Algérie: les mensonges de Benbouzid

benbouzid.jpgLes augmentations de salaires des enseignants annoncées en grande pompe par le ministère de l’Education nationale ne reflètent pas la réalité, expliquent les syndicats. «En tout et pour tout, cette augmentation ne dépasse pas, au meilleur des cas, 3.000 dinars», explique Larbi Nouar, le président du CNAPEST. Selon lui, « le ministère n’a fait que convertir d’autres primes qu’on percevait tous les six mois en primes mensuelles, ce qui a produit chez le citoyen l’illusion d’augmentation». Au-delà de la controverse sur les chiffres, les enseignants n’ont pas aimé que leurs «salaires de misère soient étalés dans la presse», «c’est une atteinte à notre vie privée», se sont-ils indignés, avec amertume.

Commentaires

  1. adarwich intelligent! dit :

    La vraie force de ce pouvoir réside dans les petits calculs et la manipulation des masses populaires!Malheureusement dans notre pays tout le monde prend pour argent comptant tout ce que l’on nous dit et on nous fait miroiter!On nous fait avaler la pillule du mensonge tout juste avec un e petite goutte d’eau!Elle passe quand meme!

  2. avridh yalhane dit :

    Nous vivons le régne de la manipulation!Bientot,on nous fera croire que c’est le soleil qui tourne autour de la terre car ce pouvoir est en mesure de nous faire inculquer des théories nouvellement étudiées dans leurs laboratoires riches en éléments déjà manipulés et dont les cerveaux sont contaminés par le virus du mensonge!
    Allah Yastarna de ce pouvoir!

  3. dr. amina&amin dit :

    cet eternel mini… (chouchou de putin) doit rembourser tout son salaire depuis sa nomination á nos jours.
    C’est un escroc voleur et menteur de grande echelle!
    si l’education se classe au niveau le plus bas dans le monde c’est á cause de lui et ses parrains au pouvoir en algerie depuis 1962 á nos jours.
    Nos enseignants sont les moins payés sur la planete avec un salaire miserable qui ne reflete pas du tout le travail qu’ils font et surtout dans un pays si riche en matiere naturelle… toztoz!

    D’ailleurs TOUS nos cadres sont MAL PAYÈS!
    et cela est du auX volS-violS de la nation algerienne par ces tenants du pouvoir depuis 1962 á nos jours.

    Ces dignitaires de ce regime sanguinaire voleur et violeur possedent tous en plus de ce qu’ils ont en algerie, des villas en dehors de l’algerie, des comptes bancaires et autres …

    Aller chiche DECLARER serieusement ce que vous avez mis de coté á l’etranger!

    Tendrement votre!

  4. momo dit :

    Ce ministre éternel devra rendre compte pour crime contre le peuple algérien, ses soit-disant réformes ont bousilé nos banbins, ils sont devenus de vrais cobayes pour les expériences qu’on lui dicte, mais ce qui m’étonne c’est que le président et les chefs de gouvernements laissent faire, ça se comprend dans la mesure ou leurs gosses ne sont pas concernés par l’école algérienne, ils sont des les meilleures écoles d’europe, donc ce qui se passe en Algérie c’est le dernier de leurs soucis.

  5. Tag dit :

    Mais au fait depuis quand Zid Ya Bouzid dit la vérité. Il ne ment pas seulement aux enseignants mais aussi aux élèves. Programme bidon pour un enseignement rétrograde. A l’exemple comment laver un mort cours d’éducation islamique pour nos enfants scolarisés.

  6. hakim5 dit :

    benbou-zid continue a reussir …les travailleurs sont eternelement berné(y compris les syndicalistes)puisque le jeu de la dictature consiste a creer des injustices pour noyer les vrais problemes.Les vrais revendications que la dictature evite(et est aidé par des syndicalistes vereux) sont celles qui ont relation avec :
    1) le niveau de vie c a d le pouvoir d achat,une retraite descente,allocation familiale permettant la prise en charge de l enfant;pecule honorable pour la femme au foyer;et une allocation chomage aux demandeurs d emploi….
    2)les libetés syndicales qui sont ettouffées par le statut particulier .
    tant que les syndicalistes continuent a ne revendiquer que des augmentations,benbou-zid continuera a se jouer d eux et de tous les travailleurs .

  7. hakim5 dit :

    de grace……..unissons nous autour des revendications qui ont relation avec le niveau de vie.

  8. algerien d'en bas dit :

    la manipulation est faite sciemment et avec ostentation dans le but d’entretenir ces grèves ( sans dénigrer leur légitimité )qui a mon avis peuvent être comparées a des orages qui précèdent la grande tempête
    ALLAH YASTAR .

  9. D.Messaoudi dit :

    En défense de l’enseignant
    Par : D.Messaoudi – PES

    Première partie

    Après l’avoir soumis pour ses propres élèves par les lois de la législation scolaire qui criminalisent toute friction entre l’enseignant et l’élève, ce qui a crée une génération d’écoliers incontrôlables, le MEN, et derrière lui un simulacre de fédération des associations de parents d’élèves et parfois même une certaine presse qui se qualifie sans pudeur d’indépendante, se sont mis à souiller l’image d’un éducateur qui ne souhaite pourtant, à travers ce combat, ces cris de détresse devrait-on dire, que recouvrir sa dignité et son prestige d’antan qui ont fait de lui, de part son rôle de diffuseur du savoir, un des membres les plus respectables de la société.

    Depuis la création du premier syndicat autonome des enseignants (CNAPEST) en 2002, en désespoir de voir le syndicat du système (UGTA) agir pour l’intérêt des fonctionnaires de l’éducation en particulier et pour celui des travailleurs algériens en général, l’enseignant n’a cessé de solliciter sa tutelle pour l’amélioration de ses conditions socioprofessionnelles afin de se mieux armer dans sa mission devenant de plus en plus complexe et difficile. Mais, au lieu d’inviter ses représentants à la table des négociations afin de chercher ensemble des solutions et préserver ainsi l’école de toute perturbation, le MEN a préféré tantôt faire la sourde oreille dans l’espoir de voir le mouvement s’essouffler et le syndicat s’enterrer par lui-même et tantôt jouer au pyromane dans l’espoir de pousser à davantage de pourrissement afin de dresser les élèves et leurs parents contre les enseignants.

    N’ayant presque rien vu se réaliser de ce qu’il a manigancé contre les enseignants, le ministre de l’Education, entouré sans doute de bons pédagogues en guise de conseillers, augmente la dose d’irresponsabilité qui caractérise déjà son département et va jusqu’à étaler sur la Une des journaux la fiche de paye malignement surévaluée des enseignants. Un artifice assez simple qui renseigne du niveau intellectuel de son concepteur, mais qui a quand même pris au piège plus d’un. Ainsi, prenant la parole d’un haut fonctionnaire de l’Etat, et exerçant de surcroît à l’Education, pour celle du saint des saints, journalistes, associations des parents d’élèves, lycéens, parents d’élèves et même ceux pour qui l’école algérienne est totalement étrangère, se sont levés ensemble pour dénoncer en chœur les agissements de ces enseignants sans conscience et avides qui refusent la main généreusement tendue du ministre et continuent à prendre en otage des écoliers innocents. Il ne manque dans cette fête anti-enseignant, à côté d’un Dellalou qui ose encore défendre l’indéfendable, qu’une Zahia Benarous qui, pendant une des grèves des enseignants, alors qu’elle était présentatrice de JT à l’ENTV, a qualifié ceux-ci de racaille, ce qui lui a valu ensuite une belle promotion au poste de ministre ! Mais bien qu’ils se retrouvent face à une grande indignation populaire provoquée par le tapage médiatique à sens unique et orchestré par le maestro Benbouzid, les enseignants, même avec peu de moyens, restent encore solidaires et résistants.

    Certes, en raison du matraquage médiatique progouvernemental auquel la société est quotidiennement soumise dans le but de gagner son soutien, et en raison des intimidations et des tentatives de corruption et de manipulation auxquelles les maillons faibles parmi les syndicalistes sont exposés, la performance des syndicats autonomes sur le terrain est beaucoup entravée, mais une chose est sûr : le mouvement des travailleurs algériens de l’éducation continuera à drainer des foules, à réveiller les consciences et à obtenir des acquis, ne déplaise à tous les diables qui se cachent hypocritement derrière la leitmotiv « NOS ENFANTS », comme si tous les enseignants étaient stériles.

  10. Mohaghyoul dit :

    Messieurs,
    En tant qu’ancien prof à la fac de Blida je peux vous dire que ce triste individu qui a battu tous les records de longévité en tant que ministre de l’éducation est un officier du DRS depuis l’époque où il était étudiant dans les pays de l’est.Certains d’entre nous le savions à blida.Tout comme l’est le ministre responsable de l’hydraulique.En algérie, soit on est ministre DRS, soit on est ministre traité par un officier traitant comme on le dit dans le jargon des tontons macoutes qui dirigent ce Pôvre pays.

  11. hacéne dit :

    NOUS MAINTENONS LA PRESSION,ON VA PAS LACHER DU LEST ILS ONT ASSEZ MENTI.LEUR SUPERCHERIE EST DENUDE,ILS ONT VOULU NOUS JETER EN PATUTRE ,A LA VIDICTE POPULAIRE EN VAIN.
    PRESQUE 8 MILLIONS D’ENFANTS DANS LES RUES ,PAR UN TRAITRE MOT .UNE ABERRATION.UN SILENCE QUI EN DIT LONG SUR LA NATURE DU REGIME.

  12. djilas dit :

    La fuite en avant, l’art de l’esquive, botter en touche comme au rugby, tels sont les artifices dont use et abuse, l’inamovible ministre de l’éducation.Ce qu’il faut lui reconnaitre , c’est sa capacité à encaisser tous les coups possibles permis en boxe, sans pour autant tomber K.O.Il faut bien reconnaitre que le mec a été bien formaté par l’école russe où me semble t-il, il a suivi une formation en hydraulique.Ce qui lui a permis d’enliser à jamais l’école algérienne dans la vase.Et ce à défaut d’être capable de procéder à un curage en bonne et due forme.Voilà ou en est l’école dont la gestion a été confiée à un hydraulicien

  13. amghar azzamni dit :

    Le métier de l’hydraulicien est de donner de l’au aux populations,c’est normalement son utilité!Cependant,ce dernier n’irrigue point le secteur de l’éducation, ce qui le rend stérile d’où une école sinistrée!Inamovible du poste de ministre de l’éducation,il est et perdurera tant qu’il servira plus ses chefs que l’enseignement.Il doit etre solidement soutenu ce monsieur tant il s’accroche à son poste!

  14. ouvaton dit :

    SUITE……!
    le pouvoir est constitué de monstres,mais qui savent preparer des recettes pour nous bouffer.Ils utilisent la force,la manipulation et la ruse,soyons aussi imaginatifs.

  15. yenamarre dit :

    un ministre en Algérie est menteur ou truand ,c’est une banalité.Que les enseignants se vengent sur nos enfants en compromettant leur avenir,au lieu de toucher aux responsables,c’est de la hogra.La greve ,puis la greve, encore la greve et toujours la greve tout en sachant que le gouvernement s’en balance éperdument tant que les décideurs ne soient pas touchés.nous sommes victimes du cynisme du pouvoir et de l’inconscience des enseignants.Les enseignants qui reviennent à la charge chaque année avec des grèves n’ont-ils pas d’autres moyens de pression à part nos enfants ? est ce un manque d’imagination pour reconduire cette solution de facilité ?.A ce train là,je n’ai pas honte de dire que le gouvernement et les enseignants mènent le même combat, c’est la destructeur de nos enfants.Est ce pour des objectifs diffents? je ne suis pas aussi sùr.
    P.S:comme Sidi Said de l’UGTA qui negocie ses privilèges sur le dos des travailleurs,je doute des dirigeants des autres syndicats qui utilisent nos enfants comme monnaie d’echange.

  16. sekhri dit :

    la revendication des enseignants et une revendications nationale .
    En effet,ce n’est pas le seul corps qui est en difficulté financière c’est toute la frange des salaries algériens .
    Par contre ce que je ne comprends ,moi parente d’élève (CEM et Lycée)c’est la prise en otage de l’avenir de nos enfants et la reprise de la grève avec les compositions.
    Il me semble qu’il ya une maldonne,les professeurs ne déclarent pas le nombre de jours de grève qu’ils observent et l’élève est sommé de regagné l’établissement chaque matin ,c’est de irresponsabilité de la part des enseignants qui ne pensent qu’à leur confort uniquement.
    Puis ce qui est scandaleux ,sans prévenir ils reprennent les cours en informant les élèves des dates de composition.
    Le niveau de l’enseignement a connu le plus bas niveau ,aujourd’hui,et nos enfants malgré de bonnes moyennes ont un niveau à peine passable ;à qui la faute ?à l’enseignant non qualifié,à la politique de l’enseignement menée dans ce pays ou….
    Je suis franchement outrée,excédé par ces scénarios qui se répète chaque année à la même période.
    Vous,enseignants,vous ne pouvez régler vos problèmes financiers en prenant comme bouclier nos enfants et de surcroit leur avenir.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER