Quelques questions aux officiers de l’ANP

arme.jpgSaid Radjef pour « Algérie Politique »

Les cris de mécontentement contre les présidents qui se sont succédé depuis 1962 à ce jour et les accusations qui mettent en avant la responsabilité de l’institution militaire dans le drame que vit le pays depuis 1954 à ce jour, ne signifient pas que les Algériens, à leur tête, l’opposition, haïssent l’ANP et ses hommes. Aucun patriote ne souhaite la disparition de cette institution. Ce sont des cris d’espoir pour la renaissance d’une République  où le respect du savoir, de l’art, du talent, enfin disons le de la personne humaine,  auront un véritable sens. Mais c’est également un cri contre les pratiques maffieuses érigées par les dirigeants militaires depuis l’assassinat de Abane Ramdane à ce jour, en règles de gouvernance. Les Algériens, qu’ils soient de l’opposition ou pas, veulent avoir une armée forte, responsable de ses missions historiques, mais au service de la démocratie et des lois de la république.

Qu’auraient fait Abassi Madani, Hocine Aït-Ahmed, Sadek Hadjres, Addi Lahouari, Mourad Dhina, Mohamed Samraoui, Salah Eddine Sidhoum et d’autres opposants, s’ils avaient accédé au pouvoir ? Est-ce qu’ils se seraient laissés envahir par les haines qui ont mûri à l’ombre de la révolution et qui ont proscrit et décapité  des milliers de patriotes sincères et compétents ? Ou bien auraient-ils agi avec sagesse en veillant scrupuleusement à ce que l’ANP soit  une institution forte, propre et engagée dans des missions qui lui sont tracées par la constitution et non un rassemblement de mercenaires et de scélérats ? Est-ce qu’ils auraient laissé l’ANP s’engager dans des aventures à l’issue incertaine qui mettrait le destin de la nation en péril, avec des centaines de milliers de morts et de disparus ? Est-ce qu’ils auraient conspiré et tenté de dresser le MALG contre le DRS, la gendarmerie contre la police et chercher à élargir  leur pouvoir personnel pour domestiquer –clochardiser- les institutions de la république ?

Depuis 1957 à ce jour, le pays est mis à feu et à sang par une poignée d’individus sans le moindre scrupule qui  règne d’une main de fer sur votre institution. En 1962, cette poignée d’individus aidée par la colonisation et certains pays arabes, s’est emparée par la force du pouvoir en confisquant la souveraineté du peuple et celle des institutions de la république. Depuis lors, le pays connu à cette époque, en dépit de la colonisation, pour son rayonnement culturel, intellectuel et civilisationnel, a cessé subitement de vivre en perdant tous ses repères. Comme l’indique si bien la menace de mort proférée au cours de ces derniers jours par des cercles occultes contre nos compatriotes Sidhoum et Fekhar, il ne subsiste désormais aucune garantie constitutionnelle pour les partis politiques et les hommes. L’Etat n’existe plus.

Existe-t-il une possibilité de changer les choses et sauver ce qui reste à sauver pour le bien être des générations futures ? Si cette  possibilité existe, laquelle ? Un coup d’Etat peut-il rétablir l’ordre constitutionnel ? Que pensent nos officiers de cette situation de crise permanente ? Vont-ils conspirer et recourir à un coup d’Etat ou bien vont-ils associer leur intelligence à l’opposition et se soumettre aux lois de la république ? Que signifie pour nos jeunes officiers la professionnalisation et la modernisation de leur institution ? Comment assurer cette professionnalisation, alors que les chefs qui engagent l’ANP dans des missions extraconstitutionnelles, n’ont rien perdu de leur ignorance et de leur appétit vorace et bestial ? Quels sont aujourd’hui les priorités et les objectifs de nos jeunes officiers ? Vont-ils se laisser corrompre ou bien vont-ils résister aux cotés de l’opposition pour restaurer l’Etat de droit ?

Commentaires

  1. ali dit :

    qu’ils rentr dans leurs caserne pour faire leur vrai travail tout en étant le plus intègres

  2. Belaid Ait Mohand dit :

    Mon cher frère Said , je peux écrire des pages et des pages sur toi , sur ton amour envers ton pays mais je me contente de te dire seulement chapeau pour ton audace , pour tes écrits qui défie cette pourriture qui nous gouverne sans foi ni loi depuis des décennies .
    Dieu merci qu’il y ait des hommes et des femmes qui continuent à RESISTER comme tu le fais .Militer en Algérie n’est pas chose facile .

  3. le montagnard dit :

    bonjour
    slt el mouhtarem.

    juste pour porter à ta connaissance une information. Il y’a eu le grand déballage à la radio algérienne. une assemblée générale a éé organisée le 23 février. il y’a eu le cri d’alarme des travailleurs de la radio, qui menacent de faire la même chose que ceux de l’éducation, et c’est une première. Il y’a eu aussi la dénonciation de pratiques déspotiques, dignes de notre régime, « d’apparthéide » le terme a été utilisé, de certains responsables de l’administration, « les intouchables » et des directeurs de chaines. Pour ses derniers qui bénéficient de 15 millions cm de primes trimestrielles pour une raison inconnue, il y’a eu les noms de deux directeurs, de la chaine une et trois qui ont été sités dans des affaiers louches. Location d’appartements avec l’argent de la radio. Encore une fois, l’IGF est appelée à intérvenir pour enquéter sur la gestion de l’argent de la radio. on a même entendu dire qu’un trou de 80 milliards de cm a été découvert, résultat de la gestion de l’ancien directeur général, l’actuel secrétaire d’état chargé de la communication, mister azzedine mihoubi.

    l’information est vérifiable auprès des travailleurs de la radio.

    A bon entendeur…

  4. amghar azzamni dit :

    A quand une véritable réconciliation nationale pour la reconstruction réelle d’une nation avec toutes ses institutions démocratiques?

  5. naftchez dit :

    je salue cette excellente contribution de la part de notre frere radjef…on sent en lui un homme sincere et outré par la maffia qui massacre un pays et ses habitants sans etat d’ame!!!!
    il est temps que les officiers honnetes et patriotes cultives et humanistes se detachentde la meute de loups garous ignares pour rehabiliter l’institution militaire dans ses nobles taches de defense du territoire et de la PROTECTION De SON PEUPLE DES

  6. Nationaliste dit :

    Les questions sont sensées mais, malheureusement, elles demeureront sans suite. Sinon comment, effectivement, admettre qu’un barbu intégro-islamiste-traître, ose défier la DRS en mettant un terme aux actions salvatrices contre la corruption menées avec succès par cette branche de l’armée algérienne? On sait tous que ce traître a agi sur ordre de Boutef, mais la désignation même de ce traître, n’est-il pas une façon de salir l’armée algérienne? Cela me rappelle l’imberbe Ali Benhadj qui est allé, en tenue militaire, insulter l’armée algérienne aux Tagarins sans que cette dernière ne réagisse comme il se doit. C’est gravement grave!

  7. salem dit :

    POURQUOI L ALGERIE EST EN COLERE CONTRE LE MALI?POURQUOI ELLE EST ALLE JUSQU A RAPPELER SON AMBASSADEUR AU MALI?POURTANT LE MALI A FAIT CE QU IL FALLAIT POUR SAUVER DES VIES.Y AVAIT IL QUELQUE CHOSES A CACHER DANS CETTE AFFAIRE ? PEUT ETRE QUE L OTAGE LIBEREE DETIENT UN TRESOR DE RENSEIGNEMENTS QUI DERANGERAIT CEUXQUI TIRENT LES FICELLES CE GENRE DE D ENLEVEMENT.UN SYSTEME QUI PREND EN OTAGE TOUT UN PEUPLE EST CAPABLE DE TOUT.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER