Orascom Telecom prié de quitter l’Algérie

orascomtelecomalgrie.gifALGER, 16 février (Reuters) - Le gouvernement algérien veut que l’opérateur télécoms égyptien Orascom Telecom cède sa part dans le premier opérateur mobile algérien, ont déclaré mardi des sources gouvernementales et financières.  « Nous ne voulons plus d’Orascom », a dit un haut fonctionnaire gouvernemental ayant une connaissance directe du dossier. Une source financière au fait des intentions d’Alger concernant Orascom a dit à Reuters: « Le gouvernement considère que la manière de faire des affaires d’Orascom en Algérie ne répond pas à ses intérêts. La conséquence en est qu’Orascom doit se retirer du marché algérien ». Un porte-parole de Djezzy, la filiale algérienne d’Orascom Telecom, a dit qu’il n’avait aucun commentaire à formuler.

Commentaires

  1. IZEM dit :

    bon débarras .

  2. harrachi dit :

    Au Congrès mondial du mobile (MWC), chacun sa manière d’assurer sa visibilité. Samsung a le stand de loin le plus impressionnant et recouvre les murs de la capitale catalane d’affiches montrant son dernier mobile, le Wave.

    LG est le sponsor officiel du Salon, ce qui l’autorise à apposer son logo un peu partout, jusqu’aux serviettes en papier données avec le café. Steve Ballmer, de Microsoft, grand showman, organise un véritable spectacle où il fait monter sur scène, en guest stars, d’autres dirigeants de grandes boîtes (Orange, AT&T, HTC…) pour créer l’événement médiatique. Eric Schmidt, patron de Google est invité, avec la solennité d’un chef d’Etat, par l’Association mondiale du mobile, organisatrice, pour prononcer le discours phare du MWC… et Apple se paie le luxe d’être absent sur les lieux mais présent dans toutes les conversations.

    Naguib Sawiris, le bouillant propriétaire de l’opérateur moyen-oriental Orascom Telecom (Algérie, Tunisie, Egypte, Pakistan, Corée du Nord, et aussi Italie et Grèce via Wind), a trouvé, lui, une autre manière de faire parler de lui. Il a convié ses relations professionnelles à la party la plus somptueuse et extravagante du MWC, celle dont les invitations s’arrachent et « dont il faut être ».

    Pour l’occasion, les salons du très hype Arts Hotel avaient été relookés façon Star Wars bling-bling : moquettes blanches et murs tendus de drap blanc, vastes canapés blancs avec profusion de coussins brillants, en lamé argent, en lurex gris plomb, et de poufs blancs et argentés. Partout au sol, de gros cubes et sphères luminescents bleutés dispensaient un éclairage de soucoupe volante, soutenu par les gros néons bleus des bars de la salle, taillés dans la glace, qui offraient des cocktails avec glaçons clignotants.

    Mais une nuée de princesses Leia version ultra-sexy, latinas, nordiques, noires, clonées sur le même modèle sculptrural -jambes interminables et mensurations de rêve- était là pour réchauffer l’ambiance, avec, pour uniforme, leurs mini (micro) robes moulantes à paillettes métallisées et leurs stilettos vertigineux. Ambiance devenue électrique alors qu’elles se déhanchaient sur le dance floor et que de voluptueuses danseuses du ventre, (peu) vêtues de blanc et de bijoux argent tintinabulants, ondulaient sur de petites estrades dressées dans le grand salon.

    Du coup, alors que l’alcool coulait à flots et que (ultime décadence) les cigarettes se fumaient librement, voilà, dans les volutes de fumée artificielle et sous les stroboscopes, quelque quatre cent hauts cadres des opérateurs, équipementiers et fabricants de téléphone, des startupeurs et autres banquiers et consultants qui oubliaient d’échanger leurs cartes de visite et de consulter compulsivement leurs emails pour se trémousser sur la piste de danse, au son du raï et de la techno. L’hôte des lieux montrait l’exemple, et, à 55 ans, l’oeil pétillant et le pied alerte, il n’a pas quitté la scène.

    Mais ne nous y trompons pas: Sawiris, première fortune africaine, à la tête d’un des opérateurs les plus rentables de la planète, est un redoutable businessman et, derrière la fête, il y a les affaires. « Pour nous, cette party est une excellente opération de relations publiques, explique le service de communication d’Orascom Telecom. Nos interlocuteurs nous en reparlent toute l’année! »

  3. dira dit :

    C’est une histoire à dormir debout.
    Orascome a bien tité profit de la vache à traire avec la complicité de tout un système sous couvert de l’économie de marché. Bien fait pour notre gueule et ce n’est pas terminé. Tous les dirigeants de Algerie Télécom ont été mis en prison! quel hasard et quel malheur????

  4. anissa révoltée dit :

    ca c’est une bonne nouvelle

  5. Ammisaid dit :

    Il ne partira pas tant que seront là ceux qui l’ont ramené: Mister KHELIL and co.
    Les dollars c’est comme un mechoui, on ne quitte pas la table avant d’avoir bien sucé les os.
    L’Algérie n’a jamais été aussi grasse que depuis 10 ans.
    Les affamés et les voraces le savent, ils sont venus car ils étaient invités
    et ils avaient reçu l’assurance de téter, de sucer, de manger, d’avaler, d’absorber, de mâcher, de se goinfrer, de se remplir…jusqu’à ce que la vache soit, totalement, désossée.
    4/5 de nos ressources pétrolières et gazières ne rentrent, jamais, en Algérie. Elles sont partagées entre les clans qui nous dirigent et les puissants du monde avec lesquels ils font commerce.
    Le 1/5 qui restent est utilisé pour payer l’appareil répressive qui fait tout pour nous dominer, nous asservir, nous humilier et nous maintenir dans les divisions, la misère, la terreur et l’ignorance.
    L’Algérie est vendue par notre petit EMPREREUR et ses amis avec l’accord de nos grands et gros généraux pour que et les uns et les autres restent impunis des crimes nombreux et de toutes sortes dont ils étaient et ils sont, encore, responsables.
    Ils ne lâcheront, jamais, jamais et jamais, le morceau. Sauf, si une force pacifique, déterminée, courageuse, honnête, sincère et unie au peuple, naisse et travail, exclusivement, dans l’intérêt de notre pays.
    Nous n’avons plus besoin de preuves pour savoir qui profitent de nos richesses et qui souffrent à cause de ceux qui les volent, nous les avons toutes, elles sortent une à une chaque jour dans nos journaux sans peur et sans honte.
    Ceux qui les diffusent sont ceux qui nous volent, qui nous violent, qui nous tuent, qui nous torturent, qui nous dominent, qui nous mentent et qui n’éprouvent aucun remord et aucun regret pour le mal qu’ils nous font devant les yeux du monde entier.
    Fraternellement

  6. Dai El Kheir dit :

    Mahla frakkek.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER