• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 5 mai 2010

Archive pour le 5 mai, 2010

Cinquième jour de grève de la faim du journaliste de l’ENTV

boukeba.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

Le journaliste de l’ENTV, Abderezak Boukebba qui observe une grève de la faim depuis samedi dernier devant la porte d’entrée  de la Maison de la presse Tahar Djaout pour protester contre sa mise à l’écart,  a été invité lundi matin à une réunion de travail au niveau de la direction générale de l’entreprise. Cette rencontre qui s’est limitée à la seule présence de la conseillère du DG n’a pas débouché sur une quelconque décision concrète puisque le gréviste a repris son action sitôt la réunion terminée: « la conseillère du DG de l’ENTV m’a proposé de rédiger une simple demande de recrutement et de boire un thé. Pour la première proposition, j’ai effectivement rédigé une demande en bonne et due forme mais j’ai refusé par contre de boire un thé tant que ma situation n’est pas encore claire. De ce fait, j’ai décidé de reconduire ma grève de la fin jusqu’à l’obtention de mes droits » a-t-il indiqué.

Le directeur de la Maison de la presse a refusé au journaliste d’observer sa grève de la faim à l’intérieur de l’enceinte. Le 03 mai, un autre journaliste de la radio a été également licencié pour des raisons inconnues. En pleine commémoration de la journée internationale de la presse, des colégues continuent de subir les foudres des patrons de presse et d’autres du pouvoir policier. Ainsi, trois journalistes du quotidien El Watan qui ont décidé d’organiser lors de cette journée commémorative un mouvement de protestation au niveau du siége de l’ENTV pour denoncer le verrouillage de cette chaîne ont été embarqués manu militari au commissariat le plus proche. A peine arrivés sur les lieux du rassemblement, vers 10h30, la police les a embarqués sous prétexte «d’attroupement illégal».

Algérie: Les entreprises publiques se retirent du FCE

Les haminai.jpg entreprises publiques dont Air Algérie et Saidal se sont retirées lundi dernier du Forum des chefs d’entreprise (FCE) à la demande des autorités du pays. La décision a été prise en guise de protestation contre les récentes critiques du président du FCE, Reda Hamiani de la politique économique du gouvernement Ahmed Ouyahia, rapporte la presse. Dans une déclaration à un quotidien national, M. Hamiani a souligné que les seules réformes économiques en Algérie sont celles initiées par  l’Etat à l’époque où Mouloud Hamrouche était chef du gouvernement. El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER