• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 27 avril 2010

Archive pour le 27 avril, 2010

Oui, le ridicule n’a jamais tué personne, hélas !

ridicule.jpgBoudjemaa Medjkoun pour « Algérie Politique »

Tout d’abord, je voudrais m’adresser au(x) modérateur(s) du blog (annidal). Il est vraiment regrettable de laisser apparaître de tels commentaires qui n’honorent en rien cet espace censé être plutôt un espace respectable de débat et de confrontation d’idées. Cela ne fait guère honneur. Loin de moi l’idée de vous suggérer de verser dans la censure ou toute autre forme de restriction, mais, tout simplement, d’honorer votre engagement, car, il y va bien, de votre engagement, quant aux articles publiés, même si vous n’en partagez pas le contenu. 

A ce propos, bien qu’appréciant à sa juste valeur la reprise de cette modeste contribution, destinée au blog Algérie Politique, sur votre espace, qui mérite, par ailleurs, mes félicitations et mes encouragements les plus sincères, je vous demande que mes écrits ne soient plus repris dans l’avenir, si, tant est qu’il vont servir, uniquement, à susciter des polémiques stériles et libérer les pulsions haineuses d’énergumènes vils et indignes de tout combat, même d’arrière garde. J’ose, par ailleurs, espérer que cela n’est que l’oeuvre d’une mégarde de votre part.    

(Lire la suite)

Les motivations qui ont été à l’origine de la création du MAK…

makabyliebg000.pngNarmotard pour « Algérie Politique » 

Les motivations qui ont été à l’origine de la création du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) sont diverses, mais convergent toutes, me semble-t-il, vers le même rejet du régime arbitraire de la RADP. Ce féroce régime qui réprime les libertés démocratiques, les droits de la personne humaine tels que reconnus par la Constitution et les Conventions internationales. Cet incompétent et totalitaire régime massacre et ampute l’identité algérienne en dépit de la réalité du terrain. Il impose son seul point de vue, par la force de “sa” loi que le parlement béni oui oui, acquis dès le départ, entérine sans opposition crédible, la bouche ouverte quelques fois pour rechigner, mais l’estomac et les comptes bancaires remplis à craquer. C’est le but recherché.

Ce régime inqualifiable se permet ainsi de rejeter “globalement et dans le détail” les propositions politiques constructives dans l’intérêt général, à la fois de la société et de l’Etat démocratique et social, ainsi que les légitimes et raisonnables revendications citoyennes. Le défaut de satisfaction de ces dernières entraîne inéluctablement soit la radicalisation de la résilience, soit le désespoir par le phénomène compréhensif et regrettable des harraga, soit, enfin, par la fuite en avant en exigeant le droit à l’autonomie interne, sans couper cependant le cordon ombilical qui transmet le même régime toxique, sinon l’indépendance aventurière et irréaliste.

(Lire la suite)

Taoufik Ben Brik libéré

benbrik.jpgLe journaliste et opposant tunisien Taoufik Ben Brik a été libéré mardi après six mois d’emprisonnement, une peine à laquelle il avait été condamné pour violence dans un procès qualifié de politique, a indiqué à l’AFP son épouse Azza Zarad. «Il a été relâché à 06H00 (nldr: 05H00 GMT) après avoir purgé la totalité de sa peine, pas un jour de moins», a-t-elle indiqué, ajoutant que son mari l’avait appelée pour lui annoncer sa libération. Taoufik Ben Brik, 50 ans, a quitté la prison de Siliana, dans le nord-ouest tunisien, où il avait été transféré suite à sa condamnation en première instance le 26 novembre 2009. Il devait rejoindre son domicile à Tunis.

(Lire la suite)

Évènements de Zemmouri: 20 manifestants entendus par le juge d’instruction

emeutes9.jpgLe procureur a entendu, lundi, le policier auteur du coup de feu ayant entraîné la mort du jeune Hamza et a remis le dossier au juge d’instruction pour poursuivre l’enquête. Par ailleurs, trois personnes de la localité de Zemmouri ont été placées sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal de Boumerdès pour les chefs d’accusation: attroupement, dégradation de biens de l’État et agression contre les forces de l’ordre. Dix autres personnes accusées également d’attroupement ont été présentées au juge en citation directe alors que six mineurs ainsi que trois autres personnes majeures accusées d’avoir pris part aux manifestations ont été libérées, rapporte Liberté.   

Messieurs du FLN, mettez ce sigle appartenant aux Algériens au musée

boutefbelkhadem.jpgSmail Lamrous pour « Algérie Politique » 

En quoi la composition du bureau politique du FLN intéresserait encore le peuple algérien. Depuis 48 ans qu’il est au pouvoir a-t-il réglé  ou soulagé le quotidien des populations ? Bien au contraire, il a enfoncé chaque jour qui passe, la mal vie dans le cœur des modestes ménages.  Une véritable association de dilapideurs des deniers de l’Etat algérien. Passés maîtres de la corruption, ce groupe au commande des affaires publiques n’a fait que semer l’enseignement de cette pratique devenue une véritable culture à tous les niveaux de responsabilité de l’administration algérienne. Ce pseudo parti politique est à l’origine de l’apparition en Algérie d’une ploutocratie gloutonne qui arrange toutes ses lois par voie d’ordonnance pour asseoir un pouvoir politico-financier incluant pour elle une perduration et une continuation dans son processus de dilapidation dans la plus totale impunité. Un véritable sérail qui a placé en permanence dans les différents rouages de l’Etat, des sbires qui lui servent de levier d’action et d’interventions sournoises dans toutes les dépenses publiques. Il est évident que des rabatteurs puisés dans ce sérail que l’on retrouve au niveau des instituions subalternes de l’état, telles que les APC,APW , Wilaya , Daïra et associations affiliées, servent de relais importants dans des acquisitions frauduleuses de biens. 

(Lire la suite)

Algérie: Le P/APC de Zeralda sous contrôle judicaire

khati.bmpAbbes Said pour « Algérie Politique »

Rebondissements dans l’affaire du centre des affaires de Zeralda (Alger) qui continue à faire couler beaucoup d’encre. Le président de cette commune, Khatir Mouhib a été placé dimanche sous contrôle judiciaire par le procureur général prés la cour de Blida pour détournements d’argent. Dix autres personnes de la commune ont également connu le même sort dont la nouvelle directrice du centre. Le mis en cause, auteur de la plainte contre le groupe qui squatte le centre des affaires depuis des années se retrouve au banc des accusés. Contacté hier matin par téléphone, le P/APC avait du mal à digérer ce qui lui arrive : «de plaignant, je me retrouve au banc des accusés. Pourtant c’est moi qui suis l’auteur de la plainte contre cette bande. Lors du dépôt de plainte j’ai accusé ces personnes d’avoir détourné la somme de 300 milliards de centimes. Au final, le rapport établi par la gendarmerie nationale ne mentionne que 15 milliards de centimes. D’ailleurs, c’est le chiffre avancé par le procureur général de la cour de Blida. Aussi, j’en appelle au ministre de la Justice pour qu’il diligente et dans les plus brefs délais une enquête approfondie afin de déterminer avec exactitude la complicité de chacun d’eux.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER