• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 25 avril 2010

Archive pour le 25 avril, 2010

Karim Tabbou animera une conférence le 1er mai à Ain El Hammam

tab.jpgDans un communiqué rendu public aujourd’hui, la section du Front des Forces Socialistes (FFS) de la commune de Ain El Hammam dans la wilaya de Tizi-Ouzou, invite la population à assister à la conférence-débat qu’animera le Premier secrétaire du parti Karim Tabbou, le samedi 1er mai à 14h00 à la salle de cinéma de Ain El Hammam. Thème: « Le FFS et les luttes pour les libertés démocratiques en Algérie ».

Algérie: Ferhat Mehenni est en train de réveiller les démons

ferhatmehenniun.jpgBakir Dadi pour « Algérié Politique »

Le problème kabyle est complexe et il est très mal posé tant par les pro que les anti kabyle. Est il linguistique ou ethnique ? Bien malin celui qui peut identifier le kabyle de l’arabe ou du turc. L’histoire tumultueuse de l’Algérie , et les conditions écologiques propices à la transhumance ont brassé les populations dont le socle est resté certainement berbère qui a été arabisé surtout après les invasions hilaliennes particulièrement dans les plaines et piémonts zone de transit de déplacement et d’échange commerciaux.

L’État avec la répression qu’il a menée contre les Berbèrophones et sa politique culturelle porte une grande responsabilité dans la crise identitaire et politique que connaît le pays. L’enseignement de notre histoire comme celle notre révolution a été sciemment déformé. Ferhat Mhenno et ses militants veulent le beurre et l’argent du beurre, les Kabyles occupent, et en bon nombre, beaucoup plus que leur importance numérique des postes importants dans toutes les institutions étatiques et secteurs économiques. Ils sont bien mieux représentés que les habitants de plusieurs régions marginalisées du pays qui pourtant sont riches en ressources pétrolières, il est entrain, consciemment ou non de réveiller les démons et de créer les conditions de graves dérapages.

Mais qui vous a mandaté de parler au nom des Kabyles ?

mak.jpgAman pour « Algérie Politique » 

Ce qui m’attriste le plus lorsque je suis ce pseudo-débat sur l’autonomie de la Kabylie, c’est que le sentimentalisme nous aveugle profondément et nous rend incohérent. De sa profession de journaliste, Boudjemaa Medjkoum nous donne son point de vue pour alerter les Algériens ! Il ne s’agit pas de se lamenter sur des chiffres (d’ailleurs, comprenez-vous seulement le sens d’une mobilisation), mais d’essayer de maîtriser les mécanismes politiques, les rapports au pouvoir qui sont en jeu. Certains doivent révisez donc leurs cours d’histoire avant de parler de quoique ce soit ! Il s’agit de politique pas d’états d’âme ! C’est pour cela que l’Algérie n’avance pas, se bride, s’inhibe, s’isole, s’enferme,… Nous refusons toute entreprise parce qu’elle est “trop ceci et pas assez cela”, nous sommes trop individualistes ! Il faut sortir de son patelin et voir ce qui se passe ailleurs.

Je rappelle que le mythe berbère est une pure fabrication de la colonisation, Arabes comme Berbères ont certes vécu en relation et mariage exclusifs, mais avec des alliances solides. Intéressez-vous aux dernières recherches scientifiques à ce sujet, au lieu de vous installez dans vos élucubrations et fantasmes. Ne faisons pas comme l’Arabie Saoudite avec son pseudo-élitisme dynastique. Moi aussi j’entends respecter ma lignée, mais ce n’est pas la question ! Souhaitez-vous que je rappelle l’origine nomade des Berbères et Arabes ! Il y en partout, mais des Arabes aussi. Qui aujourd’hui peut prétendre au “sang pur”. Valorisons le patrimoine divers et varié, plutôt que de sombrer dans le nationalisme. Menons des actions culturelles. Revenons à nos véritables préoccupations du jour ! Les manipulations médiatiques, les usurpations d’intérêts collectifs pour soi, les communications politiques,… la liste est très très longue. Et puis pour être soit-disant dans le concret, intéressez-vous au nombre de femmes qui se font violées tous les jours ou qui sombrent dans la prostitution car elles n’ont aucune aide financière, vous savez bien de quoi je parle si vous ne faîtes pas semblant d’ignorer le problème, de ces orphelins qui n’ont pas de toits, il n’y a qu’à voir une association dont je ne citerai pas le nom, qui, parce que le principal dirigeant est décédé, n’a plus de soutien,…

(Lire la suite)

L’Algérie est à quelques centimètres de l’éradication du terrorisme

miloudchorfi1.jpgIl ne parle pas de l’autoroute Est-Ouest, ni du métro d’Alger, mais de l’éradication du terrorisme.  Miloud Chorfi, porte-parole du RND, a animé hier une conférence à la Maison de la culture de Béjaia. Dans le volet lié à la sécurité, Chorfi reconnaît que des poches de terroristes écument toujours les maquis mais, rassure-t-il, «notre pays est à quelques centimètres de l’éradication de ce fléau.»

Un avion présidentiel au service du général Atailia

atailia.jpgNous apprenons d’une source sûre que le le général Mohamed Atailia a subi une angioplastie coronaire en France. A son arrivée à Paris le 22 avril, le général Atailia  a été pris en charge dans une clinique, ajoute notre source. Il est rentré aujourd’hui dimanche à Alger dans un avion mis à sa disposition par la présidence de la République. El Mouhtarem 

Les forces de l’ordre ont opéré une descente au Centre des affaires de Zeralda

maire.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique » 

Le centre des affaires de Zeralda a été hier matin le théâtre d’une descente musclée opérée par les forces de l’ordre qui ont effectué une perquisition sur les lieux de l’opération. Selon des témoins oculaires, les forces de l’ordre ont agi sur ordre du wali d’Alger après les révélations faites la semaine dernière par le premier magistrat de la commune de Zeralda, élu sur une liste indépendante en 2007, Mouhib Khatir. Ce dernier avait dénoncé mercredi dernier lors d’une conférence de presse à la Maison de la Presse les agissements d’une bande, composée d’une jeune femme de 26 ans, L.I, une ancienne danseuse de cabaret mariée à un énergumène notoire et plusieurs fois repris de justice, un ancien DEC et l’ex maire d’obédience FLN, un ancien chef de parc qui sont tous aux ordres d’une caste d’intouchables qui fait régner sa propre loi, celle de la corruption.

Ce cartel, a, selon le conférencier, réussi à s’introduire dans tous les rouages de l’Etat, y compris les services de sécurité et la justice pour imposer sa domination sur tous les projets de la commune. Ils ont pris le contrôle du Centre des affaires d’une surface de 2723m2 pourtant propriété de la commune pour y faire leur quartier général et un lieu de débauche. Cette bande a transformé le centre des affaires en un cabaret et en maison close de 32 chambres. Ils ramènent de la wilaya de Relizane les jeunes filles qu’ils font travailler 24h sur 24h à raison de 5000 DA l’heure. L’ancien P/APC, membre influent de ce cartel leur a loué le centre à raison de 400.000 DA le mois alors que le prix du loyer était estimé au départ à 400.000 DA mensuel.

(Lire la suite)

Karim Tabbou: «Le MAK est une diversion du pouvoir»

tab.jpgUne conférence-débat a été animée vendredi après-midi par le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, à la salle des fêtes de la ville des Ouadhias. Cette rencontre sur «La prise en charge effective de tamazight» a été mise à profit pour évoquer l’histoire contemporaine de l’Algérie. L’orateur reprendra le fil de la revendication amazigh, depuis 1949 jusqu’à l’indépendance, et reviendra sur la création de son parti et sur les maquis de 1963. «En 1962, le peuple a gagné la guerre, mais il a perdu la paix. Et, en voyant l’énorme dérive d’après-guerre, Hocine Aït Ahmed crée le FFS pour remettre le train sur les rails et rendre aux Algériens leurs droits et leur liberté confisqués. Hélas, le pouvoir d’alors a redoublé de férocité et de répression qui a coûté la vie à 400 de nos valeureux militants et la blessure de 3000 autres», a lancé le responsable du FFS qui est également revenu sur le printemps berbère, la création de la première Ligue des droits de l’homme en 1985, les événements de Constantine de 1986 et ceux de 1988.

(Lire la suite)

Cachetiers de la radio algérienne: Les grévistes interpellent le DG

radio.jpgNi officiellement suspendus ni franchement licenciés, ils sont loin d’être réintégrés. Plus d’un mois et demi après avoir «osé» dénoncer publiquement leur situation socioprofessionnelle précaire, les 7 journalistes et réalisateurs cachetiers de la station de radio El Bahdja sont comme suspendus à un crochet de boucher. De «l’arbitraire» dans toute sa splendeur, un «chantage alimentaire» qui ne dit pas son nom, une « situation kafkaïenne » pratiqués par un média public, la Radio algérienne, à l’endroit d’une frange de son personnel.

Le collectif des grévistes d’El Bahdja a dénoncé, hier, lors d’un rassemblement devant le siège de la station algéroise, une situation jugée «intenable», leur statut d’éternels «précaires» auquel la direction de l’Entreprise nationale de radiodiffusion (ENRS) ne semble pas prête à remédier malgré les «engagements» pris par Toufik Khelladi, son DG, de réintégrer les membres du collectif empêchés de reprendre du service depuis leur mouvement de grève, le 7 mars dernier.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER