Merci K.B !

karim.jpgR.Z pour « Algérie Politique »

Il y a quelques jours, en suivant l’inratable bulletin d’information de 20 heures de l’ENTV, ma référence, mon rendez-vous incontournable, ma bouffée d’oxygène en matière d’information, le journaliste présentateur, K.B, tout souriant, décontracté et élégant dans son costume, sobre gris souris et qui n’a rien à envier à PPDA a, comme à l’accoutumée, fait preuve d’un professionnalisme irréprochable. Maîtrisant son sujet avec déontologie, il a consacré une bonne partie de son journal, et à la «Une», à l’actualité brûlante de l’heure dans le pays : Le mouvement de grève dans le secteur de l’Education.

Après avoir fait un état des lieux, rappelé les motivations et les revendications des protestataires, en annonçant un taux de suivi de la grève de 95 %, à travers le territoire national dans tous les cycles, le talentueux présentateur a proposé un reportage de 5 mn consacré au sujet. Des envoyés spéciaux de la chaîne, mobilisés aux quatre coins du pays,  ont interviewé des enseignants en grève qui se sont librement exprimés. Le sympathique K.B a ensuite joint, par téléphone, les  différents responsables des organisations syndicales et, à travers ses questions, on pouvait même déceler une certaine sympathie envers ses interlocuteurs. Je comprends qu’il ne puisse pas le faire de manière ostentatoire puisque tenu par l’éthique et le devoir d’objectivité qu’on lui connaît. Enfin, bref. Les porte-parole des syndicats ont dit leur point de vue et dénoncé, en direct, les manipulations et les intimidations du Ministère de l’Education et la publication des salaires des enseignants qu’ils considéraient comme une intolérable humiliation et une atteinte à leur vie privée.

 

Côté  classe politique, le délicieux présentateur a lu un communiqué des partis de la coalition au pouvoir dans lequel ils ont appelé les grévistes et les syndicats concernés à “la reprise immédiate du travail  et exprimé “leur grande préoccupation devant la poursuite de la grève dans le secteur. Dans la foulée, K.B. a tenu à joindre un responsable politique de l’opposition qui a apporté tout son soutien aux grévistes en interpellant les pouvoirs publics d’apporter des réponses concrètes à leurs légitimes revendications.

 

Mais le clou du bulletin de l’attachant K.B fut lorsque celui-ci a entretenu, «on live» sur le plateau l’invité du jour. Devinez qui ? Le Ministre des affaires religieuses. Sollicité à donner son appréciation au sujet de la grève qui touche l’école, le Ministre a entamé son intervention par une envolée lyrique: le célèbre vers du «Prince des poètes», Ahmed Chawqui: « Qom lil mouaâllimi waffihi, kada al mouaâllimou an yakouna rassoulan»,  en ajoutant que les enseignants étaient dans leur droit  et qu’il n’y avait rien de péché dans leur grève.

 

Une nouveauté  dans le bulletin de K.B: Un débat contradictoire qui a mis aux prises deux personnalités: Le Ministre de la Justice et un avocat, un spécialiste des conflits sociaux. Celui-ci a démoli et balayé d’un revers l’argumentaire de son vis-à-vis,  en déclarant que c’était  « anormal » le recours abusif à la justice pour régler les conflits sociaux, « La justice n’a pas compétence de décider de l’illégalité de la grève » « Ce n’est pas par une décision de justice qu’on peut régler un conflit social. Il y a d’autres mécanismes prévus pourtant par la loi, l’arbitrage entre autres ». Ce sont les mêmes propos qu’il a tenus et rapportés par certains quotidiens, que l’intraitable K.B a d’ailleurs cités. Ca c’est de l’info au sens noble du terme. « Rien n’échappe à KB ! » Devant lui, PPDA n’a qu’à se tenir tranquille et se contenter d’admirer…

 

En fait, j’étais entrain de suivre le « 20 heures » d’une autre chaîne, en rêvant naïvement de voir autant sur  l’  « Unique » … Attendez, on a quand même le droit de rêver, non !? A moins qu’un communiqué du M.E.R (Ministère des empêchements de rêver) ne vienne nous l’interdire et nous raider du rêve… Et si cela se produisait, ça ne m’étonnerait pas du tout. Alors là, PAS-DU-TOUT ! On est au pays des cauchemars…

Commentaires

  1. Ammisaid dit :

    C’est dans la mer que cesse certains rêves. Et, en traversant la mer que certains se poursuivent. Mais, l’Algérie était et demeure le pays ou les rêves se transforment en cauchemars surtout que le système est au courant de ces rêves.
    Fraternellement

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER