Meryem Mehdi en danger de mort !

meriem.jpgMeryam MEHDI vit et travaille à Alger. Elle a été licenciée par la multinationale British Gas de manière abusive, suite à son refus de mutation imposée dans le sud de l’Algérie à Hassi Mesaoud en plein désert. Son licenciement est d’autant plus abusif que Meryam était censée être protégée de ce type de décision arbitraire par son contrat à durée indéterminée.
Elle a alors saisi l’inspection du travail suite à quoi British Gas lui a proposé un accord à l’ «amiable» en lui offrant une indemnisation de licenciement équivalent à 6 mois de salaire.

 

Refus de Meryam. Étant dans son droit, elle exige son maintien sur le site algérois de la multinationale et l’annulation de la procédure de licenciement. En vain. Le gouvernement algérien, soucieux de ne surtout pas contrarier les multinationales rechigne à intervenir dans le conflit. Bristh Gas de son côté fait la sourde oreille et n’entend pas revenir sur sa décision.

 

L’absence de syndicat à British Gas, comme dans toutes les multinationales présentes sur le sol algérien, oblige Meryam à lutter seule. Elle est néanmoins soutenue par le syndicat autonome SNAPAP et en particulier sa Commission femmes. C’est d’ailleurs depuis la Maison des Syndicats à Alger (qui abrite différents syndicats autonomes) que Meryam a entrepris, pour faire pression, une grève de la faim, le 9 décembre 2009.

« Son état de santé est critique » (Commission Femmes du SNAPAP)

 

45 jours ont passé et la British Gas comme l’Etat algérien restent inflexibles. Cela est d’autant plus choquant que l’état de santé de Meryam s’affaiblit et ne cesse de s’aggraver au point de devenir préoccupant.

 

Un récent communiqué du SNAPAP daté du 23 janvier indiquait à ce sujet : « Son état de santé est critique. On constate une pâleur très apparente avec fatigue générale, une perte de poids chiffrée à plus de 60%, une hypoglycémie à 0,65g/l. En outre, elle présente une toux très gênante. Sa radio du thorax montre des signes de bronchite aiguë comme le diagnostique le médecin pneumo-phtisiologue du DAT de Belfort. La vie de Meryem Mehdi est menacée par l’aggravation de ses signes cliniques et biologiques sur le plan respiratoire et rénal. M. Mehdi a été évacuée plusieurs fois aux hôpitaux d’Alger même en clinique privée, hospitalisée plusieurs fois au service de réanimation pour choc septique. »
Le secrétariat international (SI) de la CNT assure tout son soutien à Meryam ainsi qu’au syndicat SNAPAP et à sa Commission Femmes.
Le SI de la CNT s’engage à faire pression sur British Gas ainsi que sur le gouvernement algérien afin que la légitime revendication de réintégration de Meryam soit obtenue.
Le SI de la CNT sera vigilant quant à l’évolution de la situation de Meryam.
Un coup contre l’un-e d’entre nous est un coup contre nous tous et toutes !

Jérémie pour le SI de la CNT.
http://www.cnt-f.org/international/

Commentaires

  1. Mohand Tahar dit :

    La société anglaise connait parfaitement les dessous du régime et les faiblesses de la JUSTICE ALGERIENNE pour agir de la sorte, Alors Maitre Amine sidhoum doit déposer une plainte au niveau international pour esclavagisme et NON ASSISTANCE en personne en danger de mort et je suis sûr que la requête de Mme Meriem va être entendue, tous simplement par ce que la vie compte beaucoup pour les justice d’AILLEURS et assume correctement son travail.

  2. dr. amina&amin dit :

    Saisir Mme Hilary Clinton, (une femme tres sensible contre les abus et injustices contre les femmes dans le monde entier), sur la non assistance d’une personne en danger de mort par son gouvernement et la multi-nationale qui est responsable des consequences nefastes.

    Une plainte est deja fin-prete contre cette multinationale British Gas qui avait licencie Meriem abusivement.

    Franchement c’est INDIGNE de ne rien faire alors une petite missive et/ou email á ONU, Hilary C. et ONG pour sauver un etre humain et combattre l’injustice sur terre.

    Amicalement votre.

  3. fadel dit :

    pour aminatou haider ,ils ont crée a l’injustice mais pour la citoyenne algérienne ,elle peut mourir dans l’indifférence a cause d’un président et d’un gouvernement dans le seul souci et de bien écraser les algeriens et algeriennes.c’est toute l’hpocrisie des autorités algeriennes et de leurs mépris a l’égard des algeriens.

  4. amghar azzamni dit :

    Qui a interet à pourrir cette situation ? Qui veut en tirer des dividendes ? Cette bonne femme est en train de se mourir sans attirer l’attention de nos gouvernants et encore moins celle de nos syndicalistes d’état!Il faut mettre un terme à ce probléme avant que l’irréparable n’arrive.
    L’état doit intervenir pour que cesse rapidement la situation catastrophique dont se trouve notre gréviste.Sauvonx d’abord la personne humaine puis par la suite nous réglerons la situation administrative.Attention,il ne faut pas tergiverser!Urgence oblige!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER