• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 20 janvier 2010

Archive pour le 20 janvier, 2010

Explosion de gaz à Oued Koriche: la responsabilité de Sonelgaz est engagée !

oued.jpgUne explosion de gaz survenue hier matin a fait cinq morts, selon un bilan provisoire, ainsi qu’une quinzaine de blessés, à la cité Barreaux Rouges de Oued Koriche. Bacha Mohamed, locataire du dernier étage de l’immeuble touché par le sinistre, a affirmé à El Watan qu’il s’agit d’une fuite de gaz de ville. «Nous avons appelé pour cela les services de Sonelgaz, au moment où se déroulait le match de l’équipe nationale, mais ils n’ont pas daigné faire le déplacement», a assuré ce locataire. 
Par ailleurs,  un incendie s’est déclaré aux premières heures de la matinée d’hier dans un centre commercial des Babors, au quartier d’El Khemis, dans la ville de Béjaïa, contenant quelque 24 boutiques presque toutes ravagées par le feu. «Nous avons alerté à plusieurs reprises les services concernés sur le problème d’électricité. L’installation est catastrophique», a dit un commerçant à El Watan.  El Mouhtarem

Cinquième mort dans une explosion due au gaz à Alger

oued.jpgCinq personnes ont été tuées et une quinzaine  blessées à la suite d’une explosion due au gaz qui a partiellement détruit un   immeuble à Alger, selon un nouveau bilan établi mercredi par la protection civile, citée par la radio publique algérienne.  Un premier bilan faisait état de quatre morts dans l’explosion survenue mardi matin mais « il demeure encore provisoire, en raison de la gravité de l’état de plusieurs blessés transférés vers les hôpitaux », avait souligné peu  après un officier de la protection civile. L’explosion, qui a provoqué d’importants dégâts dans deux appartements ainsi qu’à trois habitations construites illégalement sur la terrasse, est due   à une fuite de gaz, a-t-on ajouté de même source.

Nacer Boudiaf au Ministre des Moudjahidine: « Vous pouviez bien consacrer cinq minutes à Boudiaf »

nacerboudiaf.jpgLe 16 janvier, nous étions seulement 11 personnes au cimetière d’El-Alia, pour commémorer le retour du Président Mohamed Boudiaf, que Dieu ait son âme, en Algérie, un certain 16 janvier 1992, dans des circonstances désormais compllètement oubliées. Certains disent que Boudiaf était revenu pour cautionner le coup d’Etat. Mais y’avait-il réellement un Etat, pour qu’il ait un coup d’Etat. Rappelez-vous Monsieur le Ministre les sacrifices consentis par les Moudjahidine, les vrais, qui se sont encore levès, en 1992 et certains même à ce jour, contre ceux qui voulaient anéantir la République Algérienne ? Boudiaf, était tout simplement de cette catégorie de Moudjahidine qui étaient prêts à tout sacrifier pour sauver la République. Cependant, vu sa stature historique, elle aussi oubliée aujourd’hui, il a été choisi pour réinstaurer un tant soit peu, la sérinité pour démêler l’enchevêtrement des fils de la décennie noire.

Quelques jours seulement après son retour, il commença à poser les vrais questions. Et à peine 5 mois après, un homme surgit derrière un rideau et lui administra un régime sevère de dizaines de balles. Cela fut comme vous le savez «Acte isolé ». Un certain 29 juin.  Paradoxalement, ce 29 juin 1992, jour de la mort physique de Boudiaf, était redevenu le jour de sa renaissance HISTORIQUE pour des milliers voire des millions d’Algériens qui ont compris, ce jour là, pas mal de choses. Ceci pour dire que Boudiaf, n’est pas mort le 29 juin, par des balles assassines, mais qu’on essaye de le tuer depuis lors, par  »la culture de l’oubli ». Ne pas venir à El-Alia les 16 janvier et le 29 juin, participent à ce jour de l’oubli.

(Lire la suite)

Sonatrach: Esnst and Young dérange-t-il des experts comptables ?

ernestyoungalgerie.jpgMohand pour « Algérie Politique » 

J’ai lu dans un journal algérien un article voulant accréditer l’idée que le PDG de Sonatrach aurait été mis en examen à cause notamment de contrats d’assistance technique passés avec ERNST and YOUNG www.ey.com/fr. Cette information montre combien on ne fait aucune analyse des faits et on lance des informations avec légèreté. Je veux dire ce que je sais en quelque sorte sur ce sujet.  

Le groupe Sonatrach www.sonatrach-dz.com, dispose de contrats d’assistance technique et financière avec des Algériens également et pas des moindres.  Il s’agit de Benmansour, Kechelal Ali, Badsi Mocef et Guerza Ahmed, notons au passage que Badsi est le fameux expert qui brûle les archives…c’est le fameux qui s’est occupé moyennant 500.000 DA par mois de la liquidation deu groupe Khalifa et qui continue de liquider Khalifa http://www.algeria-watch.org/fr/article/eco/khalifa/badsi_liquidateur.htm Qui donc va lui intimer l’ordre de dissoudre le Groupe ? Personne, alors il continue à percevoir chaque mois une fortune sans se soucier de respecter sa mission, qui en principe est régie par le code de commerce qui lui fixe des limites et des obligations. Disons que ces experts comptables examinent annuellement les comptes du Groupe moyennant des facturations énormes.  

Pour revenir à  Ernst and Young, le bureau d’études, Anglais à l’origine, mais c’est la filiale française et la filiale tunisienne qui sont depuis plus de 20 ans intervenues en Algérie, à l’occasion de contrats avec les plus grandes sociétés algériennes telles que la CNEP, la Banque d’Algérie, le CMA sans oublier la BADR pour laquelle Ernst Young a effectué un audit.  Ernst and Young a crée une filiale en Algérie en début d’année dernière (février 2009) http://www.zoom-algerie.com/article-680-Ernst-Young-s-installe-en-Algerie.html. La Tunisie, où c’est un Tunisien qui est le patron de la filiale. En Algérie c’est un Français, autour duquel gravitent plusieurs Algériens.  En écrivant cela nous voulons montrer que ERNEST et YOUNG est présent en Algérie et a eu plusieurs marchés de gré à gré, mais aussi des marchés après appel d’offres avec les plus grandes institutions financières algériennes.  

Nos 4 experts comptables ci dessus mentionnés tètent la grasse vache “SONATRACH” depuis longtemps et ils veulent sans doute continuer à téter c’est tellement bon et juteux qu’ils ne veulent pas lâcher les mamelles. En effet en 2004, nos 4 experts comptables écrivaient dans un document officiel ce qui suit:   

“Le Bilan de l’exercice 2003, Sonatrach ne consolide pas les comptes de ses filiales, y compris celles pour lesquels un contrôle exclusif est exercé. Cependant une situation des titres est annexée au document. La Sonatrach a lancé un PROJET d’implantation d’un système de consolidation des comptes groupe en collaboration avec le cabinet International  » En termes clairs, nos 4 experts, dégagent leurs responsabilités par cette formule laconique. Elle implique que les Participations de SONATRACH dans la multitude de sociétés ne fait pas l’objet de consolidation et de vérification et ce compris les sociétés dont elle est propriétaire exclusive.   

En d’autres termes les finances de SONATRACH ont continué à être gérées de façon parcellaire et non consolidée, et nos grands experts incapables de faire une consolidation du Groupe , ont touché des honoraires royaux jusqu’à maintenant.   La réorganisation de la trésorerie du groupe serait l’une des raisons de l’intérêt subit pour Sonatrach, ce n’est que tout récemment qu’un contrat a été signé pour cette réorganisation qui implique un diagnostic strict des circuits particuliers de cette organisation des finances de Sonatrach pour laquelle Transparency International l’a épinglé fin 2009 en la mettant dans la liste des 30 sociétés du monde dont la gestion est opaque 

Partant de ce constat, nous pouvons émettre deux hypothèses, l’analyse, l’organisation, et la remise en ordre de la trésorerie de SONATRACH, éveille des inquiétudes. La transparence n’est pas le for de nos experts et de certains de nos dirigeants, il ne faut donc pas qu’ERNST and YOUNG puisse s’ingérer dans ce dossier spécial. Nos experts comptables pourraient également avoir vu dans cette prise en charge par ERNST and YOUNG du dossier, un risque pour eux de perdre leur part du gain.   

Donc d’un coté  on bloque cette opération qui pourrait donner de la lisibilité  dans la gestion de la trésorerie. En même temps on montre au plan international et à Transparency International que les pouvoirs publics ont pris les mesures pour répondre à leurs inquiétudes et leurs remarques, et on laisse la situation en l’état dans l’intérêt tous les bénéficiaires de cette opacité dénoncée par Transparency Internationale.   

Et lorsque l’on sait qu’ERNST and YOUNG fait intervenir du personnel qualifié algérien, il y a péril en la demeure, et pour préserver la poule aux œufs, on peut en effet sacrifier une équipe, encore que le sacrifice ne soit pas encore consacré. Ils vont procéder à la manière de BRC … on liquide. Ici on va résilier les marchés qui gênent et le tour est joué. 

Nous souhaitons cependant nous tromper, et nous espérons qu’il s’agit bel et bien d’une politique d’assainissement qui commence par les gros dossiers et qui se poursuivra par tous les cas qui font dire aux businessmen que l’Algérie est pourrie d’argent que malheureusement se dispute les voyous qui osent. 

Le coup de fil de Mihoubi

azedinemihoubitda19.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

Chassez le naturel, il revient au galop… chez certains de nos ministres à la fibre arabe. Le Secrétaire d’Etat chargé de la Communication auprès du Premier ministre, Azzedine Mihoubi a voulu se porter au secours des Egyptiens mais en vain… En effet, dimanche dernier, il a appelé au téléphone l’animateur de l’émission phare de la chaîne arabe MBC «Sadae El Maleib» Mostafa Lagha pour lui dire toute sa tristesse de voir cette chaîne de télévision passer sous silence les faits et gestes de l’équipe égyptienne à l’inverse des deux équipes qualifiées à la coupe d’Afrique des Nations l’Algérie et la Tunisie qui sont largement commentées sur le plateau.

L’animateur vedette qui a sauté sur l’occasion pour «rendre public le coup de fil» de son ami Mihoubi a rétorqué à ce dernier que la faute n’incombait pas à MBC mais uniquement aux Egyptiens du fait qu’ils ont interdit à quiconque le droit de s’approcher de leurs joueurs ou du staff technique. La cause étant bien entendu le contrat d’exclusivité signé avec un sponsor majeur de l’équipe l’Emirati Etisalat. Ainsi donc, le Secrétaire d’Etat à la Communication semble déjà oublier la campagne de presse haineuse initiée par les médias de l’audiovisuel égyptien contre le peuple algérien, ses martyrs et ses symboles ainsi qu’ à son identité amazighe.  

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER