Il risque d’être compromis: Le Congrès de la LADDH sur fond de polémiques

bouchachi.jpgKarim Aimeur, La Tribune des lecteurs

Le troisième Congrès de la Ligue algérienne pour la défense des Droits de l’Homme (LADDH), prévu les 25 et 26 mars en cours à la mutuelle des matériaux de construction de Zéralda, Alger, n’est pas encore autorisé. A quelque 24 heures de sa tenue, ce congrès, placé sous le thème « Agissons pour la levée de l’état d’urgence », risque d’être compromis. Des sources proches de cette organisation, nous ont indiqué que  » Si le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales ne délivre pas l’autorisation, les responsables de la Ligue seront dans l’obligation de tenir leurs travaux dans la Maison des syndicats à Alger « . » On a déposé la demande d’autorisation depuis plusieurs semaines, mais à ce jour on n’a reçu aucune réponse « , déplore un congressiste, qui trouve anormal le fait de ne pas autoriser le Congrès de la LADDH, dont le mandat de ses actuels dirigeants arrive à son terme. Notre interlocuteur craint que la Maison des syndicats s’avère trop exiguë, pour contenir le nombre important (150) de délégués représentant 34 wilayas du pays, en plus des invités aussi bien nationaux qu’étrangers.

La non autorisation de ce congrès confortera certainement Hocine Zehouane, président de l’autre aile de la Ligue, née après la crise qui a secoué la LADDH au lendemain du congrès de 2005 à Boumerdes. En effet, Me Zehouane a appelé le 20 mars dernier à interdire la tenue de ce troisième congrès, en s’attaquant à l’actuel président de la Ligue, Me Bouchachi, qu’il désigne comme « un imposteur malgré lui », et le FFS, à sa tête Hocine Ait Ahmed qui serait, selon lui, derrière toutes les manoeuvres au sein de la Ligue des Droits de l’Homme. Si du côté de la Ligue, aile Bouchachi, on a préféré ne pas réagir contre les attaques de Zehouane, du côté du FFS, du moins celui de ses militants, les réactions ne se sont pas fait attendre.

« A mon avis, les militants du FFS doivent réagir de façon « violente », pour défendre l’honneur du président du parti, en faisant taire une fois pour toutes ce Zehou…ane « , a écrit l’animateur du blog Algérie politique dans son espace. Ce dernier a même tiré une déclaration de Hocine Ait Ahmed sur Hocine Zehouane, datée du 6 juillet 1964. Pour un autre internaute, Zehouane n’est qu’un tentacule utilisé par le pouvoir algérien, pour occire d’une manière définitive et irréversible toute liberté démocratique dans le pays.

Pour revenir au congrès de la LADDH, il est utile de souligner que d’anciens défenseurs des Droits de l’Homme regrettent le degré de la déliquescence atteint, ces derniers temps, suite à toutes les déchirures et attaques dont fait objets l’association. Concernant les travaux de cette instance, il est prévu trois conférences débats, ouvertes au public, et dont les thèmes sont aussi importants les uns que les autres.  » Pour un Maghreb des Droits de l’Homme « ,  » La levée de l’état d’urgence, une urgence nationale  » et  » Les Droits économiques, sociaux et culturels, en débat « , sont les intitulés de ces conférences. K. A.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER