• Accueil
  • > Libre débat
  • > Les barons du régime vont-ils encore une fois régler leurs désaccords par populations interposées ?

Les barons du régime vont-ils encore une fois régler leurs désaccords par populations interposées ?

kab.jpgKader Zerrou pour « Algérie Politique »

Le peuple algérien est-il incapable de s’organiser en dehors de la cadence que nous offrent les luttes d’intérêt à l’intérieur du système ? Nous sommes là, à l’affût, à chaque fois que la lutte des clans s’exacerbe, à chaque fois que le pouvoir laisse apparaître (de façon intentionnelle ou pas) des signaux de malaise, à l’exemple du grand déballage sur des affaires de corruption…

Le DRS (la police politique) a réussi à endormir l’opinion publique pendant dix ans avec la fantasmagorique discorde entre Bouteflika et les Généraux…beaucoup d’analyses étaient faites pour décortiquer les arcanes du système quand ce n’est pas pour prédire sa toute imminente fin. Qu’en est-il ? Rien. Le pouvoir est toujours entre les mains usurpatrices et criminelles des militaires qui continuent à faire la guerre au peuple algérien et à le déposséder de ses richesses.

Mais si le haut commandement de l’armée est accusé d’être à l’origine de la crise, il ne faut pas disculper les islamistes qui se sont prêtés au jeu de la violence après l’arrêt du processus démocratique. Malgré les efforts consentis par l’opposition démocratique et autonome, force est de constater que l’islamisme est maintenue sciemment dans la société et occupe actuellement les devants de l’opposition radicale au régime – du moins sur la toile- mais pour quelle alternative ?

L’instauration d’une république obscurantiste ! Dix-huit ans après, le peuple algérien est devant le même dilemme, la même équation : les islamistes ou les militaires vu l’incapacité criarde des démocrates (les crédibles bien sûr, je ne parle pas des orphelins de Larbi Nelkheir) à se rassembler et à s’organiser face à la bipolarité en place…

Tout laisse à croire que les populations civiles vont encore une fois payer les désaccords au sein du régime, comment faire pour éviter des bains de sang ? Comment faire pour déjouer la manipulation et l’agit-prop? Comment faire pour canaliser une éventuelle révolte du peuple ? Disposons-nous actuellement de suffisamment de moyens pour encadrer une lutte pacifique pour instaurer la démocratie et la justice ? Sachant qu’on a à faire non seulement au pouvoir et ses relais mais à toutes les forces obscurantistes à l’œuvre dans la société.

Des questions qui restent posées mais à qui on pourrait apporter un début de réponse en installant des comités de salut public dans nos villages et nos villes pour éviter que le moment venu, une dissidence citoyenne ne nous éclate à la figure comme ce fût le cas en 2001…

Commentaires

  1. ultimatum dit :

    Le menu fretin que représente le peuple a été de tout temps le meilleur exutoire pour les diffétrentes bandes qui squattent le pouvoir et cela même pendant la révolution. Pour un oui ou pour un non on menace l’autre de pires représailles via une population livrée pieds et poings liés au diktat des seigneurs de la place, et mieux ils arrivent même à sortir dans la rue des milliers de gens pour dénoncer leurs exactions qui sont facturées de facto sur le dos « d’une main étrangère » ou d’un quelconque groupuscule fabriqué pour le besoin du scénario.

  2. fess dit :

    C’est vrai qu’il y a 2 poles en Algerie,et le troisieme dont vous parlez(democrate)a bien choisi son camp apres le coup d’etat de 92, alors basta avec vos balivernes. Democrates!!!! vous me faites rire.Qui est sorti dans les rue a l’appel de Nazzar? La memoire est courte, mais l’histoire ne se falsifie pas aussi facilement.
    Il faut chercher un autre bouc emissaire.
    Amicalement votre

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER