Extrait d’un Algérien dont le père a été égorgé par le FLN

orphelin.jpgGodsilla pour « Algérie Politique » 

Ce qui va suivre est la contribution projetée d’un Algérien ayant vécu (enfant) cette guerre et dont le père a été égorgé par le FLN.
Adulte et cadre il a vecu dans une Algérie qui est restée figée sur le mythe de la révolution “ayant chassé la France” et subit l’exclusion.

Le plus difficile était cet acharnement de personnes qui voulaient garder vivaces des souvenirs qu’ils savaient insupportables mais qu’ils essayaient de faire revivre dans les esprits avec une espèce de sadisme qui cachait mal des rancunes refoulées ou peut être simplement par jalousie. Ils avaient l’impression de vous dire: «bien que vous ayez réussi dans la vie; voilà ce que vous aviez vécu ou plus exactement enduré»; souvent j’avais l’impression qu’ils me narguaient en me disant: ”votre place n’est dans notre société” 

Ces gens qui ne trouvaient pas des raisons et des mots ou tout simplement le courage pour injurier, essayaient de puiser dans la guerre de libération nationale pour le faire indirectement ou, pensaient qu’en agissant ainsi ils portaient atteinte à mon l’honneur parce que j’étais fils d’un «égorgé du Front» donc un renégat.

Face à mon intégrité morale et mon dévouement ces gens m’opposaient le passé. Quel que soit le sujet abordé ou la discussion entamée, le thème récurrent pour combler le déficit intellectuel et la faiblesse morale c’était la révolution et les événements y afférents. Pour faire face à ces comportements j’avais toujours été fort intellectuellement. Je m’étais moi-même étonné du calme et de la sagesse avec lesquels j’avais toujours affronté ces comportements.

Mais une tare est restée quelque part en moi c’est celle de ne pouvoir exprimer, raconter tous ces souvenirs que je ne peux refouler en moi; parce que les refouler risque de me nuire mentalement sans que je ne m’aperçoive. Surtout ce qui est très important de mon point de vue, je veux que «les autres» sachent la vérité, le point de vue d’une «victime» des moudjahidine ou des révolutionnaires de Novembre 1954, ceux qui avaient libéré l’Algérie.

Je veux assumer ma responsabilité vis-à-vis des «autres» qui doivent savoir faire la distinction et éviter les amalgames entre victimes des exactions de la révolution et les gens qui n’aiment pas leur pays ou qui se mettent automatiquement contre leur patrie quelques soient les circonstances; car cet amalgame est malheureusement sciemment entretenu pour des raisons de profits et de conservation de la rente .

A travers mon histoire je veux que ceux qui se trompent sur certaines choses rectifient leurs erreurs. Je veux rétablir certaines vérités, non pas historiques, je n’en ai ni la stature, ni l’envie, ni la prétention; et encore moins la compétence; mais, être un témoin, qui, bien que n’ayant pas été mêlé, en subi les conséquences en l’an 2001: c’est-à-dire un témoin des temps modernes des conséquences des actes irréfléchis.

Des ignorants au sens propre du terme qui, sans s’y être préparés, s’étaient trouvé investis par les circonstances du moment, que les tenants actuels du pouvoir appellent les ”nécessités révolutionnaires“, du pouvoir de supprimer quelqu’un pour des raisons personnelles et souvent mesquines; plus grave encore, la manière atroce et horrible de l’acte (égorgement) qui pèsera lourdement pour l’avenir des enfants qui restent marqués à jamais. Notre société est impardonnable dans ce genre de situations.

C’est pour dire que subir le mal peut être un stimulant dans la vie comme c’est dans mon cas. C’est l’adage « à quelque chose malheur est bon »  qui est vérifié .

L’épreuve que peut vivre une personne malheureuse surtout pour un enfant tel que j’étais peut servir de catalyseur pour réussir dans la vie. Je prétends que j’ai réussi dans la vie surtout quand je me compare aux épreuves que nous avions enduré moi et ma famille mais je le sens plus que les autres membre de la famille parce que d’une part je suis le fils unique ensuite de part ma position intellectuelle et «administrative» parce je suis confronté quotidiennement aux contradictions de la société et tentatives de brimades morales de la part de personnes avides de vengeance et impitoyables; ceux là même qui, par leur ignorance et leur inculture avaient causé et causent encore beaucoup de mal au pays.

Ce sont ces mêmes personnes, auxquelles le régime attribue, malheureusement, des pouvoirs soit directement en leur donnant les moyens matériels et légaux, usant à satiété des biens publics, soit indirectement en les poussant par des moyens insidieux à se distinguer du peuple «ordinaire», qui essaient de maintenir le clivage en remuant le couteau dans la plaie parce que ces personnes n’ont aucune compétence ni aptitudes intellectuelles à faire valoir. Ils essaient alors d’éliminer d’autres algériens par la résurgence de souvenirs malheureux et douloureux qu’eux ou leurs semblables avaient manigancé.

Ces personnes, je les rencontre et côtoie quotidiennement. Cette division du peuple entre ceux qui étaient pour l’indépendance de l’Algérie, «les vrais nationalistes, patriotes et révolutionnaires» et ceux qui étaient contre, «les renégats, vendus à la France», s’est perpétuée pour devenir dans les années soixante dix “ennemis de l’intérieur et de l’extérieur ” et ”contre révolutionnaires“. Dans les années quatre vingt dix, l’expression “famille révolutionnaire” fit son apparition pour distinguer les rentiers du régime du reste de la population. En fait cette évolution dans la terminologie sert les rentiers de l’Algérie pour s’adapter aux situations politiques et socio-économiques du pays. C’est leur manière de perpétuer la domination par des moyens insidieux, populistes et démagogiques d’où l’exclusion de franges entières de la population.

Commentaires

  1. NARMOYARD dit :

    Merci Godsilla pour votre touchante et émouvante tribune. Votre papa, que Dieu ait som âme au paradis, a laissé en votre personnalité un humain digne de ce nom. Votre sagesse et votre sens de la vie vraie nous honorent tous, car, que de victimes après Abane Ramdane et tant d’autres innocences…. La truanderie militaro politico policière de l’état-major général de l’ALN, placée au pouvoir de l’Etat algérien naissant, constituait la réelle « troisième force ». Cette troisième force que la politique du Président de la République française et ses services secrets d’action psychologique avaient aidée à se dresser contre la révolution algérienne et surtout contre l’accession à l’exercice de la démocratie par son peuple légitimement révolté. Celà par racisme, jalousie, vengeance, nationalisme dominateur, c’est toujours, à mon avis injustifiable, inadmissible et à dénoncer et réduire.

  2. warisem dit :

    ceux qui se gargarisent de la  » famille revolutionnaire » et Mr godsilla sont du meme bords.A mon avis,chacun doit assumer son passé sans fonfaronnade,ni victimisation.Pour moi les harkis du temps de la france et ceux qui ont pillé le pays et tué le peuple depuis l’independance sont du meme acabit.Que chacun assume donc ses actes et positions.L’histoire jugera.

  3. Amghar azzamni dit :

    Godzilla nous fait là un récit trés émouvant dans sa forme, et encore plus extravagant dans son fond car cette histoire est actuellement vécue par un bon nombre d’alégériennes et algériens en quete d’une vérité historique des faits pour retrouver au final la paix dans l’ame.Exercice trés difficile actuellement pour de multiples raisonsdont la principale est celle qu’invoque notre ami Godzilla à savoir celle de la famille révolutionnaire rentiére.L’usage de ce pseudonyme car c’en est forcément un,fait valser tous les abonnés aux rentes faciles, sans labeur!Cependant,ne savent-ils pas que la justice divine existe et qu’un jour on se rencontrera tous sur le parvis d’un tribunal où nul défenseur ne sera présent hormis ce que l’on posséde d’écrit sur nos registres respectifs.
    La formule magique mais, O combien salutaire pour certains,est toujours présente en nous pour apporter un certain réconfort:  » Ya qatal wine trouh « .
    Dans l’au-delà,Dieu reconnaitra les siens!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER