• Accueil
  • > Les élus en Algérie
  • > Ali Belkhir, maire de Ouaguenoun: « Nous préférons prendre les risques, mais jamais abandonner la population »

Ali Belkhir, maire de Ouaguenoun: « Nous préférons prendre les risques, mais jamais abandonner la population »

photoalibelkhir.jpgEntretien réalisé par Mourad H. www.kabyle.com

Kabyle.com: Pouvez-vous nous présenter votre commune ?

La commune de Ouaguenoun est située à 15 kilomètres du chef lieu de la wilaya de Tizi-ouzou, elle est limitée au nord: par les communes de Boudjimaa et Timizart; à  l’est  par les communes de Timizart  et Freha ; au sud : par Acif de Sebaou; et enfin à l’ouest par la commune de Ait Aissa Mimoun. Sa population au dernier recensement du RGPH 2008 est de 17410 habitants et atteindra 40000  habitants à l’horizon 2015 en tenant comte de la population étudiante de Tamda (population non évolutive).

Elle s’étend sur une superficie de 3978,00 Ha. Notre commune comprend une agglomération chef lieu (ACL) et en  même temps chef lieu de la Daïra de Ouaguenoun  – Tikobain et 3 agglomérations secondaires (Djebla, Tamda,Azib Ouhaddad) ainsi  21 villages et hameaux. Le territoire de la commune est composé essentiellement de deux parties distinctes. Partie montagneuse situé au Nord (foret) et la partie agricole vers l’est et le sud (plaine). Parait-il, sur les 1541 communes que compte l’Algérie, plus de 1200 seraient pauvres et Ouaguenoun en fait partie. Vous vous rendez compte, dans un pays aussi riche, 80 % des communes sont pauvres.

A quoi se définit une commune en Algérie ?

Dans notre pays les communes sont souvent nées à partir de découpages administratifs qui répondent uniquement à des considérations politiques. Les véritables critères définissant une collectivité à l’image des critères, culturels, économiques, sociologiques, géographiques ,etc…..ils sont royalement ignorés. C’est ce qui explique d’ailleurs à mon sens la destruction de notre société et sa perte de repères.

Pour quel objectif à votre avis ?

C’est une stratégie machiavélique, l’objectif recherché est bien évidemment de contrôler voire même de dominer la société  en empêchant toutes les initiatives qui ne cadrent pas avec la logique centralisatrice du pouvoir

Quel rôle joue le maire dans la réalité ?

A partir du moment où tous les problèmes que nous vivons sont politiques sans exception, le rôle d’un maire ne peut pas être autre que politique. Son rôle est donc, de recenser tous les problèmes de sa population, les classer par ordre de priorité et d’essayer de les résoudre selon les moyens dont il dispose. Un maire doit donc jouer le rôle de locomotive pour tirer sa population vers le développement et l’autosuffisance dans tous les domaines, mais faudrait-il lui faciliter la tache.

Quelles contraintes rencontrez-vous ?

En plus des contraintes citées plus haut, s’ajoute un code communal qui dépouille le maire de l’essentiel de ses prérogatives  et outils lui permettant d’assurer la totale responsabilité de son territoire. Bien que ce  code communal  prône la décentralisation, dans la réalité c’est tout autre chose, nous assistons en niveau des municipalités à un transfert de responsabilités sans transfert des moyens correspondants. En vérité, les communes en Algérie n’ont ni autonomie administrative, ni autonomie financière, ceci pour vous dire que devant une telle situation, les communes pauvres comme celle qui sont presque dans le même pétrin.

Pourquoi alors, acceptez-vous de vous présenter aux élections locales ?

Bonne question ! Malgré toutes ces contraintes nous continuons à participer aux élections municipales tout simplement parce qu’elles nous permettent de rester proches de la population. Vous savez, si on ne se présente pas aux élections locales on se retrouve en position de non assistance à population en danger et quand on se présente à ces élections et qu’on les gagne, le pouvoir fait tout pour nous discréditer. Etant militants  convaincus, nous préférons prendre tous les risques, mais jamais abandonner la population.

Parlez-nous de la mise en place du Conseil Consultatif au niveau de votre commune.

C’était  en 2007, pour jouer le rôle dont je vous ai parlé tout à l’heure «la locomotive», nous avons pu intéresser le mouvement associatif et les universitaires  de la commune. Tous ensemble, nous avions monté ce conseil qui a fait un travail remarquable en ayant produit la monographie de la commune et élaboré un plan communal de développement intégré, faisant ressortir les besoins à l’horizon 2020, en ayant pris en compte tous les facteurs déterminants pour un développement cohérent; ce travail est resté lettre morte, dans la mesure où l’Etat ne nous a pas aidé à le concrétiser. J’aimerai cependant saisir cette occasion pour rendre un vibrant hommage à tous ceux qui ont contribué dans ce conseil pour la réalisation de ces précieux documents qui resteront sans doute des repères pour les générations  futures.

Notre objectif était de combattre la pauvreté et faire face aux disparités sociales. Mais hélas, dans un pays où les ressources financières sont évaluées en milliards de dollars, il aurait été normalement impensable de parler de pauvreté.

Vous êtes également l’un des initiateurs du projet de l’intercommunalité qui touche les communes de la Kabylie maritime…

Ce projet qui a vu le jour aussi en 2007 a fonctionné à  merveille jusqu’à maintenant grâce à  l’abnégation et au sens très élevé de responsabilité des maires qui  le compose. A vrai dire, l’intercommunale et le conseil consultatif communal sont des preuves tangibles que les Algériens même quand ils sont d’obédiences différentes peuvent s’asseoir autour d’une table pour discuter calmement des problèmes qui les concernent. Au fait, ces deux actions ont montré clairement que la démocratie est possible en Algérie mais le pouvoir essaye tout le temps de démontrer le contraire car il trouve toujours des gens qu’il achète et qu’il manipule.

Récemment vous étiez empêché d’assister à un sommet à Rotterdam sur le thème des collectivités face à la crise. Pouvez-vous revenir brièvement sur cet événement ?

Le pouvoir m’a empêché de faire le déplacement à ROTTERDAM mais n’a pas pu m’empêcher de participer grâce à Internet. La communication que je devais faire a été prise en considération par cet auguste forum et j’en suis très heureux.

Quelles sont les réactions des organisations internationales à l’exemple de la récente déclaration sur la liberté de circulation des élus en Algérie émise par le Département d’Etat des Etats-Unis ?

Les organisateurs du forum étaient offusqués par la nouvelle de mon refoulement à l’aéroport d’Alger. La fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) aussi compte saisir le conseil économique et social européen.  Le département d’Etat US aux DH vient  de dénoncer cette restriction.

Je relève avec beaucoup de satisfaction toutes ces marques de solidarité et de réaction des instances internationales qui font  remarquer au pouvoir qu’il a commis un incident injustifiable et incompréhensible. Seulement, il faut rappeler que ce même pouvoir durant les années 1990 a failli discréditer  tous les citoyens Algériens aux yeux des instances internationales, à l’époque, Mohamed Fellag disait: «Vous êtes Algérien, donc vous êtes coupable» Maintenant, il est entrain d’essayer de faire le contraire, discréditer les instances internationales aux yeux du peuple algérien. C’est un jeu très dangereux.

Le pouvoir en Algérie risque-t-il d’être inquiété par ses agissements contraires à la liberté politique ?

Un pouvoir qui ne respecte ni la Constitution ni les élus, ni la volonté  populaire, ni le pluralisme politique et syndical ni même les instances internationales,  je crois fort bien qu’il est aux abois  et s’il ne s’inquièterait pas, c’est qu’il est inconscient..

Dans votre contribution au 7ème forum de Rotterdam, quelles étaient vos attentes et vos doléances que vous adressez  aux organisateurs qui opèrent sous l’égide l’ONU ?

J’en ai carrément fait appel aux instances internationales pour aider non pas seulement mon pays mais tous les pays en développement à démocratiser leurs institutions, aux gouvernements nationaux à accorder l’autonomie administrative et financière a leurs Communes, à toutes les collectivités locales à s’engager dans une coopération décentralisée autour de projets concrets dans l’intérêt de nos populations respectives. Nous avons espoir que cela se réalise un jour, pour que nous puissions alors espérer un ordre mondial à visage humain qui assure à chaque citoyen une vie décente et digne.

Commentaires

  1. amghar azzamni dit :

    Le camarade Maire Ali Belkhir est si honnête avec les populations qu’il représente dignement, qu’il fait vraiment peur au pouvoir.Un régime pourri,qui ne respecte rien, ni les lois scélérates qu’il nous pend par le biais de sa boite d’enregistrement nommée APN et encore moins les élus de citoyens algériens.Décidément, il ne recule devant rien et fait fi des droits de l’homme.Il faut se rappeler du refus d’autorisation à la tenue du congrés de la Ligue des droits de l’homme version Bouchachi.Un refus inexplicable formulé un mois aprés le dépot de la demande et à peine une dizaine d’heures de la date retenue pour la rencontre.
    Que dire de ce pouvoir qu’il sourd et irresponsable.

  2. Akli djoudrez dit :

    mon ami, je n’ai vraiment pas grand chose à ajouter sur le contenu,que de dire domage pour un pays comme le notre et d’un millions cinq-cent mille chahid. il ya des forces oculltes qui n’ont comme stratègie politique que la destruction des valeurs morales.mon ami n’oublier pas le proverbe de nos ancetres qui dit tout passe et repasse rien que la vèritè que reste a sa place.

  3. AHEDDAD dit :

    Le maire de ouaguenoun a au moins l’audace d’aller jusqu’au bout de son action.ça ce voit comme l’eau de roche que c’est un homme de conviction qui travaille pour l’honneur et devant un pouvoir aussi diabolique qui ne recule devant rien il faut beaucoup d’hommes et de femmes comme ce brave maire afin que l’espoir revienne dans les coeurs des citoyens.Bravo Mr Ali Belkhir vous avez réussi à soutirer du positif dans le négatif et tant qu’il y a des gens comme vous il y aura de l’espoir et l’Algérie restera debout inchallah-je vous le dis sincèrement votre action c’est un coup de maitre- Un grand merci pour tous les citoyennes et citoyens de Ouaguenoun auxquels revient tout l’honneur comme en Avril 1980.

  4. NARMOTARD dit :

    Monsieur le maire FFS de Ouagnoun, Ali Belkhir, vous faites honneur à votre mission d’élu local de la population, en respectant courageusement l’éthique, la responsabilité et la formation continue. Par stupidité politicienne, le ministre de l’intérieur du régime de la tragédie nationale, vous empêche d’accomplir librement et en votre âme et conscience, votre devoir d’élu démocrate de l’opposition qui dénonce ce régime, en s’appuyant sur des preuves irréfutables car évidentes.
    Vous êtes la preuve vivante qui prescrit le changement de régime en place afin d’assurer une bonne santé à l’Algérie qui souffre.

  5. Assirem dit :

    Assirem est un nom masculin qui veut dire espoir et moi je suis une femme,en politique je ne sais pas si cela a encore un sens dans un pays comme le notre mais quand j’ai lu l’interview de MR le maire de Ouaguenoun,je crois que OUI l’espoir est permis.Au fait,ce nom est également celui de notre jeune association et nous sommes plusieurs à vouloir saluer Mr BELKHIR pour son courage et son engagement politique en l’assurant de notre soutien le plus sincère.

  6. hakim5 dit :

    vous ne laissez paraitre que ce qui vous semble etre « BON »,vous voulez une 2ieme republique ou la censure restera rene. …pourtant je n insulte personne…j ai seulement essayé d expliquer,qu apres avoir remis la main sur le centre de decision du FFS les elus de ce parti font dans la façade…alors que les directives du 4ieme congres sont mises de coté…en conclusion , ceux qui dirigent le FFS a alger ne revent que de 2012…leur aplat ventrisme en fait d eux des sous traitants de la dictature.

  7. justice&verite dit :

    a vous lire mr le maire, on dirait que vous etes dans une mairie de l’UE helas que l’algerie est gouvernée par des retardataires dans tous les domaines c’est pourquoi votre mairie ne peut se soulever mais le travail que vous etes faites sera une pierre angulaire pour les generations futures.

    Nous avons compris que les elus du FFS sont vraiment des politiciens de l’an 2010 et du futur.

    Bravo et merci pour le job que vous etes entrain d’implanter dans cette commune qui vous est deja reconnaissante.

    Au bon entendeur.

  8. dj dit :

    a entendre toutes ses voix qui s’elevent pour glorifier la personnalité du maire ali belkhir, sa me redonne de l’espoir de voir un jour les algerien feront un franc uni, contre l’injustice qui nous renvois a cette seconde zone de l’humanité. bien que tous ces gens qui participent a ce debat n’ont d’interet ni de loin ni de pres de l APC de ouaguenoun. mais ils n’esitent pas a soutenir les bonnes initiatives comme celles de ce maire en l’occurence.c vrais que les intentions de ce maire sont nobles et porteuses d’espoir, et c courageux de sa part dientreprendre tous ces chemains sinueux pour dire tout haut ce que les citoyens pensent tous bas. j’espere que tous les hommes politique se joignent a ce genre d’initiatives du moins tous ce qui se pretend democrate, pour redonner un brun d’espoir a notre peuple. et se dernier songera peut’etre a accorder de nouveau sa confiance au politiciens et les accompagner dans leur combat.

  9. ASAFU dit :

    Un grand journaliste à dit: »ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas;c’est parce que nous osons pas que les choses sont difficiles ». quelle réflexion!il faut dire que la première qualité que doit posséder un militant,c’est bien le courage.Je suis presque certain que monsieur le maire de ouaguenoun était sure qu’il allait être refoulé mais il a osé se présenter à l’aéroport pour subir la maladresse du régime qui fera de lui un maire célèbre et intouchable sur le plan politique car soutenu par ses paires du FFS au moins et les instances Onusiennes.Je crois aussi que le programme des nations unies pour le développement (PNUD)n’a pas choisi Monsieur ALI BELKHIR par hasard et c’est ce qui est important de relever car à présent il doit être le seul maire en ALGERIE qui assume sa position d’homme politique d’opposition d’une façon claire et sans détours.Désormais le maire de ouaguenoun compte maintenant parmi les quelques voix discordantes qui commencent à se lever par ci par là pour empêcher le pouvoir d’asseoir sa totale suprématie sur tout ce qui bouge.Ce maire rebelle qui refuse de se soumettre au dictat de Zerhouni,empêche par la même la privatisation des institutions de l’État et c’est une cause juste qui nous honore tous, mais j’ai bien peur que ce sera peine perdue car la lâcheté des uns et l’opportunisme des autres feront apparaitre dans un proche avenir ce brave Mr le maire comme un homme fou qui ne savait pas ce qu’il faisait.A ce moment là on dira de toutes les manières qu »UNE HIRONDELLE N’A JAMAIS RAMENÉ LE PRINTEMPS DANS UN PAYS OU IL Y A TROP DE FAUCONS » à bon entendeur salut! .

  10. AMAYNUT ! dit :

    Du nouveau et du renouveau,c’est ce que cherchent les citoyens.Le temps des discours est révolu place maintenant à l’action.Ce qui m’intrigue un peu dans tout ça,c’est de voir le maire de Ouaguenoun taper fort au moment ou le président du FFS avoue publiquement et devant ses militants qu’il n’est plus possible aux Algériens de faire de la politique.Sans vouloir contrarier ce grand révolutionnaire normalement infatigable et que je respecte beaucoup,je pense que l’histoire nous a enseigné que chaque époque possède ses HOMMES comme l’a si bien dit notre grand poète Lounis Ait Menguellete.Aux dirigeants du FFS de savoir choisir les hommes qui devront le représenter dignement,heureusement que des hommes à l’exemple de Ali Belkhir existent toujours,il suffit de les dénicher et de pouvoir les former.La seule faille du FFS d’ailleurs se situe là à mon humble avis:(le choix des Hommes).Afin que le FFS puisse redresser la barre,il faut qu’il en trouve beaucoup d’authentiques militants désintéressés à travers toutes les régions du pays.Bonne chance au FFS et longue vie à Dda Lhocine.

  11. lenine dit :

    Mr BELKHIR a dit quelques choses de très significatif en parlant des élections : « Si on se présente pas aux élections locales, on se met automatiquement en position de non assistance aux personnes en danger, et quand en se présente a celles-ci, et qu’il arrive qu’on les gagne, le pouvoir qui détient tous les leviers fait tout pour nous discréditer ».
    A vrais dire le pouvoir qui excelle dans l’intrigue depuis 1962 s’est donné tout les moyens pour piéger l’opposition politique, or c’est toute la société algérienne qui s’est retrouvée piégée et prise en otage.
    Avant de chercher à résoudre cette équation a plusieurs méconnus, il est impératif de comprendre comment ce pouvoir démoniaque a procédé pour réussir une aussi macabre entreprise.
    Je vais vous épargner toutes les péripéties que l’Algérie a traversées de 1962 à 1988. Que tout le monde connaît d’ailleurs, et nous allons essayer de décortiquer la situation a partir de 1989.
    1) Avant même l’avènement de la fameuse constitution du 23/02/1989 approuvée par referendum qui a mis fin a l’hégémonie du FLN, qui était malheureusement un leurre et juste une ouverture de façade prônée par le pouvoir mafieux, car il avait déjà en tête la création de partis politiques antagoniques diamétralement opposés à l’image du FIS et du RCD pour prouver l’impossibilité sur le terrain de conduire le pays vers la démocratie ;
    2) Pour contrecarrer le retour objectif et complémentaire des formations politique d’oppositions traditionnelles comme

  12. lenine dit :

    a suivre………………

  13. lenine dit :

    - Le MDRA de SLIMAN AMIRATE
    - Le FFS de HOCINE AIT AHMED
    - Le PRS de M. BOUDIAF
    - Le MDA de BEN BELLA
    - Le PAGS de HACHEMI HEDJERES
    Il a suscité et à favoriser la création d’environ 65 partis dont la majorité était des partis satellites pour en faire de la scène politique un véritable CARNAVAL FI DECHERRA, et faire croire au peuple que la démocratie veut dire anarchie.
    ………………………………………………………………………………………………………………….
    3 – Se basant sur le boycotte des élections municipales de 1990, Le pouvoir a profité l’occasion pour aller à la bipolarisation (FLN-FIS) pour précipiter la décente aux enfers ; « le FIS a obtenu 5 millions de voix » à ces élections
    4 – AIT AHMED s’est rendu compte de la supercherie mais c’était déjà trop tard, un découpage administratif a été déjà fin prêt pour faciliter le succès du FLN ou du FIS aux élections législatives de 1991.
    5 – Au lieu d’opter pour la proportionnelle par wilaya ou intégrale dans ce scrutin, le pouvoir a préféré un autre mode nouveau qui était le scrutin uninominal majoritaire à deux tours afin de permettre au FIS d’avoir une majorité écrasante avec 188 sièges au premier tour avec seulement 3 millions de voix
    Or tous les sièges restés en ballottage, disputés entre le FIS et le FLN été favorables au islamistes du FIS, a partir du moment où la majorité des candidats FLN en lice ont subitement décidés de se retirer de la course, ce qui donnait de faite le FIS victorieux.

  14. LENINE dit :

    A SUIVRE

  15. Mohand dit :

    J’admire cet homme, et ce qu’il a dit dans cet entretien est transparent et tout à fait juste et pertinent. Ce genre d’hommes et d’interventions intelligentes me reconfortent et me rassure sur la qualité de certains hommes qui gèrent nos Communes même pauvres elles inspirent respect et considération. Les hommes et les organisations finiront par se faire entendre. De toute manière un homme de cette qualité ne peut être qu’aduler par ses compatriotes et ceux qui l’ont élus. Merci m. Belkhir pour votre abnégation et votre sens civique et moral.
    Mohand

  16. lenine dit :

    6 – Le FIS qui commençait à se faire pousser des ailes suite a sa victoire, multipliait des déclarations intempestives en directions du peuple et du pouvoir, et une panique générale commençait à s’installer dans ce même pouvoir et son pauvre peuple.
    Il exigeait des élections présidentielles anticipées ;
    Il invitait tous les citoyens à changer leurs habitudes alimentaires et vestimentaires
    7 – le pouvoir des généraux a réussi son pari, pour conduire l’Algérie ver la violence et le néant.
    Il demande à CHADLI de découdre le l’APN, et quelques jours plus tard on le force à démissionner ce qu’il a fait sans vraiment avoir le choix, et qui a précipiter l’Algérie à rentrer dans une situation d’anti constitutionalité avec elle-même.
    A SUIVRE……….

  17. lenine dit :

    Même la marche du FFS qui a drainé des millions d’algériens favorables au maintien du deuxième tour, a été récupérée par le même pouvoir pour la dévier de son objectif initiale et justifier l’annulation du deuxième tour.
    8– pour s’ériger en seul maitre de la situation et propriétaire de l’Algérie, ce dernier na pas hésité a employé toutes les ruses dans le seul but de se maintenir à tout prix
    L’unique motivation de ramener BOUDIAF le 29/01/1992 a la tête du HCE était juste de signer le décret pourtant l’instauration de l’état d’urgence pour s’approprier le droit de vie ou de mort sur le peuple algériens et leur permettre de déporter les militants du FIS dans les camps de concentration du sud, car six mois plus tard il fut assassiné en direct a la télé « ils avaient plus besoin de lui »
    Pour eux , sa mission était déjà accomplie
    - Le terrorisme s’installe dans la durée, les groupes (GIA, MIA, AIS et autres se disputaient les atrocités).
    C’était une guerre civile qui ne disait pas son nom ou plus de 200.000 algériens et algériennes ont péris
    - On désigne ZEROUAL comme président de l’état avec un ………… qui faisait office de parlement aussi désigné.
    Pour le légitimer. ! il fallait lui organiser des élections présidentielles pluriels avec des concurrents lièvres (BOUKROUH, NAHNAH, et SADI)
    9- le contrat de ROME signé conjointement par (AIT AHMED, MEHRI, ANOUAR HADDAM, HANOUN, BEN BELLA, DJABALLAH, et ALI YAHIA ABDENOUR) ou NAHNAH a claqué la porte pour rejoindre le bercail, ce contrat qui était pourtant une offre de paix et de solutions à la crise et un rempart contre toutes les menaces qui prévalaient, or le pouvoir l’a rejeté de fond en comble.
    Ce pouvoir qui excellait dans les coups bas et le clientélisme a fini par apprivoiser BEN BELLA et HANOUN, et a bousculer la stabilité du FFS et du MNR qui étaient respectivement des soutiens a AITE AHMED et DJABALLAH. Et d’éjecter MAHRI a l’extérieur du FLN pour le faire taire. A SUIVRE….

  18. risque ath ouaguenoun dit :

    avant tout j’aimerai bien dire que cette etat n’avait aucun pouvoir de dicision et ces elus son des peurents del’administration lache et assassine

    monsieur belkhir et un homme politique oui mais pour le terrin non

  19. Village Ihdikaoune Bouada dit :

    Monsieur le Maire nous vous sollicitons pour un raccordement en ADSL, sachant que c’est le seul moyen de sortir les villages de la solitude et améliorer les conditions de travail de nos etudiants ainsi que celle de nos commerçants et entreprtreneurs, seuls créateurs d’emplois dans la région.

    Merci d’avance Monieur le Maire

  20. kamel dit :

    salut mr belkhir tout dabord je tiends avs feleciter pour leffrt que vs consentie pour lamelioration de notre comune mais domage que ses dernier temp ca devenue apc damis tu ne fait pas legalitet de ns citoyen favoritisme des amis famille meme les qota habitat rural il ya des choix entre amis moi je suis un citoyen victime de la hogra vue votre engagement pour resoudre mon probleme apres vs maver trallie alors je vs assure que vs aurer une declaration publique sur votre gestion de cette municipaliter devenue propriete privee les bazar les affaire alors reflicher un peu que vs

  21. cesar dit :

    salut tous le monde ;de toutes les manière il n y a pas que ali belkheir en tanque maire qui souffre en algerie ;des blocages de l administration du chef de daira; du wali mais l orsque il s agit de régler leurs problèmes personnel tout est faciles il suffit d obéir aux instructions de ces commit de l état ;

  22. mus dit :

    salam alikoum, heureux de trouver ce site, qui me rappelle les années 77/78 où j’ai passé mon service national à la brigade de boudjima, et au temps où Mr ahmed Mekliche était SG .APC.Cette commune parmi les plus désheritées d’algerie, je sais souffre encore malgré la bonne volonté de ses élus, hélas il faut un budjet très conséquent pour pouvoir servir toutes les communes.L’eau qui 35 ans après mon passage fait defaut, c’est grave, pourtant le barrage de DJEBLA n’est pas si loin.aucun équilibre régional,la wilaya doit penser à cette daira et celle de tigzirt où j’ai passé 9 mois aussi.C’est dommage l’investissement est très favorable chez vous, la main d’oeuvre ne fait pas defaut.UN peu de courage et ça marchera inchallah bonjour à tous

  23. SOLEIL dit :

    tés bien parlé MR BELKHIR

  24. BELKHIR dit :

    J’AI RIEN A JOUTE LE MAIRE DE OUAGUENOUN EST JUSTE UN SOULARD CHEZ MOUSSA VOUS FAITES HONTE A LA RÉGION MERCI POUR LE MINISTRE QUI TA PAS LAISSER DE SORTIR CE JOUR LA POUR CRITIQUE DE TON PAYS ALORS CI LA RÉPUBLIQUE QUE TE PAYER .

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER