• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 28 avril 2010

Archive pour le 28 avril, 2010

Photo souvenir: Khalifa et Sidi Said

sidisaid.jpg

Feu vert de Londres à l’extradition de Khalifa vers l’Algérie

khalifadrcopy.jpgLe ministre britannique de l’Intérieur Alan Johnson a donné mercredi son feu vert à l’extradition de l’ex-magnat algérien Rafik Khalifa vers son pays, a indiqué une porte-parole du ministère. «Le ministre de l’Intérieur a décidé aujourd’hui (mercredi) d’ordonner l’extradition de Rafik Khalifa», a précisé cette porte-parole, ajoutant: «Une lettre exposant les raisons de cette décision a été envoyée aux avocats de Rafik Khalifa».  «Nous allons faire appel», a déclaré dans la foulée à l’AFP Anita Vasisht, avocate de M. Khalifa. Selon elle, M. Johnson a «accepté les garanties diplomatiques» de l’Algérie concernant la sécurité de son client dans son pays.  Le délai pour déposer un appel est de 14 jours, a-t-elle précisé.

La justice britannique a autorisé en juin 2009 l’extradition vers son pays de M. Khalifa, condamné par défaut en mars 2007 à la réclusion à perpétuité notamment pour faillite frauduleuse.

(Lire la suite)

La provocation de trop des gendarmes en Kabylie

gendar.jpgPar K. A

Une scène obscène s’est produite ce matin (mercredi 28 avril 2010) à la brigade de gendarmerie nationale de Yakouren dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Au niveau de cette brigade, les gendarmes relèguent au dernier rang le respect des citoyens. Après avoir soupçonné un gendarme d’avoir proféré une insanité à l’encontre d’une parente à lui, un citoyen a demandé au gendarme de répéter ce qu’il avait dit. «Je lui ai dit que tu es une pute», lui répond le gendarme.

Devant cette scène insupportable, un citoyen répondant aux initiales D. L. est sorti de la salle d’attente où il attendait son tour. Le gendarme lui demande de revenir. «Quand tu te va respecter et respecter les gens,  je vais revenir», lui dit D.L. Devant son intransigeance, trois autres gendarmes se sont approchés de lui pour le faire rentrer. D. L. qui a expliqué qu’il était avec un parent a tenu à rappeler aux gendarmes qu’ils sont censés faire l’ordre et non le contraire et qu’ils sont là pour protéger les citoyens. Peine perdu. «R’nek » (Allez vous-en) lui rétorque un gendarme. Une provocation de trop. A vous d’en juger.

A l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse

copiedebens31.jpgNadir Benseba, membre du syndicat national des journalistes (SNJ) et coordinateur du Centre d’Alger de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), recevant un prix des mains de M. Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND) et ancien chef du gouvernement, lors d’une cérémonie organisée le 3 mai 2008 à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse qui coïncide avec le 3 mai.

Pour rappel, Ahmed Ouyahia est l’artisan en 2001 des amendements du Code pénal et de l’article 144 bis, pénalisant les délits de presse, qui énonce qu’est « punie d’un emprisonnement de 3 mois à 12 mois et d’une amende de 50 000 à 250 000 DA ou de l’une de ces deux peines seulement, toute personne qui offense le président de la République par une expression outrageante, injurieuse ou diffamatoire, que ce soit par voie d’écrit, de dessin ou de tout autre support de la parole ou de l’image ou que ce soit par tout autre support électronique, informatique ou informationnel ». 

L’article 144 bis 1 précise que si « l’outrage » est le fait d’une publication quelle que soit sa périodicité, les poursuites prévues à l’article précédent sont engagées contre le rédacteur de l’article, les responsables de la publication et, fait nouveau dans la législation algérienne, contre la publication elle-même. En plus des peines de prison et des amendes encourues par les journalistes, la publication aussi est passible d’une amende de 500 000 à 2 500 000 dinars algériens.

Le Maire de Zeralda a touché aux intérêts d’un lobby né dans les années 90

maire.jpgKadder pour « Algérie Politique »

Ce jeune maire a touché aux intérêts d’un lobby né dans les années 90, durant les années rouges et constitué à la base de 2 DEC: l’un en fuite, l’autre décédé. Puis est arrivé un maire FLN, imposé. Durant cette période, plusieurs biens communaux ont été accaparés, dont ce centre des affaires ainsi que la forêt domaniale à l’entrée du complexe touristique de Zeralda, pour y faire de la promotion immobilière.
C’est là où a été tournée “Imarate hadj lakhdar” et où plus récemment des délégués au dernier congrès du FLN ont été hébergés. Le maître des lieux, comme celui qui veut à tout prix s’accaparer le centre des affaires appartiennent à un clan du RND, très puissant. Le proprio des imarate s’est aussi accaparé le domaine maritime en installant des jeux, après avoir rasé la forêt de pins centenaires, propriété des Eaux et Forêts, inaliénable et incessible. L’hôtel situé au centre des affaires a effectivement été transformé en une sorte d’hôtel de passe clando, avec un cabaret au rez-de-chaussée dont la fermeture se terminait toujours par une bagarre ou un tapage nocturne provoqué par des gens ivres. Tout le quartier peut en témoigner.
C’est contre ces gens qui se placent en dehors des lois du pays que Khatir se bat. Son tort c’est d’être un candidat indépendant à l’écoute de la population. Que faire ? Changer de population ? de Pays ? de Régime ???

Décès de Baya Gacemi: Deux poids… deux mesures

baya.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

Ils sont tous venus. Ils étaient tous là ! Non pas pour assister au recueillement à la mémoire de la journaliste Baya Gacemi, décédée lundi à Paris des suites d’une maladie, mais pour se faire voir par le Consul de France qui était là, visiblement bien présent. Ils se sont bien évidemment les éditeurs de presse, ce cartel qui régente la publicité privée et qui veut se poser en champion des libertés et de la démocratie. Pourtant, une semaine auparavant, décédait, le journaliste Mohamed Issami, seul dans sa chambre sécuritaire à Sidi Fredj et inhumé dans sa ville natale à Tiaret dans l’anonymat le plus total sans pouvoir bénéficier d’une telle « solidarité » hypocrite qu’ils ont bien voulu montrer pour Baya Gacemi. (…) Llah irahmek Baya, Llah irahmek Issami, vous avez quitté ce monde de l’hypocrisie.

Liamine Zeroual a finalement accepté l’Audi A8 que lui a offert Bouteflika !

zero.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

L’ancien chef de l’Etat Liamine Zeroual a finalement accepté la voiture une Audi A8 que lui a offert le président Abdelaziz Bouteflika. Le 21 février 2008, Bouteflika venait d’offrir des voitures de marque Audi A8 à tous les anciens chefs d’Etat dont Ahmed Benbella, Ali Kafi et Chadli Bendjedid. Seul Liamine Zeroual avait décliné à l’époque l’offre présidentielle. Or, aujourd’hui la réalité est tout autre. L’ancien président a été aperçu lors de l’enterrement, il y a quelques jours, de la sœur aînée de Ali Benflis, à Batna à bord de cette voiture conduite par son fils. Comme quoi les positions politiques ne peuvent résister aux tentations et ne tiennent qu’à un….seul  fil conducteur.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER