Amizour: Projet de revêtement du Chemin de wilaya 158

amizour2225452.jpgAssociations des villages:Boumraou, Aregrag, El-Hamma, Ouaoucha

Laissé à l’abandon depuis des décennies, le Chemin de wilaya 158, (du Chef-lieu à Taddart Tamokrant) vient, enfin, de bénéficier d’un programme de réhabilitation. Le projet en question prévoit la remise en état du Chemin sur une distance de 13 Kms, répartis en 2 tranches: une 1e tranche de 6 Kms, achevée et une 2e tranche de 7 Kms dont les travaux seront lancés incessamment.

Cependant, force est de constater, encore une fois, que l’APC s’autorise et de manière arbitraire à dénaturer le projet en question, en détournant la deuxième tranche (7 Kms) ce qui porte de graves entorses à ce programme mais surtout à la réglementation. De ce fait, la  démarche de l’APC consiste à opérer des modifications illégales et de faire réaliser la 2e tranche de façon sélective et discriminatoire, excluant les villages de Boumraou, Aregrag, El-Hamma et Ouaoucha et d’intégrer des localités non retenues dans le projet tel que prévu initialement. En effet, comment expliquer la décision de l’APC d’interrompre les travaux de revêtement au niveau du village de Ouaoucha, de transgresser le tracé initial pour les poursuivre en sens inverse, à partir de Taddart Tamokrant, ce qui n’a pas été prévu dans le programme ?

Il est vrai que le bon sens et la cohérence ont toujours fait défaut à cette APC et, au vu de ce qu’elle s’apprête à commettre, elle reste conséquente avec elle-même, mais de-là à léser des villages entiers en contradiction avec les termes du projet, nous considérons que la ligne est franchie et qu’il y a bel et bien flagrant délit de favoritisme et de clientélisme.

Non pas que nous ayons une quelconque animosité envers nos villages voisins, – ce que nous nous interdisons formellement – en revanche, nous ne saurons rester passifs devant une telle injustice et aberration pour faire valoir nos droits. En fait, il s’agit simplement de rappeler aux autorités leurs responsabilités et les interpeller à respecter la réalisation d’un projet tel qu’il a été conçu, c’est-à-dire se conformer à la réglementation. En outre, si l’APC, souhaite faire bénéficier d’autres localités que le projet n’a pas intégrées, nous ne pouvons que nous en réjouir et c’est aussi notre souhait le plus ardent, pour peu que le principe d’équité  et de justice sociale soit respecté.

En conséquence, tout en prenant à témoins l’ensemble des autorités et l’opinion publique, nous soussignées, associations représentant les habitants des villages concernés et eu égard au constat qui vient d’être établi :

- Nous nous élevons énergiquement contre les agissements de l’APC, pour la manière dont elle entend expédier ce projet,

- Nous sollicitons les autorités de wilaya compétentes à diligenter une commission d’enquête  qui aura à examiner la situation et dresser un état des lieux sur la base de la fiche technique du projet

- Interpellons les autres élus qui, par leur silence, continuent de cautionner une gestion approximative des maigres et rares projets qui sont octroyés à notre commune

- Nous mettons, solennellement en garde contre toute tentative et volonté d’un passage en force, synonyme de transgression à la réglementation et informons les autorités concernées de notre détermination à nous y opposer  par  des actions de  mobilisation citoyenne pacifique sur les lieux des travaux.

Commentaires

  1. Tala dit :

    Je pose une question:
    - Pourquoi les communes de Boumraou, Aregrag, El-Hamma et Ouaoucha, ne se divisent elles pas en 4 communes, donc 4 maires afin de ne plus dépendre d’AMIZOUR ?

    Est ce légal du point de vue du droit algérien ?

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER