• Accueil
  • > Libre débat
  • > Du projet politique du MAK pour l’autonomie de la Kabylie et de l’annonce du GPK

Du projet politique du MAK pour l’autonomie de la Kabylie et de l’annonce du GPK

ferhatmehenniun.jpgNarmotard pour « Algérie Politique »

Permettez-moi de procéder, après une brève introduction, à l’analyse critique objective des successifs chapitres et articles contenus dans le projet tel que rapporté par Mohand que je remercie ainsi que tous les intervenants.

A- Introduction
Parmi les nombreuses et surtout différentes motivations qui justifient les revendications identitaires régionales et les nationalismes minoritaires, encouragés par les promoteurs intéressés de la
globalisation et de la mondialisation, aux véritables desseins inavoués, et avec l’autonomie ou la sécession comme solutions, je désigne 2 motivations émergentes:
1°- La motivation liée au rejet de tout Etat-Nation oppresseur,
2°- La motivation en rapport avec l’exigence, à la fois, de la modernité et de la globalisation dans les Etats de droit des démocraties occidentales qui se posent comme référence mondiale.

En effet, dans ces pays, qui ne comptent pas l’Algérie, une fois que le niveau de vie a suffisamment augmenté et que sont garanties les conditions minimales de survie, les populations et les communautés demandent à satisfaire un plus, c’est-à-dire la qualité de la vie. Ce qui amène tout naturellement ces derniers à interpeler la rigidité de l’Etat-Nation jaloux de ses prérogatives étendues. D’où la dénonciation de la domination de l’Etat_Nation dont on a tendance à vouloir lui grignoter de son autorité. Ce qui est favorisé et facilité par le fait que la globalisation a généré des Institutions transnationales et de recours supranational. Par exemple, l’Union Européenne de Bruxelles qui reconnait, aux minorités, le droit à la différence, alors que l’Etat-Nation membre applique, lui, la règle démocratique de “l’indifférence à la différence” dans le but d’assurer l’égalité entre les citoyens.


Ce qui fait que les Institutions transnationales peuvent se permettre de recommander aux Etats-Nations de reconnaitre éventuellement les revendications identitaires régionales et les nationalismes minoritaires, dans l’intérêt général. Ce qui a pour conséquence de réduire de l’autorité de ces Etats-Nations démocratiques ou autoritaires.

B- Analyse critique des différents chapitres du projet du MAK

1°- Du chapitre I- Définitions:
Mettre en relief, outre mesure, “le peuple kabyle, sa langue, sa culture, son histoire, son identité et sa personnalité très prononcées”, ne doit pas prendre le risque, à mon humble avis, de pousser jusqu’à l’ethnocentrisme aigu, au racisme même, par le repli et la fermeture sur soi pour donner une espèce de communautarisme sectaire et aventureux. Car, l’autonomie de “la Kabylie de l’ex-willaya III, ne peut être viable que dans un territoire auto suffisant économiquement. Je ne pense pas que ce soit le cas ici, lorsqu’on sait que les Algériens qui habitent la Kabylie constituent le plus grand contingent de l’émigration algérienne. Cela veut dire que la Kabylie est incapable de les “nourrir” tous et correctement. J’estime que cette autonomie ne serait viable que dans le cadre d’une interdépendance réussie avec toutes les autres provinces de l’Algérie et le consentement d’un régime politique différent de celui de la RADP que régentent de nombreux kabylophones entre autres arabophones. Dans les conditions actuelles, l’autonomie répondrait beaucoup plus à la satisfaction d’un certain sentimentalisme qu’à un réalisme bénéfique pour tous.

2°- Du chapitre II- Valeurs:
“L’abrogation de la polygamie et le respect des libertés de conscience et de culte qui seront du domaine privé” écrit_on. N’y a-t-il pas là une arrière pensée de prédisposition à la dictature locale par l’abrogation autoritaire et arbitraire, dans le pur style algérien, ainsi qu’une contradiction quant au prétendu respect des libertés de conscience et de culte d’ordre privé ?
Évoquer “la solidarité entre les Algériens et les Amazyghs” suppose que l’on s’adresse à deux ethnies étrangères l’une de l’autre. N’est-ce pas en contradiction avec l’histoire et l’ethnologie du peuple algérien ? N’est-ce pas de l’aventurisme que d’affirmer que “la Kabylie sera ouverte aux Algériens et inversement” ? Ce qui fait penser à la possibilité d’une éventuelle fermeture dans le genre de ce qui se passe dans les provinces du Sahara algérien où l’accès libre est interdit aux Algériens qui ne sont pas minis d’un laissez-passer !

3°- Chapitre III- Autonomie régionale:
“Les Archs, institutions de l’autonomie kabyle, remplaceraient les Assemblées populaires communales actuelles”, écrit-on. Je me pose la question de savoir si cette version de Archs ne serait pas la reproduction des Arouches qui ont été créés et gérés par la police politique en 2001, dans le but de submerger démocratiquement le FFS, seul parti de l’opposition qui fait mal au régime. Car ce parti s’est montré incorruptible, résistant et réfractaire autant à la normalisation forcée qu’à jouer un rôle de figurant au Parlement pour cautionner la façade démocratique pluraliste du régime en place. L’on se souvient, en effet, de la promesse que la DRS avait faite aux Arouchs, leur promettant de leur faire gagner facilement les élections en Kabylie, s’ils s’entendraient à s’organiser en parti politique. Ce ne serait que la répétition du scénario qui avait donné naissance avec une moustache au parti du RND qui avait remporté, haut la main, les élections de 1997, devant le vieux parti FLN chancelant à l’époque. La suite de l’histoire a démontré que ces deux partis représentent les deux faces de la même médaille de la trompeuse façade démocratique du régime de la RADP.

4°- Chapitre IV- Modalités:
Ces modalités copiées dans un texte juridique spécialisé, mentionnent comment construire un État dans l’État. Elles seraient peut-être valables dans un État de droit bien établi au cœur de la démocratie d’un État libéral. Ne serait-il pas plus utile et plus efficace de concentrer, au préalable, les efforts des forces populaires et des élites non corrompues et incorruptibles, afin de concrétiser l’alternative politique démocratique, sociale et pacifique, telle que portée et défendue par le FFS depuis 1963 ? Ce seul parti algérien qui s’est opposé loyalement au système de pouvoir, sans jamais se laisser tenter par une quelconque corruption, en proposant des projets politiques fiables mais rejetés stupidement “globalement et dans le détail” par celui-ci, trop suffisant de son incompétence.

En conclusion, j’estime que le projet du MAK ne mérite pas tout le temps que nous lui avons consacré, car c’est une chimère dans la forme et dans le fond. Tout au plus, il serait, dans le contexte politique actuel, un changement dans la continuité afin de pérenniser le statu quo.

Commentaires

  1. Aqejmmur (Adeni) dit :

    Merci bien pour cette analyse exhaustive et pertinente. Je me demande comment peut-on s’attarder autour d’un projet destructeur, négationniste qui veut extirper la Kabylie de l’Algérie. Les dessins de ce projet qui commence à nous divulguer les grands traits de cette stratégie prônée par le pauvre malheureux de Ferhat ne sont qu’à leurs débuts. J’en veux beaucoup à un homme d’ombre qui exploite la naïveté et l’immaturité politique de Ferhat qui a perdu les pédales, notamment après l’assassinat de son fils (Allah irahmou). Le sieur de l’INALCO qui ne peut assumer publiquement aucune position politique profite à fond de l’activisme de Ferhat, comme a profité Sadi de Matoub (Allah irahmou). Franchement cet homme originaire de mon village n’a jamais mis les pieds dans le village où il a vu le jour depuis presque deux décennies maintenant. j’appelle de tous mes voeux que le tout puissant guidera Ferhat dans le bon chemin. Il ne mérite pas d’être insulté par rapport à tout ce qu’il a enduré. Mon souhait le plus cher qu’il bondonne cette oeuvre destructrice où il est impliqué il y’a maintenant presque 10 ans.
    A Rebbi a3zizen ared s avrid win icdden
    A lzzayer ncalah at hludd

    Salutation des At Iraten à toute l’Algéie. Merci pour ce blog et bonne continuation.

  2. Amar dit :

    je Pose une question, posé une fois par une journaliste de la chaine quatarie « AL JAZZERA »,pour les Kabyles sont toujours Contre le pouvoir? ou ils sont les arabes d’Algérie?

    quoiles arabes d’Algérie les n’ont setenu les revendications identitaires et démocratique qui les potre au non des Algériens et de reste des berber et aussi au nom de l’algérie?

    Est ce que ils nous deste?, est ce que une une maturité politique comme la notre?, est ce que ils sont peur?

    Pour les arabes d’algérie expriment leurs opposition au pouvoir de l’islamisme intégreste, comme s’est passé 1991 lors des élection légeslatives.

  3. amghar azzamni dit :

    L’auteur de ce texte a littéralement mis à nu le projet d’autonomie de la kabylie initié par des extremistes fous de notre chere kabylie.Comment ces gens osent-ils marginaliser notre région par rapport à toute l »Algérie pour laquelle sont morts nos moudjahidine.
    Nos martyrs se remuerons dans leurs tombent s’ils apprenaient que leurs enfants ont déchiqueté le pays.Une trahison envers tous ces martyrs qui voulaient certainement un rassemblement de tout le peuple algérien pour la construction d’une démocratie et d’une économie nationale à meme de faire vivre tous nos enfants dans la dignité!
    Merci à notre camarade NARMOTARD pour son texte qui a tout dit sur la question de l’autonomie de la kabylie!

  4. afroukhifarfren dit :

    L’analyse faite, je me permettrais de signaler,entre autres, 2 contradictions :
    * Autonomie pronée ne peut se faire sans le consentement du « régime ».
    C’est peut être cete idée d’autonomie qui changera le systéme.
    * Archs, institutions de l’autonomie. Les APC actuelles, ne sont-elles pas calquées les archs? Les arouch se sont crées pour faire façe à ne situation. Ils « n’ont pas été crées et gérés(….)dans le but de submerger démocratiquement le FFS, seul parti de l’opposition qui mal au régime » (??).
    ( tout se qui se fait en dehors du FFS est contre le FFS!!).Syndrome DRS quand tu nous prends!!
    Quant  » à concentrer au préalable les efforts des populations et des élites non corrompues et incorruptibles afin de concrétiser l’alternative politique démocratique, sociale, pacifique,telle que portée et défendue par le FFS depuis 1963… »
    En 1963, le FFS a utlisé la violence à des fins politiques.Depuis c’est la léthargie!! Le FFS est muselé par les siens!!.
    Quelle est l’alternative? CHIMERES!!
    TAHIA EL DJAZAIR et le FFS.

  5. TARik dit :

    Franchement, je ne comprends pas toute cette subjectivité par rapport à l’idée de l’autonomie?
    je ne sais pas s’elle est due à un manque d’information, malgré tout les efforts faits par ses militants qui travaillent dans une situation difficile ( clandestinité, compagne de désinformation…), ou bien à une compagne malsaine d’intox qui vise à diaboliser tout projet porteur d’espoir?
    1-l’idée de l’autonomie est-elle un repli sur soi?
    Non, bien au contraire, vu les spécificités de la Kabylie (linguistique, culturelle, traditionnelle et historique) elle ne pourra nullement continuer à jouer le rôle de l’avant-garde de l’Algérie, mais elle doit vivre ses spécificités au sein d’une Algérie algérienne. ( La Kabylie est notre maison, l’Algérie est notre village)

    2-concernant la religion, ca reste un acte de foi, donc la liberté de culte sera garantie, mais pas l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques et surtout de l’école, donc la Kabylie acceptera toutes les religions sans adopter aucune.
    3- concernant « archs comme institution de la Kabylie autonome » cette article a été amendé en 2007 en faveur des assemblées populaires communales mais où les modalités et les prérogatives diffèrent de celles d’aujourd’hui (sans prérogatives).

    4-LE MAK propose un état Kabyle autonome, avec un gouvernement et un parlement régionaux, en s’appuyant certes sur la charte des nations unie sur le droit des minorités et des peuples autochtones, ce n’est ni le fruit de notre imagination, ni une bêtise, mais c’est une alternative qui s’inscrit aussi dans les changements géopolitiques à travers le monde.

    On est sur le terrain et on peut constater la forte mobilisation de la jeunesse et notamment des étudiants et des lycéens, donc vous pouvez constater que l’autonomie de la Kabylie est porteuse d’espoir et représente un force de changement en Algérie en général et en Kabylie en particulier. Notre ennemi n’est ni l’arabe en tant que langue ni les arabes en tant que peuple ni l’islam en tant que religion, mais c’est le pouvoir central militaro-mafieux, qui se cache derrière l’islamo-baathisme.
    Qui vivra verra la Kabylie vaincra

  6. amghar azzamni dit :

    La persistance quelquefois brutale des partisans de l’autonomie de la Kabylie, rend trés difficile sa compréhension.En effet, certains de ces acteurs se sont meme déclarés « indépendantistes » au point une certaine pugnacité à vouloir défendre un concept pour lequel les populations de la région ne sont pas encore pretes à concevoir étant donné sa complexité dans sa réalisation aux horizons plutot utopiques.Il faut dire que se détacher du reste de l’Algérie,meme sous forme d’autonomie,parait trés invraisemblable.Certains de ses partisans pensent réellement combattre la corruption et la gabegie par cette forme de division administrative mais , à notre sens, ne se sont jamais posés la question de savoir que ces pratiques pourraient advenir également avec beaucoup plus d’accuité dans le modéle de gestion qu’ils proposent.Toutes les institutions parlementaires qu’ils nous proposent de mettre en place(Assemblées et Arouchs) pourraient prendre la meme direction que celles prises par celles qui dirigent actuellement tout le pays.Pourquoi pas ?Les algériens dans leur ensemble ne sont pas différents les uns des autres.Alors,à ce moment-là, nous iront également effrité davantage les régions tout comme nous l’aurions fait pour les régions.
    De notre avis, une meilleure prise de conscience de tous les citoyens d’Algérie, viendrait à bout des disparités pour le peu que cela se fasse dans l’amour de la patrie.
    Rassembler toutes les forces vives de la nation, restera l’unique moyen de lutte contre la discrimination,la violation des droits fondamentaux de tout un chacun et l’émanation d’une démocratie seule méthode de la réappropriation d’un Grand Etat de Droit!
    La région de Kabylie a , en raison d’une prise de conscience prématurée de ses habitants,certes le privilége de servir de locomotive dans la lutte pour les libertés démocratiques,mais elle devrait éviter de tomber dans le traquenard de la « Scission » que certaines personnes malveillantes veulent l’entrainer pour assouvir leur amour pour le pouvoir.

  7. amghar azzamni le vrai dit :

    Des esprits malveillants s’accaparent de mon pseudo!Ce n’est pas normal!

  8. krikeche dit :

    MAIS PUREE DE M….. QUI A MARGINALISE QUI ????
    LA KABYLIE NE VEUT PLUS VIVRE SOUS LA COUPE DES CORROMPUS ET DES PARTIS QUI N’ONT D’HISTORIQUE QUE LE SIGLE.

    TOUT CA C’EST LE TEMPS D’AVANT!!!!
    L’AUTONOMIE FINIRA PAR ETRE ACCEPTEE TOT OU TARD ET EN PREMIER LIEU PAR LES JEUNES DE KABYLIE, QUI NE VEULENT PLUS ERRER SUR DES RADEAUX EN MEDITERRANNEE.
    C’EST IRREVERSIBLE. LA QUESTION A POSER MAINTENANT CE N’EST PAS SI LE PEUPLE KABYLE ADHERE A L’AUTONOMIE? C’EST A QUAND?

  9. Mohand dit :

    Depuis quelque temps vous avez du vous rendre compte qu’une guerre contre le Mak est faite par les amis du site Quotidien D’Algérie. Inutile de vous dire que les points de vue différents à ceux de Benchenouf et de Hchicha ne sont pas publiés. Ils vous censurent tout simplement parceque vous êtes d’un avis contraire au leur. Même Salaheddine sidhoum est acquis à cette façon de faire.Je le regrette beaucoup.
    Il reste que le site AlgériePolitique leur donne sur ce sujet une lecon de liberté et de démocratie.Ici tous les points son lus et tant mieux.
    Je voudrai partager un article très bien fait d’un Algérien sur le sujet le voici et merci. Mohand.

    « Un militand du MAK repond a Djamel Benchenouf
    3 mai 2010
    Etant un lecteur de votre journal électronique, il m’arrive souvent d’approuver certains écrits qui y sont publiés que j’estime être très pertinents. Dans la mesure qu’ils nous apportent cet éclairage inédit, judicieux, qui nous permet de compléter notre propre analyse pour comprendre et cerner un peu plus les diverses problématiques à l’origine de ce sempiternel marasme politique dans lequel s’est enlisé notre pays depuis la fameuse crise de l’été 1962.

    C’est ainsi que je tombe incidemment sur l’article de Monsieur Djamel Benchenouf, cité plus haut. En ma qualité de militant convaincu du MAK, je me suis senti visé et diffamé à travers cet écrit. J’ai hésité à lui consacrer un peu de mon temps pour apporter un démenti formel, tant le travail qui nous attend ne manque pas ! Cependant, eu égard à la qualité de vos nombreux lecteurs, ainsi qu’aux informations infondées et attentatoires à l’égard du MAK, je me suis résolu en définitive à rédiger cette réfutation que je vous prie de bien vouloir publier.

    Avant de formuler une réponse, que j’espère édifiante pour mieux éclairer ce sieur, et les lecteurs de votre journal à travers lui, je dois d’abord préciser que personnellement, en me fondant sur mes principes intangibles d’humanisme, je suis profondément convaincu de l’inexorable nécessité de doter la Kabylie de ses propres institutions politico-administratives. Et ce ne sont pas des arguments qui nous manquent, tant nous en avons à en mourir. Et c’est là l’objectif central de mon militantisme viscéral au sein du MAK. Les institutions politico-administratives propre à la Kabylie en effet, sont les seules à même de protéger la Kabylie de vos prévarications des moeurs « érigées en programme national ». Ce sont ces institutions qui nous permettent d’assurer la pérennité des valeurs identitaires et sociales du peuple kabyle que vos semblables tentent férocement de dissoudre depuis l’été 1962. Elles nous permettrons de rétablir notre peuple en tant qu’entité intrinsèque, en réhabilitant ses structures villageoises et son organisation sociale millénaires que les dominations étrangères n’ont jamais pu anéantir définitivement. Le peuple kabyle debout, sera enfin rétabli dans ses droits humains inaliénables : le droit à la vie, à la liberté et son émancipation socio-politique, à l’instar d’ailleurs de tous les autres peuples du monde, y compris le peuple juif et le peuple palestinien auquel fait référence l’auteur de l’article, sans discrimination aucune.

    J’ai eu à défendre longuement et doctrinalement le bien-fondé de cette historique solution politique que le MAK prône courageusement et lucidement pour résoudre définitivement la sempiternelle et lancinante question kabyle. Pour ce faire, j’ai développé de nombreux arguments pour étayer ma plaidoirie, sur de nombreux sites web ouverts à la libre expression. N’étant pas persuadé que ce sieur Benchennouf ait pu les consulter avant de rédiger ses monstrueuses allégations racistes, je me fais le devoir de les synthétiser brièvement pour déblayer le terrain de la confrontation des idées avant de développer ma réfutation contre ses immondes accusations.

    Pour revenir à cette question kabyle, je doute fort que l’Etat algérien puisse réellement appréhender sérieusement son édification institutionnelle durable si au préalable celle-ci n’est pas judicieusement et définitivement réglée dans l’intérêt de tous.

    En effet, ne pensez-vous pas que nous avons mis trop de temps (plus 48 ans) à tourner en rang, comme le chien qui cherche à se mordre la queue, plutôt que de se retrousser les manches pour construire ensemble un Etat authentiquement algérien doté d’institutions fortes, respectueuses de la souveraineté populaire et de la dignité citoyenne, qui au lieu d’être prises en otage par un pouvoir clanique oligarchique, SERVIRAIENT en premier lieu à l’épanouissement harmonieux des citoyens et le développement socio-culturel réel et l’affirmation de la dimension humaine de la société algérienne dans son ensemble ?

    Un demi siècle de retard, cela laisse indubitablement des séquelles ! Pensez vous seulement que la démocratie politique et sociale ne fut irréversiblement instaurée en Espagne que dans les années 1980, après la chute du junte militaire franquiste, alors que l’Algérie postindépendance existait déjà plus de 18 ans ! En l’espace de trente ans seulement, peut-on aujourd’hui soutenir raisonnablement une comparaison sérieuse entre le prodigieux progrès social et économique accompli par l’Etat espagnole, qui est devenu aujourd’hui une puissance incontournable et qui pèse de tout son poids au sein de la toute puissante Union Européenne, avec notre indigent niveau de « développement économique et social » qui au bout de près d’un demi-siècle nous conteste y compris notre identité ? Eh bien, vous n’etes pas sans savoir que le peuple kabyle a définitivement diagnostiqué cette aporie au sein de l’ensemble algérien. L’importance des conclusions qui en découlent sont à la mesure de l’irrémédiable décadence de l’ensemble des institutions de l’Etat algérien. En effet, après la nième et honteuse violation de la constitution, déjà fort décriée depuis 1963, sans qu’aucune composante de l’ensemble algérien n’ait esquissé le moindre rictus, le pouvoir algérien est inéluctablement bien installé pour durer des siècles ! Et, comprenez-le pour une fois, le peuple kabyle n’est plus disposé à parler au nom de tous les algériens. C’est un principe doctrinal imprescriptible au sein du MAK. Le peuple kabyle, assumant pleinement son imprescriptible identité kabyle, profondément ancré au sein des civilisations méditerranéennes auxquelles il n’a cessé de contribuer, ne supporte cependant plus de voir ses voisins qui ne possèdent pas plus de compétences que lui le dépasser en prospérité parce que uniquement les autres composantes algériennes avec lesquelles il compte bien partager la citoyenneté ne semblent pas encore disposées à appréhender leurs propres destins propres.

    Ainsi, le peuple kabyle ne compte plus attendre que le pouvoir illégitime d’Alger daigne lui octroyer quelques miettes de dignité.

    Pour éclairer votre conscience, rappelons déjà que le Mouvement de l’Autonomie de la Kabylie (MAK) n’est pas né dans les laboratoires de quelque officine étrangère hostile à notre pays, comme ne cesse de l’affirmer sans vergogne ni aucune preuve d’ailleurs Monsieur Benchennouf. Le MAK est bel et bien né en Kabylie meurtrie, la Kabylie rebelle, dans la douleur et dans le sang, le jour où 128 jeunes kabyles ont été froidement assassinés, tués en usant des armes de guerre, uniquement parce qu’ils sont KABYLES, par les soi-disant « forces de l’ordre » gouvernementales qui, dans un Etat qui respecte réellement ses citoyens, sont censées lui assurer plutôt la protection et la sécurité.

    Le MAK est né au moment où l’historique marche du peuple kabyle (du 14 Juin 2001) qui a regroupé près de deux millions d’âmes vers « sa capitale » fut non seulement empêchée , mais également, et invariablement, réprimée dans le SANG, sans qu’aucune autre composante de la société algérienne ne se solidarise avec lui ou ne daigne soutenir son combat, s’inscrivant pourtant dans l’intérêt général de toute la société algérienne.

    Le peuple kabyle, découvrant impassiblement son isolement, a fait froidement le constat de sa totale méprise de l’amère et incontestable réalité. Par une fulgurante impulsion de clarté d’esprit salvatrice, il a enfin accédé irréversiblement à l’irrépressible évidence de sa condition : Il constitue un PEUPLE à part et que la nation algérienne unie et solidaire n’est en réalité qu’un leurre !

    Le peuple kabyle tire impassiblement, mais courageusement sa conclusion, o combien bienfaitrice : L’Etat algérien n’a jamais été et ne sera jamais son Etat, garant de sa protection et instrument juridique de son émancipation. L’Etat kabyle, le sien, demeurerait entièrement à construire et, dorénavant, il ne doit plus compter que sur lui-même pour affronter son propre et singulier destin.

    Ainsi, tout Algérien doté d’un esprit lucide devra se résoudre à cette incontestable vérité : Aucune perspective d’évolution et d’émancipation n’est possible en Algérie tant que la secte au pouvoir, corrompue et corruptrice de la société, demeure aux règnes de l’Etat et ne se considère nullement au service du citoyen et des institutions de l’Etat, mais plutôt l’inverse.

    Pour venir en aide à la mémoire défaillante de Monsieur Benchennouf qui s’estime pourtant « connaitre très bien les kabyles », pour le peuple kabyle, auquel j’appartiens, ce n’est hélas pas faute d’avoir tenté inlassablement de convaincre les autres algériens de la justesse de notre vision. Nous nous sommes engagés dès notre jeune âge dans un militantisme loyal et imbu d’une exubérante générosité. Si bien qu’aujourd’hui, nul Algérien sincère ne peut contester les abnégations et les sacrifices de la Kabylie et ce depuis 1963.

    Aujourd’hui, nous rendons grâces aux autres composantes de l’ensemble algérien de nous avoir ouvert les yeux à temps. Je dois même souligner que l’incontournable solution d’Autonomie s’impose d’elle-même, au regard des faits historiques rapportés ci-dessus. Nous n’ignorons pas cependant que celle-ci a été sciemment et consciencieusement imposée au peuple kabyle par les spoliateurs de la souveraineté populaire. Par des voleurs de conscience et de liberté des citoyens. Mais, ne vous méprenez pas, « Bien mal acquis ne profite jamais », dit le proverbe. Le peuple Kabyle aspire plus que jamais à la survie de son entité séculière, et ce au terme de près d’un demi siècle de généreuses mais infructueuses luttes contre un pouvoir assassin et inique plus que jamais statique, spoliateur de la volonté populaire et négateur des droits les plus élémentaires et de la dignité humaine.

    En effet, je m’étonne que de lire dans cet article de ce sieur D. B. sorti de je ne sais d’où, lui qui s’estime « connaitre très bien les Kabyles », ait délibérément passé sous silence en les balayant dédaigneusement du revers de la main, tous les sacrifices que le peuple kabyle a généreusement consenti pour faire de son pays d’appartenance, l’Algérie, le plus beau et le plus prospère au sein du bassin méditerranéen ! Ce faisant, depuis des siècles le peuple kabyle a contribué avec une si rare abnégation, au point même de compromettre son intérêt le plus vital, la pérennité de sa personnalité, en plaçant toujours l’intérêt général au-delà de toute autre considération étroite.

    Non ! L’autonomie de la Kabylie, monsieur D. B. n’est pas un complot ! Le véritable complot, vous ne savez que trop bien où il se terre, mais par félonie, par malhonnêteté, par lâcheté, vous ne daignez pas le pointer du doigt. Le véritable complot remonte à la crise anti-kabyle de 1949. Vous nous avez trahis depuis cette date là. Nous Kabyles, mus par notre abnégation invétérée, nous avons supporté toutes vos calomnies, toutes vos injustices, tous vos crimes de liquidation physique, en nous focalisant sur l’essentiel (la décolonisation du pays) et en mettant toujours l’intérêt général au-delà de toute autre considération étroite.

    Aujourd’hui, vous et vos semblables, tout en vous drapant de la pompeuse épithète de « démocrates », vous ne faites en vérité que perpétuer le régime inique qui vous nourrit en défendant misérablement vos sordides intérêts bassement personnels et ceux de votre clan d’appartenance au sein du pouvoir maffieux, en attendant que lui échoient les règnes du pouvoir suprême. Voyez ce que vous avez fait de votre peuple qui se jette par dizaine de milliers en mer pour vous fuir. HONTE A vous ! Honte à vous.

    Ainsi, tout en faisant semblant de « défendre » « vos très nombreux amis kabyles », vous déversez votre venin de racisme sur les responsables intègres du MAK, en tentant de les calomnier et de semer insidieusement la confusion dans leurs rangs et en vous attaquant carrément à son leader, Monsieur Ferhat Mehenni (dont vous écorchez même l’orthographe du nom), qui est incontestablement une personnalité politique kabyle de premier plan, la plus intègre, la plus conséquente, la plus authentique de toute la classe politique kabyle actuelle et qui incarne aujourd’hui l’UNITE de la KABYLIE et même sa conscience collective. En croyant pouvoir trouver en notre sein une interstice pour y injecter votre venin, vous prenez benoitement une route sans issue ! Nous au MAK, nous constituons un bloc soudé, réfractaire, nourri de la sève des hommes de conviction.

    L’Autonomie de la Kabylie, sachez le, c’est l’affirmation de l’imprescriptible droit du peuple kabyle à ériger ses propres institutions à n’importe quel prix afin d’asseoir son émancipation dans tous les domaines. C’est cette voie salvatrice que vient de choisir le peuple kabyle en ce 20 Avril 2010. Car c’est la seule qui lui permettra de briser les chaines de la servitude et d’arracher sa liberté dusse pour cela lui couter beaucoup d’autres sacrifices.

    Ayez du courage, rendez-vous à l’élémentaire évidence, l’Autonomie de la Kabylie, est désormais, la seule alternative que le pouvoir central inique, que vous défendez insidieusement, laisse au peuple kabyle comme voie de survie et d’émancipation afin qu’il puisse enfin recouvrer sa véritable identité et d’assumer son destin sans perdre plus de temps inutilement. Ceci pour remettre vos pendules à l’heure, monsieur D.B., concernant le projet d’Autonomie de la Kabylie.

    Revenons maintenant à ces allégations, à ces divagations diurnes auxquelles vous-même n’y croyez pas, vu les circonlocutions, les périphrases et les hésitations qui transparaissent directement à travers votre littérature de calomnies et d’invectives, trahissant ainsi votre immémoriale félonie. En fait, cet article est juste une revue d’une certaine « presse » du clan du pouvoir d’appartenance de l’auteur. Elle est approximative, maladroite et mal-en-point. En effet, que nous apprend-t-il de plus qui ne fut déjà ressassé dans les chiffons du DRS, pour ne pas citer les noms de ces organes qui confondent allégrement et impunément propagande et invective à l’encontre des personnalités politiques kabyles.

    Quel kabyle, auxquels semble s’adresser l’auteur, ose croire aux allégations et autres élucubrations colportées par ce sieur repu de racisme anti-kabyle qui, selon son bon vouloir, s’évertue à nous assigner insidieusement l’épithète inconsidérée de « séparatistes ».

    Pour clarifier le sens des mots, disons tout de suite que nous ne sommes pas ,et nous ne serons jamais, des « séparatistes » pour la simple et bonne raison que nous formons un seul et unique peuple kabyle INDISSOLUBLE dans un ensemble algérien aux contours tellement vagues. Nous ne reconnaissons pas L’ETAT-NATION algérien, dont on n’a semble-t-il pas « achevé la construction » avec tous les sens qui en découlent, et dans lequel notre statut de peuple n’est pas clairement proclamé. S’agissant maintenant de l’option indépendantiste, aucun texte ou communiqué officiel du MAK n’a pour l’instant assumé clairement « l’indépendance de la Kabylie » comme option politique. Ce n’est pas encore à l’ordre du jour.

    Cela dit, nous devons juste rappeler à l’auteur, lui qui se dit drape derrière l’épithète de « démocrate » tant galvaudé en Algérie, que dans les démocraties assumées, prôner l’indépendance par rapport à l’Etat d’appartenance, de manière pacifique et conséquente, surtout s’il s’avère politiquement et stratégiquement avantageux, est aussi une position politique honorable et non une « trahison », encore moins un délit, d’autant plus s’elle est solidement étayée et argumentée par des faits plausibles ! Nous au MAK, nous ne cultivons aucun complexe, aucune félonie, notre discours est limpide comme l’eau de roche, on n’y est pas encore à cette option. Pour l’heure, nous revendiquons le statut d’une large Autonomie pour la Kabylie dans le cadre algérien tout en demeurant fraternel et solidaire avec toutes les composantes de l’ensemble algérien.

    Mais, nous pouvons d’ores et déjà avertir que, si pour arracher les droits de notre peuple, sa liberté et la reconnaissance de l’Etat Algérien de notre entité kabyle en tant que PEUPLE doté de tous les attributs qui en découlent, une langue (Kabyle) et une identité culturelle spécifique, il faille y recourir, pour ma part, je prônerai ouvertement, dans le cadre des instances organiques du MAK, l’option indépendantiste, comme notre nouvel objectif politique stratégique. Pour peu qu’elle nous garantisse réellement d’atteindre, avec un moindre coût social, les objectifs fondamentaux de libération de notre peuple, pour lesquels je milite avec une « conviction chevillée » . Que cela soit dit en clair !

    S’agissant maintenant de la sympathie de certains militants du MAK, dont je fais partie, à l’endroit du peuple juif, je la revendique avec fierté pour deux raisons. D’abord, elle vous permet déjà d’estimer la conséquence de l’humanisme qui nous anime. Dans la mesure que c’est là une preuve justement que les Kabyles vouent une amitié sincère à tous les peuples qui se défendent de les agresser ou qui s’interdisent de les menacer dans leur existence. En effet, dès le moment qu’il n’y a aucune raison objective de haire ou de stigmatiser un peuple paisible, pourquoi disconvenez-vous à ce que nous Kabyles, puissions entretenir des relations amicales avec le peuple juif ?

    La deuxième raison, « the last but not the least », sachez pour votre gouverne, que ce paisible peuple juif que vous vilipendez tant et sans raison valable, dont une diaspora a grandement contribué par le passé à enrichir le patrimoine culturel de notre pays (à Vgayet notamment) n’est en rien responsable de la malédiction et de l’oppression que subit actuellement le peuple kabyle et la condition de servitude dans laquelle le pouvoir algérien raciste et anti-kabyle, que vous défendez insidieusement, n’a cessé de lui infliger depuis 1963, sans que vous osiez la moindre action pour vous solidariser avec lui ! Au lieu de cela, vous redoublez de surenchère pour vous lamenter pernicieusement du sort des lointains Palestiens à plus de vingt mille lieues de votre pays. Le dicton dit « Charité bien ordonnée commence chez soi » . Ceci assumé, nous les Kabyles nous nous défendons cependant de porter une quelconque insulte ni nous ne nourrissons une quelconque animosité envers le peuple palestinien. De quelle cohérence le ferions-nous ? Les Palestiniens s’occupent de leurs problèmes, et nous les Kabyles nous avons les nôtres. Il est donc inutile de tenter de dévier le sujet. Nous au MAK, au risque de vous le répéter, nous militons d’une manière pacifique à résoudre cette QUESTION KABYLE que nous sommes déterminés de porter sur la scène internationale. Venons-en au vif du sujet et restons en Kabylie ! Mais enfin, qu’est-ce que les Juifs ou les Palestiniens ont à voir sur ce registre ? Comment est-ce possible que pour défendre votre Pouvoir honni, vous êtes toujours tentés de dévier et de biaiser les problèmes des citoyens algériens en les reportant par diversion au lointain le Moyen-Orient ? Honte à vous, traîtres de votre propre peuple !

    A propos des prétendues « inféodations » de certains militants du MAK qui se seraient rendus en Israël. Ils y a deux choses que vous devez d’ores et déjà de comprendre pour clore sur nième diversion :

    * Tous les militants du MAK, sans aucune exception, je vous le garantis, ne sont inféodés qu’à leur cause, la Kabylie. « ni au Caire, ni à Londres, ni à Moscou, ni à Washington » et encore moins au régime d’Alger, pour paraphraser la célèbre sentence de Abane Ramdane (Plate forme de la Soummam) dont ils s’estiment être les dignes héritiers. * Par ailleurs, depuis quand êtes vous tuteur (ou seriez-vous peut être reconverti en Tour Operator), des Kabyles pour leur suggérer leur destination de voyage ? Les Kabyles sont libres (depuis le 20 Avril 2010) de se déplacer dans le monde entier, sachez le une bonne fois pour toute, ils se rendront là où bon vent leur semblera, et n’ont de compte à rendre à personne ni n’ont besoin de l’autorisation de Monsieur Bouteflika, qui n’est d’ailleurs pas leur président (Bouteflika n’étant pas élu par la Kabylie).

    S’agissant maintenant de vos pernicieux conseils à l’endroit de vos « nombreux amis Kabyles » je n’y répondrai pas par correction, car je ne m’estime nullement en faire partie.

    En conclusion, tout compte fait, au lieu de vous élevez contre le pouvoir d’Alger inique qui continue de nier l’existence même du peuple kabyle, pour défendre conséquemment la cause de « vos nombreux amis Kabyles », vous vous dressez contre ceux qui incarnent leur seul espoir de liberté et de délivrance, le MAK et à sa tête Monsieur Ferhat MEHENNI.

    J’ose à peine à croire que certains kabyles auront le courage de lire votre article jusqu’à la fin, tant il est une piètre traduction des notoires pamphlets des supports de propagande de nos immémoriaux adversaires, dont je ne citerai jamais le nom.Dahmane At Ali.

  10. NARMOTARD dit :

    Quelle logorrhée digne d’une doxa qualifiée de la célèbre épithète kabyle et qui peut constituer autant la solution que le problème. J’espère que je « vous ai compris! ».

  11. Mohand dit :

    Un logorrhée claire cependant.
    A ceux qui ne sont pas rentrés en guerre contre leurs frères Kabyles. Notons qu’il y a également un Mouvement pour l’autonomie Chaoui (dit MAC) qui fait parler de lui tout comme les deux Mouvements pour l’autonomie du Grand Souss , et du RIF , ça donne une autre dimension à la revendication.
    On a pas entendu crier les loups qui montent la garde quand ces autres groupes ont fait des déclarations. Mais peut être que c’est le mot Kabyle qui donne le tourni , on se demande pourquoi? On est des gens normaux et on utilise pas des ruses pour dire nos mots et pour combattre les maux exogènes à la Région.
    Ce n’est pas gentil de parler de Doxa en pareil cas, mais peut être donneriez vous une autre signification au mot.
    Mohand

  12. NARMOTARD dit :

    Monsieur Mohand, je vous présente toutes mes excuses, si par inattention j’ai pu vous offusquer, en ayant utilisé des mots dans leur juste sens me semble-t-il.

    J’ai lutté au milieu de mon peuple, pour l’indépendance de l’Algérie. (J’ai refusé de solliciter la fameuse « attestation communale » que je considère comme étant l’inauguration de la première corruption officielle du régime à clientèle de la RADP).
    Nous avions gagné une première bataille, celle de l’indépendance que nous devons consolider chaque jour. Même si, hélas, cette indépendance ainsi que l’Etat-Nation des Algériennes et Algériens, ont été confisqués, temporairement, par la truanderie du régime politique de la RADP. C’est grâce à cette indépendance que la nationalité « Français-musulman » ou bien « Indigène musulman non naturalisé français » n’existe plus sur nos cartes d’identité, remplacés par la fière « nationalité algérienne ».
    Bien que les exactions du régime de la RADP s’acharnent sur les Algériennes et Algériens pour les en écœurer et nous pousser à rechercher une autre nationalité d’appoint.
    La deuxième étape à réaliser dans cette lutte politique de relais de plusieurs générations d’Algériennes et d’Agériens, sera consacrée à l’instauration de la démocratie et de la culture de l’État de droit, à la place et lieu de ce régime usurpateur et antinational.
    La troisième étape sera l’Union du Maghreb des peuples sur des bases, des principes et des valeurs de la démocratie. Cette Union du Magreb donnera à chacun des pays qui la composent, beaucoup plus de poids face aux autres Unions à travers le monde.
    Cependant, l’union entre les Etats de droit et les sociétés démocratiques n’empêche pas la régionalisation ou l’autonomie interne dans l’interdépendance. Bien au contraire, elle les encouragera dès lors que ces régionalisations ou autonomies reposeront sur une sérieuse étude scientifique multidimensionnelle et pluridisciplinaire, et non pas sur des pulsions affectives et un certain excès de sentimentalisme.
    C’est pourquoi il est contreproductif de disperser les énergies nécessaires dans cette lutte de résistance collective pour la concrétisation pacifique de l’alternative démocratique et sociale, au pouvoir en place, le plus tôt possible.
    Disperser, ces énergies populaires et celles des élites propres de toute compromission, à travers des revendications autres que nationales, c’est-à-dire dans des revendications infra nationales, qu’elles soient religieuses, linguistiques, identitaires, régionalistes etc., revient à réduire la pression contre le régime de cette République « banannière » des camarades.
    Plaider en faveur d’une telle dispersion, en ce moment, c’est voter en faveur de la pérennisation du statu quo, donc en faveur de la régression nationale, car un pays qui n’avance pas, recule dans ce monde qui progresse.
    Toutefois, à l’échelle personnelle, j’ai opté pour l’autonomie individuelle. Je souhaite que chaque personne soit libre d’être autonome au maximum possible, afin de ne jamais dépendre d’autrui, si proche soit-il.
    Je me réfère à la maxime philosophique suivante: « L’homme n’est pas; il est ce qu’il devient et il devient ce qu’il se fait ». Ainsi, en tant que personne algérienne libre, donc responsable, j’ai choisi, à côté de la lutte nationale en cours, l’autonomie individuelle comme but et stratégie à la fois, afin de mieux évoluer dans le respect de l’environnement et du juste sens des mots.

  13. afroukhifarfren dit :

    Dans la vie,il faut être un ARGAZ avec tout ce que peut cela peut sous entendre. Mais qui n’est pas ARGAZ qui veut.
    Tahia El Djazair.

  14. NARMOTARD dit :

    Postscriptum:

    A monsieur Mohand qui m’interpelle par son son questionnement: « Mais peut être que c’est le mot Kabyle qui donne le tournis, on se demande pourquoi? »

    Je vous rassure solennellement que je n’éprouvais et n’éprouve que le souhait de voir, dès l’indépendance du pays, la culture et la langue des Amazigh dont le Kabyle, recouvrer, le plus normalement du monde, leur statut naturel et néanmoins de droit, de langue et culture nationales et officielles. J’estime que c’est tout ce qu’il y a de plus légitime et naturel, après tous les sacrifices que nos ancêtres avaient consentis pour sauvegarder celles-là, leur dignité et leur honneur. Mais, hélas, comme chacun sait ou ne sait pas, le coup d’Etat militaire de 1962 contre la démocratie ainsi que l’agression civique de voir une truanderie du parti unique, dit du FLN, squatter l’Etat naissant, avaient décidé du contraire, d’une façon absurde, irresponsable et antinationale. Ce qui a été le sombre prélude au réveil des vieux démons et à l’explosion de la cascade de révoltes et de répliques violentes dans tous les domaines et rapports sociaux du pays.
    D’où, à mon humble avis, la priorité à recourir à une pression civique, civile, religieuse et militaire, afin d’exiger le changement fondamental constitutionnel qui permette l’exercice de la démocratie diabolisée et falsifiée par ce régime maffieux et totalitaire de la RADP.
    Après quoi, les rapports sociaux s’apaiseront et rechercheront le consensus négocié par le vrai dialogue constructif, franc et transparent, tout en respectant les clauses du contrat social de ce consensus.
    C’est dans ce cadre-là, que la langue et la culture Amazygh gagneront, politiquement et avec certitude, leur officialisation en même temps que leur nationalité algérienne au même titre que la langue et la culture arabes.
    C’est pourquoi, j’estime que les bons efforts de tous doivent converger et se concentrer sur l’objectif principal qui est le changement radical, fondamental et constitutionnel de la RADP. Ce qui donnera naissance à ce qu’on peut appeler la Deuxième République, laquelle sera, cette fois-ci, je l’espère, conforme aux principes et valeurs de l’État-Nation tel que rêvé et voulu par tant de générations d’Algériennes et d’Algériens qui n’ont renoncé à aucun sacrifice dans ce sens.

  15. amghar azzamni dit :

    A notre camarade Mohand,
    Tout d’abord, je ne savais pas à ce jour que vous étiez un partisan acharné de l’autonomie de la Kabylie.Mais je vous rassure camarade, que je n’ai absolument rien contre cette option qui est la votre et dont vous vous energoeuillez avec beaucoup d’interet.
    Cependant, j’aimerais aussi que vous écoutiez , juste un moment et que vous méditiez ce que j’ai comme pensée trés sincére de ma part sur cette question.
    Ma vision est de ne pas dissocier nos difficultés quotidiennes de celles de l’Algérie toute entiére.Je veux dire par là, que régler un tant soit peu la question de la Kabylie, ne réooud pas celle de tout le peuple algérien.
    C’est pour cette raison, que je suggére dans un premier temps, libérer les exprssions algériennes avant de s’attaquer à des modéles de gestion nationale.
    Pensez-vous, camarade Mohand, que disperser nos énergies est une excellente chose? Oh que non ! Se rassembler pour un combat commun à savoir la liberté d’expression, donc pour une autonomie individuelle dans un premier temps, serait certainement un bonheur pour tout le peuple algérien.Une fois cette liberté acquise, nous déciderons de notre avenir et par ricochet de celui de la Kabylie que nous chérissons tous.
    Cher Camarade Mohand, je vous rappellerais avec beaucoup de joie, que nos martyrs n’avaient à aucun moment fait le choix de l’autonomie de la Kabylie.
    Franchement nous avons la phobie de la scission.
    Salutations fraternelles.

  16. obama dit :

    Amghar et Narmotard, bonjour. On donne l’impression d’être très éloignés alors que l’on est des voisins ! Il n’est pas interdit à des voisins d’avoir des opinions différentes sur les choses et les perspectives.Mais chacun doit écouter l’autre et c’est ce que nous faisons.
    Ecoutez moi donc s’il vous plait !
    Je ne m’acharne pas du tout et je n’ai aucune qualité particulière pour défendre avec hacharnement le Mak. Le fait de rapporter des faits et de donner mon avis ne peut honnetement s’appeler acharnement. Franchement pas du tout.

    J’interviens sur ce sujet comme sur d’autres avec la même ligne de conduite. J’ai horreur de la manipulation et du mensonge fusse t il involontaire.
    Quoique Mehenni est assez capable de se défendre lui même, mais mon devoir est de ne pas reprendre en choeur les insultes et les mensonges dont il est l’objet sans procéder a un minimum d’analyse des faits. La vérité est parfois insaisissable il faut donc la chercher.
    Nous ne devons pas tolérer que des frères soient diabolisés injustement.
    Il y a des personnes qui déversent leurs haines sur un Homme qui comme par hasard fait l’unanimité contre lui de tous les envoyés spéciaux et les honorables correspondants.
    Cela ne veut pas dire que je ne respecte pas les opinions divergentes sur ce projet de gens de bonne foi dont vous faites parti. Parfois cependant on se perd dans de conjectures de circonstances oubliant qu’il s’agit de politique et non de science exacte.

    Voici un exemple, sur un site voisin, un blogueur a soit disant publié un appel de mehenni à la jeunesse Kabyle. En le lisant j’avais mes cheveux se hérissaient d’incompréhension et de colère. Après vérification il se trouve que ce document est un FAUX MALADROIT, il a été repris de l’ouvrage de Mehenni page 161 et suivante , avec des changements significatifs. Cette personne de mauvaise est le type même de l’homme dangereux qui à nos yeux ne doit avoir aucun crédit et nous devons tous le dénoncer , à ces chefs et le dévoiler au peuple. C’est un manipulateur et un menteur.

    Je prie les gens qui veulent savoir avoir de juger de lire cet appel disponible sur le site le quotidien d’algérie , et puis de le comparer à la vraie lettre de Mehenni contenu dans son livre à la page 161 et suivantes.
    J’invite affectueusement les blogueurs qui ont le temps de lire tout l’ouvrage, ils trouveront des renseignements sur la problèmatique de l’Autonomie et alors ils se feront une idée plus saine et plus juste , loin des alarmismes.

    http://www.scribd.com/doc/24930726/Ferhat-MEHENNI-Algerie-La-Question-Kabyle

    Mohand.

  17. Mohand dit :

    Vous auriez corrigé de vous même , le commentaire a été posté par Mohand et non par Obama; Je m’excuse auprès d’Obama pour cette utilisation du nom involontairement, internet a ses secrets que parfois on arrive pas à comprendre.

    Mohand

  18. amghar azzamni dit :

    Cher Mohand,vous savez trés bien que je partage trés souvent avec vous ,vos maniéres d’aborder des sujets qui relévent de la politique maffieuse incarnée par un pouvoir dont la tyranie ne fait plus de doute.Cependant, vous nous avez bien habitué à un débat si riche d’enseignements et ,de ce fait, je me fais sciemment l’information que vous etes un homme de reflexion qui n’a jamais passionné une thématique de n’importe quel ordre ,et que vous avez toujours eu droit à défendre votre point de vue.Pour ma part,je ne me suis jamais senti offusqué par votre façon d’aborder et de réfléchir à une situation ou à un sujet d’ordre politique ou organisationnel.
    Cher camarade,je voudrais tant que vous m’accordiez la liberté de penser et aviser librement en ce qui concerne l’autonomie de la Kabylie.Il est vrai que c’est une question d’actualité qui appelle tous les algériens à y réfléchir, surtout en ces moments troubles qui entourent la politique du pays.
    Permets-moi camarade, de penser qu’il y a beaucoup de manipulateurs autour de cette question cruciale.Ceux-ci sont justement là pour troubler les esprits des uns et des autres afin qu’ils tirent les marrons du feu sans se bruler leurs doigts.
    Camarade,une reflexion trés approfondie de votre part ne pourrait qu’interesser notre région.Un débat contradictoire s’impose autour de ce sujet important qui engage toute une région déjà trés affaiblie par des situations créees par les cercles du pouvoir dans le but de nous diviser davantage.De mon avis, il ne faut surement pas y rajouter.Notre région a suffisamment souffert des affres de la dispersion des énergies et de la manipulation qui ne cesse d’évoluer ces derniers temps.Je voudrais par la meme occasion vous rassurer que je ne nourris aucune animosité envers ceux qui pensent autrement que moi.J’espére avoir répondu à vos questionnements et lever toute équivoque avec énormément de respect envers vous.
    Salutations fraternelles !

  19. Mohand dit :

    Amghar bonjour, ceux qui défendent leurs idées, en même temps qu’ ils écoutent les autres s’enrichissent mutuellement, ce sont eux qui permettent d’avancer dans toute les situations.
    C’est une question d’actualité en effet et ce que vous dites est d’autant plus vrai qu’il y a des personnes qui veulent décider et continuer à décider pour nous et il y a d’autres qui tentent de revendiquer ce rôle.
    Les premiers sont comme des parasites dans les fruits ils prospérent en bouffant la chaire et ils continuent de l’intérieur à se gaver et tous les pretextes sont bons pour diaboliser les autres qui tentent de les détruire.
    Je pense que chacun de nous doit chercher à saisir la portée et les objectifs des autres pour mieux apprécier les situations et comme tu sais la situation de notre Région a besoin d’une prise en charge et d’une protection de ses propres enfants contre ceux qui lui vouent une rancune et une haine terribles.
    C’est toujours cette Région qui reste la cible ! Je ne sais pas si c’est la bonne solution de continuer à attendre que d’autres changent de vision sur nous.
    Cette région a besoin d’être construite à l’image de ce que nous sommes, de vrais démocrates, libres , ingénieux , travailleurs et solidaires et nous partageons tous un amour immense pour nos racines et nos terres et ce compris nos oliviers et nos figuiers (enfin ce qui en reste après le napalm d’hier et d’aujourd’hui).
    Il est possible de la transformer en une Suisse du Maghreb mais encore faudrait il que ses fils se mettent d’accords et retroussent les manches. Cette construction ne se fera ni sur le dos des autres Régions ni sur le dos de ceux qui veulent continuer à végéter comme ils le font depuis bientot 50 ans.
    Ma vision est simple, elle commence par
    mobiliser les moyens,tous les moyens pour faire de notre Région une entité apaisée, développée au sens propre. Notre devoir c’est celui la avant toute autre considération.
    Dans la vie on se confronte à des actions et des expériences diverses , certaines échouent. Si elles échouent cela veut il pas dire qu’il faille s’y résoudre et abandonner? Je pense que non, en tirant les enseignements on peut regrouper les forces, les idées et les intiatives pour aborder avec conviction et sincérité une autre peut être plus a même de nous amener à ce que nous voulons.
    Les politiques et les postures végétatives qui font du sur place il faut bien s’en éloigner et songer à quelques autres idées novatrices par dela les hommes et les acteurs qui ne sont que les portes flambeaux temporels.
    La sclérose en plaque, nous en avons un modèle, c’est le Parti du FLN , qui en a enfanté à son modéle d’autres partis tous régis de mains de maitres par des vétérans (qui par définition n’aiment pas le progrés), elle est donc irrémédiablement impossible à
    guerrir. On a beau tenté toutes les chimios puisées du terroir elles aboutissent toutes à l’échec.
    Allah yastarna de ce mal qui engloutit
    les meilleurs de nos hommes et toutes nos énergies.
    L’idée d’un renouveau je dois avouer me séduit mais je ne suis pas aveugle de suivre à l’instar des moutons de panurge, il nous reste un peu de lucidité malgré l’usure pour choisir les voies et moyens nous menant à quelque chose de salvatrice pour les générations futures et l’histoire.
    Peut être est ce un rêve ? mais si c’est
    un rêve,si on ne passe pas à sa réalisation on ne le saura jamais. Or pour aboutir dans une recherche il faut tout autant réaliser des choses tout en pensant à léguer le flambeau aux autres, c’est la chaine de la vie et nous ne sommes qu’un maillon.
    Mohand

  20. amghar azzamni dit :

    Bonjour camarade Mohand,

    J’ai lu avec beaucoup d’attention votre missive qui ,soit dit en passant ,est révélatrice d’un esprit aussi démocratique que bien réfléchi.
    Cela dit, je me questionne sur bien des esprits autres que le votre sur la question de l’autonomie de la Kabylie!Autant vous dire que cela m’effraie en ce cens que des malveillants voudraient ou useraient de cette orientation qui ,combien meme parait pour vous une bonne alternative pour notre chere région, pour la transformer en une indépendance voire meme une cission avec le reste de l’Algérie!A partir de là, la dangerosité de l’affaire risque de nous bercer dans une tourmente sociale,économique et culturelle extravagante pour notre région.
    Cher camarade, vous comprendrez trés bien mon souci de preserver à tout jamais l’unité des algériens autour d’une Algérie pour laquelle se sont battus avec beaucoup de férocité et surtout de ferveur, des milliers de nos compatriotes.D’autant plus que le meme drapeau autour duquel s’est engagée la lutte anticolonolialiste est le notre!
    Vos idées sont tout à fait claires.Il ne s’agit pas pour moi de les pourfendre et les jeter à la poubelle.Mais, la raison voudrait qu’une autre reflexion plus approfondie soit déclenchée pour éviter de tomber dans des situations tragiques pour notre région.Aussi devrait-on continuer le débat d’une maniére trés lucide , sans beaucoup de passion ,mais avec beaucoup plus de technicité susceptible de nous determiner et d’admettre en finalité une démarche plus séante à notre probléme commun.
    Salutations cher camarade et au plaisir de vous lire sans défaillance aucune.
    Votre camarade Amghar.

  21. amghar azzamni dit :

    Camarade Mohand,

    Notre objectif pour notre chere région est son bonheur.Je pense qu’il nous est commun et que nous ésperons de tout coeur ne pas nous tromper dans la démarche que nous voudrions lui choisir pour son aboutissement sans risques majeurs.
    Nous n’avons pas le droit de rever et d’engager une région aux caractéres socio-économiques ancestraux , dans une voie qui l’entrainerait vers un anarchisme crucial.
    Attention, les reves sont comme une ile où l’on peut faire escale mais quelquefois ils sont eux-memes irréalisables et finissent par nous détruire, si vous voyez ce à quoi je veux faire allusion.
    Amghar.A bientot j’espére.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER