CNAPEST: Pétition nationale

larbi1.jpgDepuis sept ans, le secteur de l’Education nationale est secoué par de longues grèves dont les conséquences sur la scolarité des élèves sont incalculables. Elles auraient pu être évitées si les autorités avaient accepté d’instaurer un dialogue sérieux pour prendre en charge les revendications des professeurs que tout le monde qualifie de légitimes.

 

Lors de la dernière grève les pouvoirs publics ont eu recours à un arsenal répressif sans précédent: ponctions sur salaires, menaces de radiation, institution de commissions sécuritaires…Arsenal que les Algériens auraient souhaité voir déployé pour combattre la grande délinquance et la corruption.
L’inconscience de certains responsables du ministère qui, au lieu d’oeuvrer à mettre en place un dispositif qui puisse garantir un enseignement de qualité, s’acharnent à qualifier les enseignants de preneurs d’otages et les accusent d’avoir recours à des procédés terroristes. Ceci, sans mesurer les conséquences désastreuses de ces déclarations stupides sur les valeurs qui fondent l’école républicaine.

 

Comme tous les travailleurs, les enseignants revendiquent une justice salariale qui les rétablisse dans leur dignité face à une inflation dévastatrice et débridée. Parmi tous les leviers de contrôle de l’inflation, les autorités ne s’évertuent à actionner que l’austérité sélective dirigée contre les forces vives du pays (enseignants, médecins, chercheurs, étudiants…).

Sur un autre registre, les professeurs constatent que la gestion des oeuvres sociales de l’Education, dont les fonds s’élèvent à plus de 1300 milliards par an, est dilapidatrice, et ses membres, illégitimes et incompétents. Les enseignants ne comprennent pas l’entêtement des pouvoirs publics à «confier» cette gestion par l’arrêté ministériel 94/158 à une organisation syndicale qui n’est plus représentative dans le secteur. Le CNAPEST plaide pour une gestion transparente, un contrôle démocratique et une élection des commissions de gestion par l’ensemble des fonctionnaires. Dans un P.V. cosigné par le coordinateur national du CNAPEST et Mr le Ministre de l’Education Nationale, ce dernier a abrogé le dit arrêté et s’est engagé à le remplacer par un nouveau texte, en conformité avec la réalité syndicale nationale. Ce nouveau texte n’attend plus que la signature du Ministre. Processus qui se trouve, malheureusement, bloqué sans explications.

 

D’un autre côté, les enseignants, dont le métier particulièrement pénible les expose à de multiples pathologies, ne demandent que l’application des lois sur la Médecine du Travail. Encore le déni d’un droit universel: le secteur de l’Education est l’un des rares secteurs, sinon l’unique, où ces lois ne sont pas appliquées. Comment peut-on confier les élèves à des professeurs sans contrôle médical alors qu’ils exercent leur métier quotidiennement, frisant la neurasthénie ?

 

Citoyenne, citoyen, votre signature est une contribution pour :
· Mettre fin aux multiples atteintes aux libertés syndicales.
· Instaurer un dialogue et des négociations sérieuses entre le Ministère de
l’Education Nationale et les syndicats représentatifs dans le secteur.
· Valoriser le statut social de l’Educateur.
· Abroger l’arrêté 94/158 et promulguer le nouveau texte pour assurer
une gestion transparente et démocratique des oeuvres sociales.
· Créer les conditions nécessaires pour un enseignement de qualité.
· Mettre en application les lois régissant la Médecine du travail.

 

N° NOM & PRENOM
WILAYA DE
RESIDENCE
FONCTION EMARGEMENT
01
02
03
04

www.cnapest. com

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER