Grève à la radio: « Une action illégale »

khelladi.jpgLe mouvement de grève initié dimanche par une quarantaine de collaborateurs rémunérés au cachet à Radio Bahdja, a été qualifié d’ »action illégale » par la direction générale de la Radio algérienne qui affirme avoir agi « conformément à la loi » pour rétablir la situation. « Cette action illégale, entamée au mépris de toutes les règles, avait pour objectif de perturber le travail de service public accompli par Radio  Bahdja », indique la DG de la Radio algérienne dans un communiqué.  « Cette situation a conduit la direction de la Radio algérienne à agir, conformément à la loi, pour rétablir le climat et les conditions de travail au sein de cette radio de proximité », souligne la même source.  Pour rappel, Toufik Khelladi, ancien cadre de l’APS et ex-directeur de la communication au niveau de la présidence de la République en 2006, a été installé  le 17 novembre 2008, dans ses fonctions de directeur général de l’ENRS, en remplacement de Azzeddine Mihoubi, nommé secrétaire d’Etat chargé de la communication auprès du Premier ministre.

Commentaires

  1. l'angerien dit :

    Il n y a pas d’argent pour recruter les journalistes, nous explique la direction de la radio pour justifier le refus de recrutement des journalistes. Et dire que la radio accuse un trou financier de 80 milliards. Et j’affirme ici que le trou existe et bel et bien là…

  2. fannyday dit :

    slt, je sais que la radio croule sous le poids d’un personnel usé, mal réparti, parfois la radio fait même dans le social. mais il é temps d’assainir, la radio à besoin de gens qui produisent, qui ramènent de l’info, pas ki blablate chaque jour sans objectif, ou des gens qui font une heure ou deux par jour pour toucher un salaire mirobolant.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER