• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 30 janvier 2010

Archive pour le 30 janvier, 2010

La Libye achète pour 1,3 md d’euros d’armes à la Russie

kadafi.jpgLa Libye a signé vendredi un contrat d’une valeur de 1,3 milliard d’euros pour l’achat d’armes à la Russie, a déclaré samedi le Premier ministre russe Vladimir Poutine. « Hier (vendredi), un contrat de 1,3 milliard d’euros a été signé. Il ne s’agit pas que d’armes à feu », a-t-il dit lors d’une rencontre avec le patron de l’usine Ijmach qui produit les fusils d’assaut Kalachnikov.  En début de semaine, des responsables russes avaient indiqué que des négociations avec le ministre libyen de la Défense, Younès Jaber, étaient en cours à Moscou pour la vente d’armements russes.   M. Poutine n’a cependant pas précisé quel type d’armes et d’équipements militaires avaient été achetés par Tripoli. Mais une source diplomatique russe avait indiqué mardi à l’agence Interfax que la Libye voulait acquérir 20 avions de combat, au moins deux systèmes de défense antiaérienne S-300, quelques dizaines de chars T-90C et d’autres armements.  Les deux Etats ont entretenu des relations étroites durant la guerre froide. Au cours de la période 1981-1985, l’Union soviétique avait fourni à Tripoli quelque 350 avions de combat, notamment 130 MIG-23, 70 MIG-21, six bombardiers Su-24 et six bombardiers supersoniques Tu-22, rapporte l’AFP.

RSF: « rien ne justifie que Taoufik Ben Brik reste en prison »

benbrik.jpgL’organisation Reporters sans frontières (RSF) s’est déclarée samedi « déçue » par la confirmation en appel de la condamnation à six mois de prison ferme du journaliste opposant tunisien Taoufik Ben Brik, soulignant que « rien ne justifie » qu’il reste en prison http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/01/30/la-peine-du-journaliste-tunisien-ben-brik-confirmee-en-appel_1299118_3212.html La cour d’appel de Tunis a confirmé samedi la peine prononcée en première instance à l’encontre du journaliste de 49 ans pour violences contre une automobiliste, une affaire montée de toutes pièces pour ses défenseurs.  « Nous sommes déçus par cette décision. On aurait espéré que les juges fassent preuve de plus d’indépendance et de discernement. Le dossier de   l’accusation est vide. Rien ne justifie que Taoufik Ben Brik reste en prison »,  a estimé le secrétaire général de RSF, Jean-François Julliard, dans un communiqué. « Reste maintenant à s’assurer que les conditions de détention de Taoufik   soient les meilleures possibles », a-t-il ajouté.  

Pour Me William Bourdon, avocat français du journaliste, cité dans le même  communiqué, « la confirmation de la peine prononcée en première instance ne fait que confirmer l’absence totale d’indépendance de la justice tunisienne ».   La femme de Taoufik Ben Brik, Azza Zarrad, également citée par RSF, a dénoncé « un terrorisme d’Etat ».  « Le comble est que cet Etat est soutenu par des parlementaires européens qui vantent la réussite économique de la Tunisie et le fait que ce pays est un   rempart contre le terrorisme », a-t-elle ajouté. Elle a fait part de son   intention de « porter plainte après des Nations unies ».  

Caricature de notre ami R.Z

alger.jpg

Algérie: Les praticiens de la santé maintiennent leur grève « ouverte »

snpssp.jpgLes praticiens de la santé publique ont décidé de  poursuivre leur mouvement de grève « ouverte » jusqu’à satisfaction de leurs doléances notamment celles relatives à l’augmentation des salaires, ont annoncé samedi les syndicalistes du secteur de la Santé. Ils ont ainsi décidé d’aller plus loin dans leur mouvement de protestation en annonçant l’organisation, le mercredi 3 février, d’une marche ayant pour point de départ le CHU Mustapha Bacha.  « Nous sommes prêts à assumer les conséquences d’une telle décision.  C’est le seul moyen à notre disposition pour faire entendre nos voix », ont souligné les présidents du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé  publique (SNPSSP) et du Syndicat national des praticiens de la santé  publique (SNPSP), MM. Mohamed Youcefi et Lyes Merabet, lors d’un point de presse  hebdomadaire.

Cette marche sera suivie par d’autres rassemblements les mercredis suivants, ont-ils soutenu, réitérant toutefois leur « disponibilité à revenir à la table de négociation » mais rejetant en même temps « catégoriquement » les décisions de la tutelle. Les présidents des deux syndicats ont également précisé que parallèlement à la marche d’Alger, d’autres marches seront organisées dans les villes d’Oran, Annaba, Constantine et Ouargla. Auparavant, les deux responsables syndicaux ont exprimé « la justesse  de leurs revendications » et « déploré le constat de fuite en avant des pouvoirs  publics ». A noter que le SNPSP est à sa 6ème semaine de grève illimitée, alors  que le SNPSSP en est à sa 4ème semaine., rapporte l’APS.

Ahmed Fattani rend hommage à son ancien maître

fata.jpgDans un article intitulé « décès de Larbi Belkheir, un homme d’Etat d’en va », http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-01-30/72494.html, le directeur de l’Expression a rendu un vibrant hommage au général à la retraite, responsable de tous les malheurs du peuple algérien. « Il était à la fois un grand général, mais surtout un brillant homme politique qui avait une perception toute particulière de sa mission au service de l’Etat dont il se glorifiait d’être le serviteur. La classe politique algérienne, dans son ensemble, sait à quel point son influence dans les hautes sphères de l’Etat a été décisive dans les moments les plus difficiles que le pays a traversés. Avec le Président Chadli, il a eu à gérer de nombreuses crises; que ce soit sur le plan intérieur ou avec notre voisinage politique, entre autres, la France, la Tunisie sous Bourguiba et sa succession politique, cela sans compter les efforts qu’il n’avait cessé de dépenser depuis le palais d’El Mouradia ou en qualité d’ambassadeur à Rabat pour bannir les démons de la discorde avec notre voisin de l’Ouest », a écrit Fattani.

Qui est mister Jeannot et Chapôt ?

belkheir.jpgEditorial du quotidien Demain l’Algérie, 1 septembre 1998

Qui est ce Jeannot, puis Chapôt qui impose sa loi au pays, dans l’ombre ? Qui est cette recrue de Charles Hernu, défunt ministre français de la Défense, à la loge maçonnique du Grand-Orient de France ? Qui est ce vulgaire indicateur du secrétaire général de l’Elysée de François Mitterand trônant, par la grâce du prince des années 80, à la tête d’un empire immobilier que guère, sous un prête-nom, à la fin de sa vie un ancien PDG de l’OAIC et, ultérieurement, consul de circonstance à Nice, source de tous nos malheurs ? Qui est ce vulgaire meunier et spéculateur de biens immobiliers, indûment acquis, recrue et protégé de l’armée française qui croit encore faire la pluie et le beau temps en terre anciennement conquise ?

Dieu que la mémoire est occultée ! Qui, en 1992, a entrepris, hors de tout accord politique du HCE, d’installer les escadrons de la mort (au moins 300 pour la seule région du centre), avec – pour le bonheur de ce peuple – la démission d’un courageux ministre de la justice, et d’ouvrir, pour mieux aguerrir les troupes du FIS, les camps du Sud, ce contre la volonté de feu Boudiaf ?

Qui est ce Jeannot et Chapôt qui ordonne à des gestionnaires des Aswaks7 du Centre d’inscrire sur des lignes de crédit publiques des commandes de haricots blancs dont nous n’avons jamais senti l’odeur ?

Trop, c’est trop ! Et dire que derrière lui, demain, après-demain ou plus tard, des journalistes, des titres, des clans, des groupes d’intérêts viendront pourchasser ceux qui, contre vents et marées, s’accrochent au seul pays qu’ils possèdent.

Maroc: Un blogueur arrêté pour avoir voulu défendre la liberté d’expression

internet.jpgLe 26 janvier 2010 au soir, le blogueur et défenseur des droits de l’homme, Boubaker Al-Yadib, a été arrêté et placé en garde à vue au commissariat de Guelmim (190 km au sud d’Agadir). Son procès a lieu ce soir, sans qu’aucun chef d’accusation officiel ne soit retenu contre lui. Les autorités lui reprochent en réalité d’avoir publié en ligne, le 25 janvier 2010, l’annonce d’une grève des blogueurs pour « une semaine de deuil pour la liberté d’expression au Maroc ». Cette action, lancée par l’Association des blogueurs marocains, devait durer jusqu’au 31 janvier 2010. Boubaker Al-Yadib risque entre six mois et un an de prison.

 

« Cette arrestation s’inscrit dans le cadre d’une campagne de répression lancée par les autorités marocaines à l’encontre des blogueurs et militants des droits de l’homme. Nous demandons la libération immédiate de Boubaker Al-Yadib, El Bachir Hazzam et Abdullah Boukfou, ainsi que des autres activistes qui luttent pour les droits de l’homme et la liberté d’expression“, a déclaré Reporters sans frontières.

 

(Lire la suite)

Affaire de la mosquée d’Aghribs: une dizaine de blessés dans des affrontements

Image de prévisualisation YouTube

La tension est montée d’un cran hier à Aghribs (Tizou-Ouzou) lorsque les partisans de la construction d’une mosquée, saccagée il y a une semaine, et les opposants au projet se sont affrontés. En effet, vers 10h30, les opposants à la construction du lieu de culte musulman, réunis en assemblée générale, qui ont décidé de démolir ce qui reste de l’édifice, se sont heurtés à la résistance des membres de l’association religieuse du village. Ces affrontements violents ont fait une dizaine de blessés parmi les «belligérants» et accentué la haine entre des habitants du village. Un fait étonnant : les services de sécurité ne sont pas intervenus pour mettre fin aux scènes de violences. El Mouhtarem

Algérie: « Grande peine » des évêques après le saccage d’un lieu de culte protestant

tizi.jpgLes évêques d’Algérie ont exprimé leur « grande peine » après le saccage d’un temple protestant début janvier à Tizi Ouzou, et se disent « très inquiets des entraves mises à la pratique du culte chrétien dans le pays », a indiqué un communiqué vendredi. Réunis les 24 et 25 janvier à Alger, « les évêques d’Algérie ont partagé leur grande peine à la suite du saccage et de l’incendie du lieu de culte de la communauté protestante Tafat, à Tizi-Ouzou », lit-on dans le texte.  Les évêques ont à « pris le temps d’analyser ensemble la situation préoccupante que vivent certains chrétiens algériens » et se disent « très  inquiets des entraves mises, ici ou là, à la pratique du culte chrétien » en  Algérie.  Ils « sont profondément attristés et ne peuvent cacher leur indignation devant la profanation de signes chrétiens, comme ils sont indignés lorsqu’ils apprennent que des signes de la religion musulmane sont profanés dans tel ou tel pays du monde », ajoutent-ils.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER