La cruauté de l’oubli

boudiaf.jpgNacer Boudiaf pour « Algérie Politique »

Il y a dix huit ans, le 16 janvier 1992, Mohamed Boudiaf répondit, encore une fois, à l’appel du pays. Il abondonna sa paisible vie à Kenitra au Maroc pour venir seul, faire face au feu qui l’attendait quelques mois plus tard, un certain 29 juin 1992, au carrefour d’un  acte isolé dans le dos.

Combien se rappellent-ils encore de Mohamed Boudiaf ? Peu, très peu d’amis daignent encore venir au cimetière d’El-Alia, les 16 janvier et le 29 juin pour lutter contre l’oubli ou l’amnésie.

L’oubli ou l’amnésie est dans ce cas précis plus cruel que la mort.

Mais une mémoire saine et sincère n’oublie jamais. N’y a-t-il plus de mémoire saine chez nous ? Le samedi 16 janvier 2010, ceux qui viendront à El-Alia auront une idée précise de notre saine et sincère mémoire.

L’oubli de Boudiaf et de son sacrifice a pris la forme d’ingratitude. Et comme dit Victor-Hugo  » La suprême bassesse de la flatterie, c’est d’encourager l’ingratitude  ». Si Boudiaf a fini comme Dieu le lui a voulu, ce n’est certainement pas pour lui mais pour nous, témoins de son grand sacrifice. En effet comme le dit Goethe, « ceux qui ont découvert au peuple leurs sentiments et leurs vues, ont été de tout temps crucifies et brûlés« . Pour qui et pourquoi Boudiaf est-il revenu et s’est sacrifié ? Pour le pouvoir ? Pour s’enrichir ? Pour sa famille ?

Il est certain que l’assassin matériel de Boudiaf lui a tiré, dans le dos et peut-être même de face pour se débarrasser de lui physiquement. Mais ceux qui l’oublient aujourd‘hui,  pire, ceux qui font semblant de l’oublier, commentent également un crime vis-à-vis de la mémoire du peuple, en tombant alors dans la cruauté de l’oubli.

Oublier un homme comme Boudiaf, participe au mensonge car comme dit Albert Camus:  « La vérité et comme la lumière; elle aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. »

D’atrocité en atrocité, son parcours infernal qui a commencé dans les années quarante l’a souvent mis en face de la lâcheté qui l’accuse maintenant de dictateur. Est-ce la meilleure façon de ne pas oublier Boudiaf ?

Pourquoi ne pas rappeler au peuple que Boudiaf a été le premier Chef d’Etat algérien à définir la personnalité de l’Algérien dans sa triptyque: Amazighité, Islamité et Arabité, alors que pendant des années on s’efforçait à nous faire avaler que la culture algérienne est seulement arabo-musulmane.

Le traitement réservé à notre emblème national, nos Chouhada et notre équipe nationale de football par « nos frères « égyptiens est venu opportunément pour nous pousser à redéfinir nos marques sur ce plan et sur d’autres.

Garder de Boudiaf le nom d’un aéroport, d’une salle omnisports est une tombe que quelques uns visitent deux fois par an, serait réduire l’histoire de notre pays à sa plus simple expression.

Enfin il serait tentant de conclure cette contribution comme l’a dit un poète anonyme :

Mohamed et ton nom et celui du prophète

Où va l’Algérie est une devinette.

Commentaires

  1. sphynx dit :

    mr nacer boudiaf,
    je comprends votre tristesse,cela prouve que notre pays est plein d’opportunistes(m3a el wakef),c’est ce qui se passe aussi pour feu kasdi merbah.
    mr nacer,boudiaf et kasdi merbah font peurs a leurs assassins meme sous terre.
    la verité eclatera tot ou tard,c’est une question de temps.ya katel errouh wine etrouh?.
    salutations distinguées.

  2. samir dit :

    vraiment c’est honte de mettre feu boudiaf dans une meme ligne avec merbah(assassin), boudiaf a etait un homme d’etat, l’avocat des pauvres, le sauveur, l’espoir de tous les algeriens. par contre merbah(khalef abdelah) etait un assassin, tortionnaire, qui a assassinè , mohamed khider a madrid?? qui a assassinè krim belkacem a dusseldorf(frankfurt), qui a assassinè ali mecili a paris???

  3. warisem dit :

    je sais qu’avec mon commentaire beaucoup vont me tomber dessus mais je m’abstiendrai pas de lire le dire,je ne suis pas un partisan des tabous en politique.
    L’assissanat et crapuleuse de Boudial a bouleversé beaucoup d’algeriennes et d’algeriens.Assassiner un homme historique est meme un reniement de son histoire.Mais cette issue tragique est-elle surprenante ou etonnante ? tout le monde sait que la dictature algerienne ne recule devant rien , c’est dans ce sens que le me pose les questions: pourquoi ses amis l’ont ramené du maroc pour le jeter en pature entre les griffes des monstres sans foi ni loi?pourquoi boudiaf a accepté l’offre de revenir pour devenir chef des memes monstres qui l’ont emprisonné puis exilé prendant 30 ans ? pourquoi ses memes amis de la commission portant son nom ont-ils conclus à un acte isolé ?pourquoi ses propres amis et les membres de sa famille ne citent pas nommement ceux qu’ils accusent et les attaquer en justice là ou il faut(tout le peuple sera derriere)?.
    En tout cas je refuse la these selon laquelle il est revenu pour « sauver » l’algerie encore moins la « democratie »(lire les diffrentes declarations de 1992).A mon avis ce n’est que pure demagogie et diversion des commanditaires et éxecutants afin de faire semblant et garder le peuple dans l’emotion et la compassion.

  4. amghar azzamni le vrai cette fois-ci dit :

    Une morte glorieuse est surement un bienfait de Dieu!Telle fut la mort de ce grand homme qu’est EL Watani!
    Il a répondu naivement aux assassins parce que pensait-il sa patrie le demandait,le priait de revenir pour la sauver pour une seconde fois!El Watani,fut le grand homme des grands moments mais sa vie lui fut otée par des gens sans scrupules,des pilleurs de biens publics que voulait défendre feu Si Mohamed BOUDIAF!Dommage qu’avant d’avoir commencé à débusquer les ennemis intérieurs de son pays qu’il aimait tant,on l’a liquidé en direct,vu à la télévision à partir de la ville de ANNABA.
    Mais comme dirait Albert Camus,le héros n’est pas toujours celui qui fait ce qu’il veut mais au contraire celui qu’il peut faire!
    Reposes en paix Si Mohamed el Watani,les enfants de ton Algérie,penseront à toi tous les jours,meme si tu n’apparais dans aucun manuel scolaire!

  5. Benhabra brahim dit :

    Reponse a la devinette:Nous n allons pas droit!!!!Nous tournons en rond…Jusqu a ce qu il n y aura plus d essence.Alors on poussera le car jusqua ce que l on trouve une descente……Au revoir

  6. cozlefrancarabe dit :

    en matière linguistique tu oublies le  » butin de guerre » l’ami et le parler algérois kheulting. aprés tout 132ans de france ont laissé plus de traces que 300 ans de piraterie ottomane :)
    iniyid dans quelle langue dois je chanter dixit brahim chanteur kabyle.

  7. cozlefrancarabe dit :

    ah oui boudiaf démocrate ça donne 10000 citoyens barbus en camp de concentration dans le sud avec clim garanti 45egré toute l année

  8. Ahmedmauvaistemps dit :

    Il est inexact de dire que Boudiaf aurait « répondu à un appel du pays ». Ce malheureux personnage a répondu à l’appel des voyous qui ont fini par le faire assassiner. Chacun aura dans l’Histoire la place qu’il mérite. La mémoire des peuples est longue.
    Quant à vos analyses – opportunistes et démagogiques – sur l’Egypte et les insultes de commentateurs officiels stipendiés, elles sont d’une faiblesse désarmante.

  9. belouz208 dit :

    allah yarhmou

  10. Anonyme dit :

    je me souviens comme ce jour ,un homme que j’ai pleuré de tout coeur comme chaque algerien jeune que j’etais (lyceen),on a cru un moment à l’espoir mais helas,ceux la méme qui ont étaient le cherché l’ont vite liquider, parceque les hommes de cette envergure on ne peut les maintenir en lesse(comme disait feu maatoub je serai une grenade entre les mains de ceux qui essayeront de me manipuler),helas pour ce peuple atteint d’amnesie et qui ne cesse de verser ses larmes. qui sait la commission bouchaib nous dira peut etre la verité un jour sur ta mort pere boudiaf,quel connerie,,,ils s’arreteront peut etre un jour de nous prendre pour des cons mais des citoyen a part entiere ces gens qui nous ont gouverné avec le baton ,l’injure,injustice,terorisme assassinat,entre temps le bon Dieu s’occupe bien d’eux dans le monde bas ,on a qu’a méditer sur le sort d’un truant qui ne trouve de sauveur dans ce monde bas depuis plusieurs mois deja,et son bon Dieu ne fait que prolonger sa souffrance biensur. ya katel erouh yin trouh .mr boudiaf dort en paix ,ta valeur est au dessus de tout soupçon dans nos coeurs et dans notre memoire collective ,on n’oubliera jamais,abane,khider,khmisti,mecili,maatoub,djaout,liabes, belkhenchir,flici,aloula,merbah,boudiaf,
    et tant d’autre ,, l’histoire de ce pays finira par triompher et s’ecrira quoi qu’en dise les mauvaises langues et tous ces charognards.

  11. petroleonline dit :

    LE FEU PRESIDENT BOUDIAF , était la lampe merveilleuse de salut ,pour notre peuple Algérien .Je suis certains que si FEU BOUDIAF était président de l’Algérie , il ny aurait plus de crise ,la manne pétrolière aboutissait aux poches du peuple algériens .Réellement quand grand DIEU- présente un moyen de salut ,les personnes sans scrupules , opteront pour le mal et la continuité des crises….MR BOUDIAF QUE GRAND DIEU VOUS BENISSE. Vous avez versé un sang honorable de martyrs , et exaltant l’odeur du paradis-INCHAE-ALLAH-

  12. Ammisaid dit :

    Ceux qui ont oublié ton père (Allah irhmou wa rayhem gua3 chouhadas) sont ceux qui l’avaient poussé à l’exil douloureux car, il regardait impuissant où ils avaient décidé de mener son cher pays.
    Le pays pour lequel, il avait espéré tant et tant de réussites et de prospérité.
    Ceux qui ont oublié ton père sont ceux qui s’étaient rappelés qu’il était vivant quand ils avaient besoin de lui et qui étaient aller le chercher pour l’utiliser et utiliser sa sincérité, son honnetêté et son amour pour nous, afin de donner le coup de grâce à notre pays.
    Le coup fatal. Le coup qui leur permettra de continuer à nous voler, nous humilier et à nous détruire corps et âme. Le coup qui les libérera la haine noire et la jalousie inébranlable qu’ils avaient envers tous ceux et toutes celles qui voulaient une Algérie telle que désiré par Abane Ramdane,le premier de la liste de ceux qu’ils avaient décidé d’éliminer, de trahir, d’emprisonner, de pousser à l’exil, d’isoler ou d’acheter (ils étaient pas nombreux, tout le monde le sait, les vrais Algériens qu’ils aient pu soudoyer).
    Non, cher Nacer, nous n’avons pas oublié ton père, il est dans dans nos coeurs, gravé, à jamais, en lettres d’or.
    Non, nous n’avons pas oublié sa mort, elle est inscrite, à jamais, dans nos mémoires.
    Nos yeux ne peuvent pas nous trahir, ils avaient notre grand-père, se faire assassiner en direct sur l’écran de nos téléviseurs.
    Nous avions tous du mal à le croire car nous recommencions à avoir de l’espoir et nous commencions même à lui pardonner ses erreurs (la perfection est une dorée rare. Je sais que certains lui ont reproché de n’être pas élu et d’autres l’ouverture des camps du sud. Mais s’il était resté vivant, n’aurait-t-il pas demander pardon ?).
    Nous savions, quelque part, qu’il avait commencé à faire le contraire de ce que lui raconter les menteurs, les voleurs et pervers qui devaient le surveiller nuit et jour et qui auraient, même, voulu connaître les pensées et les intentions de son coeur.
    Non, nous n’avons oublié aucun des hommes et femmes qui s’étaient sacrifiés pour notre liberté et notre honneur, leurs corps sont enterrés dans les cimetières de nos villages, nos villes et nos douars et leurs âmes sont encore vivants dans l’endroit le plus pur de nos coeurs.
    Nous connaissons nos amis et nous savons tout de nos ennemis d’hier, d’aujourd’hui et à venir. Nous n’avons le droit ni d’oublier les uns, ni les autres. Car, la justice sans haine, ni vengeance tranchera un jour ou l’autre.
    Fraternellement à toutes et à tous
    Asseguas ameguaz 2960, inchallah aghdyawi lehna, elfarh, erhma, elvaraka, esha ak dhark elhlal. Amine

  13. achour dit :

    Au fait vous parlez de feu BOUDIAF Allah irahmou, ce que je sais AIT-Ahmed avait envoyez maitre ali yahia, Dr kemkem et le Professeur DAOUD pour le convaincre de ne pas répondre au chant des sirenes.
    Une fois arrivée à khenitra la délégation voyait sortir de la résidence de feu BOUDIAF ali HAROUN accompagné de l’ambassade d’algerie de l’époque,la chose la plus étonante c’est que Mr BOUDIAF avait refusé de recevoir les deux autres membres
    écception faite pour ALI-yahia.La suite c’est L’aéroport de BOUFARIK et l’officialisation de sa rentrée en algerie pour servir de caution aux camps de concentration bonjour les dégats!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER