FFS: priorité aux élections ou à l’ouverture aux compétences de la société civile ?

ffs1.jpgNarmotard pour « Algérie Politique » 

L’article paru dans Le courrier, intitulé « FFS: Rencontre avec la population à Béjaia », me semble trop axé, polarisé et obnubilé par les prévisions des élections de 2012, en plus de son effet d’annonce médiatique. Cependant, l’initiative prise, ce 31 mars 2010, par la fédération FFS de Béjaia, de rencontrer sa population, est certes louable et mérite nos encouragements. Elle constitue, en effet, un appel en direction des autres fédérations et sections FFS à travers tout le pays, pour en suivre l’exemple au cas où elles ne l’auraient pas déjà entrepris.
D’autre part, sachant que les élections à l’algérienne ne sont crédibles que pour l’Administration du pouvoir qui les organise malhonnêtement, mais toujours à l’avantage de sa politique politicienne, peut-on, alors parler, sans se tromper, de succès, d’échecs ou de revers électoraux ?  Personnellement, j’en doute.

Le FFS, n’a-t-il pas toujours donné la primauté aux résultats, non pas des élections, mais de l’application de la résolution du troisième congrès de mai 2000 reconduite par le quatrième congrès de septembre 2007, quant à l’ouverture du parti aux compétences de la société civile ?


Les instruments fiables pour estimer ces résultats d’une manière chiffrée, transparente et honnête, sont-ils opérationnels ? Car, il ne faut pas oublier le constat amer que le président, Hocine Aït-Ahmed avait fait le 4 novembre 2004 devant le retard effroyable dans cette application de l’ouverture, du fait du freinage sournois de la part d’une « petite caste de notables » du parti. Il disait en effet: « Le devoir du FFS, aujourd’hui et demain, est d’intégrer toutes les élites locales et régionales qui ont émergé, dans la société, des luttes sociales et culturelles. Quatre ans après, il faut dire qu’il y a quand même un déficit; ce n’est pas une raison pour se décourager. »
J’espère que ce programme bougiote ne sera pas un simple parapluie. Il devra être différent, voire à l’opposé, des fameuses manifestations populistes, dans le genre d’averses d’été (hamallât) et spécifiques aux relents contagieux de la hideuse pensée unique. Allah yasttor!

Commentaires

  1. hakim5 dit :

    doit on s attendre à une ouverture sincere a la société civile?? j en doute puisque le centre de decision (alger) est entre les mains des elus qui ont « coulé  » le FFS…

  2. Amghar azzamni dit :

    Le FFs se doit d’etre évidemment trés ambitieux dans sa course aux élections mais sans omettre de rassembler également toutes ses énergies pour une mobilisation généralisée des populations autour des idéaux portés par le programme politique du parti.Toutes les résolutions du congrés doivent etre mises en avant pour les concrétiser sur le terrain.Ce que veut faire la fédération FFS de Béjaia est une heureuse initiative car elle relance le renouement avec les citoyens par son travail de proximité.Ce procédé est tout à fait avantageux car il est direct et porteur de résultats qui ne peuvent qu’etre probants dans le cas où il est mené avec beaucoup de tact et de sincérité!
    Oui, on ne peut qu’etre d’accord avec notre camarade NARMOTARD,lorsqu’il affirme que les élections ne doivent pas etre une fin en soi.La fierté et la grandeur du FFS ne reléve pas seulement dans le fait de gagner des élections mais aussi de se propulser à niveau de crédibilité trés élevé auprés de l’opinion nationale et internationale.
    Le dernier message de son président est clair la-dessus quand il nous préconise de sortir de l’immobilisme et d’aller chercher au sein de la société tout l’appui politique dont il a besoin pour se prévaloir.
    Le FFS ne doit pas seulement subsister mais s’affermir dans son intérieur avant de s’agrandir à l’extérieur.
    Des missions d’explications auprés des citoyens restent les moyens adéquats pour asseoir solidement une consécration des idées socialistes pronées par le FFS.
    Le FFS doit à tout prix se moderniser et chercher une stratégie de pénétration de toutes les couches sociales sans verser dans un populisme dégradant utilisé autrefois par les pouvoirs qui ont gouverné le pays pendant de longues decennies.Il s’agit de dire la vérité et rien que la vérité au peuple!

  3. Amghar azzamni dit :

    Dire la vérité et rien que la vérité au peuple!C’est ainsi que le FFS gagnerait en confiance!

  4. mus dit :

    Tant que le FFS participe aux élections il légitime la façade démocratique du pouvoir
    Il faut revenir au memorandum de 2001

  5. amaghar azzamni dit :

    Entierement d’accord avec notre ami Mus: tant que le ffs continue de participer aux élections de tous genres, le ffs ne fait que donner une certaine légitimité à tous les scrutins!

  6. social dit :

    Je ne pense pas que ce que vous proposée soit suffisant (participation aux elections) pour se demarquer du pouvoir le citoyens demande des propositions et des actions qui puissent lui monter les lueurs d’espoirs
    le FFS a pris un bon depart mais nous assistons a beaucoup de faux pas malheureusement ces dernieres années il est temps de se remettre en cause et de developper une nouvelle strategie l’histoire ne pardonne pas

  7. farid dit :

    azul.existe-t-il une societe civile en algerie?au moment ou les champs politique,mediatique verouilles,les assassinats sans noms et sans visages et surtout sans enquette,sans verite et sans justice,un peuple qui creve de faim.et nous on parle de societe civile.comme si on vit en france.il n’y a pas de partis politiques ni d’institutions democratique ni de citoyens ni de gouvernement ni de president etc…en algerie il y a d’un cote la mafia criminelle avec son armee et son petrole et de l’autre cote le peuple qui creve de faim.thanmirth.

  8. Anonyme dit :

    le FFS doit faire son bilan (retrait des institutions )

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER