Enseignement en Algérie: 15 redoublants dans les classes de 1ère année moyenne !

benbouzideducation300x200.gifPlusieurs enseignants du cycle moyen trouvent nécessaire de reconsidérer certaines réformes, apportées dans le programme pédagogique, surtout celles concernant l’admission en première année moyenne, une réforme qui ne cesse d’essuyer des échecs, dus sûrement à la réduction du cycle primaire qui est passé de 6 à 5 ans de scolarité seulement, comme le confirme un enseignant de langue arabe. B. Djamel dit à ce propos: «Les réformes apportées dans le système de l’éducation et appliquées depuis 3 ans, notamment en ce qui concerne la réduction du temps de scolarité dans le cycle primaire, a contribué à la régression du niveau de l’élève, d’ailleurs j’ai constaté cela par moi-même et j’ai remarqué que le niveau intellectuel de l’élève de 1ère année moyenne, est incapable d’assimiler les cours, tout bonnement parce que les bagages acquis en 5ème année primaire lui sont insuffisants pour passer au cycle moyen.»

Une autre enseignante de mathématiques K. Souad, déclarera: «J’enseigne depuis plus de 20 ans et jamais le niveau scolaire n’a autant baissé, que durant ces 3 dernières années. Je pense que cela est dû aux réformes, ayant touché le système pédagogique, notamment celle consistant à réduire les années de la scolarité dans le primaire, une donnée qui a fait du cycle moyen la période la plus sensible et la plus redoutée dans le cursus d’un élève. D’ailleurs, presque tous les enseignants ont constaté cette régression du niveau scolaire ainsi que l’incapacité des élèves à assimiler l’arsenal du programme pédagogique, constitué de 12 matières. A cet effet, il a été recensé l’échec de 10 à 15 élèves dans une classe de 34 scolarisés en 1AM, contre 2 à 4 élèves seulement dans le passé, une réalité qui prouve l’échec des réformes et leurs impacts sur les résultats scolaires des élèves qui  débarquent dans le cycle moyen, de plus en plus immatures.»

 Sur ce même registre, une mère de 4 enfants, Mme Nadia, précisera: «Mes 3 aînés ont fait leurs études, bien avant ces réformes, ils ont tous réussi, alors que le petit dernier, touché par les réformes, n’a pas pu continuer ses études et a redoublé deux fois en 1ère année moyenne. Il a ensuite carrément abandonné sa scolarité et maintenant il suit une formation de coiffure dans un centre de formation professionnelle.»

L’un des spécialistes dans le domaine, indiquera: «L’accroissement du taux de redoublants et le phénomène de la déperdition scolaire reflètent l’échec des réformes et les chiffres, enregistrés annuellement au niveau des centres de formation professionnelle, vu l’accueil des élèves renvoyés ou ceux ayant abandonné, au moyen ou au secondaire, démontrent bien cet échec.

M.B. La Voix de l’Oranie

Commentaires

  1. djakrir dit :

    il est plus qu’impératif de revenir au système des six années au primaire et de revoir le contenu des programmes des différentes années de ce pallier qui consiste à bourrer les cerveaux de nos petits.

  2. amghar azzamni dit :

    J’ai fait partie de la génération des mobilisée au lendemain de l’indépendance pour la reprise du flambeau de l’éducation nationale.Nous nous étions sacrifiés pour remplacer les enseignants français qui exerçaient dans notre pays.Malgré le peu de moyens qui furent mis à notre disposition et malgré une petite solde qui nous était attribuée à l’époque, chacun d’entre s’était trenscendé pour dispenser un des meilleurs enseignements à nos jeunes éléves de l’époque.
    Ma satisfaction est , aujourd’hui de rencontrer, mes anciens éléves du primaire et qui sont devenus des cadres qui servent leur pays avec beaucoup de volonté et d’honneur.Il y en a meme qui sont actuellement des Professeurs en Médecine et qui exercent dans divers hopitaux algériens et meme français.
    Franchement , c’est une grande fierté pour nous les retraités de l’enseignement.Malheureusement, beaucoup a changé dans l’éducation nationale.La négation , le déclin et l’analphabétisme biliingue qui coiffent notre enseignement.
    A Dieu nous appartenons et à lui nous retournerons.

  3. Malika dit :

    Oui, effectivement, l’education nationale ne remplit plus et ne repond plus a la qualite de la formation et de l’enseignement. Au lieu de former nos enfants, de leur inculquer des valeurs morales, civiques et un savoir, et un bon niveau, l’Ecole les a deformes:Comment peut-on juger un systeme educatif s’il est fiable ou non? C’est simple: Si l’eleve a 15 ans, en quittant l’ecole, peut lire, ecrire, dechiffrer un texte en arabe ou en francais, lire un journal, suivre les informations a la TV, etre capable de remplir un formulaire administrative, etc…la, on peut dire que l’Ecole a rempli sa mission. Comment voulez-vous former des jeunes, quand la plupart des enseignants ont refait 3 ou 5 fois le BAC? Ensuite, ils vont enseigner? C’est une parodie, n’est-ce-pas? La reforme doit etre au niveau de la reforme du corps enseignant? ILs ne sont pas formes, je regrette!!! Le reste n’est que l’application du principe des vases communicants: Politique d’Education mediocre, Politique de Formation mediocre, Enseignants fables, eleves faibles….et plus

  4. Mahieddine dit :

    A Malika.
    Vous vous en prenez aux enseignants, aux seuls enseignants, « des nullités » selon vous, alors que votre prose est à revoir. Je dis cela sans méchanceté aucune. Les maux dont souffre ce que certains continuent d’appeler « système éducatif » sont multiples et complexes. Alors arrêtons avec les raccourcis.

  5. Amghar azzamni dit :

    Dans le meme ordre d’idées que le camarade Mahiedine, je voudrais donner un humble avis sur l’enseignement dispensé en Algérie ces dernieres années.
    En effet,le probléme ne réside pas dans le niveau de l’enseignant notamment lorsqu’il s’agit des classes primaires car, je peux rassurer et apporter mon témoignage vivant qu’au lendemain de l’indépendance, faute de diplomés, l’éducation nationale avit recruté à ce moment précis, des enseignants d’un niveau du certificat d’études primaire ( CEP ).Je peux vous assurer qu’avec la volonté affichée par ces derniers, l’enseignement prodigué était trés positif, en ce cens qu’aujopurd’hui, nous retrouvons dans plusieurs de nos hopitaux algériens voire meme en France, des anciens éléves formés par ce qu’on appelait à l’époque par le jargon de « moniteurs de l’enseignement ».Figurez-vous que ces messieurs se sont donnés à fond, ont resisté et se sont formés au cours de leur carriere.La volonté et l’abnégation dans le travail y étaient pour beaucoup dans leur réussite.Savez-vous que quelques uns de ces ex-moniteurs sont arrivés au poste de conseiller pédagogique pour les uns et d’inspecteur pour les autres et qu’ils n’avaient nullement à rougir du travail parfait qu’ils fournissaient!
    Aussi, je voudrais dire que ce ne fut à l’époque nullement le niveau de l’enseignant du primaire que l’on pouvait remettre en cause.Cependant, je dois dire qu’lechec ou le sinistre pernicieux observé dans l’école algérienne ne provient pas seulement du niveau de l’enseignant mais de multiples raisons dont le systéme éducatif et les programmes dispensés aux éléves de tous les paliers.Il faut ajouter à cela, le malaise professionnel de l’enseignant , toujours trainant un statut de pauvre, de deuxiéme zone!
    Au jour d’aujourd’hui, l’enseignant n’est plus respecté comme autrefois, ni par les éléves et encore moins par les parents d’éléves.
    La solution pour changer le cours de l’éducation nationale, c’est avant tout de revaloriser le statut de l’enseignant et de cesser de le stigmatiser … L’enseignant ne doit plus etre le souffre-douleur de la sociéte!

  6. ali amara dit :

    Le ministre algerien de l`alphabetisme est un intouchable,il peut liguider tout les enseignants,et il reste dans son poste.

  7. Slimane dit :

    Qu’espère-t-on d’un « intellectuel » qui n’a pas compris qu’une reforme s’impose d’elle même et qu’elle ne peut pas être imposée?
    Des élèves de primaire qui, après une journée d’études (de plus de 6h) , sont obligés de cravacher à la maison avec autant de matières (lecture, maths, sciences islamiques, sciences civiques, histoire, géographie, récitation, langues arabe et française).
    N’espérez surtout pas qu’ils aient le temps de se divertir, encore plus aimer l’école.
    ON NE FORME PAS? ON DEFORME…..

  8. kamel dit :

    A quand les six années au primaire?

  9. amri kamel dit :

    Le retour au cursus des 6 ans au primaire est plus qu’essentiel quand on voit que les pays développés tardent à scolariser leurs chérubins (7 ans en Allemagne et en Finlande, considéré comme étant le meilleur système d’éducation au monde)

  10. djarroudi dit :

    Notre système scolaire est malade comme la plupart de nos secteurs il ne faut pas avoir honte de revenir sur ce qu’on a pensé. l’expérience des 5 années au primaire est un véritable fiasco; revenons au système des six ans et on constatera la différence.

    merci de nous écouter.

  11. benalak dit :

    a mon avis il faut revenir à l’ancien système d’éducation doté de six années au primaire.

  12. Nounou dit :

    Il faudrait réformer tous ces enseignants.

  13. kedidja dit :

    Notre système scolaire est malade comme la plupart de nos secteurs il ne faut pas avoir honte de revenir sur ce qu’on a pensé. l’expérience des 5 années au primaire est un véritable fiasco; revenons au système des six ans et on constatera la différence

  14. mouchaal dit :

    mon général ils sont les plus forts.

  15. koko dit :

    je suis partante pour revenir à l’encien système de six ans de primaire

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER