• Accueil
  • > Libre débat
  • > Said Sadi: L’antikabylisme primaire et l’anti Boughezoulisme…secondaire

Said Sadi: L’antikabylisme primaire et l’anti Boughezoulisme…secondaire

saidsadi20094412045.jpgEl Mouhtarem « Algérie Politique »

Après avoir entretenu sciemment une polémique suscitée par la parution de son livre Amirouche, une vie, deux morts, un testatement, dans le but inavoué de monter une région (la Kabylie) contre d’autres régions du pays et inversement, le président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), Said Sadi, est passé maintenant à une étape supérieure.

Se présentant comme un grand défenseur de la Kabylie, le chef du RCD, parti crée en 1989, avec le soutien du pouvoir dans le but de casser la Kabylie, multiplie ses sorties pour dénoncer «le blocage d’une subvention du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au profit d’un projet de protection de l’environnement dans la wilaya de Tizi Ouzou».

Dans cette affaire, Said Sadi qui accuse le pouvoir «d’antikabylisme primaire», chose qui est, par ailleurs, vraie, a omis de mentionner qu’une autre subvention destinée à un autre projet (le même) au profit de la nouvelle ville de Boughezoul dans la wilaya de Médéa est également bloquée par ce pouvoir. Peut-on dans ce cas accuser le pouvoir «d’anti boughezoulisme primaire» ? La réponse ne viendra certainement pas du chef de file du RCD qui sait, pourtant, que le pouvoir , dans sa « gestion », réserve le même traitement à toutes les régions du pays. 

Le projet du PNUD n’est pas initié par le RCD:

Lors de leur campagne menée tambours battants contre «le blocage de la subvention onusienne», les élus du RCD au niveau de l’Assemblée populaire de la wilaya de Tizi-Ouzou, ont voulu s’attribuer la paternité du projet du PNUD. Pourtant, selon M. Cherifi Mohand Amokrane, expert, coordinateur de l’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté dans le cadre du PNUD qui a conduit la délégation onusienne ayant séjourné à Tizi-Ouzou il y a une année, «cette mission fait suite à une demande du gouvernement algérien pour la coopération sur les changements climatiques. Et c’est ainsi que deux territoires sont définis pour bénéficier de ce programme pilote de partenariat. Il s’agit de Tizi Ouzou pour ses reliefs montagneux et Boughezoul dans la région de Médéa pour son territoire désertique».

«Nous sommes ici, explique-t-il, pour nous entretenir avec les responsables et élus locaux pour identifier les problèmes concernant les changements climatiques dans ces deux régions». «Notre objectif, ajoute le chef de la délégation du PNUD, est de faire un diagnostic qui nous permettra de dégager les priorités et présenter une approche territoriale de développement», peut-on lire dans un compte-rendu publié dans le site de l’APW de Tizi-Ouzou.

Par ailleurs, dans un entretien accordé lundi à El Watan économie, Cherifi Mohand Amokrane a tenu à faire des précisions suivantes: «Il faut tout d’abord préciser que le PNUD est une agence intergouvernementale qui n’intervient dans les pays qu’à la demande formelle de ces pays. L’Algérie dans le cadre de la préparation du Sommet de Copenhague sur les changements climatiques a souhaité se présenter à ce Sommet avec des réalisations concrètes dans ce domaine.

C’est à sa demande et avec son accord que la délégation du PNUD s’est rendue à Tizi Ouzou et à Médéa (Boughzoul) et a eu des entretiens avec les autorités locales respectives (wali et APW).

Le choix du massif montagneux de Tizi Ouzou et de la région désertique de Boughzoul a été opéré sur la base de leurs caractéristiques géographiques et climatiques très contrastées qui rendent urgentes la préservation de leur environnement menacé… »

Commentaires

  1. fayrouz dit :

    Said saadi prépare les législatives prochaines, une façon qui lui est propre pour garder son cercle d’allégeance, plutôt, ce qui lui en reste.
    Après le départ massif de ses cadres après avoir briguer deux mandats consécutifs au sein de l’APNée , revoilà Saadi qui ressort sa canne à pèche pour convoiter d’autres Piranhas. La priorité pour Dr S. S ou DRS.S pour les intimes, est de garder son ROMBO 5, chose qui fut brillamment faite avec le livre qui a fait plus de papiers dans la presse que dans le livre lui-même. Maintenant, cape sur la Kabylie , avec le feuilleton « argent du PNUD ». Pour Saadi, il faut justifier le score aux législatives prochaines surtout dans cette région qui saura le récompenser pour son dévouement pour la cause Tizi ouziènne , puisque Bejaia lui échappe. Said saadi veut réussir la passe à deux dans cette conjoncture bien plombée : fausser le débat, en créant ses propres fausses pistes puis rafler la mise lors des joutes électorales prochaines à tizi ouzou , et j’insiste sur son intérêt particulier à cette région puisque ailleurs, rien ne justifiera son éventuel succès.
    En tout cas, un signal fut donné par les députés du RCD siégeant au niveau de la commission parlementaire chargée des relations internationales. En effet, une réunion s’est tenue à l’APNée en présence des membres de ladite commission et des représentants la commission Européenne établie en Algérie , là ou les RCDistes ont sauvagement dénoncé le fait que leur parti n’a jamais pu dépasser le quottât de 19 sièges en deux mandats.
    L’appel fut si assourdissant que les oreilles du sérail ne pourraient feindre de ne pas l’entendre.

  2. AIT AISSA MOHAMED dit :

    en attendant le projet est toujours bloqué.

    pourquoi?
    On ne sait pas.

  3. Syphax dit :

    SAid Saidi est l’esclave du pourvoir

  4. ElHaq dit :

    Votre blog en tout cas il excelle dans le Saadi-sme primaire!
    Rectifier votre tir. Plûtot que de vous acharner sur quelqu’un qui s’acharne à défendre sa région natale. Acharnez-vous sur ceux qui s’acharnent à l’apprauvrir. Que ca vienne de Saadi ou d’un autre qu’est cela cela changerait à la gravité du fait de priver une région de son épanouissement pour des considérations haineuses et tribales? Si la dénonciation ne venait pas de Saadi vous l’aurez étaler sur votre blog en fesant l’loge de ceux la portent à la connaissance du public. Mais bon ca vient de Saadi…Pourquoi quil s’agirait d’un acte de bravoure? oh politique poliicienne quand tu nous tienne en haleine pendant que le besoin de la Kabylie (des Kabyles) à aspirer à une existance digne augmente proportionnellement aux privations multiples qu’ils subissent à chaque seconde.
    Un point de vue d’un Kabyle qui n’aime pas l’état ou se trouve sa Kabylie en ce moment. Prise en otages entre les griffes d’une gang que la haine réuni autour d’elle.

  5. koci dit :

    Pour être critique, il faut d’abord être lucide. Vous annocez que le RCD est le produit du pouvoir qui aspire a casser la Kabylie, puis vous vous acharnez sur Sadi avec les m^mes termes utilisés par le pouvoir justement!
    Dans cette article, en tous cas, vous défendez le régime et vous le faites bien!
    Ecrivez des choses plus sensées. N’adoptez pas le point de vue du RCD, mais sachez aussi peser à chaque fois les implications de vos critiques. N’attaquez pas Sadi avec les opinions du pouvoir, soyez plus créatif et plus conscient de votre rôle.

  6. Abdelhak dit :

    Merci pour la leçon!

  7. Alloua dit :

    Pourquoi l’Algérie reste une nation bloquée, avec toutes ses richesses, et son potentiel ?
    Qui sont réellement les ennemis de l’Algérie ?

    Par cette intervention, j’invite et j’interpelle tout le peuple algérien, à réfléchir et à analyser objectivement la situation de notre pays, l’histoire de notre pays, car nous sommes tous concernés. Cela fait maintenant un quart de siècle que l’Algérie est indépendante, mais le pays reste bloqué à tout azimut. En un quart de siècle, certains pays sont devenus des sociétés modernes, démocratiques et des puissances économiques. D’ailleurs, en comparaison, avec la Norvège, pays étant dans la même situation que l’Algérie, son économie était basée sur les rentes pétrolières comme l’Algérie. La Norvège a su profiter de ses richesses et en faire un pays démocratique, moderne, et très avancé à tous les niveaux. En revanche, l’Algérie s’est enlisée dans un sous-développement viscéral, avec tous les phénomènes sociaux sous-jacents (intégrisme, guerre civile, insécurité, banditisme, kidnapping, chômage, etc..). Grosso modo, l’Algérie s’est mutée en deux nations : Une Algérie très opulente (l’Establishment), et une Algérie pauvre avec des bidonvilles (voir le Site Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=YJhVWZJoU-A ). Et si vous n’êtes pas convaincus, mes chers compatriotes, allez y vous-mêmes et faites une randonnée à travers le pays, et faites votre propre expérience : vous découvrirez des bidonvilles et des gens affamés qui fouinent dans les immondices pour trouver à manger. Ce n’est pas un mensonge. C’est une réalité fracassante, triste et c’est une honte pour tout un pays. Certains citoyen(ne)s incombent cela au fatalisme. Il n’y a pas de fatalisme. C’est uniquement l’œuvre des Algériens., c’est-à-dire des Responsables, des gens gouvernants. Pour cela, certains Hauts Responsables et Hommes Politiques prétendent que l’Algérie a des ennemis à l’extérieur et à l’intérieur du pays. C’est le principe de donner du poison à petites doses, et son effet se fera à long terme. C’est ce qui s’est passé, en Algérie, durant la révolution, et après l’indépendance. A l’extérieur, mers chers compatriotes, l’Algérie n’a pas d’ennemis. L’Algérie a des relations diplomatiques, commerciales, politiques, avec tous les pays du Monde, comme tous les autres pays. A l’intérieur, l’Algérie a toujours essayé de diviser pour régner comme la France l’avait fait durant la guerre. Pour en tirer profit de la situation, on manipule et on ment tout le temps au peuple algérien, via les médias, via les journaux, etc…Cela est pour semer du brouillard dans la tête des citoyens : Trouver un ennemi commun. L’Algérie a essayé et essaie encore aujourd’hui, de diaboliser la région de la Kabylie, de tous les noms. Cela ne date pas d’aujourd’hui, mais c’est beaucoup plus insidieux, et psychopathique que cela. Déjà, dans le maquis, certains éléments du FLN avaient élaboré leur plan stratégique pour la Kabylie : Asseoir leur pouvoir sur l’Algérie, et Eradiquer son histoire, sa culture, et en faire un bouc émissaire pour l’isoler du reste de l’Algérie. Et, on avait commencé, d’abord, à éliminer le Leadership kabyle ou d’origine kabyle, sans nommer les intellectuels (Mouloud Mammeri, etc..), et les artistes. A l’époque, on avait qualifié la Kabylie de tous les noms : « Elhibz taa Franssa, zwawa, li Amazighen, les Harkis, ce sont des séparatistes… » . Comme la Kabylie a été de tout temps, une région contestataire, qui manifeste paisiblement et demande ses revendications pour une Algérie moderne et démocratique. Cela dérangeait le régime en place, dans la réalisation de ses desseins concoctés dans le maquis. Ces derniers temps, même des quotidiens arabophones déversent leurs flots de virulence, en jumelant la Kabylie au sionisme. C’est trop cherché, Non ! Peut-être, qu’il faut aller voir du côté de Sigmund Freud (juif psychanalyste) pour comprendre ces propos ignobles. Puisque l’on est là, pourquoi ne pas qualifier chaque algérien berbérophone de KKKiste (Ku Klux Klan). La boucle serait bouclée. Le baromètre va grimper, et les algériens crédules, enflammés, vont s’entretuer entre eux pour des mensonges politiques. La Kabylie n’est pas une province sioniste. C’est une région d’Algérie. C’est une région peuplée d’algériens. Elle existait même, avant que le premier Neandertal apparaisse sur cette planète, et avant que les Beni-Hilals fouinent le sol de notre pays. C’est une région où les gens portent fièrement le burnous, et sont fiers de leur pays. A que cela ne déplaise à certains réfractaires d’esprit, la Kabylie est la matrice de l’Algérie. Ces dernières années, s’il y a eu un iota de démocratie dans notre pays, c’est grâce à la Kabylie. Ce petit vent de démocratie a soufflé de la Kabylie, et on attend que les autres régions en fassent une tempête de démocratie. Ce pays en a fortement besoin.
    A l’intérieur, la Kabylie n’est pas l’ennemie de l’Algérie, comme certains esprits machiavéliques veulent le prétendre et en faire une réalité politique. Bien au contraire ! La Kabylie, c’est l’Algérie. Et l’Algérie, c’est la Kabylie. A l’intérieur de l’Algérie, qui sont réellement les vrais ennemis de l’Algérie ? Ce sont :
    - La corruption,
    - La Hogra,
    - La haraga,
    - Le vol des Banques Nationales,
    - La dilapidation des richesses nationales. On vole des milliards comme si on vole une banane au Souk, sans être poursuivi par l’Etat,
    - Falsification de l’histoire,
    - Fraude électorale
    - Nomination de 11 Ministres d’une même commune. Pourquoi, l’Algérie n’a qu’une seule commune ? La politique de la tente ou de la tribu ?
    - Emergence d’une Algérie opulente et d’une Algérie de bidonvilles,
    - Non-respect des droits du citoyen
    - Insécurité, etc…

    Dans la tête de beaucoup de mes compatriotes, cela a déjà, sans doute, des résonnances. Parmi eux, des arabophones sont devenus des extrémistes, et aussi, certains berbérophones sont devenus des extrémistes. C’est le Principe de l’Action et de la Réaction. Tout simplement, tous ces gens (arabophones ou berbérophones) sont tombés naïvement dans ce jeu.
    Comme vous pouvez le constater, mes chers compatriotes, tous ces ennemis ne viennent pas de la Kabylie. La Kabylie a été touchée de plein fouet par ces ennemis. La Kabylie essaie quotidiennement de lutter contre ces fléaux, sans compter le kidnapping, le terrorisme, la prostitution importés dans cette région. Qui en est responsable ? La Kabylie. NON. Nous somme un peuple intelligent et créatif. Nous sommes capables du pire et du bien aussi. Jusqu’à présent, il n’y a que du pire. On a enfanté tous ces ennemis, en plus de l’intégrisme, du régionalisme, la guerre civile. L’Algérie est bloquée, mais certains exploitent aisément la situation pour s’enrichir davantage, faire la Hogra, privilégier ses amis et ses enfants, tout en maintenant une population entière dans l’ignorance et la précarité. C’est un fait et une réalité politique, et non un mensonge. Et si vous n’êtes pas encore conscients, alors il faut continuer à savourer la pilule amère des mensonges et celle de la vie quotidienne difficile.
    En Algérie, nous sommes tous des algériens, avec cette nuance et cette richesse : Il y a des algériens arabophones et des algériens berbérophones. Toutes les deux cultures se valent. Il n’y aucune culture qui est supérieure à une autre, ou qui va dominer une autre. Toutes les cultures sont complémentaires, et enrichissent le patrimoine Universel. Ce qui est supérieur, c’est le Modèle politique et économique à un autre, car il y a une démocratie qui fonctionne. Mes chers compatriotes, la problématique de l’Algérie n’est pas au niveau ethnique, ni culturel, ni linguistique. Elle est au niveau politique et historique. C’est là qu’il y a le filon de l’ennemi.
    Je suis algérien berbérophone (spécificité mozabite) et arabophone (langue arabe et culture arabe). Je remercie l’équipe El Mouharem, et tous les algériens courageux pour leur combat pour une Algérie démocratique, pluraliste, sans haine entre les gens, et sans mensonges.
    Vive le Peuple algérien arabophone et berbérophone
    Vive l’Algérie
    Vive la démocratie moderne et pluraliste.
    Alloua (Ain-Defla)

  8. Ramdane SADI dit :

    Attn Ffs1963.unblog.fr (En lieu et place du précédent. Merci).

    L’intérêt de ce blog est de compter parmi les deux ou trois qui montent en épingle tout acte de foi défavorable au Rcd et/ou à son Premier responsable.
    Il s’en trouve même qui, faute de mieux ?, en vivotent ou devraient même émarger pour. Ceux-là ont l’excuse, après tout peut-être compréhensible, de la nécessité ou de la contrainte.

    D’un autre côté, outre que les appels donnés en lien, qui ne semblent pas laisser indifférent, précisent rarement la véritable nature de l’entreprise, et que cela pourra donc toujours incrémenter d’autant les compteurs tenus à jour, cela pourrait aussi intéresser des chercheurs néophytes, ce qui n’est pas tout à fait rien. Mais tout cela reste bien mince.

    Mais est-ce parce que la charge de travail vous paraîtrait, s’agissant de certaines autres formations politiques et/ou de leurs responsables, insurmontable que vous n’étendez pas outre mesure votre louable initiative, avec le même filtre d’appréciation s’entend ?

    Alors azul et bonne continuation… L’Histoire avance, c’est sûr. Et vous aussi probablement. Reste à savoir dans quels sens.

    R. S./AlgeriaFaradase.com (site en cours d’élaboration).

  9. Mounadhiloun dit :

    Assa Azeka L’FFS yella yella.

  10. said le CUPIDE dit :

    TOUT COMPTE FAIT IL N4EST PAS SI KABYLE QUE ça !!!vavas edh dourou

  11. RABAH LA CANNE dit :

    C’est vtaiment de l’anti sadisme primaire et a ce stade la discution n’est plus serieuse vous faite le jeu du pouvoir pretendre que sadi emarge au drs
    c’est la pire des inepties le rcd est le seul parti democratique qui malheureusement n’est pas en phase avec la majorité rétrograde pur produit du parti unique flniste populiste et qui sert la nomenclatura qui s’est mit a l’air de lislamoconservatisme retrograde juste 50 ans d’independance et le pays est ruiné ou les jeunes genération ne pensent qu’a quiter cette grande prison ou gargote qu’est devenue l’algerie quel desastre!!

  12. NARMOTARD dit :

    Il me semble plus utile, plus bénéfique et plus pédagogique d’analyser objectivement et de critiquer, positivement ou négativement, des faits ainsi que leurs effets, plutôt que d’émettre un jugement de valeur comme incrément de la personnalité de l’individu qui les réalise. Car, nul ne peut tirer avantage ou se prévaloir de ses propres turpitudes.

    Ainsi, je développe ma modeste contribution au débat sur le thème d’El Mouhtarem, intitulé: « Saïd Sadi: L’antikabylisme primaire et l’anti Boughzoulisme …secondaire. »

    Les deux faits en question:

    1°- La « séquestration » par leurs collègues officiers supérieurs, des dépouilles des colonels Si El Haoues et Amirouche, des wilaya VI et III respectivement, a été dénoncée légitimement et judicieusement. Mais, cette dénonciation a été rapportée dans un livre qui vise, hélas, beaucoup plus la polémique, le sensationnel et l’émotionnel, qu’il ne vise le débat politique apaisé, serein et rationnel. Un débat dont on a soif et qui serait utile à la sortie de la longue crise de légitimité de la RADP, par l’indispensable alternative politique démocratique, sur la base de la Constituante indépendante et souveraine.

    En effet,on peut s’en rendre compte facilement à partir de la couverture du livre qui est illustrée par la photographie du seul colonel Amirouche, sans celle du colonel Si El Haoues, et qui porte, en outre, le titre, autant provocateur qu’énigmatique: « AMIROUCHE Une vie deux morts un testament ».

    Ce qui pose évidemment le problème de l’équité, lorsque le colonel Amirouche est ainsi mis volontairement sous les feux de la rampe, alors que le colonel Si El Haoues est mis en veilleuse, ou même complètement absent de la couverture de ce livre consacré pourtant à la « séquestration » commune des deux dépouilles.

    2°- Le deuxième fait rapporté, concerne le plaidoyer que l’auteur du livre et ses alliés avaient clamé publiquement et légitimement, mais hélas, exclusivement en faveur de la seule Kabylie, contre le blocage officiel de l’aide financière onusienne. Or, ce blocage touche également
    une deuxième région du pays, celle de Boughzoul Médéa que le PNUD avait sélectionnée en même temps et dans le même
    programme d’aide que la région de la Kabylie.
    D’où le même questionnement qui s’impose quant à l’iniquité dans la défense, à l’instar du cas qu’a posé le livre.

    3°- Mon hypothèse d’explication de ces choix sélectifs et de leurs conséquences politiques et sociales:

    Il me semble que ces choix sélectifs de l’auteur en question, ont un même mobile. Ce mobile se justifie par le désir de toucher l’affectivité et de gagner les faveurs de la population de la Kabylie grâce à une propagande ciblée, sentimentale et grégaire.
    Mais, revers de la médaille, ces choix sélectifs pêchent par l’exclusion fâcheuse, du devant de la scène, de Si El Haoues ainsi que de Boughzoul.

    De tels choix, apparemment responsables, expriment, me semble-t-il, une pensée et une démarche politiciennes, régionalistes, ségrégationnistes et dangereuses pour l’unité nationale qui est le seul terrain commun que ne cesse de miner le régime de la RADP qui divise et corrompt pour régner indéfiniment.

    Cette démarche politicienne ne déplaira certainement pas au secteur informel ou DRS ou police politique qui avait créé le parti RCD en 1989 dans l’intention de doubler et de neutraliser le FFS en Kabylie tout particulièrement.

    En 1999, cette police politique avait coopté Bouteflika, puis l’avait reconduit en 2004 et en 2009 dans une farce électorale pseudo pluraliste assurée par des lièvres habituels qui se reconnaitrons. Elle l’avait chargé de mission dans le but qu’il lui procure par promulgations d’ordonnances et de lois organiques, donc réputées constitutionnelles, l’impunité et l’auto amnistie domestiques et internationales, au prix satanique de la déstructuration de la société algérienne, de l’intérieur, en offrant l’exemple par la corruption généralisée et la division clanique.

    Le RCD s’est toujours prêté à ces jeux antinationaux du régime de la RADP.

    Cela ne m’étonne guère, dès lors que l’acronyme RCD du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, donne la première place à la culture et la dernière place à la démocratie.

    Ce qui démontre un déficit fondamental dans l’éducation et la formation politiques du RCD.
    Déficit fondamental qu’exploite aisément la police politique pour protéger le régime en place contre l’opposition politique authentique que représente, preuves à l’appui, le FFS.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER