Archive pour mars, 2010

Le congrès de la LADDH s’est ouvert jeudi à Alger

laddh.gifEl Mouhtarem « Algérie Politique » 

Le 3ème congrès de la LADDH s’est ouvert jeudi à Alger en présence de plusieurs invités nationaux et étrangers. Prévu initialement à la Mutuelle de construction de Zerlada, le congrès s’est tenu à la Maison des syndicats à El Harrach. Et pour cause, les services de la wilaya d’Alger ont opposé un niet catégorique à la demande d’autorisation introduite par les organisateurs en date du 24 février.

Un mois après, c’est-à-dire la veille du rendez-vous, les services de la wilaya d’Alger ont pris attache avec le bureau national de la LADDH (à 20h10 SVP), pour leur demander de se présenter au « guichet » afin de récupérer la réponse de l’administration. Bien que préparés à toute éventualité, les dirigeants de la Ligue étaient « déçus » par le refus des services de Mohamed « Kebir » Abdou de leur octroyer l’autorisation tant attendue. Pourquoi attendre la vielle d’un congrès (20h10!!!) pour répondre à une organisation dans la seule mission est de défendre les droits de l’Homme ? Après la justice de nuit qui avait interdit, en 2004, la tenue du congrès du FLN, c’est au tour de l’administration de nuit d’interdire la tenue d’un congrès de la LADDH. 

(Lire la suite)

Le pouvoir veut faire disparaître la LADDH originelle

laddh.gifNarmotard pour « Algérie Politique »

N’est-ce pas parce qu’il y a deux LADDH en présence ? Elles ont sous le même sigle deux stratégies divergentes. Cette situation voulue rappelle celle d’autres partis ou associations où deux têtes se disputent un même corps, par exemple Benbeïbèche et Ouyahia se disputant le RND, etc.

Je considère que la LADDH où se trouve son créateur, maître Ali Yahia Abdennour, est logiquement plus légitime que l’autre car plus proche de sa mission originelle.
Ainsi, maître Bouchachi Mostefa et maître Ali Yahia Abdennour, respectivement président en exercice et président d’honneur de la LADDH, seront-ils poussés à bout jusqu’à ce qu’ils soient contraints de recourir à l’émeute violente, culture de la gouvernance du pays, type Diar Echems, pour obtenir enfin l’autorisation de tenir leur congrès réglementaire ?
Ou bien résisteront-ils pacifiquement jusqu’à ce que la saisine de la justice tranchera en leur défaveur, de la même manière humiliante et indigne que celle qu’ont subie récemment les syndicats des médecins, enseignants et ouvriers grévistes ?

(Lire la suite)

SOS Disparus:«L’Etat détient des archives sur les disparus »

disparus2008.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

Une trentaine de familles de disparus s’est rassemblée hier devant l’entrée de la Maison de la presse à Alger pour réclamer la vérité sur la disparition de leurs enfants durant les années 90. Les manifestants dans leur grande majorité des femmes ont organisé pendant plus d’une heure un sit-in criant leurs slogans habituels et affichant les photos de leurs disparus.

Ces familles sont venues principalement des wilayas du centre du pays, Alger, Tipaza, Médéa, Boumerdes, Tizi-Ouzou et Bouira. L’un des organisateurs a expliqué que la faible assistance est du «au manque de moyens financiers» des familles qui «ne peuvent assumer leur déplacement trop coûteux». Selon ce responsable, les familles qui ont été indemnisés par l’Etat «commencent à rejoindre le mouvement  et réclament le corps ou la dépouille de leurs fils ou parents disparus».

L’association SOS disparus a également rendu public hier un communiqué dans lequel elle s’insurge contre les propos de Me Farouk Ksentini président de la Commission nationale des droits de l’Homme, le 18 mars au forum d’El Moudjahid ,dans lequel il avait affirmé que faute d’archives et de témoignages «la demande de vérité des familles des disparus est irréalisable en pratique». 

(Lire la suite)

Congrès de la LADDH: toujours pas d’autorisation

 

laddh.gif« La LADDH reste préoccupée du sort réservé à la demande d’autorisation déposée auprès de la Wilaya d’Alger, le 28 février 2010. En effet jusqu’à aujourd’hui mercredi à 12h00, la LADDH n’a reçu aucune réponse. Nous revenons de la Wilaya. La réponse est: «nous n’avons reçu aucune instruction». Nous sommes en plein KAFKA, absurde et révoltant. La LADDH, maintient la mobilisation de ses délégués. Qu’elle appelle à rejoindre Zéralda ce jour mercredi à partir de 18h00. »

Il risque d’être compromis: Le Congrès de la LADDH sur fond de polémiques

bouchachi.jpgKarim Aimeur, La Tribune des lecteurs

Le troisième Congrès de la Ligue algérienne pour la défense des Droits de l’Homme (LADDH), prévu les 25 et 26 mars en cours à la mutuelle des matériaux de construction de Zéralda, Alger, n’est pas encore autorisé. A quelque 24 heures de sa tenue, ce congrès, placé sous le thème « Agissons pour la levée de l’état d’urgence », risque d’être compromis. Des sources proches de cette organisation, nous ont indiqué que  » Si le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales ne délivre pas l’autorisation, les responsables de la Ligue seront dans l’obligation de tenir leurs travaux dans la Maison des syndicats à Alger « . » On a déposé la demande d’autorisation depuis plusieurs semaines, mais à ce jour on n’a reçu aucune réponse « , déplore un congressiste, qui trouve anormal le fait de ne pas autoriser le Congrès de la LADDH, dont le mandat de ses actuels dirigeants arrive à son terme. Notre interlocuteur craint que la Maison des syndicats s’avère trop exiguë, pour contenir le nombre important (150) de délégués représentant 34 wilayas du pays, en plus des invités aussi bien nationaux qu’étrangers.

(Lire la suite)

Le MSP à Hanoune:«Oui madame, il vous faut une roqia»

hanoun.jpg«Oui madame Hanoune, il vous faut une roqia pour vous débarrasser de Trotsky qui vous hante», a déclaré hier le secrétaire national chargé de la communication du MSP, Mohamed Djemaâ, dans un communiqué. «Le MSP refuse de suivre Madame Hanoune dans sa voie, elle qui est connue pour le langage des insultes qui nuit gravement à la pratique politique», a souligné M. Djemaa. « La laïcité à laquelle appelle Hanoune est refusée en Algérie tout comme l’abolition de la peine de mort qui est contraire aux principes de la Constitution algérienne (…) Nous invitions Mme Hanoune à la lecture du Code de la famille qui émane de l’esprit de l’islam dans un pays qui consacre l’islam religion d’Etat ». El Mouhtarem 

 

France: une fille de harki pour lutter contre les discriminations

bougrab.jpgLe président français Nicolas Sarkozy a choisi mardi une fille de harki pour présider un observatoire des   discriminations. Le chef de l’Etat a nommé Jeannette Bougrab, une juriste âgée de 36 ans,   membre du parti présidentiel UMP. Elle est une fille de harki, ces Algériens qui ont combattu dans le camp français au moment de la guerre d’Algérie et dont certains ont été rapatriés en France après l’indépendance algérienne. Mme Bougrab, auteur de plusieurs rapports sur les discriminations, remplace  à la tête de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) Louis Schweitzer, personnalité classée à gauche et ancien dirigeant du groupe automobile Renault.

La Russie va livrer à l’Algérie des systèmes antiaériens Pantsir

pan.jpgLa Russie va livrer à l’Algérie dès cette année 38 systèmes antiaériens Pantsir pour un montant de 500 millions de dollars, a annoncé mercredi une source militaro-diplomatique à l’agence russe Interfax.   « En conformité avec le contrat signé en 2006, nous allons livrer à l’Algérie 38 systèmes Pantsir S1 pour un montant de 500 millions de dollars. Les livraisons seront effectuées en 2010-2011″, selon cette source. 

En mars 2006, le président de l’époque Vladimir Poutine avait effectué une visite officielle en Algérie, la première d’un chef d’Etat russe dans ce pays.

(Lire la suite)

Plainte contre les journalistes d’El-Bahdja rejetée

radioalgerienne.jpg

El Mouhtarem « Algérie Politique »

La plainte déposée par la direction générale de la Radio algérienne contre 7 journalistes d’El-Bahdja pour occupation illégale d’un lieu public et perturbation du service public a été rejetée par le tribunal de Sidi-M’hamed. Selon un gréviste,  le tribunal s’est déclaré incompétent. Par ailleurs, nous apprenons que le Syndicat national des journalistes (SNJ) assure la médiation entre les journaliste protestataires et la DG de la radio en vue de leur réintégration dans leur poste et leur titularisation dans le cadre de la régularisation de centaines de cachetiers.

La recherche de la vérité n’est impossible que pour ceux qui la craignent

disparus2008.jpgJeudi 18 mars 2010, lors d’une rencontre-débat organisée par le centre de presse El Moudjahid, le président de la CNCPPDH, M. Farouk Ksentini, persiste à affirmer que la demande de Vérité des familles est irréalisable en pratique.

Selon lui, il serait impossible d’identifier les responsables de la disparition durant la tragédie nationale déclarant “qu’il n’y a ni archive ni témoignage” et que l’Etat ne peut “[...] se lancer dans des procès sans la moindre preuve ni dossier substantiel”. Le Président de la Commission nationale des droits de l’Homme lui-même ose conseiller aux familles de disparus de tourner la page, se faisant ainsi le porte-parole du gouvernement.

Les archives existent dans les brigades de gendarmerie, les commissariats, les tribunaux, les ministères. D’ailleurs, le rapport de la CNCPPDH de 2007 indique que “le chiffre de 7200 disparus, fourni par la gendarmerie nationale est le plus fiable” ce qui prouve bien que l’Etat détient des informations sur les disparus.

 

(Lire la suite)

1...34567...22

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER