• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Archive pour janvier, 2010

Fin de mission pour Hicham Aboud ?

hicham.jpgDepuis février 2009, l’ancien capitaine de l’ANP, Hicham Aboud n’a pas actualité son site internet www.agirpourlalgerie.com. Son témoignage en faveur du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni est, semble-t-il, la dernière mission que lui ont confié les services algériens. El Mouhtarem

Dessin dédié à Meriem Mehdi

meriem1.jpg

La vaccination contre la grippe A a fait peur

vaccinationcontregrippeporcine.jpg

Dans un parti, il n’y a pas de personnes faites pour diriger et d’autres pour obéir !

echiquier1995.gifMohand pour « Algérie Politique » 

Je voudrai participer à ces échanges encore une fois, car je suis en quelque sorte interpellé, non que je veuille donner un blanc seing aux uns et critiquer les autres mais je veux exprimer mon opinion dans l’absolu. Si j’ai tort veuillez m’en excuser de le faire. Je me mêle peut-être que situation dont je suis étranger.

En effet j’ai toujours pensé que rentrer dans un parti politique c’est comme un sacerdoce et que c’est parce qu’en réfléchissant bien et seul on aboutit à la conclusion que le programme politique de développement social et économique à long terme nous convient. Il renferme nos propres aspirations et ce que nous aurions aimé pouvoir faire si nous avions le pouvoir de le faire. Nous faisons donc abstraction des hommes.
Lorsque ce programme plaît à beaucoup de personnes il devient fort. On ne s’arrête pas cependant à la constitution de cette force organique, il faut pouvoir intéresser les citoyens à ce que l’on veut faire. Et enfin le faire quand certains militants obtiennent le pouvoir. Je simplifie un peu les choses je l’avoue, mais je tenais à parler de ça pour sortir de la spirale que prennent les choses en lisant les commentaires.

Ne faut-il pas transformer les “vents” qui soufflent dans plusieurs sens en une tornade qui permet de s’élever et de se renforcer. Elle deviendrait une force qui a ses inconvénients mais qui force l’admiration de ceux qui ont participé à sa formation.
Les ambitions des uns et des autres, les souhaits des uns et des autres doivent évidemment s’exprimer mais la critique systématique telle qu’elle est formulée et je suppose que c’est aussi ainsi qu’elle s’exprime lors des réunions des différentes structures du parti. Tout le monde sait qu’une telle ambiance est néfaste, elle entretient les malentendus et passe au second plan les vraies raisons qui réunissent. Quand il n’y a pas une bonne ambiance même une équipe de football échoue. Que dire alors de la Politique ou en principe il n’y a ni prime ni gain faramineux à attendre comme récompense. C’est seulement de l”‘autosatisfaction d’avoir accompli des actions positives comme on le fait pour le bien de nos enfants et ou de notre famille.

(Lire la suite)

Algérie: La gendarmerie incapable d’assurer la sécurité de SNC Lavalin

snclavalin.jpgSaid Radjef pour « Algérie Politique » 

 

En dépit du dispositif de sécurité mis en place au Djurdjura, les terroristes ont de nouveau frappé par l’enlèvement d’un ingénieur appartenant à la société canadienne Lavalin, chargée du traitement et de l’acheminement des eaux du barrage de Koudiate Asserdhoune. Tandis qu’intervenait cet enlèvement dans la région de Djabahia, tout prés de la circonscription de Kadiria, relevant de la wilaya de Bouira, un autre attentat, lors d’une spectaculaire incursion dans la commune de Mechtras, lundi passé, a failli coûté la vie à plusieurs travailleurs de la société SNC Lavalin.

    

Depuis son arrivée en Algérie, la société Lavalin placée sous la sécurité de la gendarmerie nationale, a été victime de plusieurs attentats particulièrement meurtriers. Le dernier en date  remonte a peine à deux mois lorsque pas moins de sept gardes communaux, chargés a coté des éléments de la gendarmerie d’assurer la sécurité des ressortissants canadiens, ont été assassinés dans la région de Souk El Tenine, à quelques 20 Kms au sud-est de la wilaya de Tizi-ouzou. Selon des sources généralement bien informées, les responsables de Lavalin auraient décidé de rompre le contrat qui les lie à l’Algérie suite aux derniers attentats dont il a été victime. Toujours selon nos sources, la décision de Lavalin de rompre le contrat a provoqué une grande inquiétude parmi les responsables algériens au plus haut sommet de l’Etat. C’est ce qui explique en partie la visite éclaire du chef de l’état major de l’armée, en l’occurrence Salah Gaid, mercredi passé, dans la capitale du Djurdjura.  

Présenté comme un résidu par les autorités algériennes, le terrorisme n’a pas pour autant baissé d’intensité. Au cours de ces quatre dernières années, il a adopté une nouvelle stratégie en privilégiant des cibles bien définies qui embarrassent l’Etat algérien. Mais qui suscite également bien des interrogations parmi les populations du pays. A commencer par celle que tout le monde pose : le terrorisme est-il réellement l’œuvre des islamistes armés ? Ensuite vient cette autre interrogation qui taraude bien des esprits : le terrorisme a-t-il des complicités dans l’Etat algérien ? Car le dispositif de sécurité mis en place au Djurdjura est si impressionnant, qu’a chaque attentat  on se pose, ici, la question si les terroristes ne jouissent pas de complicités parmi les forces de sécurité. Cinglant désaveu pour les chefs de l’ANP, pour Bouteflika et son ministre de l’Intérieur N.Y. Zerhouni qui peinent a vendre l’image d’une Algérie réconciliée avec elle-même et qui a retrouvé les chemins de la paix et de la prosperité.  

L’histoire de la Kabylie et du Sahara occidental sont loin de se ressembler

polisario11.jpgAmdan n Soummam pour « Algérie Politique » 

Tout d’abord je tiens à dire que je ne soutiens ni le royaume marocain, ni le pouvoir algérien, deux dictatures qui répriment et s’enrichissent sur le dos de leurs peuples respectifs. Les droits de l’Homme dans ces pays se résument à mettre en place des commissions alibi et étouffoirs pour mieux sévir. Quand à la position de Ferhat Mehenni, elle est contestable. En effet, l’histoire de la Kabylie et du Sahara occidental sont loin de se ressembler.
La Kabylie é
tant partie intégrante de l’Algerie. Elle constitue une région jamais dissociée du pays même au temps de la colonisation. Elle a constamment participé avec les autres régions du pays à la construction historique de la nation algérienne. Elle a partagé les mêmes peines et les mêmes joies avec l’ensemble de notre pays. Est-ce le cas du Sahara occidental? Je ne suis pas spécialiste de ces questions, ni historien, je me rappelle toutefois que le Maroc a enhavi le Sahara occidental en 1975 après le départ des Espagnols. Auparavant, le Marcoc était
colonisé par la France et le Sahara par l’Espagne. Si cette partie appartient au Maroc alors pourquoi ne pas l’avoir depuis 1956 après le départ de la France de son territoire ? Pourquoi avoir attendu le départ des Espagnols en 1975 pour faire la guerre aux Sahraouis afin de récupérer ce territoire ?

Selon les éléments en ma possession, c’est aux Sahraouis de choisir la voie qui les intéresse. Quand à l’Algerie je suis pour une décentralisation de toutes les décisions qui relèvent des régions si c’est cela l’autonomie je ne peux que soutenir si non je n’ai rien compris au concept d’autonomie. En fait j’ai beaucoup lu et écouté les partisans de l’autonomie mais parlant plus de décentralisation. Si ce que j’ai compris est juste donc pourquoi ne pas revendiquer simplement la décentralisation tout court.

Les étudiants de l’INH de Boumerdès protestent

petrole.jpgDes centaines d’étudiants de l’INH de Boumerdès ont exprimé durant toute la matinée mardi, dans l’enceinte de leur faculté, leur courroux suite à la décision du wali de Ouargla de limiter le recrutement dans les compagnies pétrolières nationales et internationales aux seuls diplômés du Sud du pays, notamment ceux de Ouargla, Touggourt et Hassi Messaoud. Les étudiants de l’Institut National des Hydrocarbures de Boumerdès se disent étonnés par la décision qu’ils n’ont pas hésité à qualifier de décision porteuse de bourgeons de régionalisme aux conséquences imprévisibles, rapporte Le Courrier.

Travailleurs de la SNVI: « Nous ne voulons pas de Sidi Said »

sid.jpg«Nous ne voulons pas de Sidi Saïd ici, il lui suffit de nous avoir vendus», disaient hier à El Watan des travailleurs très en colère contre le patron de l’UGTA. Un manifestant ajoute ironiquement: «Voilà la ‘victoire des travailleurs’ pour reprendre les propos qu’il ont tenus à l’issue de la dernière tripartite» pour qualifier les accords passés avec le gouvernement en désignant la foule qui criait sa colère. «Nous ne sommes pas dupes. Nous savons que sa citation dans l’affaire Khalifa suite au dépôt de l’argent du syndicat dans ses banques pèse beaucoup dans ses prises de décision. Les décideurs le tiennent et le font chanter; le monde du travail et l’opinion publique en général l’ont définitivement classé», déclare un autre. Son camarade atténue un peu ses déclarations en concédant : «S’il vient ici, ce doit être pour nous présenter des excuses.» Un autre rappelle: «Nous avons commencé par un rassemblement des cadres syndicaux devant le siège de l’union locale de Rouiba. Nous devions ensuite aller nous rassembler devant le siège de la centrale syndicale à Alger, mais Sidi Saïd nous a carrément interdit d’organiser cette manifestation prévue pour le 20 décembre dernier. En réaction à cela, nous avons décidé d’agir à notre niveau de manière graduelle : grève, rassemblement devant la SNVI, blocage de la RN5 et marche sur Rouiba successivement en quatre jours. La prochaine action sera plus radicale. »

Ferhat Mehenni soutient le plan marocain d’autonomie au Sahara

ferhat1.jpgL’Opinion« : http://www.lopinion.info/def.asp?codelangue=23&id_info=15491

Vous avez soutenu le plan d’autonomie au Sahara proposé par le Maroc pour mettre fin au conflit artificiel qui l’oppose au Polisario. Par cette prise de position vous vous êtes opposé à la position officielle du gouvernement algérien qui est totalement contre les intérêts au Maroc. Croyez vous que l’Algérie s’oppose a la proposition marocaine par peur d’être dans le futur contrainte de s’y conformer pour le cas de la Kabylie et des touaregs au sud ?

Ferhat Mehenni: Je m’oppose à la position officielle du régime algérien sur la base de valeurs et de réalisme. Je suis contre la guerre et l’effusion de sang. La proposition marocaine d’une autonomie régionale pour le Sahara me parait plus empreinte de sagesse que l’attitude rigide du gouvernement algérien sur la question. Elle est moralement supérieure à la guerre. Pour que les efforts de nos peuples soient orientés vers la construction de nos économies respectives, de nos cultures et de nos identités, nous avons tous besoin de paix. Je n’ai pas le droit de me prononcer à la place des autres, mais si j’étais un dirigeant du Polisario j’en aurais accepté au moins le principe. Le reste est du domaine de la négociation.
Si le gouvernement algérien, dans les jours à venir, propose au MAK de négocier les modalités de l’autonomie régionale pour la Kabylie, nous accepterions volontiers.
Par ailleurs, sur le plan de la simple logique et du bon sens, comment se pourrait-il que le MAK qui revendique une autonomie pour la Kabylie viendrait à s’opposer à la proposition marocaine de même nature pour la région du Sahara? Il le ferait au nom de quelle cohérence?

Algérie: L’Equipe nationale de football pourrie par le mercenariat !

raouraoua.jpgPar Saad Lounes

Le quotidien LIBERTE rapporte que les joueurs algériens recevraient 1 million d’euros en cas de victoire à la CAN, soit près de 110 millions de DA ?? On sait que la seule compétence du président de la Fédération algérienne de football (FAF) , Mohamed Raouraoua est de distributer des rentes, comme il l’a toujours fait dans sa carrière (ANEP, OREF, Année de l’Algérie en France, etc…), mais là ça dépasse les limites de la décence.

 

L’équipe nationale reste le seul dérivatif d’évasion de jeunes et d’adolescents qui n’ont même pas les moyens de se payer une cigarette, et de smicars qui vivotent. Il n’est pas permis de marcher ainsi sur leur dignité et de s’enrichir sur leur dos.

 

Le patriotisme de joueurs comme Ziani, Yahia, Belhadj ou Saifi n’est pas à démontrer et n’a pas besoin de se monnayer. D’autres joueurs et un environnement malsain sont en train de leur pourrir le coeur et l’esprit. Ils gagnent très bien leur vie, par rapport à des milliers de joueurs du bled.

 


 

On se rappelle que dans un passé récent, des joueurs africains professionnels ne demandaient pas d’argent à leur  fédération. Au contraire, c’est eux qui donnaient de l’argent aux joueurs locaux et investissaient dans des écoles de football, comme Salif Keita au Mali ou Georges Weah au Liberia.

 

 

 

Si des sponsors se manifestent pour payer des primes aux joueurs, tant mieux pour eux, mais la FAF n’a aucun droit de payer des primes sur le budget de l’Etat, ni de gaspiller ses recettes de victoires au détriment de clubs de football en détresse.

(Lire la suite)

1...111213141516

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER