions  d’imbéciles, le roi, ses idéologues, ses oulémas, gèrent le sacré de sorte  à nous maintenir  dans la névrose collective ou la fatalité, c’est selon.  « Tout pouvoir vient de Dieu», formule d’une affligeante banalité, mais  constamment  invoquée elle acquiert une signification toute particulière dans le contexte makhzénien; elle  se charge effectivement de la revendication d’un lien immédiat, permanent  et exclusif avec  le Ciel. Naturellement que ce Ciel est dissocié du terrestre et n’a  d’autre communication  avec lui que par le truchement du souverain terrestre M6, et la boucle est bouclée.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER