• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Archive pour janvier, 2010

Soutien à Mehdi Meriem: Sit-in mardi à 14h devant le ministère du Travai

Quoique fasse la direction du FFS, elle est mise sous l’étau de la critique

ffs1.jpgAkchich n lezzayer pour « Algérie Politique »

Que faire pour satisfaire les uns et les autres ? Quoique fasse la direction du FFS, elle est vite indexée et mise sous l’étau de la critique même de la part de ses militants ! Pourtant face à un pouvoir qui a cadenassé tout le champ politique et réduit toute activité partisane en profitant des dispositions que lui procure l’état d’urgence, la direction du FFS brave toutes les difficultés pour organiser des rencontres politiques avec ses militants et la société civile. Beaucoup de risques allant jusqu‘à une confrontation physique avec les autorités sont pris, sans peur par la direction nationale pendant que les mauvaises langues ne cessent de piailler tout en se calfeutrant dans leur salon !

C’est bien beau de critiquer mais agir c’est encore mieux de mon avis ! Ces personnes, celles qui aiment souffler le chaud et le froid, ont-elles eu un jour le courage de se mêler directement aux actions menées par le FFS ? Les vrais militants sont ceux qui subissent le refus de l’administration de se rassembler sous peine de harcèlement policier et judiciaire. L’exemple de plusieurs militants de Ghardaia avec à leur tête le Dr Kamel Eddine Fekhar en dit long ! Rares sont ceux qui ont fait le déplacement à Ghardaia, ne serait-ce que pour les encourager et montrer leur solidarité agissante !

Il devenu presque coutumier que les soi-disant militants qui se disent mal écoutés, n’ont participé de près ou de loin à des manifestations de soutien aux opprimés par le régime. Alors quoi dire sinon que la critique est aisée et que l’art est particulièrement difficile surtout dans le contexte politique que vit l’Algérie avec tous ses despotes !
De grace,vous qui êtes si connaisseur en stratégie politique, intégrez le parti et donnez-nous votre aide et montrez nous une démarche appropriée pour continuer le combat avec plus de chance de réussite ! Surtout n’avancez plus l’argument que le débat démocratique n’existe pas dans ce parti, sinon il ne vous resterait plus qu’à vous taire !

Le Groupe Orascom egypte est en situation financière de quasi faillite

sawiris.jpgMohand pour « Algérie Politique »

 

Le patron de Cevital, Issad Rebrab a raison, le Groupe Orascom Egypte est en situation financière de quasi faillite, puisqu’il n’a pas pu honorer les créances de l’ordre de 2,5 milliards de dollars. Il a demandé à ses créanciers de premier ordre (les banques notamment) un différé de paiement jusqu’au 25 janvier 2010 et qu’il aurait obtenu. Cependant Sawaris a demandé plus à ses partenaires, il leur propose d’entrer dans le capital par la transformation des dettes en actions du groupe. C’est la manière judicieuse et maline qu’a trouvé ce loup pour ne pas payer ses dettes et pour la voie la plus facile de vente de son groupe parce que les Algériens, en vertu des règles récentes, ont imposé un droit de présomption.

 

Comme il ne veut pas céder la vache à lait Djezzy aux Algériens et à l’Etat algérien, il a adopté cette ligne de conduite qui aboutira à terme au résultat voulu par Sawaris, sortir de l’Algérie maintenant qu’il n’est plus en sainteté avec ceux qui l’ont ramené dans leur bagage de retour en Algérie.

 

Le dernier communiqué de Sawaris fait supporter la responsabilité des problèmes de liquidités du Groupe à l’Algérie. Elle lui réclame des ajustements fiscaux et l’empêche de continuer à exporter par centaines de millions l’argent des Algériens, source principale des revenus de son groupe. Les actions de la société vont considérablement chuter pour permettre la spéculation et permettre à Sawaris de faire ce qu’il veut faire depuis le moment où France Télécom lorgnait sur sa filiale en Algérie via Orange. Car ce qu’on ne dit pas c’est que Mobinil appartient déjà à Orange, une filiale à 100% de France Télécom. On attend de voir comment les loups vont se déchirer, puisqu’en plus le président égyptien Hosni Moubarak les aide dans leur stratégie. Les Algériens ont découvert tardivement que le Groupe Egyptien appartient certes en partie au clan Moubarak mais aussi à des Israéliens dans une grande proportion. Qui a dit que tous les Egyptiens sont des frères ? Permettez nous d’en douter.

Ce n’est pas en clamant que le FFS est le meilleur que l’Algérie démocratique deviendra réalité…

ffs1.jpgAmin pour « Algérie Politique »

Le Front des Forces Socialistes (FFS) a besoin d’être renforcé organiquement…et politiquement. Pour être totalement cohérent, je t’invite Mohand à prendre ta carte du parti. Je pense sincèrement que tu serais une excellente recrue. Beaucoup de ce que tu énonces est vrai, mais en intégrant les structures tu FFS tu comprendrais mieux les prises de paroles de militants qui exposent un point de vue de l’intérieur.

L’activité partisane ne se réduit pas à des déclarations qu’elles qu’en soient la haute tenue “politique”. La force d’un parti, c’est d’être capable de porter ses idées en profondeur dans la société. C’est son maillage militant et ses réseaux de partenaires associatif, politique et syndical, qui permet d’influer dans la société et de contrer le pouvoir et ses capacités illimitées de propagande et de désinformation. Cela pour te dire l’importance de cette parole de militants que tu appréhenderas mieux lorsque tu te familiariseras avec ce qui reste de la vie organique du FFS. Pour le reste, je partage tout ce que tu dis sur le pouvoir et ses relais administratifs, le FLN et le RND, ainsi que sur la noblesse du débat contradictoire qu’ouvrent dans ce blog des militants du FFS…

Dans la situation actuelle de sclérose du champs politique, quelle que soit l’écrasante responsabilité du pouvoir, nous avons notre part, aussi infime soit-elle, de responsabilité. Malheureusement, depuis plusieurs années, l’appareil du FFS, pour éviter toute remise en cause, adopte les pratiques du pouvoir que nous combattons !!

Et, ce n’est nullement en clamant que le FFS est le meilleur, exempt de compte à rendre à la société et à ses propres militants, que l’Algérie démocratique que nous appelons de nos voeux deviendra réalité…

Bonne année « socialiste »

L’espoir est permis…

ghardaia.jpg

Meriem risque de mourir…

meriem.jpg

Le ministre du Travail ignore le cas de Meryem Mahdi

meriem.jpgEn grève de la faim depuis 23 jours pour dénoncer un licenciement abusif, Meryem Mahdi est en danger. Son état de santé s’est gravement détérioré. Elle risque la mort. Mais, cela n’inquiète guerre les autorités. Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh, n’est même pas au courant de la situation de cette Algérienne qui ne veut que reprendre son droit, après son licenciement par l’entreprise britannique, British Gas. Interrogé en marge de sa visite effectuée hier dans le centre de diagnostic, de soins et de dépistage précoce d’Alger, le ministre s’est montré étonné. Il a donné l’impression qu’il n’a pas du tout entendu parler de cette femme, dont le cas a été évoqué à plusieurs reprises par la presse nationale. «Elle doit saisir l’inspection du travail», déclare-t-il après des explications qui lui ont été fournies par des journalistes. Le ministre ignore encore que l’affaire a été traitée par l’inspection du travail qui a établi un PV de non-conciliation entre les deux parties (la direction de British Gas et Meryem Mahdi). El Watan/Synthèse

Meryem Mehdi hospitalisée à l’hôpital Mustapha Bacha depuis vendredi

meriem.jpgSaid Abbes pour « Algérie Politique »

En grève de la faim depuis le 9 décembre dernier pour dénoncer un licenciement abusif,  Meryem Mehdi, âgée de 42 ans a été hospitalisée en urgence jeudi Zmirli avant d’être transférée vendredi à l’hôpital Mustapha Pacha. Son état de santé s’est aggravé avant-hier au point ou elle a du être transporté en urgence vers l’hôpital Mustapha ou elle subit actuellement des sons intensifs, selon des sources proches de la gréviste. Pour rappel, Meryem Mehdi est en grève de la faim depuis 23 jours pour dénoncer le harcèlement et le licenciement dont elle a été victime par la compagnie British Gas à Hassi Messaoud. Meryem Mehdi conteste une « campagne d’intimidation et d’humiliation » sanctionnée par un licenciement, le 8 novembre 2009.

Le comité des femmes du Snapap, qui a appelé à un rassemblement demain (dimanche) devant la maison de la presse Tahar Djaout, en signe de contestation de la décision de British Gas, dénonce le refus «du directeur général de British Gas d’accepter de discuter avec les représentants du comité de soutien des travailleurs algériens comme médiateur ». Ceci, et d’avertir les responsables de British Gas à Londres sur la dégradation de l’état de santé de Meryem Mehdi et le refus de la direction en Algérie de lui ouvrir les portes du dialogue. Le comité du Snapap appelle les travailleurs à se mobiliser pour l’action du 3 janvier en vue de faire pression et obtenir la réintégration de la gréviste.

Régime indemnitaire: les syndicats de la santé demandent leur participation à la prise de décisions

snpssp.jpgLes syndicats des praticiens de la santé publique ont  appelé, samedi à Alger, les pouvoirs publics à impliquer le partenaire social  dans la prise de décisions concernant le secteur, notamment celles relatives  au régime indemnitaire. « Nous assumons nos responsabilités. La tutelle devraient impliquer le partenaire social dans la prise de décisions, notamment, celles relatives au régime indemnitaire », a indiqué le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyes Merabet. 

M. Merabet qui s’exprimait lors d’un point de presse conjoint avec le  président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), Mohamed Youcefi, a « déploré l’attitude de la tutelle à l’égards du  partenaire social » et qu’il a qualifié de « négative ». M. Youcefi a alors annoncé que son organisation syndicale a décidé  de se joindre au mouvement de grève de la SNPSP à partir de lundi 4 janvier,  estimant que les médecins de la santé publique, spécialistes ou généralistes,  sont exposés aux mêmes difficultés, travaillent dans les mêmes structures et dépendent de la même tutelle.

Par ailleurs, les deux représentants qui ont défini ce secteur comme  étant « névralgique », ont souligné que la réforme hospitalière « devrait concerner tant les ressources humaines que le matériel et les équipements ». A propos des conséquences du débrayage sur la santé du citoyen, notamment,  en cette période marquée par l’épidémie de la grippe A(H1N1), M. Merabet a affirmé  que « la grève sera maintenue tant que les voies au dialogue ne sont pas ouvertes »,  précisant que la question du service minimum « sera discutée lors du prochain  conseil national de la SNPSP, prévu le 14 janvier ». APS

Le FFS est le parti le plus constant et le plus démocratique en Algérie

ffs.jpgMohand pour « Algérie Politique » 

Je lis souvent les échanges et les flèches que se lancent les militants du FFS entre eux tout comme les reproches qu’ils font aux dirigeants du Parti. En tant qu’observateur extérieur je crois que les sympathisants et les militants de ce Parti doivent au contraire en être fiers. Vous me direz cela va de soi c’est pourquoi ils sont parties prenantes, le contraire les auraient éloigné de cette organisation ancienne. C’est le parti le plus constant, le plus démocratique et c’est le seul qui a un programme politique qui aurait pu attirer la plus grande frange de la population. Si au grand désespoir de certains il n’a pas obtenu de résultats éloquents, il me semble que les raisons ne sont pas intrinsèques au parti mais plus exogènes, extérieures donc.

(Lire la suite)

1...1213141516

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER