Archive pour avril, 2010

Recueillement à la mémoire de Mecili à Paris

hpim1086.jpgDe Paris R.H 

Mme Mecili a déclaré, hier, sa satisfaction suite à la traduction du diplomate Mohamed Ziane Hasseni en témoin assisté. Lors de la traditionnelle cérémonie de recueillement à la mémoire de Maître Ali Mecili, l’opposant algérien assassiné en 1987, au cimetière Père Lachaise à Paris, sa femme, Annie, a animé un point d’information sur l’affaire en cours après que les juges en charge de l’enquête  ont refusé d’ordonner un non-lieu en faveur du diplomate Mohamed Ziane Hasseni. Cela permettrait de poursuivre l’affaire, a affirmé Mme Mecii.
La cérémonie a réuni, comme à son habitude, la famille politique intergénérationnelle de l’opposition démocratique, des anciens et des nouveaux, des cadres et anonymes, amis, témoins, acteurs, … et quelques curieux.  La cérémonie a été simple mais d’une grande dignité. Hocine Aït-Ahmed, rayonnant et flegmatique, était présent. Il n’y a pas eu de message cette année. 
Léa, Mecili la fille, a choisi la lecture de quelques poèmes pour l’occasion. 
La journée printanière parisienne n’a pas tenu toutes ses promesses. La grisaille a tout de même sévit. Mais la tombe de Ali Mecili a fleuri. Sa mémoire aussi.

Cette réclamation de HRW autorise à espérer qu’elle soit suivie de décisions positives

humanrightswatchlogo.jpgNarmotard pour « Algérie Politique »

Nous faisons, malgré nous, partie intégrante de la communauté internationale. Et nous travaillons sérieusement et méthodiquement à l’instauration de la citoyenneté du monde à travers la construction de la société civile internationale. Le militant des droits de l’homme de toujours, AÏT AHMED Hocine, aidé par la chancellerie du FFS à l’étranger, sont à pied d’œuvre pour cela. 

Cette réaction épistolaire de Human Rights Watch, réclamant des explications écrites et justifiées au ministre de l’Intérieur, monsieur Yazid ZERHOUNI, au sujet de la tentative malintentionnée, arbitraire et vaine, visant à faire capoter la tenue règlementaire et statutaire du troisième Congrès de la LADDH, me réconforte moralement, comme étant la première bataille à gagner dans la longue lutte contre l’arbitraire du pouvoir de la R.A.D.P.

(Lire la suite)

En utilisant ce thème de passeport, Zerhouni veut asseoir son autorité directe sur la DGSN

zerhouni512309204.jpgSmail pour « Algérie Politique »

J’ai suivi l’intervention du Ministre d’Etat, mes remarques sont les suivantes:

- Je ne comprends pas pourquoi M. ZERHOUNI intervient depuis des mois sur un sujet technique de la compétence exclusive des ingénieurs. Même l’histoire du Hijab et de la barbe relève des normes techniques définies par l’Organisation de l’aviation mondiale.

Est-ce qu’il n’a pas assez de travail qu’il l’attend depuis dix ans sur l’organisation et le fonctionnement de nos collectivités locales ?

- Depuis la mort de feu Tounsi, il est constaté une main mise totale sur la DGSN, situation qu’il n’a jamais pu avoir du vivant d’el marhoum ( les images de la télé du DGSN par intérim reflètent la faible personnalité de ce dernier. Normal, il y a quelques semaines, il était directeur de la PJ et d’après ses collègues de Boumerdes, c’était déjà un costume non adapté).

(Lire la suite)

Algérie: Demandeurs de passeports ou délateurs ?

passeportalgerie295x300.jpgLahcene pour « Algérie Politique »

Le « réserviste » qui est intervenu sur le passeport biométrique a finalement bien raison. Qu’est-ce qui empêche en effet le ministre de l’Intérieur et ses services de coordonner leur action avec le ministère de la défense nationale pour l’obtention des informations concernant les camarades de contingent d’un demandeur de passeport biométrique ? Comme ils auraient pu également en faire de même avec le ministère de l’éducation nationale ou de celui de l’enseignement supérieur pour les noms des camarades de classe et de promo… et ainsi de suite.

Cela est pourtant faisable et à leur portée. Pourquoi ne l’ont-ils donc pas fait ? Leurs effectifs et leurs moyens sont pourtant presque illimités. Auraient-ils reçu une fin de non recevoir du ministère de la défense ? Si c’est le cas, quel en est le motif ? Et pourquoi ce dernier ne réagit-il pas, d’autant plus qu’il s’agit de questions qui semblent toucher à la sécurité du pays ? Serait-ce alors une reconnaissance implicite de l’existence de plusieurs pôles de pouvoirs au sein d’un même gouvernement ?

(Lire la suite)

Congrès de la LADDH : HRW écrit à Zerhouni

 

humanrightswatchlogo.jpgNew York, le 8 avril 2010.

M. Noureddine Yazid Zerhouni,Ministre de l’Intérieur et des collectivités locales

 

Monsieur le Ministre,

 

Human Rights Watch se permet de vous écrire afin de réagir aux refus tardif des services de la direction de la réglementation et des affaires générales de la Wilaya d’Alger d’autoriser la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) de se réunir dans une salle de réunion publique, perturbant ainsi le bon déroulement de leur congrès.

 

Cette décision de ne pas autoriser la tenue du 3e congrès de la LADDH au centre de la Mutuelle des travailleurs des matériaux de construction de Zéralda (MTMC) nous semble être une violation de la liberté de réunion garantie par le droit algérien et par le droit international. Human Rights Watch réclame que les autorités algériennes cessent les pratiques arbitraires allant à l’encontre des libertés politiques des Algériens et que chaque restriction à celles-ci soit justifiée par la loi, motivée par les justifications précises,, valides et conformes aux engagements internationaux en matière des droits humains, y compris le fait que chaque restriction doit être strictement justifiée par les exigences de la situation en question.

(Lire la suite)

Leur passeport biométrique a plus de valeur que la Constitution…

passeportalgerien150x150.jpgR.Z pour « Algérie Politique » 

Monsieur Talbi, je refuse de croire que vous puisez dans le même argumentaire que Zerhouni qui, dans une débauche d’énergie, est allé dans tous les sens pour faire croire à l’opinion que les nouvelles procédures (CNI & passeport biométriques) sont adoptées dans l’intérêt du citoyen. Vous rendez-vous compte de ce qu’il a avancé dans sa conférence de presse (sans presse) ? « L’Administration algérienne (la pauvre) ne maîtrise pas encore l’état civil des citoyens, que le tissu social s’est disloqué, que la capitale – du fait de l’exode rural- est devenue n’importe quelle autre ville de l’Algérie profonde …» a-t-il déclaré, en ajoutant: «Nous ne connaissons pas tout le monde (sic !) Qui peut penser un seul instant que les puissants services algériens ignorent la vraie identité de chaque Algérien, que de 62 à 2010 et après tant de recensements elle ne maîtrise pas encore le fichier de l’état civil ? Allons !

Pour ce qui est de la photo (hidjab ou pas hidjab, barbe ou pas barbe), n’ayons pas la mémoire courte ! Il a fallu que l’Algérie figure dans la fameuse liste «noire» des pays à faire «passer au scanner», pour que les autorités crient à l’indignation, convocation de l’ambassadeur américain à Alger et tout le branle-bas que l’on sait sou le faux, fallacieux et hypocrite prétexte que c’était une atteinte à la dignité des Algériens ! De quelle dignité ces mêmes autorités veulent-elles parler quand elles demandent à ces mêmes Algériens de mentionner sur leur formulaire des noms de camarades du primaire ou du Service national, adresse, numéro de téléphone … ? Cela voudrait dire que les informations contenues dans les passeports «non biométriques» sont fausses ? Un Algérien qui s’appelle Mohand Ou M’hand n’est pas dingue de se présenter sous le nom Mohan Ou Achour…

(Lire la suite)

Algérie: le régime militaire qui gère l’Etat est à nu

boute.jpgNarmotard pour « Algérie Politique » 

Je soutiens la prise de position de la LADDH sur le passeport biométrique.
J’ajouterais que le régime militaire et policier qui gère l’Etat algérien depuis l’indépendance en 1962, est à nu.
Il n’a plus rien à cacher quant à sa politique contre la citoyenneté algérienne, mais orientée subtilement dans le sens de la sujétion des Algériennes et Algériens.

A l’extérieur, ce régime fait la politique qui plaît aux Etats dont les multinationales partenaires étrangères garantissent la corruption obligée et font roi ou président, qui leur conviendra.
Tandis qu’à l’intérieur, sous climat de violence chronique subtilement entretenue, il impose l’extraction du renseignement sur l’intimité de la personne humaine ainsi que sur celle de l’entourage affectif ou professionnel de cette dernière.
Ce renseignement de la vie privée sera, conformément aux accords signés officiellement avec Interpool “anti drogue, anti délinquance et anti terroriste”, mis fatalement à la disposition des services secrets étrangers. Sachant que ces derniers ont formé et équipé les nôtres, après avoir pipé les dés du jeu, afin de mieux juguler et écraser un éventuelle revendication populaire qui serait tentée, un jour peut-être, de mettre un terme définitif au pillage et au bradage de ses richesses nationales algériennes.
Pire encore, le régime en place se permet de payer une société étrangère, selon la LADDH, pour gérer le fichier national. Hélas, le tollé éventuel des Algériens ne pourrait, me semble-t-il, aboutir, chez nous, qu’à une boucherie répressive à ajouter en plus, sur la trop longue liste.

(Lire la suite)

Algérie: Formulaire et scanner corporel …

scannercorporel.jpgR.Z pour « Algérie Politique »

Puisque vous y êtes et qu’il faut tout vous dévoiler pour avoir sa carte d’identité ou son passeport, allez-y ! et comme dirait  le poète Darwich, «inscrivez !»: vous êtes sûr que vous ne voulez pas aussi le nom de ma copine du collège, celui du chien de ma vieille voisine, une brave dame que Dieu ait son âme ? Si cela n’assouvit pas votre curieuse et indécente curiosité, je vous cite les noms, pas de deux ou trois, mais de tous mes camarades de classe du primaire, cela datait de la défunte Révolution agraire. Pour précision, beaucoup d’entre-eux se sont cassés au Canada et d’autres se sont convertis en harraga…

Je ne sais pas s’ils sont encore de ce monde, je vous livre aussi le nom de mon ancien enseignant de langue arabe au collège, un Egyptien qui adorait la chaise de son bureau comme sa belle montre et les fins de mois et celui de mon ancien prof de maths, un Français qui savourait beaucoup la bière qu’il trimbalait dans sa bagnole… 

Vous êtes sûr que vous ne voulez pas avoir aussi les coordonnées de mon cordonnier, de mon médecin de famille, de mon boulanger, de mon coiffeur, de mes collègues de travail ? Je plaisante, je suis chômeur. Je vous compense ça en vous listant les noms de tous les chercheurs d’emploi du quartier et au  passage, même ceux de tout le village, sauf que là, il va  falloir un autre formulaire et mêmes plusieurs supplémentaires…

Je vous fais aussi le détail de tous les camarades avec qui j’ai passé le Service national… Mais où avais-je la tête ?! J’en étais dispensé… Mais je vous répertorie à la place – et même si c’est facultatif – ceux de mon voisin  et  même ceux qui ont quitté leur caserne en fuite, sans permission pour passer chez eux les fêtes de l’Aïd 88 … Je vous couche aussi les noms de tous les militants de mon parti politique, même si je sais vous le savez déjà sur le bout des doigts sans le biométrique…  je vous mets sur la table les noms et prénoms  de toutes les personnes des quartiers non résidentiels et qui ont boycotté le dernier scrutin présidentiel…

(Lire la suite)

LADDH: « La procédure de «fichage» des Algériens n’est pas acceptable »

boucha.jpgDe l’ensemble du territoire national et de l’émigration la LADDH reçoit des messages «affolés» traduisant l’inquiétude des citoyens concernant les nouvelles dispositions pour la délivrance des pièces d’identité et en particulier du passeport. La procédure de «fichage» des Algériens par le ministère de l’intérieur n’est pas acceptable car elle porte atteinte à la vie privée, droit fondamental de chacun.
Par ailleurs, confier la confection d’un fichier national approfondi à une société étrangère, de surplus privée, est une décision qui porte gravement atteinte à la souveraineté nationale.

La LADDH ne comprend pas les motivations de l’Administration qui paie une société privée étrangère pour gérer le fichier national. Inconscience et légèreté sont les premiers qualificatifs qui viennent à l’esprit. Pour mémoire il faut noter que le gouvernement français, devant les mêmes impératifs, a fait marche arrière dans ce même type de démarche, suite au tollé soulevé auprès de l’ensemble des élus par la décision de ficher les citoyens de cette manière pour des motifs sécuritaires. Il a retiré le marché à cette même société prestataire pour le confier à une entreprise publique.
La Laddh demande de stopper d’urgence cette procédure administrative en attendant de réfléchir à la meilleure façon de concilier impératifs sécuritaires et policiers et respect des libertés individuelle des citoyens.

A Noureddine Zerhouni alias Yazid

zerhouni512309204.jpgRéserviste pour « Algérie Politique »

J’ai effectué mon service national comme bon nombre des enfants du peuple algérien. Et une des choses fondamentales que l’on m’y a appris est de garder le silence et le secret sur tout ce que j’ai appris et vu durant mon service militaire. On m’a aussi appris de ne dénoncer mes camarades sous aucun prétexte.
Alors, si vous voulez les noms de mes camarades de contingent, je crois qu’il vous suffira de les retracer simplement à partir de mes noms et prénoms ainsi que de ma date et lieu de naissance figurant sur ma demande d’établissement de ma CNI. Je dois certainement figurer, avec tous mes camarades de contingent, sur un fichier de personnes ayant déjà effectué leur service militaire. Ce genre de fichier doit très certainement exister au niveau des structures concernées du ministère de la défense nationale (MDN). Je vous invite donc à vous rapprocher de ces dernières et de leur soumettre votre demande. Elles sont les mieux indiquées à vous communiquer les renseignements que vous désirez obtenir à ce propos.

L’autre avantage d’une telle démarche est de vous permettre, par la même occasion, d’avoir une confirmation de ma «véritable identité», à moins que vous ayez un doute sur la crédibilité du MDN en tant que «Répondant».
Une autre possibilité consisterait à demander au MDN d’autoriser, publiquement et officiellement, l’ensemble des réservistes à vous divulguer ces renseignements.
Faute de quoi, toute tentative de votre part à m’imposer l’interdiction du renouvellement de ma CNI -droit constitutionnel – sera considérée comme une volonté délibérée de me soutirer des secrets liés à la défense nationale.
Au quel cas, j’en prendrai acte.

1...89101112...14

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER