• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 12 janvier 2010

Archive pour le 12 janvier, 2010

La cruauté de l’oubli

boudiaf.jpgNacer Boudiaf pour « Algérie Politique »

Il y a dix huit ans, le 16 janvier 1992, Mohamed Boudiaf répondit, encore une fois, à l’appel du pays. Il abondonna sa paisible vie à Kenitra au Maroc pour venir seul, faire face au feu qui l’attendait quelques mois plus tard, un certain 29 juin 1992, au carrefour d’un  acte isolé dans le dos.

Combien se rappellent-ils encore de Mohamed Boudiaf ? Peu, très peu d’amis daignent encore venir au cimetière d’El-Alia, les 16 janvier et le 29 juin pour lutter contre l’oubli ou l’amnésie.

L’oubli ou l’amnésie est dans ce cas précis plus cruel que la mort.

Mais une mémoire saine et sincère n’oublie jamais. N’y a-t-il plus de mémoire saine chez nous ? Le samedi 16 janvier 2010, ceux qui viendront à El-Alia auront une idée précise de notre saine et sincère mémoire.

L’oubli de Boudiaf et de son sacrifice a pris la forme d’ingratitude. Et comme dit Victor-Hugo  » La suprême bassesse de la flatterie, c’est d’encourager l’ingratitude  ». Si Boudiaf a fini comme Dieu le lui a voulu, ce n’est certainement pas pour lui mais pour nous, témoins de son grand sacrifice. En effet comme le dit Goethe, « ceux qui ont découvert au peuple leurs sentiments et leurs vues, ont été de tout temps crucifies et brûlés« . Pour qui et pourquoi Boudiaf est-il revenu et s’est sacrifié ? Pour le pouvoir ? Pour s’enrichir ? Pour sa famille ?

Il est certain que l’assassin matériel de Boudiaf lui a tiré, dans le dos et peut-être même de face pour se débarrasser de lui physiquement. Mais ceux qui l’oublient aujourd‘hui,  pire, ceux qui font semblant de l’oublier, commentent également un crime vis-à-vis de la mémoire du peuple, en tombant alors dans la cruauté de l’oubli.

Oublier un homme comme Boudiaf, participe au mensonge car comme dit Albert Camus:  « La vérité et comme la lumière; elle aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. »

D’atrocité en atrocité, son parcours infernal qui a commencé dans les années quarante l’a souvent mis en face de la lâcheté qui l’accuse maintenant de dictateur. Est-ce la meilleure façon de ne pas oublier Boudiaf ?

Pourquoi ne pas rappeler au peuple que Boudiaf a été le premier Chef d’Etat algérien à définir la personnalité de l’Algérien dans sa triptyque: Amazighité, Islamité et Arabité, alors que pendant des années on s’efforçait à nous faire avaler que la culture algérienne est seulement arabo-musulmane.

Le traitement réservé à notre emblème national, nos Chouhada et notre équipe nationale de football par « nos frères « égyptiens est venu opportunément pour nous pousser à redéfinir nos marques sur ce plan et sur d’autres.

Garder de Boudiaf le nom d’un aéroport, d’une salle omnisports est une tombe que quelques uns visitent deux fois par an, serait réduire l’histoire de notre pays à sa plus simple expression.

Enfin il serait tentant de conclure cette contribution comme l’a dit un poète anonyme :

Mohamed et ton nom et celui du prophète

Où va l’Algérie est une devinette.

La LADDH doit dénoncer tous les saccages !

bouchachi.jpgMohand pour « Algérie Politique »

Le sujet me parait anecdotique par rapport aux grands problèmes de l’Algérie. Le bradage des biens des Algériens pour de sombres positions revanchardes. J’aurai voulu que la LADDH se mette en position de dénoncer la corruption comme le font les organisations internationales et particulièrement Transparency International. Il faut dénoncer le saccage d’un lieu de culte mais aussi tous les autres saccages. Un à un, vous avez la capacité juridique, des hommes pour décortiquer les faits et expliquer les entorses aux lois et vous avez une armée de cadres prêts à vous encourager et à vous renseigner.

Votre  association ne devrait-elle pas être visible sur la scène économique, sociale et politique ? On ne vous voit pas défendre les ouvriers de la SNVI  par exemple, Le dr Kamel Eddine Fekhar, le jeune Mohamed qui se meurt dans les geôles algériennes sans parler de milliers de cas qui méritent autant votre appui que nos compatriotes de Tizi-Ouzou.  Bien sûr ce fait va être repris par toute la presse étrangère et tant mieux, pour attirer l’attention de l’opinion publique internationale, nous pensons que tous les actes illégaux contre les Algériens, tous les Algériens, doivent être dénoncés de la même manière et avec le même objectif.

Au risque de toucher la sensibilité des Chrétiens, je dirais que heureusement pour eux ils sont bien défendus de par le monde, ce n’est pas le cas des Algériens dont on enfonce la tête dans le sol profondément pour qu‘ils ne disent rien et continuent de se taire. 

Annaba: Les travailleurs de ArcelorMittal en grève illimitée

annaba.jpgLa « grève générale et illimitée » annoncée par le  syndicat d’entreprise est effective depuis mardi au complexe sidérurgique ArcelorMittal d’El Hadjar (Annaba). Ce mouvement a été observé dans l’ensemble des ateliers de l’usine où  est cependant maintenu un service minimum au niveau des installations à feu  continu. Un rassemblement des travailleurs devant le siège de la direction générale d’ArcelorMittal a eu lieu mardi autour du secrétaire général du syndicat, Smain Kouadria, qui a exhorté à la « mobilisation » pour faire aboutir les revendications soumises à la direction générale. Ces revendications concernent notamment « la réhabilitation de la cokerie, la relance du  dossier de l’investissement destiné aux laminoirs et aux hauts fourneaux et  l’installation d’une commission mixte chargée de plancher sur l’étude des  postes pénibles ».  

Mise en service en 1978, la cokerie a été « maintenue en chauffe pour nous donner les moyens d’explorer toutes les solutions aux nombreux problèmes posés, en particulier ceux liés à l’environnement », a indiqué la direction générale d’ArcelorMittal de Annaba dans un communiqué qui révèle que « le géant mondial du fer et de l’acier est en mesure de sécuriser l’approvisionnement de l’usine en coke ». 

L’usine d’ArcelorMittal de Annaba emploie plus de 7.000 salaries dont 300 travailleurs au sein de la cokerie pour une capacité théorique de production de deux millions de tonnes d’acier liquide par an.

La LADDH dénonce le saccage d’un lieu de culte à Tizi-Ouzou

bouchachi.jpgLa Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) apprend qu’un lieu de culte chrétien a été saccagé et incendié dans la nuit du 9 janvier par un groupe d’individus dans la ville de Tizi Ouzou. Selon les informations rapportées par la presse nationale, ce lieu de culte qui appartient à la Communauté protestante Tafat de Tizi Ouzou, a fait l’objet d’une première tentative de saccage le samedi 9 janvier vers 8h du matin lorsque des fidèles ont été empêchés par des individus d’accéder à la bâtisse qui fait office de lieu de culte pour accomplir leur messe hebdomadaire.

La LADDH dénonce cet acte illégal et violent qui vise à empêcher des citoyens algériens de confession chrétienne à exercer leur culte. Cet acte est le signe inquiétant de l’expression d’un sentiment d’intolérance qui se manifeste pour de multiples prétextes.

La LADDH rappelle que la liberté de culte est garantie par la constitution, et à ce titre, il relève de la responsabilité de l’Etat de permettre l’exercice de ce droit en toute liberté et dans de bonnes conditions. Alger le 11.01.2010

Soutien à Mehdi Meryem: Sit-in aujourd’hui à 14h00

Un rassemblement de soutien à Mme Meryem Mehdi, en grève de la faim depuis plus d’un mois , se tiendra aujourd’hui mardi 12 janvier 2010 à 14H00 devant le ministère du Travail et de la sécurité sociale à Alger. NON A L’ESCLAVAGISME MODERNE; NON AU NEOCOLONIALISME; NON AU NOUVEL APARTHEID.

 

 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER