• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 avril 2010

Archive pour le 24 avril, 2010

Idir Ahmed Zaid, le revirement !

idir.jpg Témoignage de Ferhat Mehenni. «Avril 80. Insurgés et officiels du pourvoir racontent Le «Printemps berbère» page 112:

« Vers une heure du matin, un fourgon cellulaire pointa devant le commissariat où on me jeta avant de me menotter aux chaînes du véhicule. A coté de moi, séparé par un grillage, il y avait Idir Ahmed Zaid. J’étais loin d’imaginer qu’un jour un homme de cette qualité, devenu vice recteur de l’université de Tizi-Oouzou, allait signer une délibération par laquelle on attribua au bourreau de la Kabylie, Ahmed Ben Bella, le titre pompeux de Docteur Honoris Causa de l’université de Tizi-Ouzou ».  

Ali Mecili avait financé Imedyazen et les deux premiers albums de Ferhat Mehenni

mecili.jpgTémoignage de Ferhat Mehenni. «Avril 80. Insurgés et officiels du pourvoir racontent Le «Printemps berbère» page 103:

« En été 1978, Me Ali Mecili réussit un attelage historique entre de jeunes militants berbéristes, dont Said Sadi, et le leader charismatique du FFS, Hocine Aït-Ahmed. Avec le recul d’aujourd’hui, je me rends compte combien cet événement, que beaucoup de témoins passent sous silence, avait compté dans l’engagement du destin kabyle en 1980. Un nouveau programme politique intitulé «Algérie, pour une alternative démocratique» fut élaboré et une coopérative culturelle, Imedyazen, fut mise sur pied à Paris, au 6, rue Lesdiguières, dans le 4ème arrondissement. C’était Mecili qui en avait assuré le financement, y compris pour l’enregistrement de mes deux albums, «Chants Révolutionnaires de Kabylie (1979) et «Chants berbères de lutte et d’espoir» (1981) ».  

Accusé de corruption: Le P-DG du port d’Alger écroué

pdg.jpgLe P-DG de l’Entreprise du port d’Alger (Epal), Bourouaï Abdelhak, le directeur adjoint, Z. Madjid, ainsi que l’ex-P-DG de la même entreprise, Ali Farah, viennent d’être écroués. Le juge du tribunal de Sidi-M’hamed a également placé sous contrôle judiciaire 4 autres cadres de l’Epal. Il s’agit des nommés N. H., directeur adjoint chargé des techniques, T. M., directeur des conteneurs, A. B., directeur de la sécurité interne, et de B. A., directeur des logistiques. Le port d’Alger vient d’être éclaboussé par un scandale. La gestion des marchés d’acquisition des clarcks a été passée au peigne fin par les enquêteurs et les conclusions de l’enquête auraient été accablantes. Ainsi, le président-directeur général, l’ancien patron de cette même entreprise,  qui a occupé ce poste durant la période allant de 1993 à 2005, et qui avait été cité comme témoin dans l’affaire du naufrage du “Béchar”, et 5 autres cadres ont été présentés au tribunal de Sidi-M’hamed, jeudi dernier en fin d’après-midi, après une enquête préliminaire menée par les officiers judiciaires militaires du Département de renseignement et de sécurité (DRS), qui a duré plus d’un mois.

(Lire la suite)

El Hadi Khaldi: Le grand syndicaliste recruté par la SM

elhadikhaldi114250141.jpgTémoignage d’El Kadi Ihsene. 1979 à la faculté d’Alger.

« A mes cotes, le délégué de la 1ère année arabophone est un certain Khaldi. Il est combatif. Un camarade syndical. Il sera quelques semaines plus tard, animateur, de la grande grève des étudiants arabophones en revendication de la garantie de l’emploi à la sortie de l’université. Ligne de destin avant bifurcation. Le syndicalisme étudiant peut mener à tout. Khaldi, sans doute recruté par les services, devient un agent provocateur contre le mouvement démocratique à la faculté. Sa carrière le conduit au poste de ministre de
la Formation professionnelle à l’ère de Bouteflika. »

La Sécurité Militaire a-t-elle récupéré Said Sadi en 1982 ?

saadi.jpgTémoignage de Ferhat Mehenni paru dans l’ouvrage «Avril 80. Insurgés et officiels du pourvoir racontent Le «Printemps berbère» page 115:

 

«En mars 1982, malgré la «liberté provisoire» qui empêchait les 24 détenus de sortir du territoire algérien, Sadi vint à paris et participa à un débat organisé à la fin de mon concert à Anthony par le professeur de psychologie Mohamed Lahlou. Il était venu proposer à Hocine Aï-Ahmed de rentrer le 5 juillet 1982, pour le 20ème anniversaire de la fête de l’indépendance ou de rompre, à notre insu, l’alliance avec lui. Sadi avait une proposition pour deux postes au Comité central du FLN; Aït-Ahmed refusa après avoir pris soin de consulter ses amis dont moi-même».

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER