Archive pour avril, 2010

Les délires de Ferhat Mehenni

ferhat1.jpgAprès les manifestations du 20 avril qui ont regroupé à peine 2000 personnes à Béjaia et à Tizi-Ouzou, le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) a estimé, dans un communiqué, le nombre de manifestants à 40 000 à Tizi-ouzou, 40 000 à Vgayet et 10 000 à Tuvirett (Bouira) !!! Déjà en 1994, alors président du MCB-coordination nationale (RCD), Ferhat Mehenni avait estimé le nombre de personnes ayant pris part au meeting qu’il a animé au stade Oukil Ramdane à 1 million de personnes !!!!  Bientôt, nous allons publier la chronique consacrée en 1994 par Chawki Amari au délire de Ferhat Mehenni.El Mouhtarem

NB: Les membres fondateurs du MAK en France ont démissionné après avoir constaté la dérive de Ferhat Mehenni dans sa gestion du Mouvement.  

Clore le dossier des disparus dans l’impunite est irrealisable

disparus1.jpgPlus de cent familles de disparus sont venues de tout le pays- Oran, Constantine, Laghouat, Jijel, Djelfa, Guelma, Ghardaïa, Bouira, Bordj Bou Arreridj, Médéa, Blida, Tipaza, Boumerdes- pour affirmer et réaffirmer que la page ne sera pas tournée. Le rassemblement national qui s’est tenu, à l’appel de SOS Disparus et du CFDA, sur la place de la Grande Poste d’Alger ce samedi 17 avril 2010, a été une réussite.

La Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, l’association Djazaïrouna et d’autres militants ont également manifesté aux côtés des familles de disparus pour soutenir leurs revendications.

N’hésitant pas à braver l’interdit malgré la présence en nombre des corps de sécurité, les mères, pères, épouses, sœurs, enfants de disparus ont démontré leur détermination à renforcer la mobilisation jusqu’à ce que la Vérité soit établie par tous les moyens. En réaction aux dernières déclarations du Président de la Commission nationale des droits de l’Homme et prenant l’opinion publique à témoin, les familles ont réaffirmé dans leurs slogans que rien ni personne ne pourra fermer le dossier des disparus en faisant l’impasse sur la Vérité et la Justice.

(Lire la suite)

Malversations: Plus de 450 APC dans le collimateur

malvers.jpgLes magistrats de la Cour des comptes seraient sur le point de finaliser leurs rapports d’instruction sur les contrôles financiers effectués durant plus de dix mois dans plusieurs APC de la wilaya d’Alger. Selon les premiers résultats de leurs investigations, les magistrats auraient relevé des anomalies et des carences dans la conclusion des marchés, comme, par exemple, l’absence de pièces comptables. Les magistrats auraient également relevé des dépenses faramineuses dans des projets n’ayant jamais vu le jour. Ils auraient, en outre, mentionné dans leurs rapports l’utilisation par une majorité écrasante des membres communaux de deniers et biens publics à des fins personnelles, comme le transport quotidien de leurs proches au moyen de véhicules appartenant à la mairie. Les magistrats auraient, d’autre part, estimé que des milliards de centimes ont été gaspillés dans des opérations fictives de bitumage de routes.

(Lire la suite)

Algérie: Naissance de la Confédération des syndicats

greve.jpgLa Confédération des syndicats algériens (CSA) est née. Ses membres fondateurs sont quatre syndicats autonomes représentant les secteurs de la santé et de l’éducation nationale. Il s’agit des organisations syndicales agréées de longue date, en l’occurrence le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest), l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef), le Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) et le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP). Réunis lundi dernier à Alger, les porte-parole des quatre syndicats, qui ont été mandatés par leurs bases respectives, ont fait un tour d’horizon de la situation qui prévaut en Algérie sur le plan des libertés syndicales.

(Lire la suite)

L’Emir Abdelkader avait réussi à mobiliser la Kabylie autour de lui

emir.jpgMourad Benachenhou pour « Algérie Politique » 

Ceux qui délirent ne méritent pas une réponse, mais un traitement médical. Je souhaiterai rappeler cependant deux faits historiques qui peuvent être aisément vérifiés: 1. Tous les Zouaves origininaires de Kabylie ont refusé de combattre l’Emir Abdelkader et ont déserté massivement en 1837. Et depuis et jusqu’à l’instauration de la conscription obligatoire en 1911, les compagnies de Zouaves comprenaient une majorité de Parisiens, Bretons, Alsaciens, complétés par des mercenaires en provenance d’autres pays européens. 2. La tournée en Kabylie en 1839 de l’Emir Abdelkader, voyageant en compagnie de 100 cavaliers, ce qui prouve qu’il se sentait en région partie prenante

 dans la résistance contre l’entreprise coloniale, avait tellement bien réussi à mobiliser la Kabylie autour de lui, que l’armée coloniale a décidé d’envoyer le général Youssouf, renégat d’origine et de religion inconnue, mais célèbre pour sa barbarie qui lui a valu d’être censuré plusieurs fois par ses supérieurs hiérarchiques- paradoxe dans une conquête qui ne manque d’actes de sauvagerie de la part des “civilisateurs”-.

Le Général Youssouf a massacré, pour l’exemple, quelques tribus kabyles afin de ramener à la raison celles qui avaient déjà déclaré leur allégeance à l’Emir Abdelkader; l’histoire détaillée de l’accueil triomphal accordée par toutes tribus de Kabylie à l’émir Abdelkader est suffisamment bien documentée pour que je n’aies pas à m’y étendre. Apparemment certains préfèrent divaguer au lieu de se documenter sur des faits historiques sur lesquels il n’y a aucune zone d’ombre. Mais j’ai écrit sur la presse nationale plusieurs articles sur l’Emir Abdelkader comme sur Messali Hadj à l’époque où parler de lui était considéré comme blasphématoire: ces écrits ont dû échapper à l’attention de mon critique.

Portrait de l’Emir Abdelkader, huile sur toile, 1987, par Hocine Ziani 

Déclaration du jour…

Par Hakim5

Le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) prend du terrain puisque les « partis » sont réduits à de simples « appareils » qui ne fonctionnent que pour « les élections ». Certains partis politiques, en basant leur travail sur « la gestion des APC et APW » et en étouffant le politique, ou tout travail politique se réduit à dénigrer les autres, ne fait pas mieux que le MAK qui fait dans la récupération ».

Rassemblement à Paris: Le Collectif Tafsut 2010 dénonce la tentative de récupération du MAK

ferhat.jpgLe Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie vient de commettre un communiqué de presse dans lequel nous pouvons lire: «Hier, en effet, à Paris, plus de 5000 personnes avaient répondu à notre appel. Le MAK tient à les féliciter pour leur mobilisation et leur adhésion à notre initiative».

Le Collectif Tafsut 2010 organisateur du rassemblement du 18 avril 2010 à Paris tient à rétablir la vérité. L’initiative de cette manifestation a été prise par une trentaine d’associations qui ont décidé d’agir de façon unitaire à l’occasion de ce trentième anniversaire d’avril 1980. Depuis dix mois, elles travaillent à la réussite de ce rassemblement avec le souci d’en faire un espace d’expression pour tous ceux qui le souhaitent.

Hier, lors du rassemblement, pas moins de seize intervenants (représentants d’associations, personnalités, artistes), venus des quatre coins de l’Hexagone, se sont exprimés sur la tribune.

Suite à la réussite de cette action, le MAK qui a rejoint le Collectif quelques mois après sa constitution, tente, depuis hier dimanche 18 avril, d’instrumentaliser et de récupérer le travail sincère d’associations et de militants venus préserver et poursuivre le combat initié par le Printemps 1980.

Le Collectif Tafsut 2010 à dénoncer ces manœuvres et cette grossière manipulation qui relèvent de pratiques qui n’honorent ni le MAK ni son président.

Paris, le 19 avril 2010.

Conférence de Bandoeng: Larbi DEMAGH LATROUS zappe le nom d’Aït Ahmed

bouc.jpgDans un débat organisé hier par le centre Echaâb des études stratégiques, le nom du chef de la délégation du FLN à cette conférence historique est passé presque inaperçu. Et pour cause, l’ambassadeur d’Algérie en Indonésie d’alors, Mohamed-Larbi Demagh El Atrous, qui animait la conférence, n’a pas prononcé une seule fois le nom de Hocine Aït Ahmed, ne serait-ce que comme membre de la délégation à Bandoeng. Dans la salle, les chuchotements allaient bon train sur cet «oubli» finalement volontaire d’un homme âgé, mais qui se souvient très bien du défunt M’hammed Yazid. Tout au long de son tour d’horizon historique sur Bandoeng, Demagh El Atrous a complètement zappé le nom d’Aït Ahmed. Il se fera un malin plaisir de mettre en avant M’hammed Yazid qui était pourtant l’adjoint d’Aït Ahmed, en le désignant comme étant l’architecte du FLN au congrès (…) . Demagh El Atrous a achevé son exposé sans souffler mot sur Aït Ahmed à la surprise générale.

Abdelkader Bouselham, ex-conseiller du président Bouteflika, bondit de sa chaise et prend le micro: «Ecoutez, ce n’est pas parce qu’on ne partage pas les positions politiques de Hocine Aït Ahmed qu’on doit se permettre de gommer son nom de l’histoire de Bandoeng… Qu’on le veuille ou non, Hocine Aït Ahmed a été le chef de la délégation du FLN à ce congrès et c’est lui, avec le défunt M’hammed Yazid, qui a porté la voix du FLN à l’ONU en 1955 à New York !» (…) Extrait El Watan Extrait d’un article de Hassan Moali (El Watan)

Commentaire: Demagh Latrous qui porte bien son nom (cervelle de bouc), avait giflé une journaliste de la radio, la fille de Mohamed Harbi, à l’époque où il était ministre de la culture en 1991.

Djamel Zenati à El Watan: «Il faut réinventer le militantisme»

zenati.jpgN.B: Les passages en rouge ne sont pas parus dans l’interview publiée  par El Watan. Censure ?

Qu’est-ce que le printemps berbère a apporté à la revendication amazigh et au combat démocratique ?

Le printemps berbère de 1980 est le fruit d’une accumulation de luttes menées dans des conditions extrêmement difficiles par des femmes et des hommes qui n’avaient que la force de leur conviction face à une dictature dotée de tous les moyens de terreur et de guerre idéologique. Le printemps de 1980 a eu également le mérite de rompre avec la clandestinité et le caractère épars et atomisé de la militance amazigh. Il a été une sorte de synthèse qui a ouvert des perspectives à l’ensemble de la société.

La revendication est rationnellement formulée. La question amazigh est désormais inscrite dans une problématique générale articulant histoire, identité, culture et développement. De ce fait, il a permis des convergences et des jonctions avec plusieurs segments de la société civile en gestation.

Il est clairement apparu que le combat pour la réhabilitation de tous les éléments constitutifs de l’algérianité est indissociable du combat pour la construction d’un Etat moderne et la mise en place d’un système politique démocratique. Pour tout cela, le printemps berbère de 1980 a été un moment historique fort.

D’ailleurs, le pouvoir, en plus de la répression physique, réagira très vite sur plusieurs registres. Il organisera, par exemple, une saisie discrète et minutieuse de tous les livres de Mammeri, Yacine, Marx, Lénine et inondera les librairies de publications de prédicateurs et autres « douktours » intégristes.

Il apportera un soutien direct aux activistes islamistes dans les campus et cités universitaires afin de contenir le mouvement estudiantin libre. L’assassinat de Kamel Amzal est malheureusement l’un des résultats de cette stratégie.

(Lire la suite)

Birkhadem: Ould Abbes expulse 17 familles

birkhadem.jpgDix sept familles occupant des logements de fonction dans le centre spécialisé de rééducation de Birkhadem ont été expulsées hier par les services du ministère de la Solidarité sur ordre de la justice. Ces familles s’ajoutent aux 11 autres expulsées en juin de l’année dernière du même centre. Ces familles habitaient depuis plus de 50 ans dans le centre spécialisé de rééducation de Birkhadem. Les faits de cette affaire remontent à 2001, quand 17 familles d’éducateurs et de hauts cadres du centre spécialisé de rééducation, rattaché au ministère de la Solidarité nationale, ont été sommées de quitter leur logement. 

(Lire la suite)

1...34567...14

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER