• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 2 mai 2010

Archive pour le 2 mai, 2010

Le RND « honore » la presse !

boukeba.jpgPendant que Abderrazak Boukebba, journaliste à l’ENTV, observe une grève de la faim, devant la porte d’entrée de la maison de la presse Tahar Djaout à Alger, le Rassemblement national démocratique (RND) offre des téléphones portables à des journalistes de la presse écrite à l’occasion de la journée de la liberté de la presse.

Liste des « lauréats »: 

Bachir Cherif Hassen, directeur de publication de La Tribune; Hadda Hazzam, directrice de publication d’El Fedjr, Amine Alouache, directeur du Jeune indépendant, Idir Benyounes, directeur de La Dépêche de Kabylie, Ali Fodil, directeur d’Echourouk, Naima Abbes, directrice Horizons, Abder. Bettache, journaliste du Soir d’Algérie, Nabila Amir, journaliste d’El Watan, Naima Aloune, journaliste Horizons, Ali Younsi, journaliste EL Massa, Hamid Yas, journaliste d’El Khabar (il a déjà eu le prix Omar Ouartilene !!!!!), Houria Akram, journaliste d’El Moudjahid, Nouredine Hadef, journaliste d’El djoumhouria, Hafid Boufedache photographe Le Courrier d’Algérie, Saad Bouakba, chroniqueur El Fedjr, Fouzia Abbabsa, La Tribune, Abdenour boukhemkhem, SG de la FNJA et Kamel Amarni SG du SNJ (Amarni était absent, il a chargé un autre membre du SNJ de donner une communication sur la presse. Le représentant du SNJ a récupéré le cadeau offert à Amarni)

Les “brûleurs” de désespoir !

haraga.jpgImprovisateur pour « Algérie Politique »

La seule unanimité qui existe dans le pays en ce moment est que tout le monde veut foutre le camp. Des nombreux paumés laissés-pour-compte aux cadres sup bien “assimilés” en passant par une classe moyenne fatiguée d’avoir le cul coincée entre deux chaises, tous veulent quitter le pays.

Passé le verbiage très nationaliste que nous prêche sans modération tous les conseillers du grand bluff national, seule une image gravée dans ma mémoire, me suffit à déclarer sans aucune possibilité d’erreur, qu’ils sont en train d’emballer du vide.

Ainsi, sans grande difficulté, puisque les faits remontent à peu d’années, je me remémore les cris que scandait la foule en délire lors d’une visite présidentielle française en Algérie. Des milliers de voix se sont unies pour hurler sans aucune retenue ni honte les slogans suivants: “donnez-nous des visas” et surtout “Chirac Président!”. Ce fût un tsunami populaire. Les accompagnateurs Français de “sidi” le président, pour leur part,eux, sont restés sans voix .

C’est à mon avis un signe patent de l’ECHEC TOTAL DU MOUVEMENT DE LIBERATION. Je sais, que par le passé, plus exactement en 1958, De Gaulle avait été reçu avec des hourras en plein guerre d’Algérie. On a tout fait, tout essayé, par la suite, pour nous présenter ces cris de joie comme émanant d’une minorité agissante:les harkis. On les a cru hélas… Dans l’Algérie post indépendance, le même scénario s’est répété avec plus d’acuité.

(Lire la suite)

Tous les patrons de la centrale UGTA sont sous le contrôle de l’appareil FLN

sidi.jpgAmghar Azemni pour « Algérie Politique » 

De Oumeziane à Sidi Said, en passant par les Benikous, Belakhdhar, et tous les autres patrons de la centrale UGTA, tous sont sous le contrôle de l’appareil FLN qui sert de levier de commande au pouvoir.Le muguet est une fleur que l’on offre à un être bien aimé au début d’un printemps prometteur de bien être, de vie décente et de prospérité.

Pour la fête des travailleurs, en Algérie où seuls les hommes du sérail sont en droit de réclamer cette plante si aromatique qui dégage un espoir. Quant à la classe prolétarienne, elle est complètement marginalisée, oubliée de l’agenda des décideurs qui l’exploitent sans pitance à la mesure des efforts qu’elle fournit quotidiennement.
A l’époque du socialisme dit scientifique de Boumediene et de ses acolytes, l’on se rappelle des longs et coûteux défilés des travailleurs d’usines à la gestion bancale, le long de la route moutonnière (Actuelle avenue de l’ALN) devant une aussi longue tribune abritant les nababs naissants du pays.
A cette époque, pris dans un enthousiasme euphoriques des premières années de l’indépendance du pays, nos travailleurs rêvaient d’une prospérité si proche pour l’Algérie.

(Lire la suite)

Du projet politique du MAK pour l’autonomie de la Kabylie et de l’annonce du GPK

ferhatmehenniun.jpgNarmotard pour « Algérie Politique »

Permettez-moi de procéder, après une brève introduction, à l’analyse critique objective des successifs chapitres et articles contenus dans le projet tel que rapporté par Mohand que je remercie ainsi que tous les intervenants.

A- Introduction
Parmi les nombreuses et surtout différentes motivations qui justifient les revendications identitaires régionales et les nationalismes minoritaires, encouragés par les promoteurs intéressés de la
globalisation et de la mondialisation, aux véritables desseins inavoués, et avec l’autonomie ou la sécession comme solutions, je désigne 2 motivations émergentes:
1°- La motivation liée au rejet de tout Etat-Nation oppresseur,
2°- La motivation en rapport avec l’exigence, à la fois, de la modernité et de la globalisation dans les Etats de droit des démocraties occidentales qui se posent comme référence mondiale.

En effet, dans ces pays, qui ne comptent pas l’Algérie, une fois que le niveau de vie a suffisamment augmenté et que sont garanties les conditions minimales de survie, les populations et les communautés demandent à satisfaire un plus, c’est-à-dire la qualité de la vie. Ce qui amène tout naturellement ces derniers à interpeler la rigidité de l’Etat-Nation jaloux de ses prérogatives étendues. D’où la dénonciation de la domination de l’Etat_Nation dont on a tendance à vouloir lui grignoter de son autorité. Ce qui est favorisé et facilité par le fait que la globalisation a généré des Institutions transnationales et de recours supranational. Par exemple, l’Union Européenne de Bruxelles qui reconnait, aux minorités, le droit à la différence, alors que l’Etat-Nation membre applique, lui, la règle démocratique de “l’indifférence à la différence” dans le but d’assurer l’égalité entre les citoyens.

(Lire la suite)

Un journaliste de l’ENTV en grêve de la faim à la Maison de la Presse

entv.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

A la veille de la célébration de la Journée internationale de la presse (3 mai), le journaliste de l’ENTV, Abderezak Boukebba, a entamé samedi dernier une grêve de la faim à l’extérieur de la Maison de la Presse Tahar Djaout à Alger npour protester contre son licenciement. Le directeur de la Maison de la presse, Boudjemaa, a réfusé au journaliste d’observer sa grêve de la faim à l’intérieur de la Maison de la Presse qui abrite plusieurs journaux. Les signataires de l’appel en faveur d’un sit-in demain en face de la télévison nationale devraient changer de cap et se mobiliser en faveur d’un collégue qui met sa vie en danger pour défendre sa dignité et son statut de journaliste. Les auteurs de la démarche sont donc interpellés.

Khalifa risque d’être assassiné à son retour à Alger

sidisaid.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

Selon le journal anglais The Guardian en date du 28 avril dernier, des officiels britanniques ont averti l’ex milliardaire, Rafik Khalifa d’un risque d’assassinat à son retour en Algérie. Ces officiels britanniques ont réussi à obtenir des preuves émanant du gouvernement anglais «faisant état d’un risque d’assassinat et d’un partage de ses avoirs en argent s’il est extradé en Algérie». Ces «appréhensions» ont été évoquées par des responsables britanniques en visite en Algérie en août 2008. Malgré ses avertissements, le ministre de l’Intérieur du Royaume Uni a décidé d’extrader Khalifa en Algérie.

Son avocate a 14 jours pour faire appel de la décision. C’est le dernier acte d’un long processus judiciaire qui a duré quatre années. L’Algérie et la Grande Bretagne avaient signé l’année dernière un accord d’extradition. Les avoirs de Khalifa en Algérie n’ont jamais été divulgués par les autorités algériennes. En effet, un flou demeure encore par rapport à ses biens et ses avoirs. L’ex milliardaire possédait une banque d’investissements, Khalifa Bank, une compagnie aérienne, la Khalifa Airways et des entreprises en France.

Abus de Zerhouni, silence de Zehouane

 

zehouane1.jpgLa responsable de la coopération à l’ambassade du Canada à Alger, Mme Randall Christine, ne s’est pas rendu jeudi à Béjaïa, pour inaugurer le Festival du film francophone organisé par le Centre de documentation des droits de l’homme (CDDH). Le département ministériel de Yazid Zerhouni, selon El Watan, a opposé une fin de non recevoir à sa demande d’autorisation de déplacement. C’est le motif que les responsables du CDDH ont dû donner pour s’excuser de l’annulation de la rencontre que la diplomate canadienne devait y avoir avec des représentants de la société civile. Le CCDH n’a pas dénoncé l’attitude de Zerhouni. El Mouhtarem

Cachetiers de la Radio El Bahdja : Sit-in et grève de la faim le 3 mai

radio.jpgPar Nadir Iddir, EL Watan

 

Un rassemblement de solidarité avec les grévistes de la radio El Bahdja sera organisé lundi 3 mai, à la place de la Liberté de la presse, rue Hassiba Ben Bouali (Alger).
L’occasion pour les journalistes cachetiers d’El Bahdja, suspendus depuis le 8 mars dernier et interdits d’accès à la radio, de rappeler, à la faveur de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, qui coïncide avec le 3 mai de chaque année, les raisons de leur mouvement de protestation mais surtout dénoncer les «tergiversations» de la direction de l’ENRS qui tarde à les réintégrer dans leur poste. Les tentatives de médiation de la Fédération des journalistes algériens (FNJA) et du Syndicat national des journalistes (SNJ) n’ont, semble-t-il, pas permis de résoudre le conflit. «L’administration excelle dans les manœuvres dilatoires. La preuve en est, les reports successifs et injustifiés de la réunion qui devait se tenir jeudi avec le directeur général de l’ENRS. Reportée une deuxième fois pour samedi, cette réunion a finalement été programmée pour dimanche, veille de la journée du 3 mai. Le directeur de la radio refuse le dialogue et tente de gagner du temps aux dépens d’une solution juste au problème de ses employés précarisés « , déplore Samir Larabi, porte-parole des grévistes.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER