• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 4 mai 2010

Archive pour le 4 mai, 2010

هل باعت الصحافة « الماتش »؟ : الصحافة 1- الحكومة 4

ghoul.jpgPar Allaoua Hadji

من الطريف أن تنتهي مباراة كرة القدم التي جمعت مديري الصحف الوطنية بوزراء في الحكومة بهزيلة ثقيلة لصالح الطاقم الحكومي الذي أهدى رجال مهنة المتاعب رباعية سكنت شباك السلطة الرابعة ! فمبروك للسلطة هذا الانتصار الجديد على الصحافة في عيدها العالمي. ومن حقّنا أن نتساءل « هل باعت الصحافة الجزائرية الماتشّ؟ ».. الأكيد أن « الماتش » مبيوع من بكري، وإلا ما الذي يجعل التعددية الكمية الموجودة اليوم أسوأ بكثير من أحادية أمس؟ 
كاتب الدولة المكلف بالاتصال، عز الدين ميهوبي،أدلى بتصريح قال فيه إن النتيجة تعكس الانسجام الذي تتمتّع به الحكومة والفوضى التي تتخبّط فيها الصحافة  
Photo: Amar Ghoul, ministre des Travaux publics et l’ancien Directeur d’El Khabar, Ali Djerri.

Said Khelil: « Il nous arrive de regretter El Moudjahid »

khelil.jpg« Vous savez il nous arrive de devenir nostalgique de la presse du parti unique et de regretter El Moudjahid qu’on lisait à l’envers. Il n’y a pas plus dangereux pour un peuple que les faux acquis démocratiques. En tout point de vue, notre presse ressemble comme une goutte d’eau à cette fausse représentation politique qui meuble nos deux chambres. Cette presse dont vous voulez prendre la défense , n’est rien d’autre qu’un instrument d’aliénation et d’abrutissement au service du pouvoir. C’est une autre berceuse que l’on nous joue sur des airs acceptables, avec des faux scoops, des faux scandales, sans jamais toucher à l’essentiel, c’est-à-dire l’investigation sur les tenants et les aboutissants du crime perpétré contre l’Algérie, son peuple et ses institutions ». Source Le Quotidien d’Algérie

Sit-in des cachetiers de la radio: Les grévistes dénoncent le «chantage» de la DG de l’ENRS

radio.jpg(…) Le collectif des journalistes cachetiers de la Radio a volé en morceaux. Ils ne sont désormais que trois, derniers survivants des «révoltés du Bounty» à l’animer. Hier, à l’heure du «rassemblement de solidarité» auquel a appelé le collectif des grévistes de la Radio, sur le parvis requinqué de la place de la Liberté de la presse (rue Hassiba Ben Bouali), affichait un trop-plein de képis dans une clinquante indifférence générale. Il y avait davantage de policiers en tenue et/ou camouflés que de représentants de la société civile, de médias publics ou privés. Les syndicats de la profession, dont la toute nouvelle Fédération nationale des journaliste (FNJA), ont aussi faussé compagnie. (…)

(Lire la suite)

Nordine Cherouati nommé à la tête de Sonatrach

cheroua.jpgAgé d’une soixantaine d’années, natif de Fouka (wilaya de Tipasa), Nordine Cherouati avait commencé sa carrière à Sonatrach en tant qu’ingénieur, au début des années 1970. Il avait été muté au service documentation, puis à celui de la distribution des produits pétroliers. Avec l’arrivée de Abdennour Kerramane à la tête du ministère de l’Industrie, il est nommé en 1990 au poste de directeur, puis en 1991, il est promu délégué à la promotion industrielle auprès des mines et de l’industrie, puis chef de cabinet du ministre, de 1992 à 1994. Entre 1995, il est nommé conseiller du PDG de Sonatrach, avant de prendre le poste de président-directeur général (par intérim) de Naftal, en 1996, qu’il assure jusqu’à fin 1999.

(Lire la suite)

Au journaliste Hassan Moali

journauxalgeriens.jpgNarmotard pour « Algérie Politique »

Sincèrement affecté, sans être journaliste moi-même, je compatis avec ce prudent journaliste de talent et de conscience professionnelle exemplaire.
En effet, je comprends, ressens et vis même son coup de colère et d’indignation qui permet d’extérioriser et de dégager, un tant soit peu, cette rage au cœur qui fait pleurer toute personne honnête qui en souffre intérieurement.
Cette souffrance légitime, mais non désirée, que provoquent les itératives violations de l’éthique, de la déontologie, de la dignité humaine donc, est, hélas, exacerbée par l’impunité totale garantie, et, pire encore, par la complaisance des autorités, soit-disant, des références chargées de les défendre et de les faire respecter.

 

 

Certes, dans un monde intéressé et particulièrement en Algérie, que l’arsenal de lois et d’ordonnances scélérates, propres à son régime de truanderie politique, a réussi, malgré tout, à transformer en un gigantesque “Hammam”.
Des millions de “Keyassat” ou masseurs et masseuses, de tous poils, y opèrent dans le sens du poil, évidemment. Ici, la propreté physique manque autant que la probité morale ou intellectuelle. Cela s’explique, à mon humble avis, par l’envoutement crasseux dominant qui s’est répandu, depuis l’indépendance, et qui s’est imposé par la course effrénée au pouvoir et au dinar, ou plus exactement aux devises fortes. Cette course effrénée a été choisie, volontairement et malhonnêtement, comme sport national et international et érigée au point de devenir une religion généralisée qui se transforme progressivement en une une seconde nature, en ce début de Troisième millénaire.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER