• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 27 janvier 2010

Archive pour le 27 janvier, 2010

Opposition en Algérie: Ces questions qui dérangent

elkhabarcaricaturep32copy1.jpgKarim Aimeur pour « Algérie Politique »

Quel rôle pour l’opposition dans la construction démocratique quand au lendemain de la reconnaissance du multipartisme, tout le pays a été noyé dans un cycle de violence sans nom ? Quel rôle pour l’opposition quand la liberté de la presse et d’expression est bâillonnée et quand les  syndicats autonomes sont muselés ? Quel rôle pour l’opposition dans ce processus quand le délit de presse est pénalisé ? Quel rôle pour l’opposition quand elle n’a pas accès aux moyens lourds de la communication ? Quel rôle pour l’opposition quand toutes les échéances électorales sont entachées d’irrégularités ? Quel rôle joue l’opposition dans la consécration de la démocratie quand aucun parti politique n’est agrée depuis plus de 11 ans ? Quel rôle de l’opposition dans tout ça quand l’état d’urgence est observé et maintenu plus de 20 ans après son instauration ?

Autant de question qui doivent être posées pour répondre à la question du rôle de l’opposition dans l’émergence de la démocratie en Algérie. Mais la question la plus cruciale reste toujours posée: la démocratie a-t-elle émergé un jour en Algérie ? Aucune de ces questions n’a été posée lors de la journée parlementaire organisée par le Front nationale algérien (FNA), le 27 janvier 2010 sur le rôle de l’opposition dans l’émergence de la démocratie en Algérie.

Par ailleurs, aucun représentant des traditionnels partis de l’opposition (FFS, RCD, MDS, PLD…) n’a été invité à ce rendez-vous. C’est dire que toute est bricolage dans ce pays.

Algérie-Egypte: quatre vols programmés jeudi vers Benguela

avion.jpgLa compagnie nationale Air Algérie a programmé jeudi quatre (4) vols à destination de Benguela, la ville angolaise qui abritera le  match de la demi-finale de la CAN 2010 opposant (jeudi à 20H30) l’équipe  nationale de football à son homologue d’Egypte. Le premier avion décollera de l’aéroport international Houari-Boumediene vers 6 heures du matin. Les autres vols seront espacés d’une demi-heure chacun. La compagnie nationale a prévu des vols supplémentaires à destination d’Angola, en cas où une forte demande de la part des supporteurs de l’équipe  nationale de football est exprimée.  Le coût commercial du billet d’avion, qui est de 135.000 DA, a été  ramené à 60.000 DA. 

Les inconditionnels des verts qui se déplaceront en Angola seront vaccinés contre la maladie de la fièvre jaune au niveau de l’aéroport Houari-Boumediene  et les frais de cette vaccination sont à leur charge, a indiqué le P-dg d’Air Algérie, Abdelwahid Bouabdallah. En plus de la vaccination, chaque supporter bénéficiera d’un kit-santé qui lui sera remis avant l’embarquement, a-t-il ajouté.  Les visas d’entrée seront délivrés aux supporteurs à leur arrivée en  Angola, a encore précisé Bouabdallah, rapporte l’APS. 

Algérie: Hausse de 25 % de la pension des moudjahidine

moudja.jpgLe ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbas a annoncé  mercredi à Alger, une hausse de 25 % de la pension des  moudjahidine, à compter de janvier 2010. Le ministre a précisé que cette augmentation s’inscrit dans le cadre de l’amélioration du niveau de vie de cette catégorie,  car « le secteur oeuvre toujours à augmenter cette pension, avec chaque revalorisation  du salaire national minimum garanti (SNMG) », qui a été porté, en décembre  dernier, à 15.000 DA. Le ministère des Moudjahidine examine actuellement, avec le  ministère des finances, l’augmentation du reste des pensions ne dépendant pas  du salaire de base, a indiqué le ministre.

Algérie-Egypte: Ne répondez pas à la provocation par la provocation

egypte.jpgDjallel de Blida pour « Algérie Politique »

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, simples citoyennes, citoyens et journalistes Algériens !

J’aurais aimé que notre équipe nationale de football, ne rencontre pas celle de l’Égypte. Non et non ! Pas par peur que les Égyptiens vont nous battre. Pas du tout et au contraire, j’ai souhaité et même prié, qu’ils soient éliminés pour qu’on rencontre une grande équipe comme celle du Cameroun dont le style de football est connu mondialement et très proche du notre, et ce, contrairement à celui de l’Égypte, une équipé limitée au monde Arabo-musulman et à l’Afrique. J’aurais aimé que notre équipe nationale de football, ne rencontrera plus jamais à jamais cette équipe égyptienne composée et dirigée par des racistes et qui passent leur temps à nous insulter et insulter notre pays et son peuple. J’aurais aimé que notre équipe ne rencontre pas les Égyptiens, ces pseudos champions d’Afrique pour les oublier à jamais et oublier leurs insultes, leur complexe de supériorité à notre égard et à l’égard de la nation arabo-musulmane.

Enfin, c’est peut-être le destin ou le hasard qui a fait qu’on doit les rencontrer. Ne dit-on pas que le hasard fait bien les choses ? Si tel est le cas, pourquoi il le fait uniquement avec nous ? Ou bien, est-ce que c’est pour se réconcilier à jamais comme le prétendent les Égyptiens ? Ou tout bonnement pour qu’ils se vengent de nous comme ils l’ont si bien dit hier lors d’une de leurs émissions télévisée de la Chaîne Dream II ?

En conséquence, pour ma part en tant citoyen Algérien, ayant certes des devoirs envers mon pays mais aussi, des droits, parmi lesquels, le droit de donner mon opinion, n’est-ce pas ?

(Lire la suite)

Tipaza: Neuf « patriotes » écroués pour soutien au terrorisme

patriotesalgeriens.jpgNeuf patriotes ont été écroués, hier, mardi 26 janvier, par le procureur de la République près le tribunal de Cherchell, dans la wilaya de Tipaza, et ce, pour soutien au terrorisme. Les concernés qui résident, pour certains, au douar Korchi, dans la commune de Gouraya, et pour le reste dans celle, limitrophe, de Béni Milleuk, dans la partie ouest de la wilaya précitée, ont été arrêtés le jour sus-indiqué par les éléments de la brigade de Gendarmerie du chef-lieu de la première commune. Les neuf patriotes indélicats, parmi lesquels se trouvent un instituteur et un ingénieur d’État, étaient surveillés par les services de sécurité depuis que des informations leur sont parvenues faisant état de l’accointance de ceux-ci avec les groupes terroristes dont la présence est signalée, de temps à autre, dans cette partie de la wilaya de Tipaza, rapporte le Courrier. 

Algérie: 1000 enfants enlevés en 10 ans !

enfant.jpgL’Algérie a enregistré 1 000 enlèvements en 10 ans soit 100 enfants par an. Entre 2001 et fin 2008, il y a eu 841 enfants enlevés, a affirmé le président de la Forem, M. Khiati. « Ils sont généralement enlevés pour demander des rançons pour alimenter les groupes terroristes, pour le banditisme et pour le motif d’abus sexuel« , a-t-il déclaré. En 2008, il y a eu 87 enfants enlevés mais  sans savoir où ni comment ? « Aujourd’hui, nous devons connaître les régions concernées. Il faut que les autorités publiques mettent une alerte d’enlèvement dans l’heure qui suit ce dernier pour pouvoir agir à temps. Il faut impliquer les populations civiles qui peuvent agir sur le plan de la sensibilisation et de l’information », concluera M. Khiati, rapporte Liberté.

Béjaia:Rabrab a privatisé un lieu public pour construire son usine !

rebrab.jpgMadala pour « Algérie Politique »

 

Si l’Etat a abandonné l’Algérie en général et la Kabylie en particulier, c’est qu’on a remis les clés au gens comme Issad Rabrab, le patron de Cevital. Le pouvoir a «délégué» le pays à des soi-disant opérateurs privés et grands «investisseurs» providentiels du même genre pour mieux tirer profit et piller le pays. M. Rabrab a tout simplement privatisé un lieu public pour construire son usine, comme si la Kabylie, l’Algérie ou la wilaya de Bgayet n’est pas assez vaste pour accueillir son usine en occupant le port et même l’empêcher de se développer ou même une extension future. Plus encore, M. Rabrab interdit l’accès à la passe qui était un lieu de détente des Bougieotes, lieu de rendez-vous de pécheurs pour se décompresser et se reposer physiquement ou moralement. Il a donc privatisé, avec la complicité avérée des pouvoirs publics, un lieu féerique cher aux habitants de Bougie et au mépris de toute morale.

Sur un plan, M. Rabrab crée des emplois, pour ses besoins et ceux de ses «sponsors» pas pour rendre service ou pour les beaux yeux de la population. Plus encore, les travailleurs de CEVITAL ne sont pas loin de l’esclavage. Ils sont menacés tous les jours de licenciement. Il a poussé plus loin l’arrogance au point de fouler au pieds et violer la réglementation en interdisant la constitution d’un syndicat pour la défendre les droits des travailleurs sans que les autorités (dans sa poche), ni l’UGTA ne disent un mot. C’est l’aplaventrisme devant l’argent. Qui a autorisé ce massacre à Bejaia et au profit de qui ?

 

Par ailleurs, la corruption a été socialisée. L’existence d’une maffia, plutôt de plusieurs maffias, à BGAYET est de notoriété publique. Les entreprises locales sont devenues des vaches à traire pour les directeurs et ceux qui les ont placés. Des gens viennent d’Alger ou du SGP de Annaba sont reçus comme des pachas aux frais des entreprises (l’ETR ,ex-STVB,ETDE SPMW…etc). Les travailleurs sont menés aux pas, des témoignages quotidiens sont faits devants des correspondants de presse sans résultats. De compromettantes photos des fonctionnaires du SGP de Annaba (tutelle) avec directeurs d’entreprises locales ont été prises à BEJAIA dans un lieu honteux avec des compagnes de joie mais les remettre à qui sans subir les représailles ?

 

Les menaces, les rétrogradations, les passes droits, les recrutements et promotions sur la base du lieu de naissances sont monnaies courantes. Ils sont vérifiables facilement car n’importe quel ouvrier peut donner des preuves si il bénéficie de la protection. La justice n’est pas seulement complice de cette situation mais elle est même partie prenante car certains ses éléments bénéficient de beaucoup de privilèges ainsi que la tutelle. Béjaia coule, coule, coule, coule ………..coule

Recueillement à la mémoire de Maarouf Medjbar

medjber.jpgA l’occasion du deuxième anniversaire du décès de Marouf Madjber, ancien militant et membre de la direction nationale du FFS, les militants du parti dans la commune de Bouira se rendront le vendredi 29 janvier au cimentière de Beni Yenni pour se recueillir sur la tombe du défunt. A cette occasion, une gerbe de fleurs sera déposée à 14 h 30. Un bus démarrera à 10h00 de la place des Martyrs de la ville de Bouira. Pour plus d’informations, vous pouvez contacter M. Noureddine Ait Yahiatene  au 0790. 22. 84. 37. 

 

Triste et douloureuse fut la date du 29/01/2008 où tu nous a quittés. Cette date demeurera à jamais dans les mémoires des militants et combattants de la liberté de 1963. Deux ans se sont écoulées depuis ta disparition et la douleur est toujours vive. Tu resteras à jamais dans nos coeurs et nos pensées. Sache que ta présence est intense dans nos mémoires. La mort sépare les êtres, mais jamais les âmes et chacun de nous garde dans son for intérieur ces souvenirs impérissables comme une lumière qui illumine nos coeurs et guide nos pensées. Par cette pensée, nous militants de la fédération FFS de Bouira, nous te rendons hommage et prions pour ton repos.Repose en paix cher grand frère et camarade Maarouf Medjbar.

Algérie: La Liberté….. qui nous étouffe !

libert.jpgSmail Lamrous, militant de Gué de Constantine

La liberté d’expression, conjuguée  à tous les temps, ne reflète guère la réalité ! Elle est constamment bafouée, violée et remise en cause à tout bout de champ. Cette forme de liberté qui nous est offerte obéit plus à des groupes d’intérets, plagiaires de la «Vérité» et des pillards des biens publics.

 

 

S’il n’est nullement permis à  l’homme de vivre dans l’anarchie, il ne lui convient non plus à  consentir de vivre sous un despotisme cruel. Le Droit d’avoir des droits n’est plus à mettre au placard; les hommes sont aujourd’hui au bout du rouleau de l’avanie continuelle perpétrée par les usurpateurs des pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif. De plus en plus, les hommes sont convaincus, qu’une lutte ouverte doit se mettre en route pour se soustraire définitivement aux pratiques bancales des systèmes totalitaires, affirmés les seuls détenteurs de la bonne gouvernance.

 

 

L’homme d’aujourd’hui, en dépit des intérêts personnels qu’il nourrit, doit se défaire du joug qui lui serre le cou. L’heure n’est plus aux discours de quelques politicards tricheurs, mais plutôt à l’action qui elle seule est porteuse de résultats probants et surs. L’histoire des hommes est si cruelle qu’elle ne pardonne pas l’immobilisme exagéré : ses sanctions sont très sévères !

 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER